Le guide touristique Lisbonne du Petit Futé

Bienvenue à Lisbonne

Cité magnétique, mêlant modernité et charme d'antan comme nulle autre, Lisbonne est certainement l'une des capitales les plus authentiques du sud-ouest européen... Si elle sait rester discrète et pudique, voire mystérieuse, les coups de projecteurs de l'Expo '98 et l'Euro de football de 2004 ont sacrément ravivé l'intérêt pour la capitale lusophone. Bien que sur les mêmes latitudes ensoleillées que Rome et Barcelone, elle demeure toutefois moins fréquentée, ce qui n'est pas pour déplaire à qui cherche l'évasion à moindre coût sans se retrouver coincé dans d'interminables files d'attente. Ville historique, Lisbonne ne manque pas de superbes jardins où flâner est de mise, de musées et d'antiques bâtisses qui raviront les amateurs d'histoire et d'archéologie. Ville romantique et tranquille, à l'image de LA figure emblématique lisboète, l'écrivain Fernando Pessoa, où les terrasses et bars tous plus pittoresques les uns que les autres se font et se défont à la vitesse d'un tramway en 3e vitesse. Pour qui redouble de patience et de curiosité, la multitude de villages qui constitue en réalité Lisbonne saura livrer bien des secrets dans les ruelles étroites et labyrinthiques d'Alfama ou dans les coins un peu excentrés du centre historique qui, à la belle saison, compte chaque année plus de touristes. Bien entendu, impossible d'éviter les corridors noctambules de la fête du Bairro alto pour ensuite filer vers Cais do Sodré et les Docks, où des boîtes de toutes couleurs musicales font monter la température jusqu'au chant du coq ! Pour les contemplatifs, rien ne vaudra une balade sur les rives du Tage, d'Oriente à Belém (où une escale-dégustation de Pasteis s'imposera alors !) : les reflets de la Mer de Paille font toujours leur effet, tout comme les innombrables Miradouros et leur kiosque à rafraîchissements qui parsèment les sept collines... Lisbonne la cosmopolite a toujours été, par sa position géographique même, une cité ouverte sur l'étranger, si bien que les Lisboètes font preuve d'un grand sens de l'hospitalité. Dès lors qu'on a compris que c'est en ralentissant un peu le pas que la ville ouvre ses bras, on ne peut qu'en garder un souvenir heureux vaguement mêlé de nostalgie en la quittant, le fado et ses complaintes douces-amères qu'on joue à tous les coins de rue n'y étant sûrement pas pour rien. Pour certains, le Portugal c'est Lisbonne, le reste du pays n'est que paysage ! Chaque saison est une nouvelle surprise, le printemps et son odeur tenace de fumée de sardines, puis la saison des plages ensoleillées et des parfums lointains suivent les pluies avant l'hiver et ses châtaignes grillées...

Attenção, fascination ! Faire sa connaissance, c'est l'assurance que l'on reviendra lui rendre visite : le plus tôt possible !

L'équipe de la rédaction.

Obrigadissimo e forte abraço : Ange Qi An Hugot, Remy Caruana, Julien Prade, Fred aka Dj Pablo, Yamina Kherchouche, Coco Majoulette, Kimon & Alexandre (Kosmus), Heleen & Rebeca (Chiado 16), Vitor (ATL), Sandra (Inspira Santa Marta), Sara (Internacional Design), Célia (Clara Jardim), Svetlana (Riso 8), Maria (Cervejaria Trindade), Catarina (Hippotrip), Vitor (Adega Victor Horta), Manuel (O Poleiro), Tanka & Familia (Come Prima & Casa Nepalesa), André (Taberna das Flores), Pedro & João (Guarda-Mor), Xavier (Assinatura), Rui (Can the Can), Mónica (Oficina do Duque), Isabel (5entidos), Nathalie (Honra), Daniela (Via Graça), Helena (Santo António de Alfama), Mafalda & Miguel (Aqui Há Peixe), António & Lourdes (Império dos Sentidos), Lawrence's Hotel Sintra, Frederico (Hotel Albatroz Cascais), Sérgio (Neya), Radar, Marginal, Amália FM, Smooth FM e Oxigenio FM, Antonio Tabucchi, António Variações, Balla, Mariza, Alain Tanner & Wim Wenders, Jean-Yves Loude (Lisbonne, dans la ville noire), Linda Martini... Et à tous ceux qui m'encouragent dans mes maravilhosos passeios citadins. Até jà !

Galerie photo Lisbonne

Idées de séjour Lisbonne

Séjour courtHaut de page

Nichée entre sept collines sur la rive nord de l'estuaire du Tage, Lisbonne, la capitale " cosmopolite " portugaise, est, à elle seule, une destination touristique digne d'un long week-end consacré à découvrir la ville la plus visitée du Portugal, envoûtement garanti ! Pour ne pas perdre de temps à optimiser les déplacements et les horaires, voici un petit programme express qui a fait ses preuves.

