Attention, une fois arrivé à Seaford, on conseille de faire demi-tour pour retourner à Cambridge, pour continuer vers Mandeville, via Bamboo Avenue, car la route directe est trop mauvaise.

Ce petit village, perdu dans les vallonnements de la campagne jamaïcaine, est connu dans toute l'île. En effet, il se signale par l'architecture, surprenante sous ces latitudes, de ses fermes aux allures germaniques et par la blondeur et les yeux bleus de ses habitants. Sous l'impulsion du gouvernement colonial qui, sentant l'émancipation prochaine, souhaitait peupler les campagnes jamaïcaines de blancs, quelque trois cents immigrants allemands ont suivi les traces d'un docteur prussien, William Lemonious, et se sont établis dans cette région vers 1835, créant une colonie germanique dont les traditions perdurent aujourd'hui.

Les terres ont été concédées par Lord Seaford qui possédait de grandes propriétés dans la région. L'objectif était double, d'une part limiter, voire empêcher, l'établissement des esclaves noirs libérés comme petits fermiers indépendants, d'autre part créer une zone tampon peuplée de Blancs entre les riches planteurs des vallées et les Marrons établis dans de minuscules exploitations dans le Cockpit Country tout proche. La population est peu métissée, mais le village a depuis accueilli d'autres fermiers, et seulement 25 % de la population de Seaford est aujourd'hui blanche. On compte environ deux cents descendants des premiers colons allemands dont beaucoup répondent à l'un des quatre patronymes, Somers, Eldermeyer, Wedermeyer ou Kameka. Et, il est bien surprenant d'entendre un fermier à l'allure teutonne s'exprimer en patois jamaïcain ou de se faire servir à l'épicerie par une Allemande. On vient de loin pour acheter aux fermiers allemands un cochon ou une chèvre, tué et préparé selon des méthodes particulières. Si l'allemand n'est presque plus parlé aujourd'hui, quelques traditions demeurent et un mini-musée retrace l'histoire peu ordinaire de cette petite communauté rurale.

Une petite église au toit de zinc, construite au sommet d'une colline, domine le village. La région conserve également de cette page de son histoire quelques lieux-dits et villages baptisés de noms aux consonances bien peu anglaises (Hanover, Blenheim, Berlin, Postdam, Bohemia...). Possibilité de dormir sur place ; une guest house se situe dans le même bâtiment que le musée de la ville.

À voir / À faire à SEAFORD TOWN

Organiser son voyage à SEAFORD TOWN

Photos de SEAFORD TOWN

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

JAMAÏQUE

Guide JAMAÏQUE

JAMAÏQUE 2020/2021

17.95 €
2019-10-16
288 pages
Avis