Petit pays peu peuplé, à cheval sur l'équateur, le Gabon possède de nombreuses ressources : pétrole, minerai, bois... Ses vastes forêts, sa côte sauvage, ses paysages spectaculaires, sa faune constituent par ailleurs un énorme potentiel touristique. Encore peu prisé des visiteurs internationaux, le Gabon confère une expérience unique à ceux qui s'y aventurent. Pongara, Loango, Lopé, Ivindo, les plateaux Batéké... le réseau de ses parcs nationaux impressionne par sa diversité et s'enrichit de la création d'aires marines protégées. Gorilles, chimpanzés, éléphants et buffles de forêt, baleines à bosse, tortues luths, chutes d'eau, baï (" clairière " en langue pygmée), mosaïque forêt-savane, mangroves, lagunes... le patrimoine naturel gabonais a de quoi ravir le plus blasé des écotouristes. Le pays comblera également les amateurs de pêche sportive, mais aussi d'ethnologie (avec une cinquantaine d'ethnies, de nombreuses cérémonies...), d'histoire (avec de grands noms : Savorgnan de Brazza, Schweitzer...), voire de préhistoire (fossiles de plus de 2 milliards d'années, peuplement néolithique le long de l'Ogooué...). Si voyager au Gabon demeure assez coûteux, le pays jouit d'une certaine stabilité et confère au voyageur une sécurité assez unique en Afrique centrale. C'est un pays d'aventures, de promesses, un pays encore authentique, un ravissement pour les chercheurs d'or " vert et bleu "...

Les lieux incontournables du Gabon

Quand partir au Gabon ?

Pour savoir quand partir au Gabon, il faut d'abord savoir que le prix des billets augmente au moment des vacances de Noël et des grandes vacances d'été (surtout au mois d'août).

L'année voit se succéder saisons sèches et saisons des pluies. À la grande saison sèche (de juin à novembre) succède une petite saison des pluies d'octobre à décembre. Une petite saison sèche (de janvier à mars) précède une grande saison des pluies de février à mai. À chaque moment de l'année, et quelle que soit la saison, le Gabon présente un attrait particulier. Il est cependant conseillé de visiter le pays en saison sèche pour pouvoir se déplacer plus facilement par les voies de communication terrestres de l'intérieur. L'occasion aussi pour ceux qui craignent les fortes chaleurs humides de profiter du pays sans trop en souffrir.

Comment partir au Gabon ? Nos conseils & astuces

Les offres pour le Gabon sont essentiellement axées sur l'aspect nature du pays : vision faune, flore et activités pêche. Parmi les nombreuses espèces animales à observer, quelques vedettes : le gorille, le mandrill, les baleines à bosse, les tortues luths. Vous trouverez donc des safaris, des randonnées, des voyages écotouristiques ou encore des séjours pêche.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Partir seul est possible. Vous pourrez, depuis chez vous, organiser les grandes lignes de votre voyage : durée, ce que vous avez envie de faire, prendre votre billet d'avion et imaginer un circuit. Cependant, vous ne pourrez pas facilement finaliser les détails : modifications fréquentes des jours et heures de vols intérieurs, horaires de train, changements de gérance sur place.

Il est très difficile de se déplacer au Gabon, même les Gabonais connaissent rarement plus de trois villes dans le pays. En règle générale, les transports (avions, trains, liaisons fluviales) au Gabon peuvent réserver des surprises et des retards. Les réseaux routiers, quant à eux, et même s'ils commencent à se développer, sont souvent impraticables en saison des pluies, alors que les grands axes restent beaucoup plus sûrs.

Les circuits touristiques au Gabon

Libreville et ses environs

Un week-end prolongé ne vous laissera que le temps de visiter Libreville et ses environs. Profitez de l'animation de la ville et partez en exploration sur les plages et dans les forêts qui l'entoure.

Port-Gentil et ses environs

Trois jours, ce n'est pas suffisant pour explorer le Gabon et ce séjour se concentre donc sur Port-Gentil et ses alentours. Vous pourrez explorer la ville avant de partir en excursion en pirogue pour ...

Photos du Gabon

Découvrir le Gabon

Les plus du Gabon

Un trésor écologique et une biodiversité à peine imaginable
Vue aérienne du pays.
Vue aérienne du pays.

La savane, la mangrove, mais surtout la forêt gabonaise, regorgent de quelque 190 espèces de mammifères, dont la plus forte concentration d'éléphants en Afrique, de 70 espèces de reptiles et de plus de 600 espèces d'oiseaux répertoriées, présentes uniquement en Afrique centrale ou endémiques au Gabon. En outre, la biodiversité gabonaise revêt un intérêt supplémentaire grâce à l'environnement dans lequel on peut les observer. Avez-vous déjà vu des hippos surfer sur les vagues ou des éléphants s'ébattre en bord de mer ? Pour ce qui est de la flore, 20 % des espèces végétales sont endogènes. Les nombreuses essences d'arbres (plus de 800 espèces), au coeur de la forêt comme aux abords des fleuves (mangroves), ou d'étonnantes variétés d'orchidées sont autant de richesses à découvrir par les pistes qui sillonnent le pays ou sur le fleuve à bord d'une pirogue. Et le tout dans un environnement encore vierge !

