Guide du Portugal : Le Portugal en 30 mots-clés

A Vontade

Au restaurant, tout autant que la qualité, la quantité demeure une valeur très importante ! Oui, le Portugal n'est pas le pays idéal pour commencer un régime, vu les portions proposées. Une demi-dose (meia dose) suffit généralement par personne. Les enseignes les plus généreuses proposent parfois des formules a vontade (à volonté), alors là, c'est le bonheur assuré ! Cette option s'applique aussi pour les filles en discothèque, puisque, pour attirer les plus réticentes, les programmateurs mettent souvent en place une ladies' night avec, non seulement une entrée gratuite, mais toutes les consommations offertes à volonté ! Petites futées, on vous aura prévenues !

Alfacinhas

En portugais, cela veut dire littéralement " petite laitue ", mais c'est aussi par ce terme que l'on désigne les natifs de Lisbonne. La plaine qui entourait Lisbonne était une zone maraîchère réputée pour ses salades... On vous annonce la couleur ! Par opposition, les habitants de Porto sont surnommés les tripeiros, mangeurs de tripes.

Bacalhau

Inévitable, le bacalhau, morue ou encore cabillaud. Plat mangé presque religieusement par les Portugais, il est cuisiné selon 1 000 recettes pour que l'on ne s'en lasse pas. On s'étonnera toujours de l'engouement qu'a suscité ce poisson depuis plusieurs siècles. Il est pêché dans l'Atlantique et la Baltique au large de la Norvège et du Canada par des chalutiers partis en mission pendant de longs mois, pour être séché et rapporté vers ces terres de soleil dont les mers abondent pourtant en bons poissons.

Capes noires

" Capas negras ". Si vous croisez une bande de jeunes vêtus de noir (gilet et culotte à la française pour les garçons, jupe pour les filles) drapés dans une cape de la même couleur brodée d'écussons, pas d'affolement, ce n'est ni la troupe d'amis d'Harry Potter, ni un carnaval, seulement des étudiants de Porto, de Lisbonne ou de Coimbra, l'une des plus anciennes universités d'Europe. Leur tenue noire est un souvenir de l'université médiévale. Si la tradition au départ était de " brûler les rubans ", c'est-à-dire fêter la fin de l'année, certains étudiants les endossent dès qu'il s'agit de sortir et de faire la fête.

Chafariz

Ce joli mot signifie " fontaine " en arabe. Leurs silhouettes classiques ponctueront joliment vos balades et permettront de vous rafraîchir à l'oeil (le visage, pas plus !). Souvent, une jolie place les encadre pour favoriser le papotage. Mais attention, cette eau n'est malheureusement pas toujours potable.

Contrastes

N'ayons pas peur du poncif : le Portugal est une terre de contrastes. Dans la même journée, vous prendrez un pot dans un troquet qui n'a pas changé depuis 100 ans et dans un bistrot qui fait aussi galerie d'art branchée. Dans la vie quotidienne, c'est encore plus flagrant. On s'arrache les cheveux pour trouver une supérette dans les centres historiques, mais on peut payer ses factures et ses impôts dans n'importe quel distributeur de billets.

Coq
<p>Coq de Barcelos.</p>

Coq de Barcelos.

A force de le voir dans toutes les boutiques de souvenirs, on aurait tendance à croire que Portugal vient de Portus Gallus (le port du coq, en latin de cuisine). Pas du tout. En revanche, c'est bien l'emblème du pays, et il a une légende, celle de Barcelos. Il était une fois... Accusé à tort d'un vol, un pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle est traîné devant les juges en plein déjeuner. Pour prouver sa bonne foi, il défie un coq de chanter. Détail : ledit coq était déjà rôti et trônait devant lui. Et pourtant... Cocorico ! Le coq chanta ! Le pauvre pèlerin est sauvé et édifie un calvaire en l'honneur du caïd des basses-cours.

Découvertes

Les Portugais sont de grands voyageurs. Sans eux, pas de Brésil, d'Afrique du Sud ni d'Inde ! A l'aube du XVe siècle, quand la France est en pleine guerre de Cent Ans, les Portugais partent sur les caravelles. Madère, les côtes africaines, le cap de Bonne Espérance, rien ne les arrête ! De ces découvertes, Lisbonne tire ses richesses, la gloire, mais aussi une épopée commune, une expression artistique et... un passé lourd à porter. Le pays est encore quelque peu marqué par ses rêves de grandeur accomplis.

Diminutifs

Ne vous précipitez pas sur votre dictionnaire quand le serveur de la tasca vous répond " um cafezinho " ? si vous demandez un café. Il vous a bien compris. Ce n'est pas une maladie, mais seulement une liberté linguistique qui rajoute " inho " ou " inha " à n'importe quel substantif, comme marques d'affection ou de familiarité.

