Guide de Roumanie : La Roumanie en 25 mots-clés

Alcool au volant

Prudence, la tolérance d'alcool au volant est de 0 g/l. Ne prenez pas le risque de payer une forte amende, voire de vous faire confisquer votre permis.

Auto-stop

C'est une pratique courante dans le pays et il vous sera facile de vous déplacer en stop. Les Roumains eux-mêmes l'utilisent fréquemment. Au pouce en l'air, préférez un geste du plat de la main, signifiant au conducteur de ralentir. Attention, ce n'est pas gratuit. Une petite rétribution est demandée. Si ce n'est pas le cas, mettez la main au porte-monnaie de votre propre chef.

Bière

Comme dans la plupart des pays d'Europe centrale et orientale, la production de bière s'est développée durant la période communiste, modelée sur l'exemple tchécoslovaque. L'Ursus est la bière la plus illustre du pays. Produite à Cluj, elle a été récompensée en 2005 par le Regroupement international des brasseurs de bière. Les autres bières que vous rencontrerez sont : Timişoreana, Stejar ou encore Silva. La Roumanie fait en outre partie du top 10 des plus grands consommateurs de bière au monde.

Bois
Portail en bois sculpté de maison hongroise.
Portail en bois sculpté de maison hongroise.

Dans les régions montagneuses, le bois est un élément omniprésent. Les maisons et les églises sont construites avec ce matériau. Les ustensiles ménagers et agricoles sont travaillés avec minutie et esthétisme. Les moindres cuillères en bois, coffres, encadrements de portes ou de fenêtres, les terrasses (prispă) ou toitures s'agrémentent de riches ornementations. Il s'agit de véritables musées ethnographiques à ciel ouvert. Les portails sculptés du Maramureş sont saisissants. Ils protègent la famille et lui assurent longue vie et propérité. Bref, le bois est le signe de l'importance des forêts dans l'histoire roumaine. On constatera cependant qu'aujourd'hui, après des siècles de pastoralisme extensif, nombreuses sont les régions où les forêts ont totalement disparu pour laisser la place à la steppe et à la prairie des collines dénudées. Ceci est renforcé par la pratique abusive de l'écobuage (débroussaillement par le feu), que la tradition croit bonne mais qui empêche la reforestation et porte atteinte à l'équilibre biologique.

Chiens errants (câini vagabonzi)

Ils semblent être partout, dans les plus hauts refuges de montagne ou à l'entrée des hôtels de luxe. À Bucarest, leur présence s'explique par la destruction des petites rues du centre-ville dans les années 1980, qui a entraîné le déplacement brusque et précipité de familles vers des quartiers de blocs, les obligeant à abandonner leur animal de compagnie. Il y a eu plusieurs campagnes de stérilisation et d'éradication rendant leur présence plus discrète dans les rues de la capitale. Si la plupart du temps, ils ne sont pas agressifs envers les humains, il faut cependant s'en méfier, surtout la nuit venue. Le principal problème reste donc leur errance dans les campagnes du pays, à proximité des routes, qui causent de nombreux accidents (preuve en est les milliers de cadavres de chiens gisant en bord de routes). Bien plus dangereux et agressifs les gros molosses et chiens de berger qui gardent férocement les propriétés et (nombreux) troupeaux de la campagne roumaine. Attention donc quand vous randonnez.

Ciorbă (soupe)

Exemple frappant de l'influence turque dans la gastronomie roumaine, il en existe pour tous les goûts. Lorsqu'elle est légère (aux légumes ou aux choux), une ciorbă se déguste généralement en entrée. Agrémentée de vinaigre, d'ail, et de viande en grande quantité la ciorba fait office de repas à part entière... Sachez que l'une des soupes les plus populaires dans les restaurants roumains est à base de tripes. Pour éviter les mauvaises surprises sur des menus uniquement en roumain cela se dit Ciorbă de burtă !

Contraste

Oui, les traditions jouent un rôle important dans la vie quotidienne des Roumains. Cependant, la modernité a largement pénétré le mode de vie local, surtout en milieu urbain. Le contraste est saisissant entre les grandes villes, modernes et occidentales et les villages archaïques (et souvent pittoresques) où le temps semble s'être arrêté.

Covrigi

Sortes de bretzels roumains de formes différentes couverts de pavot, de sésame, de cumin ou fourrés à tout un tas de garnitures, les covrigi se trouvent partout dans le pays, et s'achètent à toute heure dans des boulangeries qui vendent à même la rue. À l'origine spécialité de Buzău, ils sont désormais vendus dans tout le pays, même si les originaux ont reçu une appellation d'origine protégée par l'Union européenne.

