Depuis de nombreuses années déjà, Beyrouth n'est plus cette ville détruite, en ruine, que les journaux télévisés nous ont montrée pendant des années. Revenue à la vie, la capitale libanaise est en perpétuelle reconstruction et se tourne résolument vers l'avenir, laissant derrière elle les maux divers qui la traversent. La guerre civile, le conflit de l'été 2006 et les attentats réguliers restent marqués dans les esprits, mais les séquelles visibles sont peu nombreuses. Le nouveau venu dans la ville aura bien du mal à se représenter les zones de conflit, les immeubles détruits ou percevoir la peur qui a habité ces quartiers. Beyrouth retrouve aujourd'hui l'allure d'une ville d'Orient, avec ses odeurs, ses bruits, où l'on s'interpelle d'un trottoir à l'autre, où les avertisseurs tiennent lieu de langage, où l'on rit et l'on se dispute sur le même diapason.
On reconstruit un peu partout. Le boucan des pelleteuses a remplacé celui des mortiers. On asphalte les routes, on construit de nouveaux ponts et des voies rapides. L'ancienne ligne de démarcation - qui séparait les deux parties de la capitale - a vu ses familles regagner leur foyer et ses boutiques rouvrir. Si, en étranger curieux ou compatissant, vous demandez à des Libanais de vous raconter leur calvaire, ils risquent fort de vous prendre par l'épaule, en souriant, et de vous dire que le passé est oublié et qu'il faut regarder vers l'avenir. Un conseil, évitez de poser des questions sur la guerre civile. Les Libanais n'ont pas tellement envie de se replonger dans le passé. Pourtant, ils pourraient vous raconter des histoires vécues incroyables au cours du conflit. Des histoires de barricades où telle personne - un frère, un cousin ou un ami - a été enlevée. Des histoires de roquettes venues se planter dans le réfrigérateur d'une cuisine d'un appartement qui donnait sur le front. Des histoires de chef paramilitaire de quartier qui aujourd'hui passe ses journées, sur une chaise en paille, à regarder d'un oeil vide la vie qui passe devant lui. Des histoires qui font froid dans le dos mais qui donnent une idée de ce qu'a pu être la vie à Beyrouth à cette époque. L'après-guerre a été une période de convalescence difficilement gérable, ce qui peut expliquer en partie les difficultés qui ont suivi.
Mais au-delà de tout ça, Beyrouth est indéniablement une ville attachante. Vous y découvrirez l'aspect bon vivant et frimeur de ses habitants, le dynamisme de leurs commerces, leurs immeubles moches et modernes, leur culot et leur hospitalité, leur potentiel étonnant de survie. Hier et aujourd'hui sont décidément très liés, la laideur et la beauté aussi. Derrière un dépotoir immonde, vous découvrirez la mer. Au centre d'un dédale de rues sales et sans trottoir, vous trouverez de splendides demeures anciennes. A deux mètres d'une ex-caserne de miliciens où tout était permis, vous remarquerez un des cafés-restaurants...

Les lieux incontournables de BEYROUTH

Les circuits touristiques à BEYROUTH

Découverte de Beyrouth

Beyrouth est une " petite " ville facile à appréhender et qui se visite aisément à pied ou en taxi-service. Les promenades, évidemment plus idéales lorsque les températures ne sont pas trop élevées (p...

Une semaine à Beyrouth

Les cinq premiers jours de la semaine sont principalement consacrés à la visite de Beyrouth. Les suivants sont l'occasion de découvrir d'autres paysages à la périphérie de la capitale libanaise.

Photos de BEYROUTH

Découvrir BEYROUTH

Les plus de Beyrouth

Une cuisine savoureuse

Variée, fine et délicieuse, la cuisine libanaise a une excellente réputation à travers le monde. Le repas commence par un traditionnel mezzé, un assortiment de petits plats, chauds ou froids (hommos, taboulé, fattouche, kébbé...). Les grillades (chiche taouk, kafta) à base de viande hachée et de brochettes de poulet constituent le plat de résistance. Un repas libanais s'accompagne dans un premier temps d'arak, une boisson alcoolisée à base d'anis, puis d'un délicieux vin local (Ksara, Kefraya, Massaya... la liste est longue !). Vous serez également conquis par le pain libanais, une sorte de crêpe fine avec laquelle on pioche directement dans les plats. Enfin, vous ne pourrez pas quitter votre table sans avoir goûté les délicieuses pâtisseries locales, souvent préparées à base de fruits secs et de crème.

L'accueil des Beyrouthins

L'hospitalité des Libanais n'est pas un vain mot. Prévenants et accueillants, les Libanais vous recevront avec attention et gentillesse. Vous trouverez toujours quelqu'un pour vous indiquer votre chemin, pour vous aider et pour faciliter votre séjour. De plus, les Français bénéficient d'une réelle notoriété auprès des Libanais. Au hasard de vos rencontres, vous pouvez tout à fait être sollicité à partager le café ou le repas de vos hôtes.

Un climat agréable

Beyrouth jouit d'un climat méditerranéen. L'hiver est doux et pluvieux, mais les éclaircies sont nombreuses et les averses de courte durée. En revanche, l'été est chaud et sec.

La neige est présente uniquement en montagne de décembre à mars. La maxime populaire dit qu'il serait possible de skier le matin dans la station de Faraya et de se baigner dans la mer l'après-midi à Beyrouth. A vous d'essayer ! Le printemps et le début de l'automne restent les deux meilleures périodes pour visiter la ville. Le climat y est agréable, les touristes peu nombreux et les lumières étincelantes.

Un sens inné de la fête

Les nuits blanches de Beyrouth commencent à faire le tour du monde. Le Sky Bar a d'ailleurs été désigné comme l'un des meilleurs bars de la planète. Rien que cela ! Soirées sur une plage privée, sur le toit des immeubles ou d'un hôtel, dans les sous-sols, les Libanais ont toujours une occasion pour faire la fête. Direction Gemmayzé, Mar Mikhael ou Hamra avec leur myriade de restaurants, bars et discothèques. A Beyrouth, rien ne manque pour s'amuser !

Une richesse culturelle et historique

Carrefour des civilisations entre l'Occident et l'Orient, le Liban est une mosaïque culturelle et religieuse (18 confessions sont répertoriées), avec une histoire riche et mouvementée. Les Grecs, les Romains, les croisés, les Egyptiens et les Turcs y ont laissé des vestiges extraordinaires et variés. Bien plus récemment, c'est la guerre civile qui a laissé de nombreuses cicatrices dans les rues de la capitale libanaise, bien que d'importants travaux de rénovation soient en cours. Des ruines romaines du centre-ville aux superbes maisons traditionnelles de Sursock en passant par les vestiges exposés au Musée national, votre visite de Beyrouth vous offrira un bel aperçu de l'histoire du pays.

13.95 €
2017-05-24
240 pages

Reportages & actualités de BEYROUTH

Ailleurs sur le web
Avis