Doutor

Une autre particularité des Portugais : ils adorent les titres honorifiques. Loin de désigner un médecin, Doutor est un titre employé un peu à tort et à travers pour tous les gens qui se veulent respectables et qui correspond à quelqu'un ayant obtenu une licence universitaire (d'à peu près n'importe quoi). Vous l'entendrez par exemple dans les petits villages pour désigner le notable de la commune.

E assim…

Locution adverbiale que l'on emploie à tout va : en constatant que le bus attendu depuis une heure sous la pluie est complet, qu'on a abîmé un talon sur un pavé un vendredi soir... L'expression signifie " C'est comme ça... ", son sens exact serait plus proche du fatalisme de l'expression " C'est la vie ! ". Au bout de quelques heures ou de quelques jours, vous le direz avec le sourire.

Esgotou

Ce petit mot ne devrait pas trop tarder à vous taper solidement sur les nerfs ; il signifie " Il n'y en a plus " ou " épuisé " et s'applique indifféremment au batido de maracujá (" fruit de la passion ") dont vous rêviez pour vous désaltérer ou au petit cadeau sympa que vous aviez repéré quelques jours avant dans une vitrine. Parfois, on vous proposera un autre article annoncé par un " Pode ser... ", parfois non. Dans ce cas-là, vous apprendrez rapidement à soupirer : " É assim ".

Expo 98

Mais nous sommes 20 ans après, direz-vous ! Eh oui, mais contrairement à d'autres (et faites plaisir aux Portugais, renchérissez sur le sujet...), cette Expo n'était pas seulement l'opportunité pour Lisbonne de montrer sa mutation au monde entier, c'était aussi l'occasion de récupérer une gigantesque friche industrielle (gazomètres, dépôts chimiques en tout genre et entrepôts) au nord-est de la ville pour la transformer en un nouveau pôle urbain. Pour ce faire, on a créé une gare de liaison train-bus-métro signée Calatrava, une nouvelle université, des milliers de logements, une salle de concert couverte de 20 000 places, un centre d'exposition et, bien sûr, un centre commercial. Depuis, le lieu est devenu le Parque das Nações (le Parc des Nations), le quartier le plus moderne de Lisbonne. Rajoutons que le ministre en charge de la mise en place de l'Expo à l'époque n'était autre qu'Antonio Costa, l'actuel Premier ministre du Portugal.

Fado

Cette mélopée nostalgique est l'expression même de la saudade. Pour certains, le fado dériverait du chant des troubadours du Moyen Age ; pour d'autres, il serait né des chants de marins à l'époque des grandes découvertes, imprégnés de leurs aventures et de leur vie sentimentale. Pour d'autres encore, il serait d'origine afro-brésilienne. La chanteuse de fado la plus connue est incontestablement Amália Rodrigues (1920-1999) qui a contribué à faire connaître cette musique dans le monde entier. Le fadista (chanteur ou chanteuse) est accompagné par un ou deux musiciens qui jouent de la viola, guitare classique à 6 cordes et de la guitarra portuguesa (guitare portugaise) avec 12 cordes métalliques et dont la caisse est en forme de coeur inversé - à ne pas confondre avec la première. A Lisbonne, les thèmes abordés relèvent plus des problèmes du quotidien, tandis qu'à Coimbra, le fado est uniquement chanté par des hommes, tradition étudiante pour déclarer son amour à sa prétendante sous forme de sérénade. Certains seront peut-être inspirés...

Fenêtres

Balcons en fer forgé, encadrements en pierre, volets de bois peints en vert..., les janelas du Portugal sont infiniment photogéniques. A Lisbonne et à Porto, elles laissent voir le linge qui sèche, des fleurs en pot, des cages à oiseaux. Joliment encadrées, des vieilles dames à leur fenêtre regardent les jours qui passent et échangent de menus propos avec leurs voisines. D'autres fenêtres richement sculptées dites manuélines, comme celles de Tomar et de Lagos, rappellent l'époque du roi Manuel et le temps des grandes découvertes.

Fixe

Prononcez " fish " (comme fish en anglais !). Voilà un mot populaire surtout employé par les jeunes pour qualifier quelque chose de top, vraiment cool quoi ! A noter que d'autres mots synonymes ont fait leur apparition récemment : bacano, porreiro...

Hispanophobie

" D'Espagne ne vient ni bon vent ni bon mariage ", claironne-t-on encore aujourd'hui au Portugal. Une règle d'or : pour communiquer et pour un meilleur accueil, préférez l'emploi du français et de l'anglais à l'espagnol. Rivalité et hostilité ancestrales aidant, ce n'est pas le grand amour entre ces deux pays, dont l'un a occupé l'autre près de 60 ans au XVIIe siècle. Cependant, les mentalités évoluent avec l'Europe.