Doina

La doina (prononcer doïna) est le chant traditionnel roumain, sorte de mélopée lyrique improvisée. Elle exprime tous les sentiments et joue un rôle de catharsis. Elle est si représentative de l'âme roumaine que c'en est devenu un prénom féminin des plus courants.

Dracula
Sculpture de Vlad L'Empaleur, figure emblématique de Sighișoara.
Sculpture de Vlad L'Empaleur, figure emblématique de Sighișoara.

Vlad Ţepeş (Vlad l'Empaleur), voïévode (prince) du XVe siècle, a combattu l'Empire ottoman afin de conserver l'indépendance de sa principauté de Valachie. Il était célèbre pour sa cruauté, notamment envers les marchands saxons, qui protestaient contre son impôt et qu'il fit empaler en masse, et les prisonniers turcs qui ont subi son sadisme. Autour de lui s'est construite une légende qui a sublimé son aspect sanguinaire par la métaphore du vampire. Le romancier irlandais Bram Stoker s'en est inspiré au XIXe siècle pour créer le comte Dracula, vampire la nuit tombée (drac signifiant dragon ou diable en roumain et le père de Vlad Ţepeş s'appelant Vlad Dracul, Vlad le Dragon). Le film de Francis Ford Coppola porta une adaptation célèbre du roman à l'écran. Le personnage de ce comte-vampire fut aussi parfois appelé Nosferatu (l'Intolérable), par exemple dans les films allemands de Friedrich Murnau ou de Werner Herzog.

Ce héros national est devenu un véritable filon pour les commerçants et les professionnels du tourisme. Le château de Bran est souvent vendu comme château de Dracula (alors qu'il n'a aucun lien historique avec le prince empaleur), tandis que Sighişoara se targue d'être sa ville natale. Nombre d'objets à l'effigie du vampire sont vendus aux alentours des lieux où il aurait mis les pieds. En 2001, les historiens, les écologistes et l'Unesco se sont heureusement dressés contre la création d'un parc d'attractions dédié au sang et aux ténèbres aux abords de Sighişoara. Ne reposant finalement que sur peu de traces matérielles, la Transylvanie parvient très bien à vendre son tourisme sous l'étiquette de son étrange " fils " Dracula-Nosferatu.

Folklore traditionnel

Même si l'usage du costume traditionnel se perd dans les grandes villes, il reste encore bien présent dans les villages de campagne. Foulards, chapeaux, gilets ou jupes brodées sont sortis des placards lors des fêtes et grandes occasions. C'est un véritable festival de couleurs et de détails.

Francophonie

Membre de l'Organisation internationale de la francophonie, la Roumanie est la cousine orientale de la France. Les relations entre les deux pays sont fortes et passionnées depuis plus de deux siècles de partage culturel. Dire que vous êtes français vous apportera beaucoup de sourires. Il est fréquent que des Roumains s'essaient à la langue de Molière pour vous faire plaisir. Alors faites-leur également honneur en baragouinant quelques mots de roumain.

Faire/Ne pas faire

Faire

Dire quelques mots en roumain, ce sera un signe d'attention. Les Roumains font eux-mêmes beaucoup d'effort pour parler en français ou en anglais. Par exemple dire mulţumesc (prononcer moultsoumesc, merci) ou noroc ! (santé !) avant de boire un verre ou quand quelqu'un éternue.

Apporter un petit cadeau lorsqu'on est invité : fleurs, chocolats, café, etc.

Accepter l'hospitalité et vous montrer reconnaissant. C'est une valeur dont vous bénéficierez sans doute souvent, et il est bien de montrer qu'on l'apprécie.

Se déchausser avant d'entrer dans une maison ou un appartement.

Accepter le baise-main, pratiqué encore dans certaines campagnes.

Attention à votre portefeuille à Bucarest et dans les grandes villes. Sans devenir paranoïaque, soyez vigilant. Le vol est l'activité principale de certaines bandes autour des gares - souvent des enfants. Peu d'agressions physiques cependant, il suffit d'ouvrir l'oeil.

Se méfier des chiens des rues et des routes, encore plus des chiens de berger.

Ne pas faire

S'habiller de manière pouvant être jugée indécente lors de la visite de monastères et d'églises.

Porter des jugements dans les conflits " interethniques " en Roumanie, notamment si vous entendez des discours racistes venus de/à l'encontre de Roumains, Hongrois, Roms ou Serbes. Ces histoires sont complexes et il ne suffit pas d'une réflexion angéliste pour résoudre les problèmes. Laissez simplement votre interlocuteur s'exprimer, sans vous sentir obligé d'intervenir.

Vider son verre de ţuică ou de palincă trop vite, car on vous resservira immédiatement !

