Costumes extravagants, exubérants, chars de parades gigantesques, défilés colorés, spectacles à couper le souffle : la période des carnavals arrivent et est la promesse d'animer les villes du monde entier ! Au soleil ou sous la neige, les croyances et les traditions de chaque pays se manifestent pendant quelques jours ou même plusieurs mois. Certains préparent même l'événement toute l'année afin d'en faire le moment festif et culturel de l'année ! Univers atypique et festif, aucun carnaval ne ressemble à un autre. Toutes les générations s'y côtoient et s'y amusent, avec un seul mot d'ordre : faire la fête !

©

Carnaval de Bâle 

Le carnaval de Bâle est l'un des plus connus et des plus attendus des carnavals européens. Du 2 au 4 mars, la ville suisse voit les flûtes et les masques déambuler dans les rues de Suisse en envahissant les commerces, les bars, les restaurants, et tout ce qui possède une porte qui s’ouvre. Les déambulations commencent dès 4h du matin, alors que les lumières sont toujours éteintes dans la cité, c'est dire si les Bâlois sont pressés de profiter des festivités. La musique sort de tous les côtés et il est impossible de trouver un moment de répit. Le carnaval de Bâle est la plus grande fête populaire de Suisse où près de 20 000 personnes défilent costumées.

©

Carnaval de Binche

Tout comme le carnaval d’Oruro, le carnaval de Binche est reconnu par l’Unesco comme un chef-d’œuvre du patrimoine immatériel de l’humanité. Durant plusieurs mois, les habitants et la Ville préparent ce grand moment festif de la cité belge, et c'est ensuite pendant les « trois jours de gras » (chacun ayant un thème bien spécifique), que près de 1 000 Gilles et autres personnages folkloriques comme Pierrot, Arlequin ou encore le paysan, dansent au son des cuivres et des tambours. Cette manifestation folklorique est issue d’une longue tradition orale et elle constitue une sorte de rite qui donne le sentiment à tous ceux qui participent d’être uniques. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que pour les Binchois et selon l'expression qui est consacrée : « Il n’y a qu’un Binche au monde ».

©

Carnaval de Dunkerque

Une fois que les fêtes de fin d'année sont passées, la région Hauts-de-France se concentre de suite sur la période des carnavals. Initialement, c’étaient les marins qui, avant de partir en mer, se réunissaient pour faire la fête avant de braver les périlleuses mers d’Islande. Mais depuis la Seconde Guerre mondiale, cette coutume s’est transformée en un carnaval festif et collectif ! À Dunkerque, le carnaval est un événement très attendu et les carnavaleux sont heureux de se retrouver pour se déguiser et profiter des parades et de l'esprit résolument festif. Le carnaval de Dunkerque est un événement qui dure près de deux mois et demi ! Chacun des participants est un « acteur » du carnaval et se doit de danser et chanter avec ses voisins de « bandes » !

©

Carnaval de La Nouvelle-Orléans

 

Juste avant le carême, la Louisiane se pare de violet, d’or et de vert. Le violet symbolise la justice, l’or le pouvoir, et le vert, la foi. On déguste la fameuse galette des Rois, on défile, on danse et on lance toutes sortes d’objets dans la foule : collier, tasse et même de la monnaie ! Introduit initialement par les colons, il rend hommage depuis 1699 à l’explorateur René Robert Cavelier. Des milliers de touristes font le déplacement à La Nouvelle-Orléans afin de participer aux festivités de Mardi gras et vivre un moment privilégié pour se retrouver et partager de bons moments. L'événement réunit des personnes de tous horizons, cultures et origines différentes, et est l’emblème d’une diversité culturelle conséquente.