Hospitalité

Il s'agit de l'un des traits de caractère des Portugais. Le sens de l'hospitalité est omniprésent et se double d'une grande discrétion. De plus, les Français sont parmi les chouchous, car la plupart des gens ont de la famille en France ayant émigré dans l'Hexagone sous la dictature de Salazar ou durant les époques de grande pauvreté au XXe siècle, qui ont spécialement frappé les régions rurales du nord du Portugal.

Incendies

Malheureusement, le Portugal est connu pour les incendies qui, tous les étés ou presque, réduisent en cendres ses belles forêts de pins. Après les étés déjà catastrophiques de 2013 et 2015, 2017 a été la pire des années. Les effets d'une sécheresse séculaire et l'absence d'une politique d'entretien des forêts, symptomatique de la désertification démographique de certaines zones du pays, ont été aggravés par un manque flagrant de moyens et une profonde désorganisation des services liée à une accumulation d'incompétences dans la hiérarchie de la protection civile ainsi que l'action récurrente de pyromanes ; l'ensemble explique, suivant les rapports d'experts, cette situation cataclysmique : en juin et octobre 2017, plus d'un demi-million d'hectares de forêt (correspondant à 4,5 % du territoire continental) sont ravagés par des incendies incontrôlables qui font plus de 140 morts.

Marchés

Toutes les villes du Portugal possèdent marchés municipaux et en plein air (quotidiens, hebdomadaires ou mensuels). Le mercado municipal est non seulement l'endroit pour vous procurer tous les bons produits locaux, mais aussi le coeur de la vie populaire. Un grand faible pour le marché quotidien de Coimbra, celui du jeudi à Barcelos et celui du jeudi matin à Carcavelos (banlieue de Lisbonne).

(Tele) Novela

Cet incontournable de la télévision portugaise (avec Big Brother et trois versions différentes de Questions pour un champion !), est présent, hélas, dans beaucoup d'endroits (cafés, restaurants) avec, de préférence, le son mis au maximum, même si personne ne regarde ! Issus des soaps brésiliens, ce sont des feuilletons à budget plus ou moins réduit aux rebondissements aussi variés que les personnages sont caricaturaux, dans la même veine que notre feuilleton national Plus belle la vie, souvent en pire.

Œillets

Ceux du 25 avril 1974, bien sûr ! Cette nuit-là, la chanson de Zeca Afonso, " Grândola Vila Morena ", diffusée à 0h25 sur les ondes de la radio catholique de Lisbonne, est le signal attendu. Une unité des casernes de Santarém se met en route pour Lisbonne. Les capitaines de l'armée, autour du général Spinola, écoeurés des guerres coloniales sans issue en Angola et au Mozambique, menacent ouvertement le pouvoir. Ils sont appuyés par le peuple de Lisbonne et tous tiennent à la main... des oeillets. La capitulation est rapide, et la révolution pacifique : seuls trois morts sont à déplorer.

Oliviers

Des champs d'oliviers à perte de vue... Ne vous étonnez pas si vous rencontrez de magnifiques paysages faits de rangées d'arbres symétriques au coeur des plaines de l'Alentejo. En passant en voiture, vous remarquerez aussi l'odeur âcre des olives pressées par les coopératives locales. Le Portugal produit environ 64 000 tonnes d'huile d'olive par an. L'autre arbre vedette du pays est le chêne-liège, dont le tronc est exploité pour fabriquer des bouchons exportés dans le monde entier. Vous repérerez vite leur silhouette au tronc dénudé.

Pavés

Les villes portugaises sont, pour la plupart, situées sur des hauteurs, comme Lisbonne, Coimbra et Porto. Elles sont constituées de rues inextricables, tortueuses et... pavées. La règle d'or de tous les voyageurs est de visiter les villes avec de bonnes chaussures, pas trop glissantes et très confortables. Pour les filles, les petites chaussures délicates sont à proscrire ! Si vous persistez pour sortir en talons, sachez qu'ils ne survivront pas à la longue virée nocturne de bar en bar, ils seront abîmés ou resteront coincés entre les pavés disjoints qui font le charme des centres historiques du Portugal.

Romarias

Ce sont les grandes fêtes en l'honneur des saints patrons des villes. De même que les pèlerinages et les processions, elles rassemblent encore des foules considérables de fidèles. La plupart des fêtes populaires portugaises trouvent leur origine dans des traditions vieilles de plusieurs siècles. A Lisbonne, on fête évidemment Santo António, un pur natif de l'Alfama, le plus vieux quartier de Lisbonne. Ce saint qui détient le record de la canonisation (le jour de sa mort) est LE patron de la ville, (amusez-vous à crier " António ! " dans la rue, et comptez le nombre d'hommes qui se retournent !).

