Les services de trottinettes électriques se sont multipliés à Paris depuis un an, et de façon anarchique en l'absence d'un cadre légal national clair. Paris compte désormais 12 opérateurs et près de 20.000 trottinettes électriques en circulation. Les incidents et accidents se multiplient, dans la capitale comme dans d'autres grandes villes, et le gouvernement se penche sérieusement sur la question d'une réglementation adaptée. Anne Hidalgo, Maire de Paris, a annoncé de nouvelles mesures de régulation des trottinettes électriques en free-floating. Le stationnement sera formellement interdit sur tous les trottoirs et la vitesse des trottinettes électriques devra être bridée par les opérateurs. Dès que le gouvernement aura précisé le cadre national, la Ville de Paris lancera un appel d'offres pour limiter à 3 le nombre d'opérateurs dans la capitale. Depuis janvier 2019, la police municipale parisienne verbalise les usagers de trottinettes électriques qui roulent sur les trottoirs. Depuis mars, cette verbalisation a été étendue aux trottinettes dont le stationnement gêne les piétons.  Près de 1.000 procès verbaux et 600 mises en fourrière ont déjà été réalisés. Début mai, une charte de bonnes pratiques a également été instaurée, signée par tous les opérateurs.

Dès le 5 juillet, cinq mesures entreront en vigueur dans la capitale : la Maire de Paris propose au Préfet de Police la signature d'un arrêté conjoint qui interdit le stationnement des trottinettes électriques sur tous les trottoirs. Elles devront stationner sur les places de stationnement situées sur la chaussée et déjà utilisées par les voitures et les deux-roues motorisés.Elle demande aux opérateurs de brider automatiquement la vitesse des trottinettes électriques à 20km/h maximum dans tout Paris et à 8km/h maximum dans les aires piétonnes et les zones de rencontre. Elle demande également aux opérateurs de geler le nombre de trottinettes électriques disponibles à Paris, et dans la mesure du possible de réduire ce nombre, tant que le gouvernement n'aura pas précisé le cadre légal. Il en va aussi de leur intérêt économique. La Ville de Paris, la Préfecture de Police et l'AP-HP travailleront ensemble à évaluer l'accidentologie liée aux trottinettes électriques. Enfin, le port du casque est désormais recommandé pour les usagers de trottinettes électriques. 

Plus d'infos