L'Étang-Salé, avec près de 15 000 habitants, est une des communes dont la population augmente le plus vite. L'engouement pour la petite commune du Sud vient de ses multiples atouts : sa belle plage de sable noir, la plus longue de l'île avec 1,5 km et pour certains la plus belle, la forêt domaniale de L'Étang-Salé et ses Hauts ruraux. La commune comporte deux agglomérations distantes d'environ 3 km : Étang-Salé-les-Bains, une ville calme, résidentielle et cossue qui s'ouvre doucement au tourisme et Étang-Salé-les-Hauts qui est le centre du bourg et malgré son nom, pas très haut : seulement 150 m d'altitude. Entre elles, la forêt domaniale de L'Étang-Salé s'étend sur 900 ha, couvrant la superficie des dunes. Entre elles, passe aussi la 4-voies qui rend la commune très accessible, à seulement 10 minutes de Saint-Pierre et 20 de Saint-Paul.

Destination familiale par excellence, L'Étang-Salé bénéficie du calme et de la sécurité d'une ville avec très peu de circulation et de délinquance, et offre des activités qui raviront les bambins : les plus grands parc aquatique et parc animalier de l'île. L'endroit est idéal pour faire des balades en forêt ou le long des côtes : à cheval, à pied, à vélo, VTT, VAE, quad bike, vélo elliptique... ou encore faire un parcours de golf. La forêt de l'Étang-Salé a de nombreux parcours aménagés tandis que les pistes cyclables de la commune sont les meilleures de l'île. Étang-Salé était aussi un haut lieu du surf, jusqu'à l'arrêté préfectoral pris en 2013 suite aux attaques de requins. Et notamment pour apprendre le surf grâce à deux " simulateurs ". Le premier est une vague en bord de plage, si régulière, sûre et si facile, qu'elle a été surnommée ainsi. Le second est un vrai simulateur (ou une fausse vague, comme vous voulez) : inauguré en 2012, cet appareil unique dans l'océan Indien est situé dans le parc aquatique et permettra de s'entraîner sans risque. En 2018, il ne reste que le simulateur artificiel, les vagues réelles étant interdites bien qu'encore pratiquées par quelques trompe-la-mort. En effet, ici point de filet de protection comme à Boucan et aux Roches-Noires, mais la question est étudiée...au rythme de la politique. Quant à la baignade, elle est possible dans une partie de lagon protégée par la barrière de corail et surveillée par des MNS, mais interdite et dangereuse sur le reste du rivage. On ne rigole pas : en 2015 une baigneuse de 20 ans a été tuée par un requin. Si la baignade est vivement déconseillée, la plage magnifique et déserte à la sortie de la ville reste propice à la bronzette et aux pique-niques sous les filaos.

Au bourg, quelques artisans fabriquent encore des sièges traditionnels (les chaises du Gol), quelques femmes tressent les célèbres capelines, chapeaux créoles en fibre de latanier. Enfin côté vie nocturne, hormis quelques restaurants c'est le calme plat, il faudra bouger sur Saint-Pierre.

Histoire. La ville doit son nom à un vaste étang littoral dont l'eau saumâtre était renouvelée par les grandes marées de la saison cyclonique. Les sables basaltiques poussés par le vent formaient un vaste champ de dunes. En 1874, l'étang fut presque entièrement comblé (une portion subsiste du côté de la ZAC Roche Carangue), et un million de filaos furent plantés pour fixer les dunes, à l'origine de la vaste forêt aujourd'hui gérée par l'ONF et de la magnifique plage. En 1882, l'ouverture du chemin de fer contribue au développement des Bas, vite accentué par la mode des bains de mer. Après avoir été rattachée à Saint-Louis, la commune est créée en 1894.

À voir / À faire à L'ÉTANG-SALÉ

Organiser son voyage à L'ÉTANG-SALÉ

Photos de L'ÉTANG-SALÉ

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

LA RÉUNION

Guide LA RÉUNION

LA RÉUNION 2019

12.95 €
2018-10-17
552 pages
Ailleurs sur le web
xiti
Avis