C'est à la croisée de deux univers que prospère depuis plus d'un millénaire la Serbie, entre les civilisations slaves et celles de l'Europe de l'ouest. Avec la Roumanie à l'est, la Bosnie à l'ouest, la Hongrie au nord et la Bulgarie au sud, nous sommes ici indubitablement en plein coeur des Balkans. Une simple balade dans Belgrade, la capitale serbe, suffira à vous en persuader : on croise ici orthodoxes, catholiques ou musulmans, c'est-à-dire serbes, croates, bosniaques, hongrois ou bien encore albanais. Mais la Serbie ne saurait se résumer à sa capitale, loin s'en faut, et c'est bien ce que compte prouver le guide touristique de la Serbie. Une visite de ce coin d'Europe centrale sera marqué par de nombreux vestiges du passé, d'antiques et impressionnantes cités romaines en château médiévaux, sans oublier la profusion de monastères dont le territoire est truffé. En sillonnant le puissant Danube, vous croiserez certains des plus beaux parcs naturels d'Europe avant de rejoindre les Portes de Fer, plus important défilé du continent. Tourisme rural, découvertes culturelles, surprises gastronomique, nuits de fêtes à Belgrade, si le pays à tout cela à offrir, c'est des mains de ses chaleureux habitants que la beauté de la Serbie vous sera présentée. Pour qui cherche une escapade hors de sentiers battus, la Serbie semble bel et bien correspondre au profil ! Добродошли у Србију !

Les lieux incontournables de Serbie

Quand partir en Serbie ?

Quand partir en Serbie ? Si la haute saison touristique commence en mai pour se terminer en octobre, le meilleure période pour partir en Serbie se concentre néanmoins sur les saisons de printemps, mais surtout d'automne, sont conseillés : temps ensoleillé, pluviosité faible et températures douces. Les amateurs de sports d'hiver et de montagne en général se demandant quand partir en Serbie opteront en revanche pour la saison hivernale, s'étalant de décembre à fin mars. D'une manière générale, le climat assez sec, particulièrement en hiver où, cependant, les brouillards sont aussi fréquents que denses.

Comment partir en Serbie ? Nos conseils & astuces

La Serbie s'ouvre de plus en plus au tourisme, si bien que vous n'aurez aucun mal à trouver un tour opérateur ou une agence de voyage connaissant les principaux acteurs touristiques du pays pour vous monter un itinéraire. Certaines agences sont même spécialisées sur certaines thématiques ou certaines régions de la Serbie. Enfin, vous pourrez également combiner la visite du pays avec celle de ses voisins !

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Le prix moyen d'un vol aller/retour pour Belgrade depuis l'Europe de l'ouest est d'environ 150 €, même si certaines compagnies low-cost casse littéralement les prix. A noter que la variation des prix dépend de la compagnie empruntée, du délai de réservation, s'il y a escale ou non, mais surtout des dates. Pour obtenir des tarifs intéressants, il est indispensable de vous y prendre très en avance, tout comme pour bénéficier d'un logement agréable à bon prix.

Le réseau d'autobus dessert toutes les villes et la grande majorité des villages de Serbie, et ceux circulant sur les grands axes internationaux sont même confortables et modernes. Voyager en train en Serbie est, pour qui sait prendre son temps, un vrai bonheur. Que ce soit dans les montagnes de l'ouest du pays, sur la côte au relief escarpé ou dans les plaines, le paysage sera toujours bien mieux apprécié en train. Une voiture personnelle ou de location reste néanmoins un gage d'autonomie.

Organiser son voyage en Serbie

Photos de Serbie

Découvrir la Serbie

Les plus de la Serbie

Drvengrad.
Drvengrad.
Un creuset d’histoire et de population

Proche alors qu'on l'imagine lointaine, la Serbie attire les Français pour l'idée d'une terre largement méconnue et supposée différente. Axe clé des Balkans, située au centre des principales routes menant à Athènes, Bucarest, Istanbul et Sofia, la Serbie s'est construite au fil des siècles une identité forte, empreinte d'influences diverses liées aux invasions et migrations. Ainsi, slaves du Sud, les Serbes ont également profité d'influences latines et surtout turques ottomanes. L'histoire riche et complexe des Balkans a apporté au pays une mosaïque ethnique rare. Parmi les 37 nationalités qui composent le paysage humain serbe, vous pourrez peut-être rencontrer des Ruthènes ou des Vlachs. Par là même, toutes les religions monothéistes y sont représentées, et cette diversité culturelle et religieuse sera le point de départ d'une balade entre folklore, traditions, gastronomie et architecture.

Car l'Histoire, qui s'est souvent faite dans la douleur, a laissé ici de nombreux vestiges : sites préhistoriques et romains parmi les mieux conservés d'Europe du Sud-Est, forteresses médiévales à la fois serbes, ottomanes et austro-hongroises, et bien sûr les fameux monastères, certainement les plus beaux des Balkans.

