Guide des Parcs nationaux américains : Histoire

<p>Au coeur du Painted Desert la route s'étend à perte de vue.</p>

Au coeur du Painted Desert la route s'étend à perte de vue.

La formation du système des parcs

La première idée de création de parcs nationaux est apparue aux Etats-Unis. Elle émana de George Catlin au début des années 1830. Ce peintre ethnographe de Pennsylvanie était passionné par l'Ouest "sauvage" et il consacra une partie de sa vie à peindre les Amérindiens. Pour ce faire, il entreprit des voyages dans les Grandes Plaines, territoire des tribus Sioux. En assistant à la destruction du mode de vie de ces Native Americans et de la vie sauvage, il murit peu à peu l'idée d'une forme de protection émanant du gouvernement et d'une volonté politique.

Chronologie des parcs nationaux

D'après la publication du Service des parcs nationaux, intitulée The National Parks  : Shaping the System.

1872 > Le Congrès américain décide de la création du parc national de Yellowstone, sur plus de 800 000 hectares de terres du Wyoming et du Montana. Il s'agit d'un "  parc public ou terrain mis à la disposition de la population à des fins récréatives  ".

1890-1916 > Le Congrès autorise la création de treize autres parcs aux paysages spectaculaires, dont les parcs nationaux de Mount Rainer dans l'Etat du Washington, de Yosemite en Californie et de Rocky Mountain au Colorado. Tous les sites ainsi désignés se trouvent dans l'Ouest américain.

1906 > L'adoption de la loi intitulée Antiquities Act (loi relative aux monuments anciens). Celle-ci reconnaît l'importance de la préservation des sites amérindiens précolombiens et donne aux présidents américains carte blanche pour les déclarer monuments nationaux. En 1909, dix-huit sites seront inscrits sur la liste des monuments nationaux par le président Theodore Roosevelt.

1916 > Le Congrès adopte une loi sur la création du Service des parcs nationaux, signé par le président Woodrow Wilson. Il relève du ministère américain des Affaires intérieures et des Domaines et a pour mission de gérer les trente-cinq parcs et monuments dépendant de ce ministère.

1926 > Le Congrès autorise la création des parcs de Shenandoah, Great Smoky Mountains et Mammoth Cave, dans les Appalaches. L'établissement de parcs dans l'est des Etats-Unis favorise leur fréquentation par une plus grande partie de la population et accroît le soutien accordé au système des parcs au Congrès.

1930 > Pour la première fois, des sites sont inscrits sur la liste des parcs, plus pour leur importance historique que pour leur beauté naturelle. Il s'agit notamment du lieu de naissance de George Washington, en Virginie, et du site où, en 1783, les Anglais ont été défaits par les forces américaines, ce qui a mis fin à la guerre d'Indépendance.

1933 > La gestion des parcs et des monuments nationaux est regroupée au sein du Service des parcs nationaux, qui s'occupe désormais de sites relevant auparavant du ministère de la Guerre et du Service des forêts. Le Corps civil de conservation (CCC) est créé dans le cadre du programme du New Deal, mis en place par le président Franklin D. Roosevelt pour lutter contre la dépression économique. En l'espace de quelques années, plus de 120 000 membres du CCC construisent dans les parcs nationaux des pistes de randonnée, des chalets et des installations touristiques.

1935 > Adoption de la loi intitulée "  Historic Sites Act  " (loi sur les sites historiques). Elle institue une "  politique nationale de préservation, pour l'usage du public, des lieux, bâtiments et objets historiques revêtant une importance sur le plan national, sources d'inspiration et d'intérêt pour le peuple des Etats-Unis  ". Le Service des parcs nationaux est doté de vastes pouvoirs afin de mettre en oeuvre cette politique.

1936 > Adoption de la loi intitulée "  Park, Parkway, and Recreation Study Act  " (loi sur l'étude des parcs, routes naturelles et loisirs). Elle permet au Service national des parcs de coopérer avec d'autres organismes publics pour planifier des routes et des installations dans les parcs, à l'échelle fédérale, étatique et locale.

