Guide des Fidji : Cuisine fidjienne

Si l'on mange aux Fidji des plats de bonne qualité, c'est d'abord parce que les ingrédients eux-mêmes sont de qualité, mais la façon de les préparer est très simple. D'une manière générale, pas de surprise, tous les plats sont assaisonnés de lait de coco. Fidjienne et indienne, la double culture du pays aura donc en tout cas l'avantage de nous proposer une double cuisine. Enfin, sachez que le point fort de la cuisine fidjienne reste ses excellents fruits de mer, à des prix tout à fait convaincants. C'est le moment ou jamais d'en entamer une cure. De plus, le homard est un mets qui ne se refuse pas. Assaisonné d'une petite sauce de coco, on en devient très vite dépendant...

Produits caractéristiques
Fruits de mer

Les fruits de mer sont absolument divins et à déguster sans modération. Dans n'importe quelle petite île, ils sont frais et délicieux. Ils sont à portée de main, donc présents en quantité, et on aurait tort de s'en priver. Parmi les plats typiques fidjiens à base de fruits de mer, on trouve le miti. Il s'agit de fruits de mer cuisinés dans du lait de coco frais, auquel on ajoute oignons et épices avec des légumes et des féculents.

Root Crops

Vous entendrez ces mots partout et surtout vous en goûterez partout. On entend par root crops légume, racine, plante alimentaire, fécule. Or ces féculents, l'équivalent de nos pommes de terre, sont massivement consommés par les Fidjiens. Il y a donc :

Le dalo (taro) : un goût à mi-chemin entre la pomme de terre et la châtaigne. Plutôt sec et farineux, il serait originaire d'Inde. Ce féculent était largement consommé par les navigateurs qui emportaient les tubercules séchés. On mange ses rhizomes, que l'on a épluchés et bouillis ou cuits à la vapeur. Sa chair, couleur crème, est très riche en potassium.

La cassava (tapioca, manioc) : le manioc est reconnaissable à son écorce brune. Sa chair est blanchâtre et extrêmement calorique. Le tapioca est une fécule que l'on extrait de la racine de manioc. Il n'a pas vraiment de goût et emprunte plutôt celui des aliments auxquels on l'associe. On l'utilise pour les soupes et les ragoûts.

Lovo

Le lovo est le plat traditionnel fidjien ou, plus exactement, un mode de cuisson particulier. Les ingrédients qui composent le logo sont les root crops, des légumes et diverses viandes. On creuse un trou dans la terre et on y met le feu. On place des pierres par-dessus le brasier et la préparation du logo par-dessus les pierres. On la recouvre ensuite de feuilles de bananier et on rebouche le trou. On laisse cuire pendant de longues heures.

Kokoda

Il s'agit d'un plat à base de poisson. Généralement le walu, qui a été nettoyé avec du jus de citron, puis trempé dans du lait de coco, avant d'atterrir dans votre assiette.

Spécialités indiennes

Curry. Les plats indiens sont familièrement appelés " curry ", car ils sont en sauce, autrement dit accompagnés d'épices. Entre toutes ces épices, les principales sont le piment rouge ou noir, le gingembre et le safran. Il y a également des plats préparés façon garam masala, un mélange de poivre, de clous de girofle, de cannelle et de cumin.

Roti. Ce sont les galettes de pain, souvent chaudes, servies systématiquement en accompagnement des plats.

Samosa. Ces petits beignets de forme triangulaire sont fourrés de légumes épicés.

Chutney. C'est l'accompagnement favori de la cuisine indienne. Il s'agit d'une sorte de confiture compotée qui accompagne les viandes et relève les plats. Mélange de fruits et/ou légumes cuits dans du vinaigre doux, du sucre brun et des épices. Comme on l'assaisonne et l'améliore selon ses envies, on retrouve donc rarement deux fois le même goût. En version indo-fidjienne, on y ajoute souvent des fruits exotiques et de la noix de coco.

Desserts

Côté desserts, le moins que l'on puisse dire, c'est que les gourmands n'y trouveront pas leur compte.

Le dessert de base est un cake à la noix de coco : un cassava cake donc qui, comme son nom l'indique, se veut un mélange de cassava, autrement dit de tapioca, avec du lait frais de coco et de la coco pillée. Ce qui nous donne un cake très consistant et plutôt roboratif !

Quant aux fruits tropicaux, de part et d'autre des Fidji, on se croirait dans les jardins d'Eden : ananas, mangues, papayes et bananes poussent par milliers pour notre plus grand bonheur. C'est le moment de faire une cure de vitamines et d'exotisme. Privilégiez les fruits en version réduite, comme par exemple ces toutes petites bananes appelées " doigts de femme " et les tout petits ananas à la chair presque blanche, véritablement enivrants.

