Désormais incorporée dans le district de Huye, Butare était la plus grande ville du Rwanda avant 1965. Cette cité très verte à proximité de la royale Nyanza a été créée en 1917 par les Allemands. C'était à l'origine le poste de Rango, destiné à rassembler les porteurs indigènes qui devaient être envoyés à Tabora, dans la future Tanzanie. En 1928, le nouveau site a été baptisé Astrida, en l'honneur de la reine Astrid de Belgique, et devient la capitale du Ruanda. Les vingt années suivantes voient la construction de la ville, avec le quartier des Blancs sur les collines, un quartier autochtone à Ngoma et un quartier arabe à Mamba. De 1950 à 1963, les grandes infrastructures sont mises en place : asphaltage de pistes, approvisionnement en eau et électricité, institut de recherche (futur IRST), laboratoire vétérinaire, école sociale... A l'indépendance en 1962, Astrida est rebaptisée Butare, mais perd son statut de capitale au profit de Kigali, plus centrale. Un an plus tard, l'université est fondée, ce qui influencera grandement le développement de la ville.

Le génocide de 1994 a emporté un nombre considérable d'étudiants et de professeurs. Pourtant Butare a résisté longtemps à la folie meurtrière, et sera jusqu'au 19 avril 1994 un havre de paix, notamment grâce à son préfet tutsi, le seul du pays, mais qui lui aussi sera emporté par la vague de massacres. Le militaire qui le remplacera, le colonel Tharcisse Muvunyi, fera sombrer la ville dans le sang. Réfugié ensuite en Angleterre, il sera arrêté à Londres en 2000 et transféré au tribunal international d'Arusha.

Avec son université devenue anglophone, Butare reste aujourd'hui considérée comme le coeur intellectuel et culturel du pays, voire de la région car elle est presque à égale distance des trois grandes villes : Kigali (135 km), Bujumbura (148 km) et Bukavu (155 km). Elle attire beaucoup de chercheurs et doctorants étrangers, notamment anglo-saxons. En tout cas, la ville ne manque pas de charme avec ses avenues ombragées. Sa rue principale fait l'objet d'un lifting en règle, et tant pis pour les nostalgiques de l'architecture coloniale, pas toujours entretenue il est vrai. Dorénavant, les immeubles doivent comporter au moins deux étages. La principale attraction touristique est le Musée ethnographique, l'un des plus beaux d'Afrique.

À voir / À faire à BUTARE / HUYE

Organiser son voyage à BUTARE / HUYE

Photos de BUTARE / HUYE

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

16.95 €
2018-11-07
264 pages
Ailleurs sur le web
Avis