Situation - Saranda, 17 000 habitants, est le chef-lieu de la municipalité du même nom (20 000 hab.) et appartient à la préfecture de Vlora. La ville se trouve 17 km au nord du site archéologique de Butrint, 19 miles marins (35 km) au nord-est du port principal de l'île de Corfou (Grèce), 55 km au sud-est de Himara, 61 km au sud-ouest de Gjirokastra (route médiocre), 65 km au nord-ouest du port d'Igoumenitsa (Grèce, route médiocre), 135 km au sud-est de Vlora (via Himara).

Description - Cette petite ville portuaire est devenue une station balnéaire très populaire chez les Albanais. Autant le dire toute de suite, on n'aime pas trop Saranda, mais on adore ses environs. La baie est belle, mais elle a été complètement bétonnée depuis la chute du régime communiste. Reste que c'est une halte pratique sur le chemin des sites Unesco de Corfou, Butrint et de Gjirokastra. Centre économique, administratif et culturel de la région, Saranda est aussi la ville la plus touristique du pays. Alors que les visiteurs étrangers sont assez rares en Albanie, cette ville accueille chaque été de nombreux Britanniques et Scandinaves amateurs de soleil low cost et d'eau de mer polluée (tout est ici rejeté dans la baie, faute de tout-à-l'égout). Fondée par les Chaoniens, la ville fut jusqu'au début du XXe s. appelée Agii Saranda(Άγιοι Σαράντα), c'est-à-dire, les " Saints-Quarante ", en référence au monastère byzantin du même nom fondé au XVIe s. sur les hauteurs (3 km à l'est de l'hôtel Demi) et aujourd'hui en ruines. Il s'agit d'un hommage aux Quarante Martyrs de Sébaste, groupe de légionnaires chrétiens suppliciés sur un lac gelé de l'actuelle Turquie en 320. Dans l'Antiquité, la ville semble avoir connu une certaine prospérité dès les IIe et IIIe s. ap. J.-C. A cette époque, sa superficie déjà assez étendue correspondait au centre urbain actuel et allait jusqu'au port moderne, à l'extrême ouest de Saranda. Des fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour, dans le centre-ville actuel, plusieurs bâtiments (villa, cimetière et édifices divers) datant du IIe au IVe s. On peut y voir également quelques ruines des puissants remparts du VIe s. Cependant, peu de vestiges ont pu être mis au jour à Saranda, car la ville moderne s'y est construite sur la cité antique (mais peut-être les chantiers à venir vont-ils permettre d'en exhumer davantage). La ville actuelle s'est développée à flanc de montagne et face à la mer de façon complètement anarchique, la population de la ville ayant plus que doublé en moins de dix ans. Et lorsque l'on contemple les collines qui l'entourent, peu à peu grignotées par les nouvelles constructions (autant de chantiers que de bâtiments achevés), on constate que le mouvement n'est pas près de s'inverser.

À voir / À faire à SARANDA (SARANDË)

Photos de SARANDA (SARANDË)

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

15.95 €
2018-05-02
288 pages

Reportages & actualités de SARANDA (SARANDË)

Ailleurs sur le web
Avis