Guide de Papouasie-Nouvelle-Guinée : Jeux, loisirs et sports

Dans la société traditionnelle, la notion de loisirs n'existe pas. On se repose, bien sûr, après de rudes efforts et on aime à se détendre, mais aucune activité spécifique n'est prévue à cet effet... sinon la dégustation du bétel... Les villages les plus isolés sont souvent équipés d'un petit terrain de rugby, de basket ou d'un filet de volley-ball, mais quelquefois il y manque le ballon. Ces jeux permettent aux jeunes de se mélanger et de resserrer les liens à l'intérieur de la communauté. Les femmes pratiquent régulièrement des sports comme le volley-ball, le net-ball et le basket, tous très populaires.

Disciplines nationales
Rugby australien

Ce sport est immensément populaire. Le jeu à 13 notamment passionne les Papouasiens, qui suivent non seulement leur propre championnat mais surtout celui de l'Australie. Chaque ville importante possède sa grande équipe mais chaque village a également bien souvent une petite équipe qui participe à des championnats locaux. D'après le gouvernement papouasien, en 2008 près du tiers de la population du pays jouait au rugby à 13 ! L'équipe nationale s'est classée 6e mondiale en 2009, juste après la France.

Football

Le football, appelé ici soccer, devient de plus en plus populaire, notamment auprès des jeunes, et un championnat a été organisé récemment. L'équipe nationale est l'une des plus mauvaises au monde...

Activités à faire sur place
Ornithologie

On peut distinguer trois sites particulièrement propices à l'observation d'oiseaux en Papouasie. Ils bénéficient d'un écosystème favorable à la multiplication des espèces et disposent de guides spécialisés dans cette activité. Par ailleurs, bon nombre d'hôtels ou de particuliers proposent du " birdwatching ", mais peu savent vraiment ce que cela signifie. Pour de véritables observations en compagnie de guides qualifiés, l'ornithologue amateur se rendra dans la province Western qui fait frontière avec l'Indonésie, au sud de l'île. Là, le long du fleuve Fly, l'un des grands cours d'eau du pays, et de ses affluents, Samuel Kepukna a installé dans la jungle deux lodges à partir desquels il organise des expéditions ornithologiques. Ce passionné parcourt le terrain toute l'année et sait où sont les oiseaux. Il saura vous faire découvrir chacun d'eux : de nombreux paradisiers, oiseaux berceaux, martins-pêcheurs, pigeons couronnés et tous les oiseaux de basse altitude. Il faut savoir que les conditions d'observation sont plutôt pénibles (sangsues, moustiques et boue), que la chaleur humide est à la limite du supportable et que les lodges de Samuel n'offrent qu'un confort très sommaire. Le second site, en altitude cette fois, est la montagne Ambua et ses forêts pluviales. Que l'amateur d'oiseaux choisisse le luxe de l'Ambua Lodge ou les petits prix du Warili Lodge, les deux hébergements proposent des expéditions de très bonne qualité pour observer paradisiers et autres oiseaux de montagne. Enfin, un séjour au Kumul Lodge s'impose pour les plus passionnés, qui pourront y observer quelques spécimens dès le lever du jour ou devant une tasse de thé de retour d'expédition dans les montagnes de la province d'Enga ou des Western Highlands, près d'Hagen.

Pêche

La Papouasie-Nouvelle-Guinée possède de riches zones de pêche en mer ou en eaux douces. Les fleuves Fly, Sepik et Ramu offrent d'excellentes occasions d'attraper le gros Black Bass, poisson d'eau douce connu pour être le plus combatif du monde. Les rivières du Gulf et de Nouvelle-Bretagne abondent également en gros poissons et, dans certains endroits totalement isolés des régions marécageuses, les expéditions de pêche réservent parfois des expériences inédites. La pêche au gros en mer offre également de nombreuses opportunités, que ce soit pour attraper le merlin, les différentes espèces de thons ou de gros maquereaux.

