C'est au sud du Mexique que l'on trouve ce petit pays d'Amérique centrale : entouré du Belize, du Honduras et du Salvador, le Guatemala est une terre multiple à l'histoire ancestrale. Véritable mosaïque culturelle, la terre des Mayas est faite de mille paysages, chacun au caractère propre. C'est sans doute à l'antique site de Tikal que l'on pense d'abord, temple célébrant les dieux de la civilisation maya lové au coeur des jungles à la végétation luxuriante du Petén du nord du pays, peuplées de jaguars, de singes hurleurs et de papillons bariolés. Puis l'immense lac Atitlán vient à l'esprit, sur les rives duquel prospère une myriades de villages dominés par les volcans. Mais ce ne sont là que quelques joyaux guatémaltèques. Le guide touristique du Guatemala vous mènera aux quatre coins du pays, des champs de maïs des Hautes Terres aux vagues puissantes où surfent les pélicans de la côte Pacifique, de la région du café de l'Alta Verapaz et les piscines naturelles et cristallines de Semuc Champey, à la tranquillité caribéenne de Livingston, petit village garifuna de la côte est, accessible par la seule voie des eaux. Et que dire de la splendide cité coloniale d'Antigua, dont le centre-ville aux rues pavées et colorées truffées de bonnes adresses et de pittoresques églises, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO... Entre architecture précolombienne, sites naturels époustouflants (concentrant jungles, montagnes, plages paradisiaques, volcans) et bonne humeur des Chapines, les habitants du Guatemala, un séjour dans cette partie du globe est à coup sûr un bon choix !

Les lieux incontournables du Guatemala

Quand partir au Guatemala ?

A la question " Quand partir au Guatemala ? ", nombre d'Européens en vacances répondent entre juillet et août, période qui constitue la haute saison touristique (les tarifs pratiqués par les hôteliers ont alors tendance à s'envoler), et ce malgré la saison des pluies qui court de mi-mai à mi-octobre. Les voyageurs affluent également entre mi-décembre et mi-janvier pour profiter des fêtes sous un climat nettement plus clément qu'en été, mais aussi à l'occasion de la Semana Santa (Semaine Sainte, précédant le week-end de Pâques), mais là encore, les prix explosent. Si vous partez au Guatemala entre septembre et la première quinzaine d'octobre, vous profiterez de tarifs logement nettement plus avantageux mais il y a fort à parier que la pluie ne vous épargnera pas, c'est en effet à ce moment-là que les dépressions tropicales s'abattent sur la pays maya. La meilleure période pour partir au Guatemala se situe donc pendant la saison sèche, c'est-à-dire de novembre à mi-mai en prenant soin d'éviter les fêtes de fin d'année. Quand partir au Guatemala ? De début novembre à mi-décembre et de mi-janvier à mi-mai (attention tout de même, l'hiver est rude dans les hauteurs), semaine de Pâques exceptée.

Comment partir au Guatemala ? Nos conseils & astuces

  • Voyages organisés
  • Partir seul(e)
  • Se déplacer

Pour un séjour bien rempli, comptez deux semaines. Les agences touristiques proposant des séjours organisés sont très nombreuses, et bien que le Guatemala ne fasse qu'un cinquième de la France en termes de superficie, les trajets peuvent être longs entre les deux côtes en raison de routes sinueuses et pas toujours goudronnées. Si vous disposez de moins de temps, focalisez votre séjour sur une zone : Antigua et le Pacifique, Atitlan et les hautes terres,Tikal et le Petén ou la côte Caraïbe.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Le Guatemala convient parfaitement aux voyageurs indépendants et, à condition d'éviter les hautes saisons touristiques, il est tout à fait possible de construire son itinéraire au fur et à mesure du séjour, en fonction des rencontres et opportunités. D'un point de vue sécurité, la capitale Guatemala City est à éviter pour les voyageurs solo, sans non plus tomber dans la paranoïa. On évitera simplement les signes ostentatoires de richesse. Le reste du pays est sûr et les habitants accueillants.

Le réseau de bus couvre très bien tout le territoire (permettant de s'économiser la location d'une voiture) et les différentes compagnies se divisent en trois catégories, du plus au moins confortable (et onéreux) : les luxueux bus express, les bus première classe et les rutilants et colorés chicken-bus. Sur le lac Atitlan et pour rejoindre Livingston, on empruntera des barques à moteur, tandis que pour circuler en ville on pourra monter à bord d'un taxi, un uber ou bien un tuc-tuc à trois roues.

Organiser son voyage au Guatemala

Les circuits touristiques au Guatemala

Un rapide tour du Guatemala

Quinze jours au Guatemala c'est court ! C'est vraiment le strict minimum pour amortir le long voyage en avion et avoir une idée, même rapide, du pays où vous avez atterri et de ses mille richesses. Da...

