" Incredible India ", c'est la devise choisie par l'Office de tourisme pour promouvoir l'incroyable richesse du pays. Cette expression vous accompagnera tout au long de votre voyage en Inde du Nord où vous irez de stupéfaction en émerveillement. Du joyeux tumulte de villes, comme New Delhi ou Calcutta, à l'Himalaya propice à une retraite spirituelle, de la beauté magistrale du Taj Mahal à la mystique ville de Bénarès aussi appelée Varanasi, il est bien difficile de rester indifférent à l'Inde... Se rendre en Inde du Nord, c'est donc risquer d'y retourner ne serait-ce que pour mieux appréhender encore sa culture ancestrale et ses mythes fondateurs. Avec le guide touristique de l'Inde du Nord en poche pour ne rien rater, vous pourriez bien tomber amoureux à vie de cette contrée lointaine merveilleuse, aussi belle que complexe.

Les lieux incontournables d'Inde du nord

Quand partir en Inde du nord ?

La meilleure saison pour se rendre en Inde du Nord c'est de mi-novembre à mi-mars mais la haute saison touristique commence en octobre et se poursuit en avril, c'est là que les tarifs sont les plus hauts dans les hôtels et les restaurants. Des exceptions : les régions de l'Himalaya (nord du Bengale, Sikkim, Himachal Pradesh, Uttarankhand) où les températures sont souvent inférieures à zéro à cette même période. Il neige beaucoup et certains sites sont même inaccessibles. D'octobre à avril, c'est donc, à l'inverse, la saison creuse pour ces différentes zones. La basse saison touristique en Inde du Nord commence mi-avril et se termine fin septembre. De mai à début juillet, la chaleur est étouffante en Inde du Nord ; les températures sont en moyenne de 45 °C. En raison de ces fortes chaleurs, les touristes ne visitent donc que très peu l'Inde du Nord à cette période. Les prix sont bas mais il faut vraiment avoir du courage pour supporter les températures en question. On vous déconseille de voyager en Inde à ce moment-là.

Dans les stations climatiques des contreforts de l'Himalaya, comme au nord du Bengale (Darjeeling, Kalimpong), au Sikkim, dans l'Himachal Pradesh (Shimla, Dharamasala), ou l'Uttarankhand (Mussoorie, Nainital), il fait cependant plus frais (une vingtaine de degrés) à cette période, c'est donc la haute saison touristique pour cette région de l'Inde du Nord.

Si vous partez en Inde du Nord en octobre ou en novembre, vous pourrez assister à la fête de Diwali, la fête hindoue la plus importante de l'année. La nuit, on allume des bougies devant toutes les maisons pour célébrer le retour de Rama dans son royaume d'Ayodhya, on fait exploser pétards et feux d'artifice, on mange bien sûr et on échange des cadeaux.

Holi. Et si vous partez en Inde du Nord, en février ou mars, c'est la fête des couleurs qui marque le début du printemps. Petits et grands armés de pistolets à eau remplis de poudre colorée s'adonnent à des " batailles " dans la rue.

Comment partir en Inde du nord ? Nos conseils & astuces

  • Voyages organisés
  • Partir seul(e)
  • Se déplacer

Les circuits en Inde du Nord sont multiples et on peut aussi bien choisir de faire un circuit classique englobant les grandes villes comme Delhi et les monuments clés comme le Taj Mahal que faire un séjour thématique, culturel par exemple autour de l'hindouisme ou du bouddhisme.  L'Inde du Nord étant une contrée lointaine et dépaysante, il faut un certain temps d'acclimatation, sans compter les longs trajets sur place ; on vous recommande donc un circuit de 15 jours minimum et pas seulement de 10 jours.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Plusieurs compagnies aériennes desservent New Delhi en vol direct depuis l'Europe et le Moyen-Orient. Réservez tôt pour les meilleurs prix ! Sur place, il est assez facile d'organiser ses déplacements, les tarifs des transports étant bas même à la dernière minute.  L'Inde du Nord est sûre mais il convient d'éviter de traîner dans la rue tard le soir et, pour les femmes, il est important d'éviter toute tenue courte et de bien se couvrir les genoux et les épaules pour éviter d'être importunée.

Il est assez facile de se déplacer en avion en Inde du Nord en raison de la desserte fréquente et régulière des différents aéroports via des compagnies régulières et low-cost. Le réseau ferroviaire de l'Inde est énorme et bien développé, y compris dans l'Inde du Nord. C'est un moyen de transport à prix bas mais les trains sont souvent pleins à craquer. Les bus desservent également bien l'Inde du Nord avec des tarifs généralement équivalents à ceux des trains de 2e classe.

Organiser son voyage en Inde du nord

Les circuits touristiques en Inde du nord

L'essentiel du Rajahstan en deux semaines

Ce programme vous emmène à la découverte du riche patrimoine du Rajasthan. Un programme qui promet 15 jours de pur bonheur ! Cet itinéraire comprend deux trajets en train, certes longs, mais qui nous ...

Les incontournables de l'Inde du Nord pendant une longue semaine

Ce séjour de 9 jours vous fera découvrir les splendeurs de l'Inde du Nord : du Rajasthan à Varanaisi, la ville sainte de l'hindouisme, en passant par le fabuleux Taj Mahal.

Photos d'Inde du nord

Découvrir l'Inde du nord

Les plus de l'Inde du Nord

<p>Éléphant du Fort d'Amber.</p>

Éléphant du Fort d'Amber.

Un dépaysement total

" On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait ".

Nicolas Bouvier.

