L'histoire n'a pas été tendre avec cette terre, qui une fois les gloires étrusques et romaines terminées, est tombée dans l'oubli, à cause de l'insalubrité de son environnement aux étendues marécageuses, et baptisée autrefois Maremma Amara (Maremme amère). La Maremme est délimitée au nord par Follonica et ses collines métallifères, au sud par l'Orbetello et l'oasis de Burano, à l'est par le mont Amiata et à l'ouest par la mer. Maremma vient du latin Marétima par lequel les Romains indiquaient le splendide littoral sur lequel ils avaient décidé de s'établir. Les sceptiques penchent plutôt vers une origine espagnole du mot, l'attribuant à marisma qui renvoie aux marécages. C'est seulement après de longues années d'assainissement du territoire, grâce à l'intervention des Lorena, que ce territoire a retrouvé prestige et intérêt. C'est même à cause de ce retard, qu'il a conservé les caractéristiques maintenant les plus appréciées par les touristes : une mer propre et sauvage, une nature extraordinairement fertile et généreuse, des villages accrochés aux flancs des collines et tant de vestiges archéologiques encore objets de découvertes. La façon de vivre qui ramène aux traditions d'autrefois, où le temps coule à un rythme différent, contraste totalement avec la vie urbanisée des grandes villes du nord de la Toscane.
Découverte ou redécouverte par les intellectuels dans les années 1970 et 1980, elle est devenue, en très peu de temps, un lieu fort à la mode (le prix déraisonnablement élevé des maisons en est la preuve). Même colonisée en été par les citadins, elle sait garder sa spécificité sauvage, avec ses flancs de collines de blé passant du jaune au brun et ponctuées de vert quand apparaît un petit bois. Ce paysage rural, aux maisons de campagne dépourvues de la richesse artistique qui caractérise les autres régions toscanes, n'en appartient pas moins à un patrimoine vieux d'une centaine d'années.
Aujourd'hui, ses oasis et parcs naturels protégés sont les habitats privilégiés de centaines d'espèces animales aquatiques et terrestres, territoire au milieu duquel l'homme a su s'intégrer et y développer lui aussi un espace de vie, grâce à une agriculture saine et abondante. Le tourisme culturel n'en est que plus riche : musées, parcs archéologiques, eaux thermales, sentiers de trekking, équitation, festivals et fêtes gastronomiques. Sur la côte, on élève le bétail, gardé par les derniers butteri, les cow-boys de ce Far West toscan.

Histoire. Comme à peu près partout en Toscane, les Etrusques sont les premiers colonisateurs connus de la Maremme. Peuple de navigateurs, ils auraient quitté la Lydie, à cause de la famine, à la recherche de nouveaux territoires pour y développer une agriculture plus fournie.

En 294, le centre de Roselle tombe sous contrôle romain. Progressivement la romanisation du littoral de la Maremme se met en place. Durant le haut Moyen Age, les espaces aménagés pour les habitations se déplacent vers les collines, soit à cause des invasions barbares, soit des assauts récurrents des pirates. La Maremme devient ensuite un lieu de prolifération de monastères, d'églises, de châteaux, résultant de la présence de grandes familles, comme les Della Gherardesca, Ardengheschi ou encore Aldobrandeschi. Au XIIe siècle, la Maremme est rattachée à la province de Sienne, par intérêt stratégique. La région s'affaiblit alors et subit de continuelles dégradations jusqu'à tomber dans l'oubli pour subir la présence endémique de la malaria pendant près de deux siècles. Au milieu du XVIIe siècle, le grand-duc de Toscane, Pietro Leopoldo, décide l'assainissement des territoires, d'abolir les monopoles, d'y introduire de nouvelles cultures et d'attribuer aux habitants les moyens de se construire une maison. Le père Leonardo Ximenes intervient dans la réalisation de canalisations pour assainir les marécages et participe au plan de repeuplement. Il faudra attendre deux siècles pour que l'assainissement revête un caractère complet.

La Maremme offre une dimension particulière de la Toscane, une Toscane méconnue, sauvage et, par contraste avec le raffinement culturel de la région, presque rustique, voire archaïque. L'ancienne Maremma Amara est aujourd'hui reconnue sous le nom de Maremma Amata, la Maremme bien aimée.

À voir / À faire à MAREMME

Organiser son voyage à MAREMME

Photos de MAREMME

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

FLORENCE - TOSCANE

Guide FLORENCE - TOSCANE

FLORENCE - TOSCANE 2019

13.95 €
2019-01-23
432 pages
Ailleurs sur le web
Avis