A une quarantaine de kilomètres de Guatemala Ciudad, La Antigua Guatemala, plus simplement appelée Antigua, est la capitale " touristique ", ancienne capitale politique et joyau du pays. L'autre, Guatemala Ciudad, est la capitale politique actuelle et surtout la capitale économique... que les touristes, à tort ou à raison, évitent. On commence et on finit en général un séjour au Guatemala par ces deux capitales qui semblent, à l'image du pays, joindre l'ancien et le nouveau. La petite ville coloniale semble rivée dans le charme suranné de l'Empire espagnol, la mégapole moderne regarde devant, vers la mondialisation dans laquelle s'engouffrent des hommes d'affaires pressés et au bord de laquelle restent la plupart des habitants, toujours plus nombreux à venir de leurs campagnes, attirés par le mirage de la ville. Ceinte par son écrin de volcans - l'Agua (3 766 m), l'imposant gardien qui semble majestueusement veiller sur la ville, le Fuego (3 763 m), qui émet toujours des fumerolles depuis son éruption de 2002, et l'Acatenango (3 976 m) - Antigua est voluptueuse et calme.

La ville compte aujourd'hui environ 50 000 habitants, quasiment autant qu'aux heures les plus fastes de la colonie. Loin de souffrir de sa proximité avec Guatemala Ciudad (à 1 heure à peine en minibus), elle est au contraire le lieu de villégiature privilégié des touristes et des habitants de la capitale qui, chaque fin de semaine, fuient les problèmes de circulation, de pollution et de violence pour la tranquillité d'Antigua dont les rues pavées souffrent d'une telle fréquentation automobile.

Au fil des années et malgré les séismes destructeurs qui l'ont ébranlée, La Antigua n'a cessé de s'enrichir de constructions, d'églises, de couvents et de palais des puissants de la société coloniale d'alors, aux arcanes entrelacés entre pouvoir spirituel et temporel. Ce superbe décorum est le cadre de nombreuses manifestations. La plus importante est sans conteste la Semana Santa. Les rues de la ville se couvrent alors de tapis de fleurs.

Antigua est également une excellente base de départ pour les principales destinations du pays. De nombreux voyageurs ont fait de cette cité leur hub, à partir duquel ils vont et viennent à coup de " shuttle " entre les volcans de la région, le lac Atitlán et les petits villages des hautes terres ou les plages et mangroves de Monterrico.

Séjourner à Antigua, c'est se projeter au temps de l'Amérique latine coloniale. C'est sans doute une des plus belles villes d'Amérique centrale dont le charme baroque surprend et envoûte le visiteur. Relativement sûre, elle offre aux visiteurs une infrastructure hôtelière très large, souvent de qualité.

Les lieux incontournables du Guatemala

Préparer son voyage au Guatemala

Les circuits touristiques au Guatemala

Un rapide tour du Guatemala

Quinze jours au Guatemala c'est court ! C'est vraiment le strict minimum pour amortir le long voyage en avion et avoir une idée, même rapide, du pays où vous avez atterri et de ses mille richesses. Da...

Envie d'un voyage sur mesure ?

Nous vous mettons en relation
avec l'agence locale
spécialiste de votre destination !

Toutes les facettes du Guatemala

Un séjour d'un mois, c'est la durée idéale pour avoir un " aperçu " général du pays. La densité des sites obligerait à adopter un rythme très soutenu pour se rapprocher d'une hypothétique exhaustivité...

