Construite entre trois montagnes, Kigali se situe à 1 545 m d'altitude et couvre plusieurs collines : Kiyovu, Kacyiru, Kimihurura, Nyarutarama, Remera, Kanombe, Gikondo, Kicukiro. La capitale est désormais centenaire. Fondée par l'Allemand Richard Kandt, elle n'était encore peuplée que de 6 000 habitants en 1960. C'était à l'époque une " bourgade misérable ", comme l'écrit dans son récit Ebène, le célèbre journaliste Richard Kapuscinski qui n'a même pas pu trouver le moindre hôtel, " peut-être parce qu'il n'y en avait pas ". Aujourd'hui, les Kigaliens sont plus d'un million, sans compter les milliers de gens qui viennent y travailler la journée. Des restaurants ouvrent tous les jours, et les chambres d'hôtel sont innombrables.
C'est dire si la ville a profondément changé, ses limites ont même été élargies (elle est dotée de trois districts), au point que peu la reconnaissent après quelques années d'absence. Dans les années 1980, c'était encore une ville à l'allure provinciale, peu ostentatoire, où les immeubles en hauteur étaient rares, une cité repliée sur elle-même comme l'était tout le Rwanda à l'époque. Puis est arrivé le génocide. Des quartiers entiers ont été détruits. Aujourd'hui, non seulement la ville s'est (re) construite et rénovée, mais elle est devenue très dynamique. La capitale, qui concentre les quartiers généraux de la politique, du commerce, des ONG, bénéficie autant de la manne internationale que du dynamisme des hommes d'affaires et commerçants rwandais mais aussi ougandais, indiens, chinois, kenyans, sud-africains...

Masterplan 2040. Aujourd'hui, Kigali veut ressembler à une vraie ville, et même plus : avenues élargies et propres, catadioptres, nouveaux feux de signalisation avec décompte, immeubles flambant neufs, publicités géantes... Un coup d'oeil sur le " Masterplan 2040 " de Kigali (consultable sur YouTube), lancé en 2013, donnera une idée percutante des ambitions des autorités : lacs, zones vertes avec plaines de jeux, grandes tours, réseaux de bus, parcs, " shopping malls ". Auront-elles les moyens de leurs ambitions ? En tout cas, le paysage urbain se modifie considérablement. Le Convention Center est enfin sorti de terre, la Kigali City Tower et le Pension Plaza sont à présent opérationnels, même s'ils peinent à trouver des locataires. De nouveaux quartiers poussent ici et là, avec des maisons identiques alignées le long d'avenues tracées au cordeau. Revers de la médaille, Kigali est devenue une cité chère, et à vrai dire inabordable pour le commun des Rwandais. De nombreux habitants ont été expropriés de leurs maisons rudimentaires, et ont été relogés loin du centre-ville, avec tous les coûts que cela engendre en matière de transport. " On ne chasse pas les gens, mais on les force à se conformer à de nouveaux plans d'urbanisation ", explique un fonctionnaire....

À voir / À faire à KIGALI

Photos de KIGALI

16.95 €
2018-11-07
264 pages
Avis