21 décembre 1471

Peuplement de l’archipel

Découverte de l’île de São Tomé, par des navigateurs portugais, le jour de la Saint-Thomas.

1485

Installation du premier peuplement à l’embouchure du Río Ambo, sous la conduite du capitaine João de Paiva.

1493

2 000 enfants juifs espagnols sont déportés du Portugal sur l’île, en plus de criminels condamnés, appelés degradados. Ils sont forcés de travailler dans les plantations de cannes à sucre.

1515

Les femmes concubines des Européens et leurs enfants reçoivent un affranchissement, avec une identité et un statut social particuliers.

1522

Fin du régime de donation ; l’île de São Tomé revient à la couronne portugaise.

1544

Naufrage du bateau négrier venu d’Angola. Les esclaves rejoignent la côte, constituent le peuple des Angolares et se réfugient dans les hautes montagnes.

1595

Le temps des révoltes et des attaques

Révolte des Angolares et création d’un royaume autonome par Amador.

1550 -1596

Amador

Figure emblématique de l’histoire de São Tomé, Amador, esclave né sur l’île, prend la tête de la révolte des Angolares. Durant ce soulèvement, ils détruisent de nombreuses plantations. Amador essuie une défaite avec une armée de 5 000 hommes, dont les principaux chefs sont arrêtés. Il est attrapé le 4 janvier 1596 et exécuté par les Portugais.

1641 - 1650

Occupation de la citadelle de São Tomé par les Hollandais qui seront expulsés, en 1650, par les habitants de l’île.

1693

Les Angolares attaquent le nord de l’île de São Tomé et enlèvent les femmes des colons.

XVIIIe siècle

Plusieurs affrontements ont lieu avec des navires français. En 1753, San Antonio devient la capitale de l’archipel. En 1799, l’île tombe aux mains des Français.

1807

Exploitation coloniale

Partage du Portugal entre la France et l’Espagne. La famille royale portugaise s’installe au Brésil.

1836

Interdiction – non suivie d’effet – de la traite négrière à partir des territoires portugais.

1852

São Tomé redevient capitale de l’archipel. Début de l’exploitation commerciale du cacaoyer.

1875

Abolition de l’esclavage par le gouvernement portugais. L’archipel fait venir des travailleurs contractuels de ces colonies.

1878

Extinction complète de l’esclavage, remplacé par le régime de l’indigénat. Les conditions de travail sont très pénibles.

1913

São Tomé devient le plus grand exportateur mondial de cacao. Toutefois, avec l’essor de la production en Afrique de l’Ouest, les plantations voient leur déclin progressif.

1950 - 1953

L’archipel devient province portugaise d’outre-mer. En 1953, les forros, animés par un sentiment nationaliste, se révoltent. La répression de l’État, très brutale, est connue sous le nom du « massacre de Batépa ».

25 avril 1974

Révolution des Œillets au Portugal. La dictature salazariste, en place depuis 1933, est renversée par les militaires.

12 juillet 1975

L’indépendance

Proclamation de l’indépendance. Manuel Pinto da Costa devient le premier président de la République de l’archipel.

22 août 1990

Approuvée par référendum, la nouvelle constitution instaure le multipartisme.

20 janvier 1991

Élections législatives. Victoire du PCD (Parti de convergence démocratique) qui obtient 33 sièges sur 55 à l’Assemblée Nationale.

3 mars 1991

Élection à la présidence de Miguel Trovoada, avec le soutien du PCD.

7 décembre 1936 - ?

Miguel Trovoada

Homme politique santoméen, Miguel Trovoada participe à la création du Comité de libération de São Tomé et Príncipe, en 1960. A l’indépendance, il devient Premier ministre jusqu’en 1979. Devenu président de la République, il adopte un an plus tard la loi sur la propriété foncière qui prévoit la redistribution des terres, la privatisation des roças et le démantèlement de huit d’entre elles. Le 15 août 1995, il est victime d’une tentative de coup d’État, dirigé par le lieutenant Manuel Quintas de Almeida. Après des négociations, les putschistes renoncent ; Miguel Trovoada est rétabli dans ses fonctions, le 21 août. Le lendemain, il amnistie les putschistes.

21 juillet 1996

Élections présidentielles. Miguel Trovoada est élu avec 52,7 % des voix, au second tour, contre Manuel Pinto da Costa.

29 juillet 2001

Élections présidentielles. Ayant déjà effectué deux mandats, le président sortant Miguel Trovoada ne peut pas se présenter. Fradique de Menezes, homme d'affaires santoméen, est élu au premier tour avec 55,18 % des voix.

16 juillet 2003

Coup d'État militaire avorté, lancé par le major Fernando Pereira. Fradique de Menezes est rétabli dans ses fonctions quelques jours plus tard.

21 avril 2006

Fradique de Menezes est réélu président et constitue son nouveau gouvernement.

14 août 2010

Élections législatives, l’opposition l’emporte. Nouveau Premier ministre, Patrice Trovoada, leader de l’Action démocratique indépendante (ADI).

7 août 2011

Manuel Pinto Da Costa est élu président de la République, avec 52,9 % des votes. Il prend ses fonctions le 3 septembre.

12 décembre 2012

Après la destitution du Premier ministre, Patrice Trovoada, Gabriel Arcanjo Ferreira Da Costa, issu de l’Union pour la démocratie et Développement (UDD), est nommé Premier ministre.

12 octobre 2014

Patrice Trovoada remporte à nouveau les élections législatives. Il obtient la majorité absolue. Il est à nouveau nommé Premier ministre.

12 juillet 2015

São Tomé-et-Príncipe fête les 40 ans de son indépendance en présence de représentants du Cap-Vert, de l’Angola, du Gabon, du Portugal et de Taïwan.

3 septembre 2016

Evaristo Carvalho est élu président de la République devant le président sortant Manuel Pinto da Costa.

1er janvier 2018

Le pays adopte une nouvelle monnaie. Le dobra perd trois zéros et dorénavant 1€ équivaut à 24,5 NSTD.

7 octobre 2018

Le parti au pouvoir (ADI) remporte les élections législatives mais perd la majorité.

Septembre 2021

Le président sortant, Evaristo Carvalho, décide de ne pas se représenter. Le député Carlos Vila Nova devient le candidat du parti ADI et remporte l’élection au second tour avec 57,54 %.