Guide d'Afrique du Sud : Les personnalités célèbres : Afrique du Sud

Madiba s'éteint, la nation orpheline de son libérateur

Nelson Rolihlahla Mandela, " Madiba " de son nom tribal clanique (il est issu d'une famille royale Thembu), est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans un petit village xhosa de l'Eastern Cape. Destin prédestiné pour ce grand homme politique dont le prénom Rolihlahla signifie " fauteur de troubles " ! Il est décédé à l'âge de 95 ans le 5 décembre 2013, après plusieurs mois d'hospitalisation. L'Afrique du Sud décrètera une semaine de deuil et pleurera son libérateur en priant, chantant et dansant.

Tout commence pour Nelson Mandela lorsque son père décède de la tuberculose alors qu'il n'a que 9 ans. Sous l'aile de son tuteur, il part étudier à Fort Beaufort puis intègre l'université de Fort Hare pour suivre des études de droit où il rencontre Olivier Tambo. Il découvre la politique et adhère à l'idée de désobéissance civile non violente pronée par Gandhi. Il est renvoyé de l'université pour avoir organisé un boycott du règlement. A son retour, il fuit un mariage arrangé et s'installe à Jo'burg. Employé à la mine de Gold Reef City, il intègre ensuite le cabinet d'avocat de son ami et mentor Walter Sisulu. Tout en travaillant, il termine ses études de droit à l'université de Witwatersrand au centre, où il rencontre de nombreux futurs activistes anti-apartheid. Il fonde la ligue des jeunes de l'ANC en 1943 avec Walter Sisulu et Oliver Tambo, puis est élu secrétaire général du parti en 1944. Il organise alors des boycotts et manifestations pacifistes jusqu'à l'interdiction de l'ANC et le massacre de Sharpeville en 1960. Il prend alors la tête des opérations de sabotage et de la lutte armée. Il est arrêté avec d'autres activistes en 1962 sur des renseignements fournis par la CIA américaine, après dix-sept mois de clandestinité. Lors du procès de Rivonia, il échappe à la peine de mort et écope d'une peine de prison à perpétuité. Il passera vingt-sept longues années derrière les barreaux, dix-huit au bagne de Robben Island pour des travaux forcés dans une carrière de chaux, neuf ans dans d'autres prisons, puis dans une maison surveillée. Le 11 février 1990, Mandela est enfin libéré et adresse un discours au pays depuis l'hôtel de ville du Cap. Il recoit le prix Nobel de la paix avec le président Frederik de Klerk qui a pu permettre cette transition. Elu premier président noir, il réussit à éviter le début d'une guerre civile avec l'aide de l'archevêque Desmond Tutu. Après un unique mandat, il se retire de la vie politique et s'affiche dans des luttes sociales, comme celle du Sida qui lui a pris un fils, et plus généralement dans la lutte pour les droits de l'Homme. Pour en savoir plus, lire son autobiographie portée à l'écran par Justin Chadwick en 2013, Un long chemin vers la liberté.

Herbert Baker

Il aurait pu se contenter d'offrir quelques monuments à son pays natal, le Royaume-Uni. Mais cet architecte voyageur a laissé ses plus belles réalisations au hasard de ses pérégrinations sur les terres de l'Empire. L'Afrique du Sud, où il est né en 1892 et où il a séjourné jusqu'à 1912, lui doit ses plus majestueuses constructions. Son amitié avec le Premier ministre du Cap, Cecil Rhodes, lui vaut sa première mission : une réhabilitation du parlement de Groote Schuur. Invité au Transvaal par lord Milner, il construit de nombreuses maisons à Pretoria et Johannesburg. Sa maîtrise des matériaux du cru lui assure, en 1910, la plus importante commande de sa carrière, l'Union Building, parlement de Pretoria construit dans un style néoclassique très prisé à l'époque. Deux ans plus tard, Baker quitte l'Afrique du Sud pour l'Inde. L'une de ses dernières oeuvres sera la South Africa House, l'actuelle ambassade d'Afrique du Sud à Londres. Il s'éteint en 1946.

