Visiter Ceuta revêt un caractère particulier. Territoire autonome espagnol, enclave au milieu du royaume marocain, terre de passage, zone de revendication, on ne peut que s'interroger sur son histoire et la constitution des Etats et des frontières. Ceuta compte 84 963 habitants recensés, dont 25 000 d'origine berbère qui répondent à la dénomination officielle de musulmans espagnols. La géographie est remarquable. La presqu'île du monte Hacho offre une superbe vue sur le rocher de Gibraltar. Pour le reste, la place d'Afrique ne manque pas d'intérêt, parée de son église et de sa cathédrale, s'inscrivant dans un style Art déco andalou de fort bonne facture. A côté se trouve le Foso San Felipe, datant de l'ère portugaise, où un bras de mer transforme l'enclave en une véritable île. Sinon, la ville affirme son identité européenne à travers ses magasins de hi-fi et autres articles de consommation, fruits d'un développement économique rapide, dû au statut politique de Ceuta, zone franche et plaque tournante d'un business plus ou moins douteux. Ce qui est certain, c'est que la ville préfère définitivement être espagnole, et que les musulmans qui y vivent sont quelque peu méprisés par les maîtres des lieux. Difficile aussi de ne pas tiquer face à la frontière dissuasive " protégeant " ce bout d'Europe des émigrés africains et face à la répression qui les touche, aux conséquences souvent dramatiques.

Histoire.Le nom de Ceuta, Sebta en arabe, a une origine latine : les septem fratres, ou les sept frères, désignent les sept collines entourant l'enclave. Parmi celles-ci, le djebel Moussa qui, dit-on, a été créé par Hercule lorsqu'il creusa le détroit, laissant le djebel Tarik (le rocher de Gibraltar) de l'autre côté de la Méditerranée. Lors de son odyssée, Ulysse y aurait séjourné sept ans, attiré et retenu par le chant de la nymphe Calypso. De romaine, Ceuta devint byzantine, puis arabe en 931, lorsqu'elle tomba aux mains des Omeyyades. En 1093, les Almoravides l'occupent, et elle resta marocaine jusqu'en 1309 quand Jacques II d'Aragon se rendit maître de la ville. Ceuta prend alors son essor économique, commerçant avec les plus grandes villes européennes. En 1415, les Portugais s'en emparent. Puis, en s'unissant au Portugal en 1580, l'Espagne s'y établit. Après 1640, date de la séparation des deux pays, les Espagnols restent maîtres de Ceuta et défendront ensuite chèrement cette place forte, qui leur sert de base arrière pour investir le Rif. Aujourd'hui, Ceuta et Melilla sont les derniers vestiges de l'expansion espagnole au Maroc, et la ville clame bien haut son appartenance européenne.

À voir / À faire à CEUTA

Comment partir à CEUTA ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à CEUTA

Photos de CEUTA

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

12.95 €
2017-11-22
240 pages
Ailleurs sur le web
Avis