En 1947, au moment de la partition du pays, le Bengale fut séparé en deux : d'un côté la partie occidentale revenait à l'Inde, de l'autre la partie orientale à majorité musulmane était rattachée au Pakistan, avant de devenir, en 1971, le Bangladesh. Grand comme deux fois la Suisse, le Bengale-Occidental, souvent boudé par les voyageurs (en dehors de Calcutta et de la région de Darjeeling, point de départ de treks vers les montagnes du Sikkim ou du Bhoutan) recèle pourtant quelques petites merveilles. Le territoire du Bengale-Occidental n'a pas une physionomie facile. Il s'étire sur 600 km depuis le golfe du Bengale jusqu'aux frontières avec le Sikkim, le Népal et le Bhoutan. A part cette région himalayenne au nord, le relief est plat, bas et particulièrement marécageux au sud, dans le delta mêlant les eaux du Gange, de la Hooghli (bras du Gange) et du Brahmapoutre.

Comme partout ailleurs, 80 % des terres arables sont recouvertes de rizières, mais le thé est la culture qui draine le plus de roupies. Les plantations de Darjeeling génèrent un revenu annuel de 7,5 millions de dollars. Le reste des activités industrielles se concentre essentiellement sur les rives de la Hooghly en amont et en aval de Calcutta dans un rayon de 50 km. On y file et tisse du jute, du coton et de la soie ; ces textiles sont réputés dans tout le pays pour leur solidité.

La région a beaucoup souffert de la création du Bangladesh en 1971 qui apporta son lot d'immigrants clandestins affamés. Pourtant Bangladeshis et Bengalis ont la même histoire. Le Bengale, dans son appréciation la plus étendue, s'organisa dès le VIIIe siècle avant J.-C sous la dynastie bouddhiste des Pala. De 1200 à 1707, elle échut aux musulmans et intégra même l'Empire moghol pendant plus d'un siècle. Après son déclin, le Bengale oscille entre la domination du Nawab et celle des Britanniques. Depuis 1690, ces derniers avaient ouvert un comptoir commercial à Kolkata. La lutte d'influences est tranchée à la bataille de Buxar en 1764 quand les colons l'emportent définitivement sur le Souverain musulman. En 1937, le Bengale devient une province autonome avec son propre Parlement mais, à l'indépendance, l'hostilité entre les hindous et les musulmans se cristallise dans la région et certains districts viendront former le Bengale-Oriental, futur Bangladesh.

La pauvreté a-t-elle fait le lit du communisme ? La question reste ouverte et après trente et une années au pouvoir, le Parti communiste marxiste (le CPIM) a été reconduit en 2008 pour la dixième fois à la tête du Bengale-Occidental où il compte 176 députés.

Toujours est-il que les Bengalis sont renommés dans tout le pays non seulement pour leur humour et leur gentillesse, mais aussi pour leur culture, leur passion pour la littérature, la musique et leur ouverture d'esprit...

Ils sont ainsi très fiers de leur poète Rabindranath Tagore qui remporta le Prix Nobel de littérature en 1913. On trouve par conséquent des statues à son effigie dans la plupart des villes du Bengale-Occidental et même dans des villages reculés. Autre figure locale célèbre : le cinéaste Satyajit Ray. Ce dernier est cependant plus connu dans les salles du Quartier latin que dans son propre pays.

Les lieux incontournables de CALCUTTA - KOLKATA

Photos de CALCUTTA - KOLKATA

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

INDE DU NORD

Guide INDE DU NORD

INDE DU NORD 2018/2019

13.95 €
2017-11-15
720 pages
Ailleurs sur le web
xiti
Avis