Steve Biko

Né à King William's Town en 1946, Steve Biko va devenir l'une des figures majeures de la lutte anti-apartheid. En 1969, il participe à la création de la SASO, l'organisation des étudiants sud-africains, dont il devient président. Son combat principal était de démontrer que les noirs ne sont pas inférieurs aux blancs. Pour cela, il va créer un courant de pensée connu sous le nom de " Principe de fierté de la conscience noire " avec son célébre slogan " Black is beautiful ". Grand admirateur de Gandhi et de Martin Luther King, il prônera lui aussi la non-violence face aux méthodes musclées de la répression apartheidiste. Le 18 août 1977, Steve Biko est arrêté par la police, puis transféré et torturé à Port-Elizabeth. Officiellement, il meurt d'une grève de la fin dans sa cellule le 12 septembre 1977. Plus tard, on apprendra qu'il a été battu à mort. Son décès entraînera le début des sanctions internationales de l'ONU.

André Brink

Rien ne destinait André Brink à devenir le chef de file du mouvement d'écrivains contestataires, les Sestigers. Né en 1935 dans une famille afrikaner du Transvaal, pétri des principes enseignés par son magistrat de père, le futur écrivain débarque à Paris, en 1959, pour y poursuivre ses études de littérature. " Je suis né sur un banc du Luxembourg à Paris, au début du printemps 1960 ", écrira-t-il plus tard. L'influence de Camus, de Sartre et de Derrida se révèle décisive. Le massacre de Sharpeville par la police, en mars 1960, consacre la rupture de l'écrivain avec sa communauté. Rentré en Afrique du Sud, il anime le courant des Sestigers où sa révolte d'homme de lettres se transporte rapidement sur le terrain du politique. En 1974, son roman Au plus noir de la nuit est censuré ; Brink le traduira lui-même en anglais. En 1979, Une Saison blanche et sèche paraît, il obtient le Prix Médicis un an plus tard. C'est ainsi qu'il accède à la reconnaissance internationale, devenant l'un des écrivains sud-africains les plus populaires. Brink publie ensuite un roman tous les deux ans et quelques essais, comme Retour au jardin du Luxembourg, préfacé par Mandela. Il meurt à bord d'un avion qui le menait au Cap, en février 2015.

Johnny Clegg

Né en 1953, il est surnommé le Zoulou blanc. Avec son acolyte Sipho Mchunu, il monte le groupe Juluka, où il élève sa voix contre l'apartheid en anglais sur de la musique d'inspiration zoulou. Il est censuré mais c'est un énorme succès dans le pays et dans le monde. Il monte ensuite un autre groupe, Savuka, très engagé et très apprécié du public lui aussi. La chanson Asimbonanga très connue est dédiée à Mandela dans sa cellule à Robben Island. Son dernier album Human est sorti en 2010. En 2017, souffrant d'un cancer, il met fin à sa carrière après sa tournée d'adieu intitulée Dernier Voyage.

J.M. Coetzee

Cet écrivain, né au Cap en 1940, étudie d'abord les mathématiques au Cap puis la linguistique et l'informatique à Londres. Ce " geek " né, travaille chez IBM avant de se voir attribuer une bourse d'étude aux Etats-Unis pour suivre des études d'anglais jusqu'au doctorat qu'il obtient en 1965. Professeur d'anglais à New York, il obtient une chaire à l'université du Cap en 1972 où il reste trente ans. Il repart enseigner en Australie puis à Chicago, où il exerce encore aujourd'hui. Sa carrière littéraire a été récompensée par de nombreux prix notamment pour Michael K, sa vie, son temps (1983) et Disgrâce (1999). En 2003, il a reçu le prix Nobel de littérature pour l'ensemble de son oeuvre. En 2017, son roman L'Education de Jésus, second volet de sa suite romanesque faussement biblique poursuit son parcours expérimental.

