Situé au pied des Monts Berici, au confluent de la Retrone et de la Bacchiglione, Vicence est placé stratégiquement au coeur de la Vénétie. Fondée entre le XIe et le VIIe siècle av. J.-C. par les populations euganéennes (une période de l'histoire de Vicence dont il ne reste que très peu de témoignages, tous conservés au musée archéologique Santa Corona), la ville, sous le nom de Vicetia, devint un municipe romain en 49 av. J.-C. et, en même temps, un carrefour important des communications en Vénétie.
L'époque romaine a laissé de multiples traces dans la structure de Vicence, construit selon le schéma du castrum romain dont le Decumano massimo, l'actuel Corso Palladio, traversant le centre selon l'axe ouest-est, correspondait à la route consulaire Postumia.

Avec les Lombards, Vicence devint le siège d'un duché, détruit en 899 par les invasions barbares. Commune libre en 1164, la ville fut d'abord domaine de Padoue, ensuite de Vérone et, à partir du XIIIe siècle, elle subit la tyrannie d'Ezzelino III da Romano. A la mort de ce dernier, en 1259, elle redevint possession de Padoue jusqu'en 1311, époque où elle passa sous la domination des Scala de Vérone. En 1404, après une courte domination des Visconti de Milan, Vicence, comme le reste de la Vénétie, devint possession de Venise sur la terre ferme. Cette période de quatre siècles est la plus riche de l'histoire de Vicence.

Sous la Sérénissime, la ville acquit sa physionomie unique qui lui a valu d'être surnommée la " Venise de la terre ferme ". Les noms des familles nobles ou bourgeoises de Vicence (Thiene, Angaran, Porto, Valmarana, Capra, Chiericati) sont liés à l'édification de palais et de villas splendides. C'est à un noble de Vicence, Giangiorgio Trissino, que l'on doit la découverte d'un des plus grands génies de l'architecture moderne, Andrea Palladio. Au moins sept de ces palais, construits pour des nobles vicentins, sont visibles au coeur de la ville dans un rayon de 700 mètres. Toutes ces réalisations, bien que pauvres dans le choix des matériaux, sont très imaginatives dans la composition architecturale. Le Teatro Olimpico, commande de l'Accademia degli Olimpici, dont Palladio dessina les plans, et deux autres édifices publics, la Loggia del Capitanato (inachevée) et la basilique, sont des exemples frappants de son talent. Dans les collines, juste à la sortie de la ville, se trouve le modèle le plus célèbre des villas palladiennes : la Rotonda. Goethe, comblé par cette architecture, notait : " Il y a réellement quelque chose de divin dans ses plans, la force d'un grand poète ni plus ni moins ". Un autre grand artiste italien a également laissé les traces de son talent à Vicence, Giambattista Tiepolo, qui, au XVIIIe siècle, a enrichi d'un cycle de fresques admirables la villa Valmarana ai Nani.

Les lieux incontournables de VICENCE

Comment partir à VICENCE ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à VICENCE

Photos de VICENCE

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

9.90 €
2019-03-13
408 pages
Ailleurs sur le web
Avis