Toutes les facettes du Guatemala

Un séjour d'un mois, c'est la durée idéale pour avoir un " aperçu " général du pays. La densité des sites obligerait à adopter un rythme très soutenu pour se rapprocher d'une hypothétique exhaustivité...

Photos du Guatemala

Découvrir le Guatemala

Les plus du Guatemala

Les cités perdues des Mayas

Le Guatemala est indissociable de son héritage maya, tant dans son histoire que dans sa géographie, hier comme aujourd'hui. C'est dans l'aire géographique comprenant une partie du Mexique, le Guatemala et le Honduras et que les archéologues appellent Mésoamérique que cette brillante civilisation est née et a pu développer un important savoir scientifique en astronomie et en mathématiques, imposer sa puissance et disparaître sans que l'on sache vraiment pourquoi. Les savoirs actuels n'ont permis de percer que partiellement le secret des écritures et des connaissances, maintenant un halo de mystère autour de ces peuples capables de construire de gigantesques cités que les racines des fromagers ont patiemment recouvertes, comme pour mieux les protéger des yeux et des mains des profanes. Les passionnés d'archéologie seront comblés tant les vestiges de ces cités perdues, à la fois centres cérémoniels, lieux de pouvoir, de commerce et de résidence, sont omniprésents en terre guatémaltèque. La plus célèbre de ces cités est la fabuleuse Tikal, au nord du pays, mais le Guatemala est également riche des sites d'El Ceibal, de Quiriguá et ses stèles géantes, de Yaxhá et sa lagune, d'El Mirador que l'on atteint après plusieurs jours de marche. D'autres ruines, encore enfouies sous les lianes de la jungle, ne livrent que petit à petit leurs secrets au gré de fouilles ou de découvertes fortuites.

Une richesse ethnique et culturelle

L'héritage maya ne saurait se réduire à l'histoire passée du pays. L'immense richesse archéologique perpétuée par les anciens Mayas ne doit pas occulter la richesse culturelle actuelle d'une population descendante des Mayas et dont il existe plus de vingt ethnies différentes. Les plus nombreux sont les Indiens Quiché, Q'eqchi, Mam et Cakchiquel, mais il y a encore les Tzutuhils, Uspanteko, Ch'orti, etc. Chaque ethnie parle un idiome particulier et possède son propre mode de vie. Après avoir visité quelques bourgades ou des marchés traditionnels, on apprendra peut-être à distinguer les ethnies et les villages par leurs habits traditionnels et quelquefois leur organisation sociale. A ces ethnies mayas s'ajoute une culture originale. Sur la côte Caraïbe, Livingston, ancien plus grand port du pays, est la " capitale " de la culture garífuna. Cette communauté noire de 6 000 personnes porte en elle une histoire unique. Ces anciens esclaves arrachés au continent noir vécurent d'abord à Saint-Vincent, une île des Antilles où les navires négriers les transportant s'étaient échoués, avant de s'installer il y a plus de deux cent ans sur les côtes du Guatemala, du Belize et du Honduras. Leur langue est un mélange né du temps, constitué d'indien arawak, de français, d'anglais...

Un pays étonnant de diversité

La biodiversité végétale et animale y est exceptionnelle, celles des paysages et des hommes le sont tout autant. Forêt de nuages dans les Verapaces où l'on peut surprendre un quetzal, silhouettes de volcans éteints au bord du lac Atitlán, en activité autour d'Antigua, plages de sable noir sur la côte Pacifique avec à quelques kilomètres de Monterrico une immense réserve de mangroves, ou encore versants verdoyants des montagnes des hautes terres, lagunes dans la jungle du côté de Livingston, etc. Le Guatemala est une terre de contrastes où mille et une activités sont possibles, à commencer par l'observation.

Une terre de couleurs

On se rendra rapidement compte de l'importance que les Indiens accordent aux habits traditionnels. Les costumes qu'ils revêtent, dans les hautes terres tout particulièrement, sont des éléments identitaires forts. Le Guatemala est un véritable festival de couleurs, qui explose totalement les jours de marché ! Pourpre, écarlate, turquoise, fuchsia, jaune soleil ! Des couleurs profondes et éclatantes dans les broderies qui recouvrent les güipiles (blouses) des femmes !

C'est un ravissement pour les yeux occidentaux, surpris par tant de créativité " investie " dans des objets du quotidien. Les motifs peuvent être figuratifs (fleurs, animaux), plus stylisés ou encore abstraits (formes géométriques) et sont propres à chaque ethnie.

Reportages & actualités du Guatemala

Avis