Frederik de Klerk

Cet homme politique blanc sud-africain a créé la surprise en plein régime d'apartheid. Après s'être fait accorder la confiance des nationalistes pour accéder au pouvoir, il fait preuve d'une extrême sagesse en réformant le régime d'apartheid et sauve les Blancs d'une sanglante guerre civile annoncée. Né en 1936 à Jo'Burg, il est avocat, comme Nelson Mandela, et débute en politique comme député puis ministre du Parti national sous Botha, avant d'être élu président de la République en 1989. Il met fin à la politique d'apartheid et organise des négociations constitutionnelles avec l'ANC et son leader Nelson Mandela qu'il a fait libérer, au grand dam des ultra-nationalistes afrikaners. Il reçoit conjointement avec ce dernier le prix Nobel de la paix en 1990, l'année de tous les bouleversements.

Freshly ground

Groupe afro-fusion formé en 2002 et originaire du Cap, il représente la génération arc-en-ciel de l'Afrique du Sud et même de l'Afrique australe, car ses membres sont originaires du pays, mais aussi du Mozambique et du Zimbabwe. Leur musique est inspirée du kwela, du folk africain, du blues, du jazz et de l'indie rock. La chanteuse Zolani Mahola a une voix particulière qui a fait le succès du groupe. Cinq albums ont vu le jour depuis 2003 (Jika Jika, Nomvula et Ma'cheri, Radio Africa, Take Me To The Dance), et remporté un franc succès. En collaboration avec Shakira, le groupe interprète la chanson Waka Waka (this time for Africa), le 10 juin 2010, lors du concert d'ouverture du Mondial de football au stade d'Orlando à Soweto, puis durant la cérémonie de clôture du tournoi qui s'est déroulé le 11 juillet 2010 dans le stade de Soccer City. En 2012, ils sortent leur 5e album, Take Me To The Dance.

Gavin Hood

Ce réalisateur né en 1963 a étudié aux Etats-Unis, comme beaucoup d'artistes sud-africains. Après quelques films peu connus, il sort l'ovni Mon nom est Tsotsi en 2005, qui ébranle le cinéma sud-africain et international. Ce film conte l'aventure d'un gangster (Tsotsi) de Johannesburg qui vit de carjackings et montre la violence de la réalité sud-africaine tout en étant humain et drôle. Propulsé à Hollywood, il signe Rendition (2007), un film sur les méthodes controversées de la CIA basé sur une histoire vraie, et X-Men Origine : Wolverine, un blockbuster du grand écran mettant en scène des personnages de comics légendaires. Sa dernière réalisation, Eye in the Sky, est sortie en 2015.

Mike Horn

Mike Horn, célèbre aventurier et explorateur, est né en 1966. Il est de nationalité suisse et sud-africaine. Depuis son plus jeune âge, c'est un passionné de sport. De 1984 à 1986, il est lieutenant dans les forces spéciales sud-africaines avant de revenir à la vie civile. C'est en 1990 qu'il décide de changer de vie et de quitter son pays, sa famille et ses amis avec seulement un sac à dos. A cette époque, seuls quelques pays autorisent un visa pour les Sud-Africains, c'est pour cet raison qu'il arrivera en Suisse. Les premiers temps seront difficiles et il accumulera les petits boulots. En 1991, c'est son premier contact avec l'aventure, mais c'est loin d'être le dernier ! Il accumulera les expériences : sports nautiques, grandes expéditions (exploration des Andes péruviennes en raft et en parapente, tour du monde du cercle polaire...). En 2015, 2016, et 2017, il anime l'émission The Island sur M6, où il apprend aux participants à survivre en milieu hostile. A partir de 2016, on le retrouve aussi dans l'émission A l'état sauvage sur M6 toujours, adaptation de l'émission américaine Running Wild with Bear Grylls, il accompagne une personnalité en pleine nature et la guide pour lui apprendre à survivre en l'absence de toute vie humaine.