©

Carnaval de Nice

Le plus grand carnaval de France se déroule en hiver durant deux semaines. C’est la fête la plus symbolique du calendrier niçois, connue pour ses «corsi carnavalesques» et ses batailles de fleurs. Pendant les corsi, les chars défilent accompagnés de grosses têtes et d'artistes venus du monde entier. Ils revisitent l'histoire de la mode dans une ambiance festive et populaire. Le mercredi et le samedi après-midi, les batailles du carnaval de Nice consistent en un défilé de chars ornés de fleurs valorisant la production locale. Des mimosas, des lys et des marguerites sont alors distribués par milliers aux spectateurs. Il est conseillé de venir déguisé tout le long du festival, pour profiter au mieux des 20 gigantesques chars qui défilent dans les rues du bord de mer et font la joie d’un million de spectateurs.

©

Carnaval de Québec

Le plus grand carnaval d’hiver du monde se déroule juste avant le carême à Quebec, entre le début et la mi-février. Les rues enneigées de Québec font alors place à la fête et à la joie de vivre. Chaque année, les traditions perdurent : construction d’un palais de glace (de près 300 tonnes), bain de neige, course de canots à glace, pêche sur la glace, défilés de nuit et la fameuse course de traîneaux nommée La Grande Virée. Pour vivre ce temps fort de l'hiver, plus d’1 million de personnes se réunissent

autour de l’emblématique effigie de Bonhomme de neige, la mascotte du carnaval de Québec !

©

Carnaval de Rio

Qui n'a pas entendu parlé du carnaval de Rio qui est le plus important festival du monde ! Pour fêter l’Épiphanie et le carême, Rio de Janeiro se transforme pendant plusieurs jours en une fourmilière pailletée et colorée. Près de 3 000 personnes défilent et chantent en chœur les paroles de la samba de enredo. L'événement réunit tous les Cariocas issus de tous horizons et de tous milieux sociaux avec une seule idée en tête : faire la fête dans la joie et la bonne humeur. Chaque année, les danseuses des écoles de samba défilent au sein du Sambadrome, vêtues de costumes de strass et de paillettes multicolores et délirants qu'elles ont confectionnés avec soin tout au long de l'année passée. Elles attendent toutes avec impatience le verdict qui annoncera celle qui sera élue reine du carnaval.

©

Carnaval de Venise

Le carnaval de Venise est connu dans le monde entier pour ses masques et costumes. C'est le plus ancien carnaval du monde, puisqu'il date du Moyen Âge ! À cette occasion, les participants se grimaient afin d’abolir les classes sociales et ses contraintes pendant la période du carême. Aujourd’hui, la tradition a évolué mais reste emblématique de la cité vénitienne. L'événement très populaire transforme la ville en scène de commedia dell'arte et donne l'impression d'être dans un autre monde. Sur la place Saint-Marc, dans le palais des Doges ou bien encore dans les rues, le long des canaux, observer les silhouettes déguisées et masquées est un émerveillement pour les yeux. À la fin de chaque carnaval, le plus beau costume est élu et a l’honneur d’ouvrir le bal de l’édition suivante.

©

Carnaval d’Oruro

Célébré dans la capitale bolivienne juste avant l'entrée dans le carême, le carnaval d'Oruro rend hommage au peuple Uru, peuple autochtone qui tente désespérément de sauver son territoire et de préserver son mode de vie. Depuis 2008 il est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. Près de 30 000 danseurs et quelque 10 000 musiciens animent les rues en dansant et jouant sur un rythme endiablé. Les habitants décorent aussi leur maison avec des serpentins et des papiers de couleur. Les rues sont bordées de gradins où les gens venus de toute la Bolivie et d'ailleurs s'entassent, puis partout, on se lance des ballons d'eau et on se projette de la mousse. 

©

Carnaval de Cologne

Événement majeur des festivités du Mardi gras rhénan, le carnaval de Cologne est célébré depuis 2000 ans. Une semaine de festivités, fin février, durant laquelle on enfile son plus beau déguisement avant d'aller rejoindre la foule. A grands cris de «Alaaf» (signifiant «en avant»), les chars défilent, animés par les Jecke (les fous). Des caramels et autres sucreries sont alors distribués aux participants et dans les bars, la bière coule à flots, en particulier la Kölsch, la fameuse bière de Cologne. Les festivités se terminent avec les Nubbel (mannequins de pailles) que l'on brûle et un grand banquet de poisson.

©