Voici une destination touristique encore confidentielle. Au sein de la Russie, la Sibérie occidentale se déploie de la Mongolie à l'océan Arctique et de l'est de l'Oural à la ligne de partage des fleuves Ob et Ienisseï. C'est une plaine humide parsemée de lacs et de marécages. La plaine de Sibérie occidentale (За́падно-Сиби́рская равни́на) occupe la partie occidentale de l'immense Sibérie dont elle couvre environ un tiers de la superficie, s'étendant sur 2 400 km, du nord au sud, et sur 1 900 km, d'est ou ouest. C'est une mosaïque d'espaces naturels variés : toundra, toundra boisée, taïga, forêts de feuillus et de conifères, steppe et zone semi-aride. Au sud, vous avez des montagnes de l'Altaï avec de superbes sommets où vous pouvez pratiquer la randonnée, l'escalade et le rafting. Dans les forêts sont implantées des isbas romantiques et certaines villes offrent des centres anciens, dont Tomsk et Tobolsk avec son kremlin et sa cathédrale orthodoxe Sainte-Sophie. Vous ne manquerez pas de visiter et de séjourner à Novossibirsk, avec des attraits touristiques qui attirent les locaux comme les étrangers : parc aquatique, parc zoologique, jardin botanique, cathédrale byzantine Alexandre Nevski, musée du chemin de fer... Si la découverte de la Sibérie occidentale et de la Sibérie orientale reste une aventure hors des sentiers battus, le tourisme se développe rapidement dans la région et les infrastructures d'accueil s'améliorent.

Les lieux incontournables de Sibérie Occidentale

Quand partir en Sibérie Occidentale ?

Quand partir à la découverte de la Sibérie occidentale ? C'est de notoriété publique, l'hiver est très rude en Sibérie. Mieux vaut programmer votre séjour en été, d'autant que même à cette période l'affluence touristique reste modérée, voire très modérée dans certaines zones. Deux périodes sont essentiellement à éviter : la fonte des neiges (vers mi-avril, début mai), et la période de mi-octobre à début décembre où les jours sont très courts et où le soleil ne brille pratiquement jamais. Pour randonner dans les montagnes du sud, préférez les mois de mai et juin. L'automne offre à la taïga des couleurs flamboyantes.

Comment partir en Sibérie Occidentale ? Nos conseils & astuces

Les voyages organisés pour la Russie sont une bonne option. Ils se déroulent généralement sur trois semaines, ce qui vous permet de découvrir tout de même plusieurs régions efficacement dans la mesure où tout est organisé et que vous ne perdrez pas votre temps à chercher votre route ou votre logement. Avantage aussi : vous n'avez pas à vous occuper de votre visa.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Ne pas maîtriser la langue russe n'est plus rédhibitoire sur place, sauf dans les campagnes, car la pratique de l'anglais se développe toujours plus. Vous trouverez facilement des vols secs pour Saint-Pétersbourg ou Moscou, vous pouvez réserver de chez vous vos hôtels en ville. Sur place selon l'itinéraire que vous avez imaginé vous pourrez toujours relier un point à un autre en bus ou en train.

Les vols intérieurs sont efficaces mais chers. Prenez à la gare routière, les autobus et marshroutkas qui quadrillent le pays à prix imbattables. Mais c'est le train qui vous fera prendre la mesure du pays, samovar à portée de tasse, avec ou sans couchette. Un train à grande vitesse relie Moscou et Saint-Pétersbourg en 5 heures. Les bateaux de croisières empruntent les fleuves. À Moscou, les bateaux sillonnent la Moskova à prix modique. À Moscou et Saint-Pétersbourg, préférez les taxis aux bus. En Sibérie le transsibérien est une option intéressante à tous niveaux.

Organiser son voyage en Sibérie Occidentale

Photos de Sibérie Occidentale

Découvrir la Sibérie Occidentale

Les plus de la Sibérie

L’espace

Rares sont les endroits sur cette terre où l'on peut se sentir véritablement seul. La Sibérie en fait partie. Au beau milieu de la taïga ou de la toundra, en haut de ses montagnes et le long de ses fleuves, l'espace sibérien procure un sentiment de solitude et de liberté. Si vous avez épuisé le catalogue des " vacances nature ", la Sibérie est pour vous. Ski de piste, chiens de traîneaux, croisières fluviales, hélicoptère au-dessus des volcans ou simple méditation devant tant de beauté, cet immense territoire dévoile ses charmes à qui veut franchir l'Oural. Il faut sept jours de train pour traverser ce pays, 500 kilomètres sont une promenade de santé et certaines régions septentrionales sont coupées du monde plusieurs mois par an. Mais le jeu en vaut largement la chandelle.

Le choc culturel
<p>Compétition de Kures, la lutte khakasse.</p>

Compétition de Kures, la lutte khakasse.

L'impression que procurent ces espaces à perte de vue est si forte qu'on se sent mal à l'aise une fois de retour en ville après quelques jours de randonnée ou de trekking. Mais cette sensation de décalage passe bien vite : les cités sibériennes ont le sens de l'accueil et sont d'une tranquillité réconfortante. Loin d'être des laiderons architecturaux, les plus anciennes sont même fort belles telles Irkoutsk ou Tomsk.

Elles sont aussi pour le voyageur l'occasion d'observer le melting-pot sibérien. Russes, Ukrainiens, Polonais, Caucasiens, Asiatiques... La Sibérie est la terre natale d'une trentaine d'ethnies minoritaires qui n'ont absolument rien en commun avec les Russes et qui se répartissent en plusieurs familles linguistiques : les peuples ougriens (cousins des Finnois... et des Hongrois !), les peuples ouraliens (cousins des précédents), les peuples toungouses, mongols et turcs appartenant à la famille altaïque, sans oublier les peuples hyperboréens qui n'ont pas fini de faire enrager les linguistes. La Sibérie est aussi ce mélange de peuples et de cultures, au croisement de l'Europe et de l'Asie, comme un point d'interrogation sur l'identité russe.

Une autre Russie
<p>Lever de soleil automnal sur la Réserve Naturelle de l'Altaï</p>

Lever de soleil automnal sur la Réserve Naturelle de l'Altaï

Hélas, les voyages en Russie sont souvent circonscrits dans sa partie européenne, la plus peuplée, la plus ancienne, mais aussi la moins représentative de l'espace russe. Alors que les Moscovites s'agitent et que les Pétersbourgeois n'en finissent pas de lorgner sur l'Europe, la Sibérie impose un autre rythme, plus lent, contemplatif même. Il est difficile d'énoncer des généralités sur la situation économique des Sibériens : certaines régions bénéficient d'importants investissements (gaz, pétrole, mines...) alors que d'autres sont laissées à l'abandon. Cela étant, un voyage au-delà de l'Oural vous permettra d'apprécier peut-être plus justement la situation des Russes contemporains qu'un séjour à Moscou. De plus, les Sibériens ont la réputation (parfaitement justifiée) d'être très hospitaliers et ravis de faire découvrir leurs contrées aux visiteurs étrangers. Plus qu'ailleurs en Russie, vous ressentirez cette tradition d'accueil qui veut qu'on reçoive un étranger comme un prince et qu'on le prenne en main quand il est perdu. Espace de solitude, la Sibérie est aussi un endroit où la solidarité est un mot qui prend tout son sens.

Ailleurs sur le web
Avis