Corossol (soursop). On ne le trouve pas partout, mais si vous en avez l'occasion, jetez-vous dessus. C'est certainement un des fruits les plus savoureux qui soient. Sa peau vert foncé et épineuse abrite une chair blanchâtre et filandreuse délicieusement sucrée. En sorbet, le corossol est tout juste divin. On le trouve principalement dans le Nord.

Lexique du parfait amateur de fruits de mer

Crab > crabe.

King prawns > gambas.

Lobster > homard.

Mussels > moules.

Octopus > poulpe.

Oyster > huître.

Prawns > crevettes roses.

Sea clams > palourdes.

Sea urchins > oursins.

Seaweeds > algues.

Scallop > coquille Saint-Jacques.

Scampi > langoustine.

Schrimps > crevettes grises.

Squid > calamar.

Habitudes alimentaires

Les Fidjiens ont un rapport très basique avec la nourriture. Loin des plaisirs de la table, manger est pour eux un besoin premier, simplement vital. Ils prennent leur repas trois fois par jour. Chez les Fidjiens, on mange tous ensemble dans les villages, assis par terre, regroupé dans le bure de l'un ou de l'autre, parfois dehors sur un mat. Les hommes et les enfants mangent traditionnellement en premier, puis les femmes se retrouvent entre elles pour terminer les plats qu'elles auront soigneusement préparés. Les repas se composent essentiellement de racines de plantes accompagnées de poisson, poulet ou porc. On boit de l'eau avant de passer la soirée à s'hydrater au kava.
Les Indo-Fidjiens, quant à eux, prennent leurs repas chez eux, en famille. Comme pour les Fidjiens de souche, c'est avec les doigts qu'ils mangent le curry.

Ferrugineuse ? Non, artésienne !

Sait-on seulement ce que l'on boit dans notre bouteille d'eau ?

On distingue plusieurs types d'eau : l'eau minérale naturelle, l'eau de source, l'eau gazeuse, l'eau de puits, l'eau purifiée et l'eau artésienne. C'est cette dernière que vous buvez dans votre jolie bouteille enveloppée d'un film plastique tropical orné d'une cascade : " Fiji Water ". Pourtant l'eau artésienne ne vient pas de cette cascade représentée sur son contenant, puisqu'elle provient d'une nappe aquifère située dans une cavité volcanique. L'eau y est à l'abri des dépôts d'argile et de roches, et du contact avec l'air qui pourrait transporter des échantillons de pollution ou des bactéries. Aussi l'eau artésienne est la plus pure et la plus saine du monde.

Recettes
Fijian kokoda, salade de poisson cru

Pour 4 personnes : 300 g de thon blanc ou snapper • 3 tomates • 1 concombre • 4 citrons jaunes • 3 gousses d'ail • 1/4 d'oignon • 3 tiges d'oignon (falcutatif) • 1 noix de coco fraîche (à défaut, 20 cl de lait de coco) • sel et poivre.

Préparation. 30 minutes.

Découper le morceau de poisson en cubes, puis les faire macérer dans de l'eau très salée et mettre au réfrigérateur. Pendant ce temps, découper les tomates et le concombre en cube. Hacher l'ail et l'oignon. Hacher la partie verte de l'oignon vert. Presser les 4 jus de citron en enlevant les pépins. Presser la pulpe de coco râpée finement dans un torchon blanc (propre), on doit ainsi obtenir du lait de coco. Puis égoutter le thon et le mettre dans un saladier, rajouter le jus des citrons et mélanger. Le thon va commencer à devenir blanc, continuer à mélanger pendant environ 1 minute (après, c'est selon la manière dont vous aimez votre poisson). Ensuite, rincer le poisson à l'eau pour enlever une partie du jus de citron (pour que le poisson ne soit pas trop cuit par le jus). Egoutter. Mettre le poisson dans un saladier, rajouter les cubes de tomates et de concombre, l'ail et l'oignon et enfin le lait de coco. Mélanger le tout et goûter un morceau de poisson, ensuite assaisonner à votre convenance. Décorer avec l'oignon vert parsemé dessus. Et voilà !

Banana Cassava bread

Pour un Cake : 1 tasse de crème de coco • 4 bananes écrasées • 1 cuillérée de sucre • 0,9 kg de manioc.

Préparation.

Préchauffez votre four à 200 °C et graissez légèrement un moule à gâteau.
Battez ensemble, la crème de coco et le sucre. Ajoutez-y les bananes écrasées et mélangez le tout.
Ajoutez alors le manioc râpé. Versez le tout dans un moule à gâteau et faire cuire au four pendant environ 45 minutes. S'il est doré, il est prêt à déguster !

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées des Fidji

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end pour 2 à Caen !

1 week-end découverte de Caen pour 2 personnes avec l'OT Caen la mer .