Se laisser draguer facilement par une jolie Roumaine en pensant " qu'elle vous trouve très beau ", comme le montre le film d'Isabelle Mergault. Elle pourrait trop espérer que vous l'emmeniez avec vous ; montrez du discernement dans ce genre de situation !

Travailler le dimanche, jour chômé " religieusement ".

Noctambulisme

De plus en plus de tours opérateurs proposent des formules week-ends à Bucarest. Autrefois surnommé le petit Paris de l'Est, cette capitale déroutante enchante par sa vie nocturne. Cafés animés et discothèques branchées, DJ à la mode ou groupes folkloriques, opéras ou clubs de jazz, Bucarest vibre toute la nuit. Il n'y a pas de couvre-feu. La plupart des bars de nuit restent donc ouverts jusqu'au petit matin.

Nostalgie

Il n'est pas rare de rencontrer des Roumains nostalgiques de la période communiste. Pour la plupart, paysans ou retraités, ils regrettent cette époque qu'ils assimilent à un âge d'or. Avis non partagé bien sûr par la jeunesse roumaine qui profite pleinement des avantages de la démocratie et de la société de consommation.

Œufs peints

À l'origine, comme dans les pays slaves, ils étaient réalisés pour Pâques. Mais aujourd'hui, vous en trouverez à toutes les saisons et dans toutes les régions du pays. Cet artisanat est une démonstration de minutie et se transmet de mère en fille depuis des siècles. Les oeufs peints font partie des très beaux objets à rapporter de Roumanie.

Ospitalitate (hospitalité)

Ce n'est pas une légende : le peuple roumain porte haut les valeurs de l'hospitalité et il se montre très accueillant envers les étrangers. Chaleur et générosité sont souvent à la clé, surtout si vous expérimentez le tourisme rural ; vous pourrez alors goûter à un réel art d'accueillir. Même si cette tradition décline avec la modernisation du pays, vous pourrez souvent jouir d'attentions insoupçonnées. Laissez-vous porter et vous aurez l'occasion de partager des moments intenses. Les soirées deviennent rapidement festives et vous serez souvent au centre de toutes les attentions.

Patrimoine
Piata Sfatului et la maison du Conseil.
Piata Sfatului et la maison du Conseil.

C'est une évidence ! La Roumanie possède un patrimoine historique et culturel riche et divers. Plusieurs sites comme les centre historique de Sighişoara, le monastère de Horezu ou l'ensemble des églises en bois du Maramureş sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Les héritages roumains, hongrois, saxons et turcs, sans oublier l'importante présence rom, promettent en outre une grande diversité culturelle. Cluj ressemble à une ville de Hongrie, Brașov a tout de la bourgade allemande, Bucarest reflète une histoire singulière et originale, les villages des Carpates diffèrent fortement selon les régions, la Moldavie profonde n'a rien à voir avec le Banat, la côte de la mer Noire a déjà des accents turcs... Il faut parcourir le pays et découvrir toutes les régions !

Răscruce

La Roumanie est un carrefour géographique et culturel. On y découvre de nombreuses influences (byzantines, latines, slaves, hongroises, allemandes, turques, juives, roms, etc.). Le peuple roumain se décrit volontiers comme étant un îlot de latinité au milieu d'un océan slave. C'est vrai, dans diverses variantes et avec les accents des différentes minorités qui ont marqué le pays. Vous serez sans doute frappé par ce mélange de genres, entre Occident et Orient.

Roms
Robe de femme Rom.
Robe de femme Rom.

C'est en Roumanie que la communauté rom est la plus importante au monde. Il est difficile de les recenser, les chiffres officiels en décomptent environ 620 000, mais certaines associations estiment que le chiffre serait plus proche des 2 millions, voire même 3, de nombreux Roumains hésitant à se déclarer rom par peur des discriminations. Les Roms de Roumanie habitent dans un vaste territoire d'Europe du Sud-Est où ils sont solidement implantés, avec la Bulgarie, la Slovaquie, la Hongrie et l'ex-Yougoslavie.

Même si les Roms sont représentés au Parlement, leur intégration reste malheureusement un véritable problème de société. Venus d'Inde probablement vers le XIIIe siècle, ils restèrent longtemps des esclaves sous la propriété des aristocrates et religieux roumains, hongrois, allemands ou ottomans. Leur émancipation fut officialisée en 1864 seulement. Au long de l'histoire, ils furent seulement autorisés à vivre dans des ghettos ethniques, les mahale. Ils continuèrent après l'émancipation à vivre selon ce modèle. Au XXe siècle, le racisme à leur encontre fut important et sous le régime fasciste d'Antonescu, un nombre important de Roms roumains furent déportés dans les camps nazis. À l'époque communiste, ils furent encore traités comme des citoyens de seconde zone. Si leur condition s'est officiellement améliorée depuis, avec l'élaboration d'un droit minoritaire, leur condition sociale les exclut souvent de fait, d'autant que leurs activités économiques (souvent illégales) les poussent à eux-mêmes vouloir vivre de cette manière - voir à éviter la nationalité roumaine.