Le beau Danube

La Serbie est sans conteste une destination idéale pour les amateurs des vacances en pleine nature, au bord des fleuves, des lacs et plus généralement pour les amateurs de tourisme rural. Les fleuves Morava, Drina et Tisza totalisent à eux seuls plus de 1 000 km de cours d'eau : s'étirant entre canyons et défilés, ou bien le long de plaines à blé, ils offrent la possibilité de faire de la pêche, du canyoning ou tout simplement du camping en pleine nature. Le Danube, avec ses 588 km traversant la Serbie d'ouest en est, reste encore la meilleure des solutions pour qui veut découvrir le pays et avoir un panorama de ses richesses. Au confluent entre civilisation austro-hongroise et slave, le Danube a suscité l'apparition de nombreuses richesses architecturales : site néolithique de Lepenski Vir, castrums romains, forteresses médiévales et centre-villes baroques du temps de l'empire austro-hongrois, surtout à Sombor, Subotica, Novi Sad et Apatin, la ville de la bière nationale (Jelen)... Il traverse des régions aux cultures différentes, chacune avec son folklore et ses traditions bien ancrées et soigneusement conservées par des Hongrois, des Roumains, des Bulgares et des Slovaques, parmi d'autres.

Ce sont aussi les grandes villes de la culture serbe historique, avec Belgrade, Niš, Novi Sad, Sremski Karlovci (musée du miel, vignobles, etc.) et Vršac, d'où sont partis et d'où se sont développés bien des mouvements et institutions culturelles. Enfin, les plus grands terrains de chasse des Balkans, tel le réputé Karadjordjevo, et le fameux défilé du Djerdap, Golubac, Kladovo offrent des loisirs plus sportifs. On peut y organiser des croisières par l'intermédiaire d'une agence ou avec son propre bateau.

La richesse offerte par le Danube a démultiplié l'offre touristique ces dernières années. L'on peut désormais faire de grandes ou petites croisières sur le fleuve et du sport comme les régates.

www.serbie.travel

Les monastères orthodoxes
<p>Monastère de Žiča.</p>

Monastère de Žiča.

Les très nombreux monastères construits entre le XIIe et le XVe siècle, non seulement façonnent le paysage de la Serbie, mais constituent de véritables témoignages de la richesse architecturale et picturale médiévale. Cinq monastères figurent déjà sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco et sont protégés par la communauté internationale : Studenica, Stari Ras, Sopoćani, Djurdjevi Stupovi et Dećani. Le meilleur exemple de cette extraordinaire densité en ouvrages religieux nous est donné par la Rascie (Raška, en serbe) région du sud-ouest, voisine du Kosovo, première à avoir vu naître les monastères serbes, avant même le Kosovo qui, lui, concentre le plus grand nombre d'églises et de monastères chrétiens en Europe !

A la fin du XIIe siècle, Stefan Nemanja réussit à former un Etat centralisé autour de la Rascie et fait construire plusieurs monastères, dont le plus important est Studenica. Ses successeurs à la tête de l'Etat serbe construiront aussi chacun un monastère, destiné à montrer la splendeur de leur règne, ainsi qu'à accueillir leurs tombes respectives : les plus fameux sont Žiča, Gračanica, Dećani, Sopoćani, Krušedol, Ravanica, Kalenic ou Manastir Manasija, près de la ville de Despotovac. Par leurs décors et leurs dimensions, ces ouvrages sont des témoignages de l'âge d'or de l'orthodoxie serbe, et les écoles architecturales dont ils sont issus s'imposeront à tout le monde orthodoxe. En Serbie méridionale, ce sera l'école de Rascie ; en Serbie centrale, l'école moravienne.

Cependant, la réputation de ces monastères ne serait pas aussi immense en Europe sans la perfection de leur décoration murale. Leur intérieur est en effet entièrement recouvert de fresques et de peintures murales dans des tons bleutés et dorés : lorsqu'on y pénètre, on est littéralement saisi par leur beauté et l'impression de recueillement qu'elles dégagent.

Avec plus de 36 000 fresques et plus de 10 000 icônes répertoriées, la peinture religieuse constitue la plus grande richesse patrimoniale de Serbie.

www.sv-luka.org/monasteries

Un premier aperçu, riches en photos, sur le site.

Un folklore et une musique vivants

Les amateurs de musique tzigane, de danses folkloriques ou de complaintes slaves seront ici au paradis des sons envoûtants !

Un nombre impressionnant de festivals de musique traditionnelle et de rencontres folkloriques, qui se sont encore multipliés ces dernières années, combleront d'aise tous ceux qui ont rêvé sur les musiques de films d'Emir Kusturica.

La Voïvodine est un creuset multi-ethnique qui offre une palette de musiques et de traditions très larges : danses hongroises, chants roumains ou rondes slovaques, avec des costumes aux couleurs vives et une gaieté rafraîchissante ; mais aussi les tamburaši, orchestres à cordes typiques de la région du Danube.

