Le nom d'Akko (Acre) apparaît dès 2000 av. J.-C., à l'époque cananéenne, sur des tablettes d'argile égyptiennes. La ville devint un port important sous le règne d'Alexandre le Grand qui l'annexe à son empire. Puis au IIIe siècle av. J-C., la ville est prise par Ptolémée II, souverain d'Egypte qui la rebaptisa " Ptolémaïs ". Elle fera également partie de l'empire byzantin, avant d'être conquise en 638 par les musulmans. Mais c'est surtout aux Croisés qu'elle doit sa renommée. En 1104, Acre fut prise par Baudouin de Hainaut, avec l'aide de la flotte génoise. Les hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem la baptisèrent alors Saint-Jean-d'Acre. Développant un commerce fructueux avec l'Europe, le port devint le premier de la Méditerranée orientale.

Il fut repris en 1187 par Saladin, qui ne le garda pas plus de trois ans. En 1190, lors de la troisième croisade, Richard Coeur de Lion et Philippe Auguste échouèrent devant Jérusalem mais parvinrent à reconquérir Saint-Jean-d'Acre. Ils en firent alors la capitale du royaume des Croisés. Toutefois, un siècle plus tard, en 1291, la ville tomba aux mains des Mamelouks. Cette date marque la fin du royaume latin de Jérusalem et de la présence occidentale en Terre sainte. Acre est en ruines et le restera pendant 450 ans. Au XVIe siècle, les Ottomans prirent Acre, mais celle-ci ne commencera à revivre qu'à la fin du XVIIIe siècle, grâce au tyrannique pacha al-Jazzar (le Boucher). En 1799, il parvint, avec l'aide de l'Angleterre, à repousser les troupes de Bonaparte qui tentaient de s'emparer de la ville. Et, entre 1800 et 1814, il fit construire les remparts actuels.

En 1918, après la Première Guerre mondiale et dans le contexte du démembrement de l'Empire ottoman, Acre passa sous le mandat britannique en Palestine. Cependant, les Anglais installèrent leur quartier général à Haïfa et Acre perdit de l'importance.

En 1948, lors de la création de l'Etat d'Israël, Acre fut intégrée dans le territoire du jeune Etat. A côté de la vieille ville arabe, une ville nouvelle fut construite au nord, tandis que débutaient les fouilles de l'ancienne cité croisée.

Habités majoritairement par des Juifs, ces nouveaux quartiers ne présentent que peu d'intérêt touristique, sinon pour des questions d'ordre pratique (poste, banques). En revanche, la vieille ville, qui est encore aujourd'hui peuplée en majorité d'Arabes, est classée sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco. Bien qu'assiégée par les cars de touristes, elle semble vivre encore à l'époque ottomane. A voir en priorité : la citadelle et le tunnel des templiers. Entre les deux, prenez le temps de flâner dans le marché turc (Turkish Bazaar, en plein-air sur Al-Jazar Street), le souk de Market Street (sous passage couvert, du nord au sud de la vieille ville). Puis allez faire le tour des remparts et du port. Enfin, aller voir les Baha'i Gardens, à 3 km au nord de la vieille ville.

Chaque année, à l'époque des vacances de Souccoth (la Fête des Cabanes), la vieille ville accueille le Akko Fringe Theatre Festival (Festival du théâtre alternatif).

Les lieux incontournables d'ACRE

Organiser son voyage à ACRE

Photos d'ACRE

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

14.95 €
2019-05-22
480 pages
Avis