Petit pays des Balkans, le Monténégro est séparé de la Serbie depuis 2006. Il offre les même atouts que la Croatie voisine, tout en étant moins touristique : des stations balnéaires animées sur les rivages de la mer Adriatique, des montagnes pour la randonnée et un riche patrimoine. Quittant la côte, on rejoint un environnement de forêt et de montagne. Et c'est une immersion dans la verdure dont on jouit particulièrement en visitant les parcs naturels de Skadar et de Lovcen. La destination offre un patrimoine religieux particulièrement riche. On ne manquera pas les nombreuses églises et monastères, dont le monastère orthodoxe serbe d'Ostrog encastré dans sa falaise, lieu de pèlerinage très populaire. Autre joyau du Monténégro, proche de la Croatie : la ville médiévale fortifiée de Kotor et sa baie, parmi les plus belles baies du monde. Cette profonde baie s'enfonce dans les terres, cernée de hauts reliefs, piquée de petites îles, avec des villages et des chapelles, composant des paysages de toute beauté. Autre spot touristique : Budvar, son centre médiéval et ses longues plages. La visite de Podgorica, la capitale, est incontournable si vous venez en avion. Plus riche en patrimoine, l'ancienne capitale royale, Cetinje regorge de monuments historiques, monastères et musées. Voir aussi Perast, adorable village inscrit au patrimoine mondial et plus au sud sur la côte, le port de Bar également station balnéaire. Dans votre assiette ? Viande séchée, saucisses et la spécialité locale... le chevreau fourré au poulet.

Les lieux incontournables du Monténégro

Quand partir au Monténégro ?

Tout dépend de la partie du pays que vous souhaitez visiter. Si vous comptez limiter votre séjour à la côte monténégrine, toutes les périodes de l'année sont propices. Il faut cependant savoir que de très nombreux hôtels ferment en hiver - aussi le choix est plus limité pendant cette période de l'année. De même, il est à noter que la majorité des établissements du littoral pratiquent des prix différents selon les mois de l'année. Les prix grimpent durant les mois de juillet et d'août. Pour profiter à la fois de la plage et de prix un peu plus doux, il est donc conseillé de séjourner en juin ou septembre. Les voyageurs souhaitant explorer l'ensemble du pays et plus particulièrement ceux ayant l'intention de randonner dans les montagnes du nord privilégieront les mois de juin, juillet, août et septembre. Les températures peuvent en effet chuter très vite dans cette partie du pays et il n'est pas rare que des villes comme Kolašin ou Žabljak flirtent avec les 0 °C dès le début du mois d'octobre. Dans les zones montagneuses du nord du pays, la neige subsiste parfois jusqu'à fin-juin et commence à tomber dès le début d'octobre. Les randonneurs non équipés devront donc privilégier les mois de juillet et d'août pour explorer les montagnes du Monténégro. Pour les amateurs de sports d'hiver, la saison s'étale de décembre à avril. Dans le sud du pays (côte adriatique), le climat reste agréable en été grâce à l'influence de la mer, même si les températures atteignent parfois 38°C. Le printemps et l'automne sont les meilleures périodes pour visiter cette région. A savoir : la capitale et ses environs connaissent des chaleurs étouffantes en été, tandis que Cetinje reste très agréable (20 °C en moyenne, en été).

Comment partir au Monténégro ? Nos conseils & astuces

Vous trouvez chez les professionnels du tourisme des propositions nombreuses et variées, le plus souvent assez abordables. Toutes intègrent la visite de la capitale. Des séjours avec randonnées sont particulièrement bien conçues. Promotions régulières sur les séjours balnéaires en moyenne saison. Les agences de voyages locales proposent des excursions dans les pays limitrophes : Croatie, Albanie, Macédoine, Bosnie-Herzégovine, Serbie, Italie...

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Vous pouvez atterrir au Monténégro à l'aéroport de Tivat ou de Podgorica. Vous pouvez aussi rejoindre le pays en bateau depuis l'Italie, des départs ont lieux tous les jours de Bari et Ancona vers Bar (environ 8 heures de traversée). En train depuis Belgrade, également 8 heures de trajet. Sur place pas de difficulté pour voyager en trouvant des hébergements : hôtels, campings, auberges de jeunesse, chez l'habitant, location d'appartement.

Vous avez le choix des transports. Vous pouvez voyager d'un bout à l'autre du pays en empruntant des taxis loués, des voitures de location, des bus, le réseau maritime ou le train. Des trains réguliers existent entre Subotica, Novi Sad et Belgrade. Le train passe par Bijelo Polje, Kolasin, Podgorica et se termine à Bar, principal port du Monténégro. Les trains de nuit avec des voitures-couchettes sont pratiques. Vous devez réserver votre couchette à l'avance.