Avertissement

Le Gabon réserve des trésors aussi merveilleux que difficiles d'accès. Il reste encore très compliqué de voyager dans le pays, malgré de nombreux efforts en matière d'infrastructures et de desserte aérienne. Si le logement et la vie quotidienne peuvent facilement se régler, se déplacer coûte relativement cher. En argent - même si on peut s'arranger - mais surtout en temps, que rien ne peut rattraper. Voyager au Gabon, c'est apprendre la patience dans de multiples situations : un taxi qui n'arrive pas à l'heure, un avion qui part avec deux heures de retard, un bateau qui ne navigue pas à cause d'une marée défavorable, une grillade commandée servie une heure après, un rendez-vous non honoré ou un déplacement finalement impossible. En gardant à l'esprit que rien n'est acquis, découvrir les coins les plus reculés, joyaux peu connus, devient alors véritablement possible...

13 parcs pour abriter un patrimoine naturel exceptionnel

La politique du président Ali Bongo, clairement affichée en faveur d'un développement économique du " Gabon Vert ", a impliqué l'Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), directement rattachée à la présidence, pour impulser un tourisme adapté à une démarche environnementale. Treize parcs nationaux ont été créés pour la sauvegarde de ce patrimoine naturel inestimable, soit 11 % du territoire et plus de 30 000 km². De nombreux organismes, dont certains déjà en activité sur plusieurs sites, se mobilisent pour aider à la réalisation de ce vaste projet. Le soutien de la communauté internationale fait de cette entreprise audacieuse un exemple à suivre.

À chaque saison, un intérêt particulier
Lodge sur la lagune d'Iguéla.
Lodge sur la lagune d'Iguéla.

Les différents moments de l'année marquent des changements climatiques importants, mais aussi des passages migratoires à ne pas manquer. Les tortues luth s'observent de novembre à février. Les baleines à bosse viennent flirter le long de la côte en saison sèche, de juillet à septembre. Les oiseaux migrateurs font une halte dans le parc d'Akanda de septembre à février. La végétation change en saison sèche, les cours d'eau sont moins abondants et, même si la visibilité s'en trouve améliorée, toute saison a ses fruits et ses baies dont les primates sont friands et qui attirent certaines espèces, ce qui donne de meilleures possibilités de les observer, même en saison des pluies. Par ailleurs, cette saison pluvieuse, contrairement aux idées reçues, offre un ciel plus dégagé et ensoleillé entre les averses : la luminosité est alors fabuleuse ! Le tout est de bien déterminer à l'avance les motivations de son voyage.

Des sites de pêche sportive de réputation mondiale

Pour les amoureux de la pêche sportive, quelle que soit la technique - de la plage ou d'un bateau -, le Gabon est réputé pour quelques destinations fameuses : Ozouri, le Fernan Vaz, Sette Cama, le parc de Loango, sont des étapes à ne pas manquer. Carpes rouges, capitaines, tarpons, grands barracudas ou carangues de 50 à 100 kg y sont pêchés régulièrement. C'est en saison des pluies, de septembre à avril, que la pêche est la plus fructueuse.

Une culture qui prend naissance au cœur de la forêt

Découvrir le Gabon, c'est pénétrer dans la forêt et ses mystères où la nature vous attend, étourdissante de verdure, d'odeurs et d'expériences sensorielles. Car, outre la richesse de la faune et de la flore, la forêt porte en elle l'essence de la culture de cette région. Le monde des esprits intimement lié à la vie de la forêt et les objets des cultes ancestraux (masques, statues et reliquaires) qui accompagnent les cérémonies témoignent d'une civilisation où les hommes se sont installés d'abord " dos à la mer ", à l'intérieur de la forêt. En ville comme dans les campagnes, la vitalité des cérémonies prouve l'attachement à un système de croyances encore très présent et au sein duquel les événements de la vie de la famille élargie à celle de la tribu prennent sens.

Un pays relativement sûr

S'inscrivant dans une sous-région mouvementée, le Gabon pâtit d'une image parfois peu rassurante. En réalité, au quotidien, l'insécurité n'est pas le premier sentiment qui vient à l'esprit quand on se balade dans le pays. A condition, bien sûr, de respecter quelques règles simples : ne pas se promener la nuit sur le bord de mer ou trop tôt au petit matin, faire attention aux taxis que vous empruntez la nuit ou ne pas laisser d'objets de valeur dans une voiture. Dans les villages, la sensation de sécurité est encore plus accentuée. Mais ne traînez pas la nuit sur les routes.

Reportages & actualités du Gabon

Ailleurs sur le web
Avis