Après Pereybère, la route se poursuit vers le nord, laissant derrière elle le brouhaha touristique du " Saint-Tropez local ". La côte devient plus sauvage, le vent se lève doucement, les plages se font plus rares et forment de petites criques entre les pointes de roche basaltique. A cet endroit, le lagon se nuance de tonalités extraordinaires et la vue sur les îles du Nord (Coin de Mire avec ses hautes falaises, l'île Plate, et, au loin, l'île Ronde et l'île aux Serpents) est magique. On arrive à Cap Malheureux, ainsi nommé en raison des nombreux naufrages qui se produisirent sur le récif. Le minuscule village se dresse au niveau de la pointe, face à la célèbre église au toit rouge mise en avant sur toutes les brochures touristiques. Il fleure bon la paix et le repos, avec une chouette ambiance de bout du monde. Pour se baigner, s'arrêter 1 km avant le cap sur la petite plage qui fait face à l'hôtel Coin de Mire ou, plus loin, sur les jolis bouts de sable qui prolongent les villas des riches particuliers mauriciens (certaines sont à louer). Seul un inconvénient d'ordre pratique peut entacher un séjour dans cette section de l'île : à partir de Cap Malheureux et jusqu'à Grand Gaube, les bus et surtout les magasins se font plus rares. Il est donc nécessaire de parcourir quelques kilomètres pour faire ses courses et un moyen de transport (ne serait-ce qu'un vélo) est conseillé. Les touristes de passage, eux, s'arrêteront au moins pour la fameuse église carte postale, et, un peu plus au sud, pour une promenade dans le joli cimetière marin.

À voir / À faire au CAP MALHEUREUX

Organiser son voyage au CAP MALHEUREUX

Photos du CAP MALHEUREUX

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

12.95 €
2019-09-11
480 pages
Avis