1941-1945 > La Seconde Guerrre mondiale réduit considérablement le budget accordé aux parcs, ainsi que les visites du public.

1958-1962 > Le Congrès établit la Commission d'études des loisirs en plein air, chargée d'effectuer une étude quadriennale portant sur plusieurs questions  : les désirs et besoins du peuple américain en matière de loisirs en plein air, les possibilités de loisirs existants pour répondre à ces besoins et les mesures et programmes nécessaires à l'avenir.

1963 > Un comité consultatif dirigé par le biologiste A. Starker Leopold recommande de réformer en profondeur la gestion des ressources naturelles et des systèmes écologiques pratiquée par le Service national des parcs.

1964 > Adoption de la loi intitulée "  National Wilderness Preservation System Act  " (loi sur le système de préservation de la nature sauvage nationale). Elle vise à protéger les zones "  où la terre et ses formes de vie ne sont pas encombrées par l'homme, où l'homme lui-même n'est qu'un visiteur qui ne fait que passer  ".

1965 > Adoption de la loi intitulée "  Land and Water Conservation Fund Act  " (loi sur le fonds de préservation de la terre et de l'eau). Elle permettra par la suite d'affecter à l'acquisition de parcs fédéraux et étatiques une partie des recettes provenant de la vente de billets d'entrée et de biens excédentaires et d'autres sources de revenus.

1966 > La loi intitulée "  National Historic Preservation Act  " (loi sur la préservation des sites historiques nationaux) place tous les parcs historiques sur le registre national des lieux historiques et autorise les responsables de la préservation, à l'échelle étatique et fédérale, à passer en revue la gestion des sites historiques.

1968 > Le président Lyndon Johnson promulgue les lois intitulées "  National Trails System Act  " (loi sur le système national des pistes et sentiers) et "  National Wild and Scenic Rivers System Act  " (loi sur le réseau national des rivières sauvages et touristiques). La première loi prévoit, pour la première fois, la création de pistes de randonnée accessibles depuis les zones urbaines et de pistes touristiques dans des régions reculées. La loi sur les rivières définit la politique nationale de préservation de certaines rivières qui "  présentent des caractéristiques remarquables sur le plan des paysages, des loisirs, de la géologie, de la vie aquatique et de la faune et de la flore, de l'histoire ou de la culture ou pour toute autre raison similaire  ".

1970 > Le Congrès adopte la loi intitulée "  General Authorities Act  " (loi sur les pouvoirs généraux), qui officialise les mesures du Service des parcs nationaux nécessitant une approche différente de la gestion des sites naturels et historiques et des lieux de loisirs.

1978 > La loi intitulée "  National Parks and Recreation Act  " (loi sur les parcs nationaux et parcs de loisirs) ajoute quinze nouveaux sites au système des parcs. Le parc national de loisirs des montagnes de Santa Monica, en Californie, figure parmi ces sites. Il offre des paysages allant de terrains montagneux accidentés à des plages de sable et des rivages rocailleux.

1980 > Adoption de la loi intitulée "  Alaska National Interest Lands Conservation Act  " (loi sur la préservation des terres présentant un intérêt pour la nation en Alaska). Elle augmente de 50 % la superficie des terres dépendant du Service des parcs nationaux, qui atteint ainsi près de 20 millions d'hectares.

1981 > Le Programme de restauration et d'amélioration des parcs est lancé. Plus d'un milliard de dollars seront consacrés sur cinq ans au maintien et à la modernisation des ressources et des installations des parcs.

2006 > Le président George W. Bush présente l'Initiative du centenaire des parcs nationaux, qui crée à l'intention des parcs un fonds de contrepartie des contributions versées par les pouvoirs publics et des dons philanthropiques, à l'approche du centième anniversaire de la création du système.