Plongée

Il s'agit peut-être là du plus gros potentiel touristique de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le pays bénéficie d'ores et déjà d'une réputation mondiale grâce à de nombreux films et livres de photographies illustrant la richesse de sa faune et flore marines, la pureté de ses eaux et la diversité des plongées possibles. Avec 45 000 km2 de corail où se concentre la plus grande diversité du monde, 17 000 km de côtes et quatre mers ou océan qui se rencontrent, il est évident que les bonnes occasions n'y manquent pas. Parmi l'immense diversité des sites de plongée, on trouvera barrières de corail, atolls, murs et jardins de coraux multicolores durs ou mous, canyons, tombants vertigineux, ainsi que des épaves de la Seconde Guerre mondiale. Car la Papouasie a été le théâtre de nombreuses batailles de la guerre du Pacifique et les épaves de bateaux ou d'avions parsèment littéralement les côtes et le large du pays. Pourtant, les visiteurs y sont relativement peu nombreux, en raison du caractère encore confidentiel de la destination, de son coût aussi et de son isolement, ainsi que du manque d'infrastructures. Cela permet aux plongeurs qui ont la chance de se rendre sur place de profiter fréquemment de plongées en tout petits groupes, voire d'être seuls. Voici les sites de plongée les plus réputés :

L'île de Loloata, située à 1 heure 30 de Port Moresby, est un paradis tout près de la capitale. Les sites de plongée sont nombreux, faciles d'accès et permettent de visiter épaves et jardins de coraux rares. La macrofaune est également très présente, accompagnée de requins... La meilleure saison s'étend de juin à décembre, avec des conditions optimales entre octobre et mi-décembre.

Les Eastern Fields se situent à 170 km au sud-ouest de Port Moresby, entre PNG et l'Australie, dans une partie vierge de la mer de Corail. Le site, récent, promet des plongées découvertes dans un environnement idéal pour les gros requins et les raies.

La Nouvelle-Irlande, et particulièrement le nord-ouest au large de Kavieng, regorge de sites merveilleux. Face à l'océan Pacifique et à la mer de Bismarck au sud, cette région permet des plongées sur épaves ainsi que de belles rencontres. Le plus souvent dans le courant, un chalutier coréen fréquenté assidûment par une abondante faune pélagique ; le B25 Stubborn Hellion, un avion américain idéal pour la macrofaune ; ou encore des sites riches en corail noir où bancs de barracudas et de carangues, thons à dents de chien, raies aigles, tortues, requins gris et pointes blanches attendent les plongeurs... Un must pour le pélagique. Plongée toute l'année mais les meilleures périodes vont d'avril à juin et de septembre à décembre.

La province de Milne Bay, et particulièrement les environs de la capitale Alotau et de Tawali sur la côte Nord sont mondialement réputés. D'une biodiversité exceptionnelle, cette région offre d'incroyables " muck-dive " et de magnifiques tombants et récifs. A découvrir, coraux fouets, gorgones, nombreux nudibranches, gobies, poissons mandarins, poissons fantômes, poissons crapauds, rascasses, hippocampes pygmées... Mais aussi tortues, requins gris et marteaux sur les tombants.

Près de l'île de Gona Bara Bara, se trouve une " station de nettoyage de raies manta ".

Sur la côte Nord-Est, Tufi est une région de fjords où l'on découvre de nombreuses épaves et des récifs généreux peu fréquentés. L'endroit en lui-même est d'une beauté surprenante et la plongée encore à ses balbutiements. Bancs de glassfish, raies, coraux endémiques et anémones, crabes porcelaine et barracudas y sont communs. Plongée toute l'année, en évitant peut-être la saison des pluies de novembre à mars.

Sur la côte volcanique nord de la Nou
velle-Bretagne, Kimbe propose les sites de plongée les plus réputés de PNG. L'endroit est considéré par beaucoup comme l'un des cinq spots de plongée les plus réputés au monde et représente une Mecque pour les photographes et réalisateurs sous-marins. Il est difficile d'énumérer toutes les espèces de coraux et de poissons présentes sur ces sites sauvages et protégés. Mais il est certain que les passionnés de macro, de paysages sous-marins colorés, de tombants vertigineux et d'énormes bancs de poissons y trouveront leur paradis. La zone concentre 80 % de la faune et de la flore indo-pacifiques. Gorgones immenses, coraux fouets, éponges calices, bancs de carangues, de platax, de barracudas, requins gris et requins albimarginatus, thons, murènes rubans, poissons clowns, gobies, poissons mandarins, couteaux, scorpions feuilles, hippocampes... et même des orques. Plongée toute l'année.

Jeux d'enfants

Les jeux traditionnels, si jamais il y en a eu, n'ont pas survécu à la colonisation. Les enfants, livrés à eux-mêmes, jouent surtout à des jeux occidentaux, foot, rugby... Aujourd'hui, on peut aussi les voir jouer à la guerre ou chasser petits oiseaux et rongeurs. Ils aiment bien également s'occuper d'animaux sauvages ou de petits oiseaux trouvés au nid. Les petites filles, plus souvent sollicitées par leur famille pour les tâches domestiques, ont moins de temps pour ces petits jeux.

Adresses Futées de Papouasie-Nouvelle-Guinée

Où ?
Quoi ?
Avis