Ladysmith Black Mambazo

Ce groupe encore actif est la voix zoulou de l'impossible : dix alto, ténor et basse, jamais égalés depuis plus de quarante ans. Ils accompagnent Paul Simon dans l'album Graceland en 1986 et obtiennent deux Grammy Awards. Le fondateur Joseph Shabalala n'oubliera jamais le concert donné à Oslo en 1993 pour la remise du prix Nobel de la paix à Mandela et à de Klerk. Ils enregistrèrent avec Dolly Parton ou Stevie Wonder, composèrent pour Spike Lee et Walt Disney. Près de 40 albums feront vivre la tradition zoulou Isicathamya, héritée des travailleurs noirs migrants du début du XXe siècle qui partageaient peine et espoir dans leurs baraquements, en de longues nuits de chant à Jo'Burg. Le chant traditionnel Mbube qu'ils interprètent sera repris par de nombreux groupes, dont Henri Salvador et le groupe Pow Wow en France, sous Le lion est mort ce soir.

Hugh Masekela

Trompettiste né en 1939 à Jo'Burg, il s'exile aux Etats-Unis en 1976 car il est recherché pour ses actions anti-apartheid. C'est dans les clubs new-yorkais qu'il exprime son talent et compose Bring him back home qui deviendra l'hymne de libération de Nelson Mandela. Il a beaucoup collaboré avec le pianiste Abdullah Ibrahim et reste célèbre pour Soweto Blues, chantée par son ex-femme Miriam Makeba, sur les massacres qui ont suivi l'émeute de Soweto en 1976. Il meurt le 23 janvier 2018 des suites d'un cancer.

Candice Swanepoel

Candice Swanepoel est une mannequin sud-africaine née en 1988. A l'âge de 15 ans, elle est repérée sur un marché aux puces à Durban et commence sa carrière dès 16 ans. Elle fera la couverture de nombreux magazines tels que Vogues, Elle, FHM et apparaît dans des publicités de grandes marques : Nike, Diesel, Tommy Hilfiger ou Versace. Candice a défilé pour les plus grands : Dolce & Gabana, Chanel, Jean-Paul Gaultier... Et depuis 2007 elle travaille pour la célèbre marque Victoria Secret. En 2010, elle est classée 61e du top 100 FHM des 100 femmes les plus sexy du monde. Elle se place à la dixième place du classement Forbes parmi les mannequins qui gagnent le plus d'argent ; en 2013, elle est le neuvième mannequin le mieux payé au monde avec un revenu annuel estimé à 3,3 millions de dollars. En 2015, elle devient ambassadrice internationale pour la marque cosmétique Biotherm. Côté vie privée, elle est en couple depuis 2005 avec le mannequin Hermann Nicoli. Fiancée en 2015, elle donne naissance à leur premier enfant en 2016 et en décembre 2017, elle annonce sa deuxième grossesse.

Charlize Theron

43 ans et déjà pas mal de choses à raconter. L'enfance dans une plouc-ville près de Johannesburg, les cours de flamenco, les mêmes films visionnés cent fois, le chemin de l'école à dos d'âne, cette nuit d'horreur durant laquelle sa mère abat son père alcoolique, le triomphe au concours de beauté, Milan, New York, les mannequins snobs qui se moquent de son accent... Puis Charlize a pris un beau jour un aller simple pour Hollywood. Woody Allen lui trouve une sensualité débordante, " du genre qui vous fait fondre les boutons de chemise ! " Une star est née, qui fume comme un pompier, ose prêter son visage à une campagne télévisée contre le viol en Afrique du Sud, fréquente à l'écran Robert De Niro et Will Smith et remporte l'oscar de la meilleure actrice en 2003 pour sa prestation bluffante de tueuse en série dans Monster. Elle a récemment été à l'affiche de nombreux blockbusters américains : Mad Max en 2015 et Fast en Furious en 2017. Acclamée dans son pays, reçu par Mandela et Mbeki, elle est nommée en 2008, " Messagère de la paix des Nations Unies pour son action envers les enfants pauvres d'Afrique du Sud ".