L'univers indien est fait de croyances et de dévotion. Quand l'action d'aujourd'hui détermine la vie de demain, la notion du temps change. L'Inde et ses castes, la volonté du Karma, la puissance de la destinée. Cette vision " explose ", fait sursauter l'âme occidentale souvent perdue dans un monde matériel. L'omniprésente force du sacré, troublante, ouvre la porte inconnue du divin. " L'Orient pour s'orienter ", selon Henri Michaux, car l'Inde agit parfois comme un phare. Provenant des grandes sociétés de consommation où la dimension spirituelle de la vie tend à s'effacer ou à passer au second plan, beaucoup se retrouvent ou se perdent dans la vision ésotérique de l'univers indien. Un choc qui ne laissera en tout cas personne indifférent. Car c'est un monde plus doux et plus dur, où les vaches sacrées ne seront jamais folles, où la nourriture végétarienne remplit les assiettes. Tous les visiteurs qui arrivent en Inde pour la première fois sont d'abord égarés, sans repères dans un ailleurs qui les dépasse. Le dépaysement est total : l'étrange système des castes, les vaches sacrées, les cobras vénérés, le mysticisme des sadhus, les rickshaws, les mille facettes de l'hindouisme qui défient notre entendement et tant d'autres choses, ce voyage ressemble à un songe. Rêver les yeux ouverts, voilà indéniablement de quoi donner envie de quitter la rive, de voguer gentiment à la dérive. L'Inde permet de relativiser, pensez ne serait-ce qu'une minute que vous vivez pour que votre prochaine vie soit meilleure et vous comprendrez.

Le faste des maharajas
<p>La tombe de l'empereur Humayun.</p>

La tombe de l'empereur Humayun.

Si vous avez quelques économies, luxe, calme et volupté seront à votre portée dans cette Inde de tous les contrastes. Hors saison, les prix dégringolent pour qui prend le temps de négocier. Au prix d'un Formule 1, pourquoi ne pas opter pour un haveli ou un ancien palais de maharaja. Le Rajasthan en compte des milliers. Des fastes de cette époque, il reste des hôtels uniques au monde (suites, sculptures en marbre, mosaïques, peintures et mobilier doré à la feuille d'or). Entre trésors à découvrir et palaces où séjourner, un voyage au Rajasthan est un luxe... à la portée de chacun.

Des paysages grandioses

Au pied de l'Himalaya, au coeur des montagnes, aux creux des falaises, au bord des rivières, en haut des collines, sur le lit des plaines chante Mother India.

Le Nord du pays est le refuge des amoureux de la nature, c'est l'âme de l'Inde. Les arbres enveloppés de fleurs en mai, donnent des fruits en abondance en septembre. L'eau, élément si sacré, est là aussi ; la vallée de Manali se reflète dans son éclat.

L'Eldorado se situe en altitude, dans un paysage rocailleux entouré de pics enneigés. Les traits des visages sont tirés par le froid, les yeux plissés s'ouvrent avec curiosité sur l'inconnu. Partout les moulins à prière tournent et les drapeaux laissent s'envoler les prières avec le vent.

Au sommet, le fleuve de l'Indus est le berceau d'une antique civilisation. Les voyageurs de tous horizons sont attirés par ces paysages lunaires. Et sur la route qui mène de Leh à Manali, deuxième plus haute voie accessible au monde, chacun est pris dans un tourbillon de pure beauté.

Autour de Leh, capitale du Ladakh, les gompa accueillent des moines bouddhistes plus ou moins jeunes, qui s'appliquent à respecter des principes séculaires. Ici la vie est rythmée au son des gongs. Le visiteur est charmé. A Leh, de minces torrents d'eau limpide traversent la ville, un labyrinthe de venelles la quadrille et les toits en terrasse viennent compléter ce décor de carte postale. Dans ce lieu propice à la méditation on ne désire rien, on a déjà tout.

Une population accueillante

Il s'agirait presque d'une tradition dans ce pays qui, depuis des millénaires, est une terre de passages, de pèlerinages, de brassages culturels. Les Indiens voyagent à l'intérieur de leurs frontières, et tous ont un jour eu la sensation de se retrouver en " terre étrangère ". Ils mesurent donc avec justesse l'importance de l'accueil, et mettent naturellement en pratique ce qui peut être considéré comme un code de conduite, dicté par la religion - certes ! -, mais qui n'en reste pas moins profondément sincère. Que vous soyez dans les montagnes himalayennes, dans le désert du Thar ou dans une mégalopole comme Delhi ; qu'ils soient musulmans, sikhs, hindous, jaïns ou bouddhistes, il y aura toujours quelqu'un pour vous aider, vous parler, partager son repas ou vous offrir l'hospitalité. A vous d'accepter cette offrande qui rend tout voyage en Inde inoubliable.

La facilité de communication

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il est facile de se " déplacer " en Inde du Nord tant les moyens sont variés et leur accès, aisé. La langue, en premier lieu, ne sera jamais un obstacle insurmontable (ancienne colonie oblige). En dehors de quelques régions et villages reculés, vous croiserez toujours la route d'une personne sachant parler l'anglais, prête à vous aiguiller. Bien sûr, la connaissance de quelques mots d'hindi ravira vos interlocuteurs et vous ouvrira de nouvelles portes.

Les moyens de transport, quant à eux, sont remarquablement bien développés et organisés. Avion, train, bus, Jeep collective, rickshaw... il y a toujours une solution pour avancer et, de surcroît, souvent à moindre frais. Armez-vous quand même de patience, car les trajets sont longs, très longs.

Pour rassurer famille et amis, et leur faire part de votre émerveillement, Internet n'est jamais bien loin. Les connexions - haut débit dans les grandes villes, un peu plus lentes ailleurs - se multiplient. Dans les régions moins touristiques, il faut se contenter du téléphone. Et malgré tout, il reste encore mille et une façons de se " perdre " en Inde.

Reportages & actualités d'Inde du nord

Avis