Située aux confins des bouches de Kotor et adossée à un pic rocheux, la vieille ville de Kotor est l'une des villes médiévales les mieux préservées de cette partie du bassin méditerranéen. Dominée par les ruines d'une forteresse et entièrement encerclée de remparts d'une longueur totale de 4,5 km, soit deux fois plus que ceux de Dubrovnik, cette cité se distingue par la structure asymétrique de ses rues et de ses places étroites combinée avec de nombreux monuments d'influence vénitienne d'un caractère souvent unique. Chaque rue, chaque pierre, chaque église raconte un fragment de 900 années de brassage ethnique et confessionnel. Très endommagé par le séisme qui a frappé la région en 1979, Kotor est depuis inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Vu l'absence de plage dans les environs (seulement des pontons en banlieue pour se baigner), la ville est tournée plutôt vers la culture avec de nombreux festivals.

Histoire

Les premiers témoignages sur Kotor remontent à l'an 168 av. J.-C. Connu sous le nom d'Acruvium, le site occupé par la ville actuelle était alors intégré à la province romaine de la Dalmatie. Intégrée (après la chute de l'empire d'Occident) à l'Empire byzantin pendant plus de sept siècles (476-1185), avant de tomber dans le giron de la Serbie médiévale de 1185 à 1371. Sous le règne du roi Nemanja, Kotor devient le principal port du royaume, et permet le développement économique, artisanal et artistique de la ville. Le bref intermède du règne monarchique hongro-croate (1371-1384) et du règne du roi bosniaque Tvrtko (1384-1391) précède la période d'indépendance de la ville (1391-1420) au cours de laquelle elle devient une république autonome, avec son propre prince, son sénat et même sa monnaie. A partir de 1420, la ville est sous la coupe de la république de Venise et ce jusqu'à 1797. Aux XVIe et XVIIe siècles, Kotor connaît une période de terribles catastrophes (séismes de 1563 et 1667, épidémie de peste de 1572), de guerres et de sièges. Grâce aux fortifications de la ville, ses habitants résistent à l'invasion des Turcs qui conquièrent cependant tous les sites environnants. Après la chute de la république de Venise en 1797, la ville change fréquemment de mains jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. En 1920, Kotor est intégré au royaume des Serbes, Croates et Slovènes et après 1945 au sein de la république socialiste du Monténégro.

Les lieux incontournables de KOTOR (КОТОР)

Comment partir à KOTOR (КОТОР) ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à KOTOR (КОТОР)

Photos de KOTOR (КОТОР)

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

MONTÉNÉGRO

Guide MONTÉNÉGRO

MONTÉNÉGRO 2017/2018

14.95 €
2017-07-12
288 pages
Ailleurs sur le web
Avis