Desmond Tutu

Desmond Mpilo Tutu est un archevêque anglican noir charismatique au grand coeur qui a bouleversé l'histoire du pays. Né à Klerksdorp, un village du Transvaal, le 7 octobre 1931, il est le fils d'un instituteur et d'une femme de ménage dans une école d'aveugles. Il veut devenir médecin, mais par manque d'argent il sera instituteur. Il proteste contre la qualité de l'enseignement des Noirs et s'intéresse à la théologie jusqu'à ce qu'il soit ordonné prêtre en 1961. Partisan de la non-violence et de la désobéissance civile, il a rassemblé de nombreuses personnes dans les églises où il prêchait, à Soweto, et a joué un rôle actif dans les rébellions contre le régime. Il fera un prêche mémorable lors des funérailles de Steve Biko en 1977. Il reçoit le prix Nobel de la paix en 1984, est nommé archevêque au Cap où il organise des boycotts, notamment celui du charbon. Il s'illustre ensuite en dirigeant la Commission Vérité et Réconciliation chargée de faire la lumière sur les crimes et les exactions politiques commis sous l'apartheid. Il continue aujourd'hui d'être le porte-parole des opprimés et de critiquer ce qui lui paraît anormal. Il soutient par exemple la cause des Palestiniens et du dalaï-lama.

Pieter-Dirk Uys

Il faut toujours un moment au lecteur étranger de la presse sud-africaine pour comprendre qui est cette Evita Bezuidenhout, ce transsexuel qui envahit régulièrement les colonnes. Il en faut un autre pour saisir que l'étrange créature et le dramaturge Peter-Dirk Uys ne font qu'un. A l'époque où les censeurs étouffaient toute velléité de critique, le second a créé la première pour dénoncer les absurdités du système d'apartheid. Le succès d'Evita dépasse bientôt ses prévisions. Uys se spécialise dans l'écriture de one-man-shows décapants, tirant à boulets rouges sur la classe politique. Il s'est petit à petit retiré dans un charmant village de la West Coast, à Darling, où son curieux café-théâtre ne désemplit pas.

Charlène Wittstock

Seulement 40 ans et déjà une vie bien remplie pour Son Altesse sérénissime la princesse Charlène de Monaco. De son vrai nom Wittstock, cette jeune femme s'est distinguée par ses exploits sportifs avant d'enfiler sa robe de princesse. Née en Rhodésie (l'actuel Zimbabwe), elle émigre avec ses parents en Afrique du Sud, dans le Transvaal lorsqu'elle a 12 ans. Elle représente sa nouvelle nation aux J.O. de Sydney en 2000 en dos crawlé lors de la compétition 4 x 100 m en équipe. Si les résultats ne sont pas au rendez-vous pour la rencontre olympique, elle remporte tros médailles d'or pendant les championnats du monde de natation deux ans plus tard. Mais entre-temps, elle a rencontré le Prince Albert II de Monaco à un concours de natation dans la Principauté, et finira par s'afficher à ses côtés pour l'ouverture des J.O. de Turin en 2006. Leur relation est officialisée par des fiancailles en 2010, mais surtout par un mariage princier grandiose et glamour le 1er juillet 2011, suivi d'un voyage de noces en Afrique du Sud pendant lequel ils rencontrent le président Zuma. Depuis son accession au titre de Princesse, Charlène s'est engagée pour des causes humanitaires. Le 10 décembre 2014, elle accouche de jumeaux royaux, Gabriella et Jacques.

Adresses Futées d'Afrique du Sud

Où ?
Quoi ?
Avis