A 38 km de Montego Bay, l'ancienne capitale commerciale de l'île, qui a connu son apogée au XVIIIe siècle, est aujourd'hui une petite bourgade de province bien tranquille qui rencontre une effervescence particulière le mercredi, jour du marché hebdomadaire. La ville, capitale de la paroisse de Trelawny, ne vaut pas forcément le détour. De son passé prestigieux restent quelques trésors d'architecture géorgienne, d'anciens quais d'embarquement, et une organisation urbaine très classique aux artères larges et droites.

D'ambitieux projets de restauration sont en cours qui prévoient de faire de Falmouth une étape incontournable dans les itinéraires touristiques. Le tournage du film Papillon avec Steve McQueen a été l'occasion de réhabiliter certains édifices. Malheureusement, une restauration plus complète nécessite d'importants budgets qui se font attendre. Pendant ce temps, les intempéries - pluies, orages ou cyclones - endommagent chaque année un peu plus les vieux édifices historiques, grignotant irrémédiablement le patrimoine de la ville. Exemple de ce laisser-aller, la fonderie phoenix bâtie en 1810 située à l'angle des rues Thorpe et Lower Harbour, dont il ne reste que des ruines.

Festival. Falmouth organise son tournoi annuel de pêche au marlin bleu en septembre. Des bateaux de toutes tailles convergent alors vers le lagon pour plusieurs jours d'affrontement avec le puissant poisson. Un lagon qui porte d'ailleurs l'intriguant nom de " luminous lagoon " ou " glistening waters ", les eaux scintillantes. Une attraction presque unique au monde qui vaut indéniablement un détour.

Histoire. La paroisse de Trelawny, initialement rattachée à celle de Saint James, a vu le jour en 1774. Comme beaucoup de lieux de la Jamaïque, elle doit son nom au gouverneur de l'époque. Le produit roi de l'époque, le sucre, a été à l'origine de sa prospérité. Aujourd'hui Falmouth est surtout apprécié pour sa culture d'ignames (yam), plus de 60 % de la production jamaïquaine - en effet, cette riche paroisse ne comptait pas moins de 88 plantations qui fabriquaient sucre et rhum et l'exportaient en Angleterre. Il fallait une ville moderne et facile d'accès pour remplacer Martha Brae, la première capitale paroissiale enclavée sur la rivière du même nom. Falmouth a vu le jour en 1795, lorsque le conseil paroissial a acheté à la riche famille des Barrett des terres en bordure de mer, bercées par des vents frais. Tous les bâtiments administratifs ont été transférés dans la nouvelle capitale. Les planteurs et les riches négociants y ont établi de luxueuses maisons et boutiques. Le conseil paroissial contrôlant scrupuleusement le développement urbain, Falmouth est devenu la ville la plus harmonieuse du pays. Avant New York, on a connu ici un réseau d'eau courante. Le port de Falmouth est rapidement devenu l'un des plus actifs de l'île. Au plus fort de son activité commerciale, on dénombrait jusqu'à vingt-sept navires ancrés dans la baie, chargeant du sucre et du rhum et déchargeant esclaves, nourriture, acier, mobilier, vaisselle... Veillant à la quiétude de ses citoyens, la ville bannissait les marins qui troublaient l'ordre. Au-delà de 18h, on les transférait dans une prison de nuit. Le marché aux esclaves fournissait en main-d'oeuvre les plantations de la région.

Artisans (maréchal-ferrant, menuisier, forgeron, orfèvre) et moyens d'information n'étaient pas en reste et on a bientôt pu compter plusieurs journaux locaux - dont le Cornwall Chronicle, le Falmouth Post, le Baptist Herald - pour rendre compte de l'actualité économique et sociale.

Petit à petit, au XIXe siècle, la ville a perdu de son importance économique et de son éclat avec le déclin du sucre sur le marché international. Son port était inadapté aux nouvelles générations de bateaux et, au tournant du siècle, son activité commerciale a cessé.

À voir / À faire à FALMOUTH

Comment partir à FALMOUTH ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à FALMOUTH

Photos de FALMOUTH

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

JAMAÏQUE

Guide JAMAÏQUE

JAMAÏQUE 2018/2019

17.95 €
2017-11-22
312 pages
Ailleurs sur le web
Avis