En Serbie centrale, on assistera à la danse trépidante et cadencée du kolo, ainsi qu'à des choeurs polyphoniques.

Enfin, en Serbie méridionale, le čoček ondoyant, ainsi que les mélopées lancinantes accueillent le visiteur dans toutes les auberges.

Partout, les Tziganes et leurs fanfares de cuivres peuvent apparaître au détour d'une rue. Quant à ceux qui apprécient les disques de Goran Bregović, qu'ils ne manquent surtout pas le festival de Guća, le plus important festival de trompettes en Europe.

Un paradis pour le tourisme vert

Entre moyennes montagnes, collines et plaines, la Serbie offre de nombreuses possibilités de tourisme en pleine nature. Les pentes montagneuses aux dénivelés de toutes tailles, situées dans des paysages splendides, invitent, hiver comme été, à la pratique du VTT, du parapente et du ski. Des versants parfois abrupts des montagnes, ainsi que de très nombreuses grottes - aménagées ou sauvages - raviront les amateurs d'escalade et de spéléologie. Les canyons, défilés et rapides permettent le kayak et le rafting sur la Tara, l'Uvac ou la Drina. Enfin, d'immenses espaces en moyenne altitude, déserts mais à la flore resplendissante, offrent l'occasion d'intéressantes randonnées, de trekkings et photo-safaris. Parcs et réserves naturelles regorgent de beautés de la nature. Lacs en altitude, canyon de l'Uvac, réserve d'oiseaux de Carska Bara permettent des randonnées dans un cadre enchanteur. Les massifs de Biogradska Gora, Fruška Gora, Tara et de Kopaonik sont recouverts de forêts habitées par une faune nombreuse. Pour ne rien gâcher, gîtes et tourisme rural se sont développés à toute vitesse ces dernières années. Les villages autour de Valjevo, Kosjerić, Kraljevo et Kruševac offrent des gîtes et des tables d'hôtes intéressants. En Voïvodine, ce sont les salaš, ces fermes charmantes qui sont autant de chambres d'hôtes rustiques mais de qualité, tout en continuant à fonctionner.

Balnéothérapie et eaux thermales

Quelque 40 stations thermales et d'innombrables sources thermales existent aujourd'hui en Serbie, offrant de larges possibilités d'hébergement et d'activités. Les sources thermales sont exploitées depuis l'époque romaine, surtout dans le centre du pays. Les eaux minérales sont nombreuses et riches en divers minéraux.

Ce qui explique la multitude de stations climatiques dans les régions de basse montagne qui, du fait de leur climat doux et de la qualité de leurs eaux, sont connues pour le traitement des problèmes pulmonaires, neurologiques ou cardio-vasculaires. Les stations thermales les plus réputées sont Vrnjačka Banja, Banja Koviljača, Sokobanja, Mataruška Banja, Čigota Zlatibor ou Niška Banja.

A côté de ces activités paramédicales, le cadre naturel toujours agréable ainsi que des infrastructures hôtelières et sportives nombreuses attirent des touristes en quête de vacances calmes, reposantes et utiles. Certaines de ces stations, comme Arandjelovac ou Vrnjačka Banja, organisent de nombreux festivals et événements culturels qui ajoutent quelques attraits à leurs atouts naturels.

Association des stations thermales et climatiques

36210 Vrnjacka Banja

Tél : +381 36 611 110

udruzenjebanja@gmail.com - www.serbianspas.org

Une capitale en effervescence

Belgrade, capitale de l'ex-Yougoslavie, a préservé son statut de meneuse régionale. Avec près de 2 millions d'habitants, elle conserve l'aura qu'elle avait du temps du communisme. Depuis la fin de l'ère Milošević, Belgrade revit, se transforme, se développe, progresse. En partie ruinée, comme le reste du pays, à l'aube de l'an 2000, la ville change et se modernise mais garde heureusement cette âme slave qui fait son charme. Au croisement de deux fleuves majeurs, la Save et le Danube, du haut de sa citadelle, la ville blanche a renoué avec ses nuits légendaires. Ici, vous viendrez autant pour chercher l'âme ancienne dans ses rues que pour sa culture foisonnante et ses nuits magiques. On vient de loin désormais pour faire la fête à Belgrade. La presse mondiale (The New York Times, Le Figaro et autres) ne cesse de vanter les nuits belgradoises endiablées. Ne ratez pas les splavs, ces bateaux - ou plutôt radeaux - qui sont autant de bars, de restaurants ou de discothèques sur le Danube ou la Save.

 

Pour tout savoir chaque jour et ne rien rater, ces sites (en anglais) seront vos bibles :

www.bginfobox.rs

www.belgradeeye.com

www.belgrade.inyourpocket.com

Reportages & actualités de Serbie

Ailleurs sur le web
Avis