Vendredi : musées et shopping. Selon le temps disponible et les préférences, consacrez la matinée à la visite d'un ou plusieurs musées - le merveilleux musée de la fondation Gulbenkian ou celui de la fondation Oriente, le musée national de l'Azulejo ou le musée national de l'Art ancien - ou encore à une traversée du Tage en ferry pour appréhender la ville autrement. Puis l'après-midi, flânez dans la Baixa (le coeur de Lisbonne), histoire de faire, ensuite, un peu plus d'emplettes en vous rendant au Chiado. Après avoir découvert le quartier da Bica, apéritif au miradouro de Santa Catarina pour apprécier le point de vue et le coucher de soleil sur le pont du 25-Avril. Ensuite repas typique dans l'un des nombreux restaurants du Bairro Alto, et soirée fado ou électro non loin dans les multiples bars du quartier branché.

Samedi : ville ancienne - ville nouvelle. Le matin, à pied ou en tramway (n° 28), en effectuant une petite pause à la cathédrale et au belvédère de Santa Luzia, grimpez au château São Jorge - magnifique point de vue sur la ville et la mer de Paille (Tage) - puis continuez à pied vers São Vincente da Fora pour visiter le cloître et dénicher un petit souvenir à la Feira da Ladra, le marché aux puces de Lisbonne. Perdez-vous ensuite dans Alfama et Graça, des quartiers anciens typiques et restés populaires. Dès l'après-midi place à la nouvelle Lisbonne, promenade dans le parc des Nations - emplacement de l'Exposition universelle de 1998 - le téléphérique et l'Oceanarium très bien conçu (l'un des espaces les plus visités de la capitale). Puis, soirée dans les très animés, voire mondains, Docas.

Dimanche : Belém et les rives du Tage. Vous attaquerez tôt, grâce au tram n° 15 direction Belém, pour la visite du musée national des Carosses (entrée libre le dimanche jusqu'à 14h), afin de profiter des Jerónimos après les messes et, avant le débarquement des Lisboètes sur les bords du Tage, vers 16h. Visite du monastère des Hiéronymites à la façade " gaufrette ", édifié par Dom Manuel Ier en 1502, puis poussez jusqu'à l'emblématique tour de Belém et le monument des Découvertes puis, s'il reste un peu de temps, Ajuda, son palais et son jardin botanique. Apéritif ensuite sur la terrasse du Centro Cultural de Belém, espace culturel moderne et représentatif d'une ville dans l'air du temps.

Séjour longHaut de page

Jours 1 à 4 : visite de Lisbonne. Calquez le séjour précédent en prenant un peu plus de temps.

Jour 5 : nature et monuments. Direction le nord de la ville pour un peu de nature au parc Eduardo VII où vous pourrez visiter la magique Estufa Fria (serre chaude) ou pour une balade au parc forestier de Monsanto (grand poumon pour la ville) et dans le palais Marqueses de Fronteira et ses murs d'azulejos délirants ou encore au jardin zoologique. L'après-midi, découvrez l'aqueduc das Aguas Livres construit pour alimenter la ville en eau, prolongez avec le centre d'art moderne José de Azevedo Perdigão ou l'une des maisons-musées renfermant de belles pièces d'art.

Jour 6 : Estrela, Campo de Ourique, Rato. Le matin, visitez la basilique da Estrela (du XVIIIe siècle) et son jardin, puis encore un peu plus de quiétude au cimetière Anglais ou à celui des Plaisirs avant le shopping et le déjeuner dans le quartier agréable de Campo de Ourique. En deuxième partie de journée, les fanatiques de l'écrivain Pessoa se rendront dans sa maison, tandis que les autres pourront aller digérer au jardin botanique en descendant vers le Rato. Soirée balade vers Lapa, dîner capverdien à São Bento et nocturne vers l'avenida Dom Carlos Ier dans le club B. Leza pour de la musique chaloupée.

Jour 7 : Cascais et alentours. Prenez la marginale ou la ligne de chemin de fer qui longe l'estuaire du Tage jusqu'à la coquette Cascais, pour une petite balade dans la cité balnéaire. D'abord la Boca do Inferno (la bouche de l'enfer, naturellement creusée par l'océan dans la falaise) puis continuez ensuite jusqu'au Cabo da Roca, le point le plus occidental de l'Europe, en passant par la plage venteuse du Guincho dédiée aux sports de glisse.

Jour 8 : Sintra et ses environs. Visitez cette féerique cité : Palais Royal, Palais national de Pena, l'énigmatique Quinta da Regaleira ou le musée du Jouet et promenade dans le parc de Monserrate et sur des chemins parsemées de nombreuses villas. Puis, traversez la plantureuse petite montagne Serra de Sintra et détendez-vous sur la plage Praia das Maças et sa jolie crique.