Depuis l'adhésion de la Roumaine à l'Union européenne, de nombreux Roms roumains ont migré en Europe occidentale. De fait, leur population baisse en Roumanie, elle pourrait même considérablement chuter si le pays intégrait l'espace Schengen. Les Roms, restés peu attachés à la terre et à un pays où ils ne se sont jamais vraiment sentis chez eux, migrent, au contraire de leurs concitoyens gadjé, " non-roms ", sans perspective de retour. Est-ce que l'UE aboutira en quelques années à ce que sept siècles de persécutions n'ont pas engendré : la disparition des Roms de Roumanie ? La question pourrait bien se poser dans un futur proche.

Sărut mâna

" Je vous baise la main. " Il s'agit de la formule de salutation la plus respectueuse et que les hommes adressent aux femmes. À la campagne, les enfants l'utilisent pour saluer leurs parents ou le prêtre. Sans oublier que dans beaucoup de régions, le geste se joint encore à la parole.

Signe de croix (semnul crucii)

Les Roumains sont très pieux. Jeunes ou vieux se signent régulièrement, au passage devant une église ou une croix installée à une intersection. Le signe de croix rituel orthodoxe s'effectue dans le sens inverse de celui des catholiques : épaule droite avant épaule gauche.

Sobă

On les voit surtout à la campagne ou dans les grandes demeures urbaines. Les sobe (au singulier sobă) sont de grands poêles en briques réfractaires, couverts de céramiques souvent colorées et sculptées. Ils fonctionnent exclusivement au bois et conservent très bien la chaleur. En hiver, c'est un vrai bonheur de se réfugier dans une maison qui en est équipée.

Ţuica

La ţuica, eau-de-vie de prunes, est à la Roumanie ce que la vodka est à la Russie, autant dire une institution. Elle est de toutes les occasions, quotidiennes ou festives. La production est souvent artisanale et présentée dans une bouteille de soda. Lors des enterrements, elle est servie avec une tranche de pain pour trinquer à la mémoire du disparu. Sa cousine la palinca résulte d'une seconde distillation, ce qui la rend bien plus forte. Bouillie avec du sucre et du poivre, la ţuica tient chaud durant l'hiver et soigne très bien des rhumes. Dans les régions où l'influence et la population hongroises sont importantes, en Transylvanie notamment, on utilise souvent le mot d'origine hongroise : palincă.

Udatul (l'arrosage)

C'est une tradition typiquement transylvaine que l'on découvre avec plaisir aux premiers jours de Pâques. Les jeunes hommes rendent visite aux jeunes filles célibataires et leur demandent la permission de les asperger d'eau ou de parfum. Si l'autorisation leur est donnée, les garçons déclament alors un poème dans lequel ils comparent les heureuses élues à des fleurs fraîchement arrosées.

Union européenne

Tout comme sa voisine bulgare, la Roumanie est membre de l'Union européenne depuis le 1er janvier 2007. L'euro devait remplacer le leu en 2015 mais, avec la crise financière, un report est très probable - on annonce désormais pas avant 2018.

Les avis sont partagés. Dans l'ensemble, les Roumains sont heureux de faire partie de l'UE. Cela leur facilite notamment la tâche pour voyager et travailler ailleurs en Europe. L'adhésion engendre aussi un boom économique, notamment dans des villes comme Cluj et Timișoara. Cependant, beaucoup se plaignent de la rigueur budgétaire imposée par le gouvernement pour satisfaire les normes européennes. D'autres craignent également une saignée démographique, avec une émigration massive, notamment des élites. La Roumanie connaît en effet une chute de population dramatique, qui ne peut qu'être accentuée si le pays entre dans l'espace Schengen.

Bucarest assurera la présidence du Conseil de l'Union européenne pour la première fois au premier semestre 2019.

Même si le pays reste en dehors de l'espace Schengen, il participe à certaines de ses composantes et utilise ses bases de données conformément aux décisions prises en mars 2017 pour renforcer la sécurité de l'espace européen.

La Roumanie souhaite, à terme, adopter la monnaie unique européenne mais aucun date précise n'a été déterminée.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de Roumanie

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine au coeur du Golfe de Saint-Tropez !

Un séjour de 7 nuits pour 2 personnes au coeur du Golfe de Saint-Tropez avec l'hôtel *** Les Jardins de Sainte-Maxime .