Les circuits touristiques au Monténégro

Premiers pas au sud du Monténégro

Le sud du Monténégro est une excellente entrée en matière pour découvrir le pays. De Tivat, nouvel endroit hype des Balkans, aux célèbres bouches de Kotor, l'image d'Épinal du pays, en passant par le ...

Envie d'un voyage sur mesure ?

Nous vous mettons en relation
avec l'agence locale
spécialiste de votre destination !

Grand tour du Monténégro

Un séjour de deux semaines est idéal pour avoir un bon aperçu de l'ensemble du pays et découvrir son étonnante variété de paysages. Sur une superficie de la taille d'une région française s'étendent ci...

Photos du Monténégro

Découvrir le Monténégro

Les plus du Monténégro

Une nature généreuse

Se reposer, renouer avec la nature, faire du sport. Le Monténégro est une destination de choix pour les amateurs de grands espaces et d'explorations hors des sentiers trop souvent parcourus. Majoritairement montagneux, le pays n'en possède pas moins une étonnante diversité de paysages au regard de sa superficie. Ainsi, des criques de galets bordées d'oliviers de Bar, il suffit d'une petite heure de route pour se retrouver dans un paysage de fjord digne des latitudes nordiques. De même, il ne faut parcourir qu'une soixantaine de kilomètres pour passer de la chaleur souvent étouffante de la capitale, Podgorica, au bon air vivifiant des montagnes de moyenne altitude de Kolašin ou encore des paysages arides et rocheux des environs de Cetinje à la végétation luxuriante du lac de Skadar. Avec ses quatre parcs nationaux, son littoral découpé, ses forêts, qui recouvrent quelque 45 % de son territoire, et ses montagnes, dont des pans entiers sont vierges de toute urbanisation, le Monténégro est propice à de nombreuses activités de plein air. Le massif du Durmitor et le canyon de la Tara, situés au nord-ouest du pays, méritent à eux seuls le voyage. Tous deux inscrits au patrimoine mondial par l'Unesco, ces sites sont à l'image du pays : spectaculaires et sauvages.

Un littoral accueillant

Long d'un peu moins de 300 kilomètres, le littoral monténégrin n'a rien à envier sur le plan de la beauté à celui de sa voisine, la Croatie. Contrairement au reste du pays, cette partie du Monténégro bénéficie d'un climat très doux et a depuis longtemps une vocation touristique. Dans les bouches de Kotor, une chaîne montagneuse karstique de 1 500 mètres d'altitude, parallèle à la mer, sépare la côte de l'arrière-pays et plonge vertigineusement vers les eaux limpides et bleutées de l'Adriatique. Au bas de cette muraille de pierre, palais et églises de style gothique vénitien, petits ports de pêche, jardins luxuriants et criques isolées rappellent un décor de film italien. Tout aussi découpée et également surmontée de montagnes, la partie du littoral qui s'étend de Budva à Ulcinj offre une kyrielle de plages à l'attrait irrésistible. Anses, îlots, plages de galets et grandes plages de sable fin y alternent avec les stations balnéaires animées et typiques de la Méditerranée où en soirée les terrasses des cafés et restaurants sont prises d'assaut. Budva, dont l'ambiance s'apparente à celle d'un petit Ibiza monténégrin, connaît chaque été une animation trépidante. Un peu plus loin, Ulcinj est probablement la ville la plus dépaysante du pays, avec ses minarets et son marché haut en couleur.

Un héritage historique diversifié

Situé au coeur de la péninsule balkanique, le Monténégro a subi au cours des siècles passés l'influence étrangère des cultures grecque, romaine, byzantine, turque, vénitienne et austro-hongroise. Trois tremblements de terre dont le dernier, en 1979, ont détruit des trésors inestimables. Cependant l'héritage demeure considérable. Sur le littoral, et en particulier dans les bouches de Kotor, ces influences se sont superposées pour former un ensemble architectural d'une richesse peu connue. La cité médiévale de Kotor, et sa cathédrale Saint-Triphon, qui associe les formes byzantines et gothiques, en sont le plus bel exemple. Les églises et villas de style baroque des bouches de Kotor contrastent avec les maisons trapues et massives des vieilles villes de Budva ou d'Ulcinj, toutes deux riches d'une histoire multimillénaire. Toujours sur le littoral, la cité médiévale de Bar, abandonnée à la fin du XIXe siècle, porte dans ses ruines de multiples témoignages du chassé-croisé de peuples, de royaumes et d'empires qui s'y sont succédé. A l'intérieur du pays, l'ancienne capitale du royaume du Monténégro, Cetinje, avec les façades multicolores de ses anciennes ambassades et son palais royal, fait plonger le voyageur dans l'Europe du XIXe et début XXe siècle. Le nord du pays enfin, avec ses monastères orthodoxes de Piva, de Morača ou encore de Sveti Trojica, offre de superbes témoignages de la richesse picturale médiévale des Balkans.

Reportages & actualités du Monténégro

Ailleurs sur le web
Avis