Saudade

Un mot presque intraduisible en français, mais ô combien ressenti par les Portugais ! On l'a décrit comme étant un sentiment de nostalgie du temps glorieux des grandes découvertes, une espèce de soumission au destin, aux difficultés de la vie, un espoir de retour aux jours meilleurs. C'est l'absence, le regret de ce qui aurait pu être ou de ce qui a été (sans l'idée de remords), la résignation devant ce qui ne pourra jamais venir... c'est aussi le souffle du fado, l'âme du pays tout entier. Le fado est l'expression même de la saudade, un état d'âme populaire chargé d'une mélancolie douce-amère.

Templiers

Les chevaliers de l'ordre du Temple au Moyen Âge ont fortement influencé l'histoire et l'architecture du pays. Venus de France et de Navarre pour reconquérir le Royaume chrétien alors aux mains des Maures musulmans, ils ont appuyé le roi Afonso dans la Reconquête du pays au XIIe siècle, et ont bâti de magnifiques châteaux, notamment à Tomar, leur ancien quartier général. Aujourd'hui, de nombreuses fortifications portent encore leurs insignes.

Temps de vivre

Au Portugal, pas d'autre choix que de renoncer vite à votre excitation française. Apprenez à perdre votre temps en vous asseyant sur un banc, flânez sur un miradouro, regardez fleurir un bougainvillier ou ne faites rien ! Le problème, c'est que cette langueur peut gagner les serveurs de restaurant ou les vendeurs. qui signifie normalement " de suite " n'exprime dans la vie courante qu'un futur approximatif... vous pouvez insister avec un Já, Já !, mais la réponse sera mais um bocadinho ! autrement dit " encore un petit moment ! " (petit moment évidemment relatif). Attention, le moindre signe d'impatience provoque un ralentissement exponentiel des événements !

Tremblement de terre

Il s'est produit plusieurs fois, il reviendra sûrement, mais le plus grand (jusqu'à présent), c'est celui de 1755. Le jour de la Toussaint, une secousse sismique ébranle pendant six minutes la ville de Lisbonne. Hélas, c'est l'heure de la messe ! Nombre de rescapés, sortis dans la rue pour échapper à l'écroulement des voûtes de l'église, seront noyés par la monstrueuse onda gigante (tsunami) qui ravage toute la ville basse. Ceux qui sont dans les hauteurs périssent dans le gigantesque incendie qui suit. Bilan : 80 000 morts, une ville ravagée, un bras de mer déplacé - et toute l'Europe du temps des Lumières devenue un peu plus pessimiste après ce drame. De nombreux villages et châteaux fortifiés sont endommagés dans tout le pays.

Xénophilie

Ce joli néologisme semble avoir été inventé pour le Portugal et notamment pour Lisbonne. Sans doute grâce aux découvertes ou à leur histoire, les Portugais regardent généralement avec intérêt et bienveillance ce qui est étranger. En politique, par exemple, les partis d'extrême droite enregistrent les scores les plus bas de toute l'Europe. Tout cela ne doit pas faire oublier que, bien que les Portugais se déclarent souvent non racistes, la différence entre natifs et immigrés est encore clairement visible dans le monde du travail et dans les structures sociales. De plus, à l'instar de ce qui se passe à Venise ou Barcelone, cette bienveillance pourrait avoir tendance à s'émousser dans certains quartiers de Lisbonne et Porto littéralement envahis par les touristes. Raison de plus, pour ne pas se comporter en territoire conquis.

Faire – Ne pas faire

N'oubliez pas de dire bonjour (bom dia, le matin, boa tarde, l'après-midi, boa noite, la nuit), merci (obrigado, pour le masculin, obrigada, pour le féminin) et s'il vous plaît pour demander quelque chose (faz favor).

Il est rare de se tutoyer, vous utiliserez souvent le " A " avec les amis (A Ana) ou le " O ", et si vous ne connaissez pas les personnes (O João). Utilisez " O Senhor " (pour un homme) ou " A Senhora " (pour une femme), même si le você (vous), à la manière brésilienne, tend à être de plus en plus utilisé. Quoi qu'il en soit ce sera toujours votre prénom qui sera mis en valeur plutôt que votre nom, ainsi si vous vous nommez Léo Granier, on vous appellera le plus souvent " O Senhor Léo ", en vous tapant sur l'épaule amicalement, si vous êtes sympa !

Fado de Coimbra. N'applaudissez pas à la fin d'un spectacle de fado à Coimbra. Les conventions veulent que l'on toussote en signe d'approbation.

Adresses Futées du Portugal

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
xiti
Avis