Au nord-ouest du lac de Tibériade, Safed (ou Zefat, Tsfat, Zefad) est une charmante cité de 35 000 habitants, au riche héritage historique. Perchée à 800 m d'altitude au sommet d'une colline, c'est la plus haute ville d'Israël. Elle offre des vues splendides et attire les touristes ainsi que les pèlerins juifs qui viennent s'y recueillir sur les tombes des rabbins du XVIe siècle et visiter les anciennes synagogues. Safed est l'une des quatre villes saintes du judaïsme avec Jérusalem, Hébron et Tibériade, et est un centre d'étude de la Kabbale (tradition mystique juive). C'est aussi un centre artistique, avec son dédale d'anciennes ruelles pavées, bordées de galeries, où il fait bon flâner pendant une journée ou plus. Comme dans d'autres villes religieuses du pays, Shabbat est suivi avec conviction par une large partie de la population (estimée à 35 % d'orthodoxes et 20 % d'ultra-orthodoxes). Il vous sera difficile de trouver quelque chose d'ouvert, voire de circuler en véhicule, du vendredi en fin d'après-midi au samedi soir.

Histoire

Selon la tradition, Safed aurait été fondée par Sem, l'un des trois fils de Noé. A l'époque romaine, elle est mentionnée comme une cité fortifiée par l'écrivain Flavius Josèphe (Ier siècle). En 1140, les croisés y bâtirent une importante forteresse pour contrôler la route de Damas. Celle-ci fut détruite par Saladin, reconstruite par les Templiers, puis à nouveau détruite par les Mamelouks en 1266. Aux XVe et XVIe siècles, de nombreux juifs séfarades fuyant l'Inquisition en Espagne s'y installèrent et firent de la ville le principal centre des études kabbalistiques. La cité fut prospère, de nombreuses écoles religieuses et synagogues y furent bâties, et on y fonda la première imprimerie du Moyen-Orient en 1578. La communauté juive atteint près de 10 000 habitants. Cependant, à partir du XVIIe siècle, avec la disparition des maîtres de la Kabbale et une situation économique difficile, la ville commença à décliner. Après un premier tremblement de terre qui toucha toute la région en 1759, Safed fut rasée par un second tremblement de terre en 1837. Plusieurs milliers de personnes perdirent la vie. Dans les années 1920-1930, les tensions entre les populations juive et arabe devinrent de plus en plus fréquentes, et furent ici particulièrement violentes. En 1948, les forces israéliennes parvinrent à s'emparer de Safed, point stratégique en Galilée de par sa situation en altitude, et la population arabe la déserta. Dès 1951, les anciennes maisons arabes ainsi que la mosquée furent transformées en galeries d'art. Depuis, Safed a regagné en popularité et est redevenue un centre d'études juives ainsi qu'un lieu de tourisme.

À voir / À faire à SAFED

Organiser son voyage à SAFED

Photos de SAFED

14.95 €
2019-05-22
480 pages
Avis