2009-2012 > Barack Obama ajoute trois unités au NPS ; on compte deux National Monuments, mais aucun National Park n'est créé.

2013 > Parti le 17 août, un gigantesque incendie menaçait directement le Yosemite National Park et le reservoir de Hetch Hetchy, qui fournit la majorité des besoins en eau de San Francisco et sa baie. Le "Rim Fire" dévasta plus de 100 000 ha de forêt dont une partie à l'intérieur du parc.

2013 > Le Pinnacles National Park est le dernier né du système des parcs nationaux américains.

2016 > Cette date marque le centième anniversaire du Service des parcs nationaux.

2017 > Donald Trump réduit la superficie de deux monuments nationaux dans l'Utah.

La Californie acquiert le Yosemite

L'idée de Catlin resta d'abord isolée mais fut reprise ensuite par des intellectuels romantiques qui devinrent de plus en plus conscients des destructions et des pertes engendrées par le conquête de l'Ouest. En Californie également, des démarches furent faites pour protéger la vallée du Yosemite.

Le premier acte légal dans ce sens vit le jour en 1864, quand le sénateur de Californie John Conness mit en oeuvre des moyens pour que la vallée devienne propriété de l'Etat et soit ainsi sous sa protection. Cet acte fut entériné par Abraham Lincoln, le président fédéral, au Congrès américain le 30 juin 1864.

Yellowstone, premier parc national au monde

Parallèlement, la région du Yellowstone fut explorée pour la première fois en 1869-1871 au cours de la Cook-Folsom-Peterson Expedition. Ces explorateurs, qui finançaient leur aventure avec des fonds privés, auraient dès la fin de leur expédition évoqué l'idée de la placer sous juridiction de l'Etat pour usage public. Ce mythe fut le fer de lance des premiers partisans du parc national, mais elle est démentie par les historiens. L'un des explorateurs, F.V. Hayden, entreprit en 1871 une seconde expédition mandatée par l'Etat fédéral. Alors que le gouvernement s'apprêtait à vendre la région du Yellowstone aux enchères, Hayden convainquit le Congrès de reculer et de placer cette merveille de nature, puits de connaissance scientifique à ses yeux, sous une protection de l'Etat. Un statut nouveau émerga de cette démarche, et le 1er mars 1872, le président Ulysses S. Grant signa la loi de l'Act of Dedication du Yellowstone National Park. Le premier parc national au monde était né.

Combats pour le parc

Cette décision fédérale fut extrêmement contestée localement, les colons se voyant ainsi privés de nombreuses ressources convoitées. Une propagande sérieuse fut établie par le gouvernement fédéral pour vanter les avantages du statut de parc national. Les entrepreneurs locaux voulaient réduire la taille du parc, voire l'abolir, pour pouvoir se livrer à des activités minières, de chasse, de pêche, au commerce de fourrures, etc. Corruption auprès du gouvernement local du Wyoming et du Montana, vandalisme, la guerre fut féroce. En 1875, le colonel William Ludlow, un explorateur de talent, fut envoyé sur place pour faire un rapport de la situation sur place. Son rapport fut affligeant, faisant fait de braconnage et mille autres entraves au réglement établi par le gouvernement. Le premier superintendant du parc, Nathaniel Langford, démissionna en 1877. Celui qui le remplaça, Philetus Norris, entreprit un engagement plus intense visant à renforcer la structure. Il souleva des fonds pour créer un budget, salaria l'activité d'intendance, parmi d'autres mesures. Le Yellowstone acquit ainsi les bases organisationnelles que connaît le National Park Service aujourd'hui.

Emergence d'autres parcs et National Monument Line

Le Yellowstone constitua un précédent. D'autres régions furent placés sous le même statut à partir de 1875. A commencer par le Mackinac National Park, une île du lac Huron dans le Michigan, qui sera reconverti en parc d'Etat en 1895 pour devenir le Mackinac Island State Park.

Un autre mouvement émergeait parallèlement à la naissance des parcs nationaux. Il visait plutôt à répertorier l'héritage culturel américain et à protéger des sites d'importance historique, comme les pueblos et les missions chrétiennes, s'inscrivant davantage dans l'histoire de la protection des monuments.

Le 8 juin 1906, les activistes de ce mouvement obtenaient une victoire politique avec la signature par Theodore Roosevelt (lui même un partisan de ce mouvement) de l'Antiquities Act. Ce dernier donnait un cadre légal à la protection des monuments. La Devil's Tower fut le premier National Monument créé par cette loi. Suivirent El Morro et la Petrified Forest.

Enfin, un troisième mouvement visant à protéger les sources thermales américaines était en gestation à la fin du XIXe siècle, dans un but essentiellement hygiéniste de protection sanitaire de ces sources. Dès 1870, Hot Springs, dans l'Arkansas, était déclarée réserve thermale. C'est en 1921 qu'elle allait acquérir le statut de parc national, alors qu'elle n'avait que peu à voir avec une réserve naturelle.

Création du National Park Service

Ces trois mouvements parallèles et corrélés allaient aboutir en 1916 à un rassemblement des parcs protégés jusqu'alors séparément sous une organisation parapluie. Différentes personnalités plaidaient depuis une décennie pour un progrès institutionnel en ce sens, qui permettrait de mettre au point une véritable politique de préservation du patrimoine naturel et culturel. Le 25 août 1916, le président Woodrow Wilson créait le National Park Service, une institution visant à coordonner et à unifier juridiquement tous ces espaces protégés. Cette institution était placée sous la juridiction du département de l'Intérieur.

Création du National Park System

D'emblée, l'organisation acquit une structure proche de celle qui existe aujourd'hui. En 1933, le président Franklin Roosevlet signait un acte exécutif, l'acte 6166, qui consolidait le statut de l'organisation. Le National Park System ainsi créé rassemblait strictement toutes les unités protégées, qu'elles soient naturelles, culturelles, ou même de nature mémorielle uniquement. Certaines unités ne tombaient jusqu'alors pas vraiment sous la juridiction du National Park Service (les mémoriaux notamment).

L'organisation rassemblerait donc tous les types de statuts protégés : National Parks, National Monuments, National Memorials, National Military Parks, National Cemeteries et les National Capital Parks.

Ainsi le National Park Service devenait une agence fédérale unique, financée par des fonds publics fédéraux. Pour l'occasion, de nombreuses nouvelles unités protégées furent créées ou rattachées à l'organisation. En tout, 71 espaces protégés étaient placés sous la juridiction du National Park System.

Extension des espaces protégés

De 1933 à 1964, 1 102 unités protégées par le National Park System allaient être ajoutées, une somme énorme ! Le National Park Service se dota donc d'une administration à toute épreuve, perfectionnant son système. En ce qui concerne les espaces naturels qui intéressent ce guide, quinze parcs et monuments nationaux allaient être créés entre 1933 et 1966. Le premier fut le Cedar Breaks National Monument, dans l'Utah.

De nombreux nouveaux statuts furent créés dans les décennies suivantes : National Recreation Areas, National Seashores, National Parkways... Tous mettent l'accent sur un mode de protection ou d'entretien différent.

Les années 1960 allaient voir émerger une nouvelle approche et une nouvelle conscience des espaces protégés et parcs nationaux. Pendant cette période, de nombreux amendements furent apportés pour affiner et préciser la mission du National Park Service. On peut notamment noter le General Authorities Act de 1970 qui modernisait et précisait l'Organic Act de 1916. On créa également dans les années 1960 les National Lakeshore, Urban Recreation Area... Enfin, l'Alaska fut entièrement intégrée à la politique des parcs nationaux en 1977, lorsque le président Jimmy Carter créait douze nouveaux National Monuments sur ce territoire.

Sous Barack Obama (depuis 2009), quatre nouvelles unités de parcs ont été créées, dont deux National Monuments : Fort Hampton en Virginie, promu en novembre 2011 (les autres étant un champ de bataille, un mémorial ad hominem, un parc historique...). Le Pinnacles National Monument, en Californie, est quant à lui devenu le Pinnacles National Park en 2013 ; c'est le dernier né des parcs nationaux aux Etats-Unis. Cinq autres unités sont approuvées par le Congrès avec intention de les placer sous protection.

2016 marque le centenaire du National Park Service. Pour célébrer cet anniversaire, le National Park Service et la National Park Foundation ont lancé la campagne Find Your Park pour montrer aux nouvelles générations l'importance de ces parcs nationaux dans leur vie et les sensibiliser à l'engagement pour les protéger. Diverses actions ont été mises en place pour l'occasion, comme la création d'un site web (findyourpark.com) visant à promouvoir les parcs et l'idée qu'ils sont accessibles à tous, et la mise en place de jeux concours permettant de gagner des pass annuels, du matériel de camping ou des week-ends guidés au sein d'un parc. L'idée était surtout de s'adresser à la population très connectée des millenials qui a tendance, selon les chiffres, à délaisser ce trésor national, à grand renfort de photos et vidéos, de quiz et de guides à télécharger gratuitement depuis le site web.

Le coup d'arrêt de Trump

Elu en novembre 2016, Donald Trump est le premier président américain à aller résolument à contre-courant de ce qui a été mis en place par ses prédécesseurs. En décembre 2017, le président Donald Trump a signé un décret visant à diminuer la taille de deux zones protégées de l'Utah : le Bears Ears National Monument, créé par Barack Obama en 2016, et le Grand Staircaise-Escalante National Monument, créé en 1996 par Bill Clinton. Le premier a vu sa surface réduite de 85 %, le second de 45 %. Ces zones qui ne sont plus protégées sont désormais ouvertes à l'extraction de minéraux, de gaz et de pétrole. Les parcs nationaux quant à eux ne sont pour l'heure pas inquiétés par des réductions possibles puisqu'ils bénéficient d'une protection plus grande que les monuments nationaux. Néanmoins, cette décision sans précédent témoigne de la volonté du nouveau président de se placer en opposition nette par rapport à ses prédécesseurs sur la question des zones protégées. En réponse, dix des douze membres du conseil des parcs nationaux ont démissionné en janvier 2018. Ils ont formulé, dans une lettre commune, l'inquiétude que la mission de protection et de développement des parcs nationaux ait été mise de côté par l'administration Trump.

Grandes figures des parcs américains
Ebenezer Bryce

Ce pionnier mormon, né en Ecosse en 1830, fut le bâtisseur de la première chapelle mormone dans l'Utah, l'Etat mormon. C'est aussi l'Etat, en dehors de l'Alaska, qui détient le plus grand nombre de parcs nationaux aux Etats-Unis. Il s'établit avec sa famille près du Bryce Canyon. Il fut une figure emblématique parmi les premiers pionniers mormons de l'Utah et c'est pourquoi on baptisa le canyon et le parc national de son nom. Il meurt en 1913.

George Catlin

Ce peintre-lithographe américain (1796-1872) a fourni un travail ethnographique considérable en représentant les Amérindiens et leurs traditions avec une rigueur scientifique. Arpenteur passionné par les territoires indiens, jusqu'à la fin de sa vie, il a contribué à les faire connaître grâce à son Indian Gallery à New York, où il exposait les documents accumulés. Par son esprit de documentation et de préservation de l'Amérique vierge de civilisation blanche, il a été l'un des précurseurs de ce qui aboutit plus tard au concept de territoires protégés.

Ernest Coe

Tom, comme l'appelaient affectueusement ses amis, est né le 21 mars 1866 à New Haven, dans le Connecticut, et est considéré comme le " père " du parc national des Everglades. Il sortit diplômé d'art de l'université de Yale en 1887. Venu avec sa femme à Miami en 1925, il habita Coconut Grove, où il exerça son métier de paysagiste. Sa femme Anna mourut en 1941. Coe aimait à explorer les Everglades et était désolé de constater que les oiseaux étaient tués ou que les plantes étaient ôtées de leur habitat naturel. Il craignait que beaucoup d'animaux ne soient menacés de disparition si rien n'était fait pour les sauver et insistait sur le fait que la Floride devait sauvegarder sa beauté tropicale.

En 1928, Ernest Coe fonde l'Association tropicale du parc national des Everglades, puis propose à Stephen Mather, directeur général du National Park Service, de créer un parc national dans les clairières de la Floride du Sud. Une rencontre a lieu à l'issue de laquelle une législation pour la création du parc national des Everglades est établie par le sénateur de Floride, Duncan Fletcher. Cette législation est approuvée et signée par le président Roosevelt en mai 1934, mais il faut attendre encore treize ans pour acquérir les terres et définir les limites du parc.
Le projet d'Ernest Coe se réalise en 1947, année où le parc est inauguré par le président Harry Truman. Après la mort de Coe, en janvier 1951, le ministre de l'Intérieur, Oscar Chapman, a déclaré que les efforts soutenus d'Ernest Coe, pendant des années, pour sauver les Everglades, lui ont valu une place parmi les immortels du parc national. Un dernier hommage lui a été rendu en décembre 1996, lorsque le nouveau centre des visiteurs fut baptisé The Ernest Coe Visitors Center.

Dayton Duncan

Cet écrivain et scénariste est l'auteur d'un film documentaire important : The National Parks : America's Best Idea, sorti en 2009. Ce film est un véritable plaidoyer en faveur de l'idée même des parcs nationaux et relate très bien leur diversité, leurs espaces, leur fonction et leur histoire. Passionné par l'espace américain et par les explorations qui marquèrent l'histoire du pays, il a écrit de nombreux ouvrages et scénarios ayant trait aux expéditions des espaces sauvages qui contribuèrent finalement à la création des parcs nationaux. Lewis & Clark : The Journey of the Corps of Discovery (1997) est un autre documentaire qui l'a rendu célèbre. En 2003, son documentaire Horatio's Drive : America's First Road Trip lui vaut de remporter plusieurs récompenses dont le prestigieux Christopher Award, remis aux réalisateurs, producteurs et écrivains qui mettent en valeur les grandes valeurs de l'esprit humain.

Clarence Dutton

Né en 1841, ce géologiste américain et officier de l'armée joua un rôle majeur dans la découverte scientifique des espaces naturels américains qui constituent aujourd'hui les territoires des parcs. En 1875, il dirigea la U.S. Geological Survey, expédition scientifique recensant les caractéristiques géologiques du pays. Il étudia notamment la géologie du plateau du Colorado, de l'Utah et du Grand Canyon, qu'il contribua fortement à comprendre scientifiquement. Il étudia également le volcanisme à Hawaïï et en Californie, ou dans le Crater Lake dans l'Oregon. Son travail fut un élément clé de la découverte de l'espace des Etats-Unis.

Ulysses S. Grant

Né en 1822, le général de la victoire nordiste lors de la guerre de Sécession et le 18e président des Etats-Unis fut également celui qui signa l'Act of Dedication du Yellowstone National Park, acte fondateur du système des parcs nationaux, pour les Etats-Unis et pour le monde entier ! Son nom reste donc associé à cet acte, même si Grant lui-même ne fut que la main officielle de la chose et non l'instigateur ou la volonté politique qui mena à cet acte.

William Henry Jackson

William Henry Jackson (1843-1942) est un peintre et photographe qui a joué un rôle important dans la découverte et la construction de l'image du Wild West. Il participa notamment à de nombreuses expéditions scientifiques comme la Geological Survey qui eut lieu au sein du Yellowstone National Park récemment créé. Il fut ainsi le premier photographe du parc national dont le travail s'inscrit dans le témoignage visuel du recensement des espaces sauvages américains qui devaient rester protégés dans le cadre des parcs nationaux.

Stephen Tyng Mather

Cet industriel de la côte Est puis de Chicago devint en 1917 le premier directeur du National Park Service après sa création en 1916. Il est resté à ce poste jusqu'en 1929. En treize ans, il fit de cette page blanche une organisation pointue et solide, professionnelle et autonome. Il s'attela à augmenter le nombre de parcs et monuments nationaux placés sous la juridiction de son organisation et créa un ensemble de critères systématiques pour examiner les nouvelles créations. Il fit oeuvre de rationnalisation pour cette structure qu'il dota ainsi de premières armes organisationnelles puissantes.

John Muir

Ce naturaliste écossais puis américain fit un travail de recherche colossal dans l'investigation scientifique de la côte Ouest. Il consacra sa vie à étudier les milieux naturels de la Sierra Nevada, des Rocheuses et de la côte. Il fut un activiste de la première heure pour la création de parcs nationaux et milita particulièrement pour préserver la vallée du Yosemite. C'est en partie grâce à son action que furent créés le Yosemite National Park et le Sequoia National Park. Il fonda le Sierra Club, une puissante organisation de conservation des espaces naturels. Il publia également nombre de lettres et de livres relatant ses aventures dans les espaces sauvages qu'il passa sa vie à sonder.

C'est en Ecosse, à Dunbar, que naquit le 21 avril 1838 John Muir, agriculteur, inventeur, berger, naturaliste, explorateur et écologiste. En 1849, la famille Muir émigra aux Etats-Unis. Le père de Muir était un homme strict en matière de discipline, faisant travailler les siens de l'aube au crépuscule. Leurs rares moments de temps libre, Muir et son jeune frère les passaient à parcourir les champs et les bois de la campagne fertile du Wisconsin. C'est ainsi que John se passionna de plus en plus pour la nature. Fin observateur mais aussi inventeur, il présenta toutes ses inventions, en 1860, à la foire de Madison, où il suscita admiration et remporta des prix. Cette même année, il entra à l'université mais, malgré ses bons résultats, il préféra quitter Madison pour le nord des Etats-Unis et le Canada, parcourant les terres encore vierges et gagnant sa vie en tant qu'homme à tout faire.

Une blessure qui l'a privé de la vue durant un mois changea radicalement sa destinée. Résolu à se tourner vers les champs et les bois, il parcourut à pied une distance de 1 600 km, séparant Indianapolis du golfe du Mexique. Il s'embarqua pour Cuba puis, plus tard, Panama, où il traversa l'isthme pour ensuite longer la côte Ouest des Etats-Unis et débarquer à San Francisco en mars 1868. La Californie devint alors sa terre d'attache, notamment les montagnes de la Sierra Nevada et du Yosemite, où il s'installa dans un chalet rustique. Après avoir traversé la vallée de San Joaquin pour atteindre, pour la première fois, la haute montagne, il écrivit : "  Il me semblait alors que la Sierra ne devrait pas porter le nom de Nevada ou Crête enneigée, mais Crête de lumière... La plus divinement belle d'entre toutes les chaînes de montagne qu'il m'ait été donné de voir.  "

Des hommes célèbres de l'époque vinrent souvent lui rendre visite. Trois ans plus tard, John Muir débuta une carrière d'écrivain couronnée de succès, avec la parution d'une série d'articles intitulée Etudes dans la Sierra. Il quitta alors les montagnes pour s'installer un temps à Oakland, poursuivant ses voyages, notamment en Alaska où il découvrit la Glacier Bay puis, après son mariage en 1880, en Australie, Amérique du Sud, Afrique, Europe, Chine, Japon, sans jamais oublier sa chère Sierra Nevada. Dans les années qui suivirent, il publia 300 articles et 10 ouvrages majeurs racontant ses voyages, exposant sa philosophie naturaliste. La passion de Muir pour la haute montagne donna à ses écrits une qualité spirituelle, influençant présidents, hommes politiques ou simples citoyens. C'est ainsi qu'il attira l'attention sur la dévastation des prairies de montagne et des forêts causée par les moutons et le bétail, et mit tout en oeuvre pour remédier à cette destruction.

Surnommé, à juste titre, le "  père du système des parcs nationaux  ", John Muir s'impliqua corps et âme dans la création des parcs de Yosemite, Sequoia, Mount Rainier, Petrified Forest et Grand Canyon. En 1892, Muir et un certain nombre de ses partisans fondèrent le Sierra Club afin de, selon les termes de Muir, "  faire quelque chose pour la nature sauvage et rendre les montagnes heureuses  ". Muir fut président du club jusqu'à sa mort en 1914. Entre-temps, en 1901, il publia Nos parcs nationaux, un bel ouvrage qui attira l'attention du président Theodore Roosevelt qui, deux ans plus tard, rendit visite à Muir au Yosemite. Ensemble, ils jetèrent les bases des programmes remarquablement innovants de Roosevelt en matière de protection de la nature.

La campagne la plus dramatique menée par Muir et le Sierra Club fut celle qui les opposa, en vain, à la construction de barrages dans la vallée de Hetch Hetchy, à l'intérieur du Yosemite. Après des années d'efforts, la vallée préférée de Muir devint, en 1913, un réservoir alimentant en eau la ville de San Francisco. En 1914, Muir mourut chez sa fille, à Los Angeles.

John Muir fut certainement le plus célèbre et le plus influent naturaliste et protecteur de la nature aux Etats-Unis. Sa passion, ses connaissances, ses écrits pour et sur la nature, il a su les faire partager pour en faire un véritable héritage naturel, transmis de génération en génération. Son engagement personnel et déterminé dans les grandes questions de protection de la nature fut et demeure une inspiration pour les environnementalistes militants du monde entier.

John Wesley Powell

Né en 1834, Powell était géologiste, officier de l'armée américaine et fut un explorateur passionné de l'Ouest sauvage américain. Il dirigea de nombreuses expéditions scientifiques pour étudier les espaces sauvages de l'Ouest, dont la célèbre Powell Geographic Expedition de 1869, le long des rivières Colorado et Green. C'est cette expédition qui traversa pour la première fois le Grand Canyon.

Il dirigea également la deuxième U.S. Geological Survey de 1881 à 1894. Il fut par la suite directeur de différentes institutions scientifiques tel que le Bureau of Ethnology. Il plaida de nombreuses causes en faveur du développement et de la protection des nouveaux espaces américains, notamment dans les territoires arides du sud-ouest qui le fascinaient plus que tout.

Theodore Roosevelt

Celui qui fut président des Etats-Unis de 1901 à 1909 joua un rôle politique prépondérant lors de la gestation de la création du National Park Service, et de manière générale dans la création des parcs nationaux. Lui-même installé dans le Dakota, où il avait acquis un ranch et pouvait laisser libre cours à ses goûts exubérants de cow-boy, il développa un intérêt particulier pour les espaces sauvages du Grand Ouest. Ce n'est pas par hasard qu'un parc des badlands du Dakota porte son nom : l'homme était fasciné par les paysages de ce Wild West et mis tout son poids politique pour aider à la création d'un arsenal institutionnel chargé de protéger ces espaces. Il est le signataire en 1906 de l'Antiquites Act qui scelle la création des National Monuments.

Fasciné par toutes les étendues sauvages, il participa à la fin de sa vie à des expéditions en Afrique (safari) et en Amérique du Sud. Pour beaucoup il demeure l'image d'un cow-boy viril attaché à la vie sauvage et vivant avec romantisme sa passion pour les ranchs, la chasse et les Grandes Plaines...

Adresses Futées des Parcs nationaux américains

Où ?
Quoi ?
Avis