La commune de Bégard tire probablement son nom de Bégars, ermite vivant à l'abbaye de Plouscoat.

Les lieux incontournables des Côtes-d'Armor

Comment partir dans les Côtes-d'Armor ? Nos conseils & astuces

Photos des Côtes-d'Armor

Découvrir les Côtes-d'Armor

Les immanquables

L'abbaye de Beauport à Paimpol
Dinan
Quartier le long de la Durance
Quartier le long de la Durance

Dominant la Rance de 75 m, Dinan est une magnifique cité médiévale, créée au XIe siècle. Elle devrait son nom à une déesse très vénérée, Abna, qui était la protectrice des vivants et la gardienne des défunts. Au IXe siècle, des moines s'installent au bord de la Rance sur des terres offertes par Névenoé - premier roi breton. Ils y construisent leur abbaye. Guillaume le Conquérant fait ériger un château en bois, représenté sur la tapisserie de Bayeux, pour se protéger des Saxons et des Normands. A la fin du XIIe siècle, la ville inaugure alors une ère de grande prospérité. Dinan représente par ailleurs la clef de voûte de la défense militaire des ducs et s'impose économiquement comme une place marchande majeure. La présence de couvents religieux, dominicains ou jacobins, franciscains ou cordeliers, témoigne de ce dynamisme économique. Les ducs de Bretagne érigent les remparts dominant la vallée de la Rance ; ils ne cesseront de les perfectionner au fil des siècles. Mais au XIVe, Dinan subit durant vingt-trois ans la guerre de Succession au trône de Bretagne. Le château se transforme en musée et la basilique Saint-Sauveur abrite le coeur de Du Guesclin. Au XVIIIe siècle, Dinan assiste à l'essor du commerce, stimulé par de nombreux tisserands qui fabriquent des voiles acheminées via la Rance à Saint-Malo. Sous l'impulsion d'une bourgeoisie qui se développe, diverses mesures sont prises pour lutter contre l'insalubrité de la ville, parallèlement à son développement extra-muros.

En 1879, le chemin de fer arrive à Dinan. Le XXe siècle, marqué par l'incendie de 1907 qui détruisit plusieurs maisons à porches, sera le point de départ de politiques de conservation et de protection du patrimoine bâti. Dinan est d'ailleurs la seule ville costarmoricaine classée Ville d'Art et d'Histoire. De nombreuses rues piétonnières permettent d'admirer le charme médiéval des demeures aux façades ouvragées, des maisons aux pans de bois dominant le pavé. Dinan est encore aujourd'hui ceinte de ses remparts, les plus importants et les plus anciens de Bretagne. Cette impressionnante ceinture de 3 km, composée d'un donjon, de 14 tours et de portes monumentales, surprend par les multiples trésors qu'elle a su protéger tout au long des siècles. Le chemin de ronde est intact sur 2 600 m. La ville a servi de décor dans plusieurs scènes du film Armageddon de Michael Bay.

Fort-la-Latte à Plévenon
La côte de granit rose
Phare de Ploumanac'h sur le sentier des douaniers
Phare de Ploumanac'h sur le sentier des douaniers

Il existe trois côtes de granit rose dans le monde : une en Bretagne, une en Corse et une en Chine. Véritable miracle géologique, la côte de Granit rose bretonne s'étend sur plus de 15 km, entre Plestin-les-Grèves et Perros-Guirec. Elle recèle des paysages parmi les plus étonnants que compte la Bretagne nord. La roche rose tient sa couleur unique de la combinaison de trois minéraux distincts présents dans le granit : le mica, qui lui donne sa couleur noir, le feldspath, qui lui donne sa couleur rose, et le quartz. Non loin du bourg de La Clarté, quelques carrières sont encore en exploitation. On peut y voir le rose originel du granit, avant qu'il ne soit patiné par le temps. La côte est parsemée d'amas chaotiques, dont le fleuron se situe à Ploumanac'h, près de Perros-Guirec. Les chaos de Ploumanac'h, composés d'énormes blocs aux formes épurées ou évocatrices, sont visités chaque année par des milliers de visiteurs émerveillés. Les îles faisant face à la côte sont également peuplées d'espèces d'oiseaux rares et protégées, ce qui fait du pays de Perros-Guirec un site vacancier écotouristique de renommée nationale. Ciselée à l'extrême, parsemée de cordons de galets, de criques idylliques et de presqu'îles battues par la houle, la côte de Granit rose vous offre un spectacle exceptionnel, sujet aux variations des lumières changeantes de la région.

Site : www.cotedegranitrose.fr

Bréhat, l'île aux fleurs
L'île de Bréhat
L'île de Bréhat

L'île de Bréhat est en réalité constituée de deux îles principales, nord et sud, reliées entre elles par un pont. D'autres petites îles sont dispersées également aux alentours, mais ne sont pas accessibles à pied. L'île de Bréhat s'étend sur 3,5 kilomètres de longueur, et 1,5 kilomètre de largeur. Depuis la pointe de l'Arcouest, un service de navettes permet d'y accéder. Après 10 minutes de traversée, vous accosterez au Port Clos, sur l'île sud. Aucun véhicule motorisé ne circule sur l'île, exception faite des tracteurs taxis ou agricoles, du médecin et des pompiers. On observe un contraste assez important entre les deux parties de l'île. L'île sud est très fleurie, d'où le surnom " île aux fleurs " généralement attribué à Bréhat. Vous pourrez y admirer palmiers, mimosas, hortensias, ajoncs, camélias, rosiers... L'île nord est, quant à elle, plus sauvage, et recouverte de lande. Pour y accéder, vous devez traverser l'île sud. Les landes où pâturent quelques vaches remplacent subitement les paysages fleuris de l'île sud. Le bourg est constitué d'une grande place où a lieu le marché. Tout autour de la place se trouvent de nombreux cafés.

A proximité, La Poste et une épicerie. A noter, le clocher de l'église se trouve accolé à une maison. Vous découvrirez également la chapelle Saint-Michel, construite sur une butte. Elle sert ainsi d'amer, et offre une vue très dégagée sur l'île sud. Le moulin à marée du Birlot a été particulièrement bien restauré, et arbore fièrement sa roue à aube. Dans l'ancienne citadelle, datant de 1862, vous pourrez apprécier le savoir-faire des travailleurs du verre, dans leur atelier, et visiter la verrerie. Situé à la pointe nord de l'île, le phare du Paon monte la garde. Le phare du Rosédo veille pour sa part sur l'ouest de l'île. Ces deux phares furent détruits par l'armée allemande, lorsqu'elle quitta l'île le 4 août 1944.

Le haras national de Lamballe
Château de la Roche Jagu
Château de la Roche-Jagu
Château de la Roche-Jagu
9.95 €
2018-01-24
576 pages

Reportages & actualités des Côtes-d'Armor

Ailleurs sur le web
Avis