Après le village de Bourg-Murat, la nationale traverse des plaines verdoyantes et souvent embrumées, d'où l'on voit parfois le piton des Neiges, puis elle atteint le col de Bellevue (1 626 m), point culminant de la route des Plaines. Arrosés par les alizés de l'Est, les paysages sont plus verts, luxuriants et généreux. Les lacets de la Grande Montée, en l'occurrence une descente en venant de Bourg-Murat, sont particulièrement glissants, soyez prudent. On peut s'arrêter au point de vue du col, d'où le panorama se déploie sur toute la Plaine-des-Palmistes jusqu'à la côte, ou pique-niquer à une des tables le long du chemin. La Nationale arrive en centre-ville de La Plaine-des-Palmistes (1 100 m), après avoir dépassé le charmant Domaine des Tourelles et la Maison du Parc attenante et son architecture en bois tout en courbes aux accents écolo-modernistes. Sur la grande place de la Mairie trône l'hôtel de ville en pierre, étrange, très savoyard, environné de reliefs doux qui s'élèvent en forêts touffues. On se croirait dans une station des Alpes.

Cette bourgade de 6 000 habitants a été peuplée dès 1848 par des Petits Blancs ruinés qui s'y installèrent avec leurs femmes créoles. Puis elle devint lieu de villégiature d'été de la haute société, qui venait y prendre le grand air loin des miasmes et du paludisme des Bas. Déclarée commune en 1899, La Plaine-des-Palmistes a gardé depuis sa réputation de lieu où il fait bon vivre, mais cette commune un peu endormie et plutôt humide reste à l'écart des circuits touristiques habituels. C'est un lieu de passage où l'on s'arrête volontiers visiter la Maison du Parc et le Domaine des Tourelles, mais dont les alentours sont souvent négligés.

En ville, il n'y a pas grand-chose, si ce n'est quelques hébergements, souvent authentiques et bon marché, qui permettront d'explorer la région. Ainsi que des restaurants où l'on pourra goûter une salade de palmistes, dite aussi la salade du millionnaire. On la prépare avec le bourgeon terminal, chou ou coeur de palmiste. Autrefois, la plaine en était couverte, ce qui a donné son nom au village, mais beaucoup d'arbres ont disparu par surexploitation. Dorénavant, les palmistes sont protégés.

Chaque année en juin, on célèbre ici la Fête du goyavier, délicieux petits fruits rouges acidulés pourtant classés comme espèce envahissante, qui poussent notamment dans la forêt de la Petite-Plaine. Pendant l'hiver austral, on croise souvent des dizaines de Réunionnais venus avec voitures et glacières récolter des kilos de fruits le long des routes.

Aux alentours, on pourra se balader à la Petite Plaine, au piton des Songes, lieu de pèlerinage catholique et à la caverne des Fées, une caverne volcanique de plus de 800 mètres de long. Plus haut, de longues randonnées permettent d'atteindre le piton de l'Eau ou le piton Textor, sur le massif de la Fournaise, tandis qu'en direction de la côte, le Grand Etang est tout proche, là aussi l'occasion d'une belle balade facile.

À voir / À faire à LA PLAINE DES PALMISTES

Comment partir à LA PLAINE DES PALMISTES ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à LA PLAINE DES PALMISTES

Photos de LA PLAINE DES PALMISTES

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

LA RÉUNION

Guide LA RÉUNION

LA RÉUNION 2019

12.95 €
2018-10-17
552 pages
Ailleurs sur le web
Avis