En breton, Quimper se dit Kemper et signifie confluent. Une ville qui porte bien son nom puisqu'elle est située au confluent des deux rivières, le Steir et l'Odet, lesquelles sont rejointes par le Jet. A l'époque des Gaulois, ceux-ci avaient remarqué la situation géographique de la ville, véritable carrefour des voies maritimes et terrestres. Ils décidèrent donc de s'installer d'abord sur la rive gauche, sur les rebords du mont Frugy. Mais ils furent chassés par les Celtes venus de Grande-Bretagne. Ces derniers donnèrent à la région le nom actuel de Cornouaille. C'est le roi Gradlon, fondateur de la ville mythique d'Ys, qui en fit la capitale. Il nomma également Corentin, l'ermite magicien de la forêt sacrée, premier titulaire épiscopal de la ville. Ce sont ensuite les Romains qui développèrent les activités commerciales. La principale étant la poterie. Occupant le site pendant de nombreuses années, ils s'établirent essentiellement sur l'emplacement actuel de Locmaria. C'est au XIIIe siècle que la ville se fortifia d'une enceinte de pierres. Celle-ci perdurera jusqu'au XVIe siècle alors que c'est à partir de 1230 que la vie commence à s'organiser autour de deux axes de circulation (actuellement rue Elie-Fréron et rue Kéréon) qui aboutissent à la cathédrale alors en construction. Il faudra attendre 1532 pour que la Bretagne soit définitivement rattachée à la France par le pacte d'union. Le roi de France, qui ne veut pas perdre cette région, envoie alors une noblesse de robe et fait de Quimper le siège d'un présidial (tribunal d'instance). De nombreux hôtels, dont certains sont encore debout, furent construit par ces riches nouveaux émissaires du roi. C'est alors que Quimper devient une ville française à part entière. Au XVIIe siècle, pour des raisons de sécurité, les couvents et les monastères liés à la Contre-Réforme viennent s'implanter en ville : école et collèges de jésuites, dames de la Retraite (actuellement occupée par la gendarmerie), séminaire mais aussi ursulines (emplacement du centre d'Art contemporain). Mais son véritable développement ne viendra qu'à la Révolution. La ville est ainsi choisie comme chef-lieu du département en 1790, ce qui en fit un centre administratif important. Et, le 1er janvier 1960, Quimper s'étend en incorporant trois autres communes : Ergué Armel, Kerfeunteun et Penhars. La population passe alors de dix-sept mille à soixante mille habitants. De nos jours, Quimper est toujours une ville active avec de nombreux projets. C'est également la première ville bretonne a avoir obtenu, en 2011, l'écolabel EVE (Espaces Verts Ecologiques) pour le vallon Saint-Laurent et la plaine du Moulin Vert.

Les lieux incontournables de Quimper

Comment partir à Quimper ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à Quimper

Photos de Quimper

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

BREST / FINISTÈRE

Guide BREST / FINISTÈRE

BREST / FINISTÈRE 2018/2019

9.95 €
2018-08-15
336 pages
Ailleurs sur le web
Avis