Petit Futé
Français
  • Français
  • English
  • Español

Guide de voyage
Balaclava

  • Réserver un vol
  • Trouver un hébergement

Havre des marins au long cours, Balaclava, encore appelée la Baie aux Tortues, fut connue pendant des décennies comme un lieu de mouillage sécurisé où se ravitailler en eau potable et nourriture fraîche. Le toponyme fait référence aux reptiles qui s'y ébattaient en grand nombre avant que les navigateurs hollandais ne débarquent au XVIIe siècle. A partir de là, gros carnage dans les rangs des mastodontes, car quoi de plus facile à attraper qu'une tortue ? Bien pratique aussi à bord, ce stock de viande à disposition qui pouvait se garder frais et vivant pendant plusieurs semaines. Selon les carnets de route des capitaines de l'époque, la baie regorgeait également de poissons et d'huîtres, et l'endroit était idéal pour la capture des chèvres, canards et autres pintades.

Au XVIIIe siècle, l'endroit renforce son attrait pour d'autres raisons. Dès 1735, Mahé de La Bourdonnais décide de faire de Port Louis le principal port de l'île en lieu et place de Grand Port ensommeillé au Sud-Est. Vers les années 1740, arsenal, fonderie et moulin à poudre sont édifiés, le tout rapidement protégé d'une batterie de défense. Une digue est construite sur la rivière Citron pour approvisionner les ateliers en eau. Pendant 30 ans, la production de fer bat son plein, alimentant les chantiers de construction de la capitale et de son port. Elles s'achèvent en fumée par l'explosion du moulin à poudre en 1774 : table rase immédiate de tous les bâtiments, à l'exception de la scierie, du moulin à blé et de la ferronnerie.

Vers le milieu du XIXe siècle, la Baie aux Tortues, toujours très dynamique sur le plan industriel et désormais aussi connue pour sa très belle propriété, devient le Deauville des familles bourgeoises de la capitale. Une success-story interrompue par des bataillons de moustiques dont les ravages répétés (paludisme) conduisent les citoyens de Port Louis à s'exiler plus haut, sur les terres plus saines des plateaux de l'intérieur de l'île. 

De nos jours, le site dynamiquement occupé pendant des siècles abrite les suites et infrastructures de loisirs de l'hôtel Maritim. Les ruines de la digue construite par Mahé de La Bourdonnais, de même que celles de l'ancien moulin et d'une distillerie aménagée au XIXe siècle, ont gagné la protection des Monuments historiques et ont été transformés en restaurant et parc de loisirs (Anno 1743, The Nest, The Distillery, Les Ruines de Balaclava). Longtemps épargnée des promoteurs, la baie elle-même, connue des plongeurs exigeants pour son parc marin, s'est littéralement laissée " envahir " par les infrastructures touristiques. Pourtant, l'endroit, sans vraies belles plages et truffé de rochers, n'était guère propice à la baignade... Les industriels en ont fait leur affaire, avec des résultats somme toute plutôt réussis. 

Que visiter à BALACLAVA ?

Adresses Futées de BALACLAVA

Organiser son voyage à BALACLAVA
Transports
Réservez vos billets d'avions
Location voiture
Taxi et VTC
Location bateaux
Hébergements & séjours
Tourisme responsable
Trouver un hôtel
Location de vacances
Echange de logement
Trouvez votre camping
Services / Sur place
Assurance Voyage
Réservez une table
Activités & visites
Voyage sur mesure

Photos de BALACLAVA

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

13.95 €
2022-02-16
384 pages

Autres destinations à proximité de BALACLAVA

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour de prestige pour 2 personnes à Dijon !

Remportez un séjour de prestige à Dijon avec l'Office du Tourisme de Dijon !