Photos du Guatemala

Découvrir le Guatemala

Les plus du Guatemala

Les cités perdues des Mayas

Le Guatemala est indissociable de son héritage maya, tant dans son histoire que dans sa géographie, hier comme aujourd'hui. C'est dans l'aire géographique comprenant une partie du Mexique, le Guatemala et le Honduras et que les archéologues appellent Mésoamérique que cette brillante civilisation est née et a pu développer un important savoir scientifique en astronomie et en mathématiques, imposer sa puissance et disparaître sans que l'on sache vraiment pourquoi. Les savoirs actuels n'ont permis de percer que partiellement le secret des écritures et des connaissances, maintenant un halo de mystère autour de ces peuples capables de construire de gigantesques cités que les racines des fromagers ont patiemment recouvertes, comme pour mieux les protéger des yeux et des mains des profanes. Les passionnés d'archéologie seront comblés tant les vestiges de ces cités perdues, à la fois centres cérémoniels, lieux de pouvoir, de commerce et de résidence, sont omniprésents en terre guatémaltèque. La plus célèbre de ces cités est la fabuleuse Tikal, au nord du pays, mais le Guatemala est également riche des sites d'El Ceibal, de Quiriguá et ses stèles géantes, de Yaxhá et sa lagune, d'El Mirador que l'on atteint après plusieurs jours de marche. D'autres ruines, encore enfouies sous les lianes de la jungle, ne livrent que petit à petit leurs secrets au gré de fouilles ou de découvertes fortuites.

Une richesse ethnique et culturelle

L'héritage maya ne saurait se réduire à l'histoire passée du pays. L'immense richesse archéologique perpétuée par les anciens Mayas ne doit pas occulter la richesse culturelle actuelle d'une population descendante des Mayas et dont il existe plus de vingt ethnies différentes. Les plus nombreux sont les Indiens Quiché, Q'eqchi, Mam et Cakchiquel, mais il y a encore les Tzutuhils, Uspanteko, Ch'orti, etc. Chaque ethnie parle un idiome particulier et possède son propre mode de vie. Après avoir visité quelques bourgades ou des marchés traditionnels, on apprendra peut-être à distinguer les ethnies et les villages par leurs habits traditionnels et quelquefois leur organisation sociale. A ces ethnies mayas s'ajoute une culture originale. Sur la côte Caraïbe, Livingston, ancien plus grand port du pays, est la " capitale " de la culture garífuna. Cette communauté noire de 6 000 personnes porte en elle une histoire unique. Ces anciens esclaves arrachés au continent noir vécurent d'abord à Saint-Vincent, une île des Antilles où les navires négriers les transportant s'étaient échoués, avant de s'installer il y a plus de deux cent ans sur les côtes du Guatemala, du Belize et du Honduras. Leur langue est un mélange né du temps, constitué d'indien arawak, de français, d'anglais...

Un pays étonnant de diversité

La biodiversité végétale et animale y est exceptionnelle, celles des paysages et des hommes le sont tout autant. Forêt de nuages dans les Verapaces où l'on peut surprendre un quetzal, silhouettes de volcans éteints au bord du lac Atitlán, en activité autour d'Antigua, plages de sable noir sur la côte Pacifique avec à quelques kilomètres de Monterrico une immense réserve de mangroves, ou encore versants verdoyants des montagnes des hautes terres, lagunes dans la jungle du côté de Livingston, etc. Le Guatemala est une terre de contrastes où mille et une activités sont possibles, à commencer par l'observation.

Une terre de couleurs

On se rendra rapidement compte de l'importance que les Indiens accordent aux habits traditionnels. Les costumes qu'ils revêtent, dans les hautes terres tout particulièrement, sont des éléments identitaires forts. Le Guatemala est un véritable festival de couleurs, qui explose totalement les jours de marché ! Pourpre, écarlate, turquoise, fuchsia, jaune soleil ! Des couleurs profondes et éclatantes dans les broderies qui recouvrent les güipiles (blouses) des femmes !

C'est un ravissement pour les yeux occidentaux, surpris par tant de créativité " investie " dans des objets du quotidien. Les motifs peuvent être figuratifs (fleurs, animaux), plus stylisés ou encore abstraits (formes géométriques) et sont propres à chaque ethnie.

Reportages & actualités du Guatemala

Ailleurs sur le web
Avis