Jour 9 : Ericeira, palais de Mafra et de Queluz. En route pour Mafra : visitez la basilique et le remarquable et imposant palais, qui abrite un musée d'Art sacré et une somptueuse bibliothèque. Pause pour déjeuner à Ericeira, petit port de pêche où vous pourrez déguster de bons plats de poisson, et pour l'anecdote encore, voir la mise au sec des bateaux. Retour vers Lisbonne et arrêt à Queluz : visitez le palais royal et ses jardins romantiques.

Jour 10 : Palmela, Setúbal et Sesimbra. Direction le sud, arrêtez-vous à Palmela pour la visite du château médiéval et de l'église São Pedro. Arrivé à Setúbal, visitez la ville populaire : le château São Filipe, l'église de Jésus et les vieux quartiers. Pour vous détendre, croisière sur l'estuaire du Sado à la découverte des dauphins. Ceux qui souhaitent partir vers le sud du Portugal pourront, de là, prendre le ferry jusqu'à Tróia et suivre la route de la presqu'île, au milieu des pinèdes. Sinon : excursion à travers le parc naturel de l'Arrábida, continuez en direction de Sesimbra, petit port de pêche aux rues pittoresques, le château et la plage où vaquent les pêcheurs. Retour vers Lisbonne : passez par le mystérieux Cabo Espichel, le magnifique Lagoa de Albufeira, et les longues plages de Meco et Caparica.

Séjours thématiquesHaut de page
Sur les traces de Fernando PessoaHaut de page

Probablement l'écrivain portugais le plus important du XXe siècle. En dehors de sa dernière demeure (16-18, rua Coelho da Rocha, quartier du Campo de Ourique), devenue maison de la Poésie, vous pourrez vous rendre dans les bars et restaurants qu'il a fréquentés : le mythique A Brasileira (120, rua Garrett, quartier du Chiado) proche de la statue érigée en hommage à l'homme de lettres, le restaurant Pessoa (190, rua dos Douradores, quartier de la Baixa), ou bien le Café Martinho da Arcada (3, Praça do Comércio). Vous pouvez également vous promener dans les lieux et quartiers qu'il appréciait : les fanatiques pourront visiter l'endroit où il est né (4, place São Carlos), celui où il a vécu une quinzaine d'années à son retour d'Afrique du Sud, le cimetière dos Prazeres où il a été enterré dans le tombeau familial (avant que son corps soit transféré au monastère des Jerónimos). Notez qu'un tableau de José de Almada Negreiros, représentant l'écrivain, peut être apprécié au centre d'art moderne José de Azevedo Perdigão (Rua Dr Nicolau de Bettencourt). Pour compléter le circuit, vous ne manquerez pas de vous replonger aussi dans son livre Lisbonne, un guide touristique très pertinent et toujours actuel de la ville qu'il n'a pratiquement jamais quittée (Editions 10/18) !

L’art de l’azulejoHaut de page

Ces céramiques ornementales typiques aux thèmes décoratifs inépuisables ne manqueront pas d'attirer votre regard dans la capitale portugaise. Des belles façades d'azulejos aux fabriques en passant par les musées de la ville, un petit parcours s'annonce. Avec dans les rôles principaux : le palais des Marqueses da Fronteira à Benfica (XVIIe-XVIIIe siècles), et ses panneaux d'azulejos exceptionnels (à l'intérieur et dans le jardin), le musée national des Azulejos (Xabregas) et sa petite mais précieuse collection ou encore le couvent de São Vicente de Fora et ses illustrations des fables de La Fontaine. Un itinéraire que vous pourrez compléter à Lisbonne par l'église de São Roque, le colégio dos Meninos Orfãos (Graça), les fabriques de Viúva Lamego et de Sant'Anna et leurs boutiques de présentation... Et puis dans les environs de Lisbonne, vous ne manquerez pas les extérieurs du palais national de Queluz ou encore le méconnu musée de la Céramique de Sacavém (Urbanização Real Forte), un hommage à la Fábrica de Louça et à ses maîtres travailleurs.

Fada du fadoHaut de page

De jour, ce sont quelques sons échappés de fenêtres entrouvertes dans les rues de la ville ou de la discothèque ambulante de la rua do Carmo qui donneront le la et éveilleront votre curiosité... Alors que la maison du Fado et de la Guitare portugaise (Alfama) et la maison-musée de la grande Amália Rodrigues (São Bento) satisferont votre envie de savoir ou de souvenir. Mais, c'est en poussant la porte de quelques populaires et obscures gargotes et tavernes que vous rencontrerez le fado de Lisbonne et ses acteurs pittoresques. En essayant d'éviter les lieux trop mercantiles, vous irez vous émouvoir, rire et pleurer (beaucoup !) en écoutant ces mélopées aigres-douces et juger par vous-même si le réalisateur Carlos Saura est proche de la réalité avec son documentaire musical Fados (2008).

Ailleurs sur le web

Liens utiles LISBONNE

Toutes les bonnes adresses LISBONNE

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté