Mari semper altior, " Toujours plus haut grâce à la mer "... Fière devise adoptée par l'administration coloniale pour souligner la vocation portuaire d'Abidjan, du temps où celle-ci fut choisie pour devenir capitale. Mais l'ambiguïté de la phrase latine donne aussi à la formule Mari semper altior la signification " toujours plus haut que la mer " - et c'est peut-être avant tout cela qui frappe quand on arrive à Abidjan : la hauteur, la démesure, le niveau de développement et l'immensité de cette mégapole au moins quatre fois plus vaste que Paris, au moins deux fois plus peuplée. Dès la sortie de l'avion, le souffle chaud, l'humidité de l'air donnent le change : pas de doute, on est bien en Afrique ! Minute : l'Afrique, avec ce superbe aéroport climatisé, dont rien ne vient perturber l'éclatante propreté ? L'Afrique, avec cette double voie filant en droite ligne jusqu'au coeur de la ville, sans même un nid de poule pour mettre à mal les suspensions du véhicule ? Dans un premier temps, seuls les appels et les sollicitations insistantes des bagagistes et taximen agglutinés à la sortie de l'aéroport semblent correspondre à la réalité que l'on s'attendait à trouver. Mais, patience, l'Afrique est bien là, qui vit et vibre... Enserrée par des bras de lagune méandreux et blottie dans un écrin de verdure protectrice : ainsi apparaît la ville d'Abidjan lorsqu'on l'aperçoit pour la première fois par le hublot de l'avion. Le voyageur ne prendra pas tout de suite la mesure de son étendue et de sa géographie tourmentée. Une fois à terre, la cité présente les caractéristiques de n'importe quelle ville africaine : bruit et fureur, air saturé de chaleur et de poussière, bagagistes et taximen pressants s'avançant pour cueillir le nouveau venu dès sa sortie de l'aéroport... Abidjan, frénétique et chahutée, noie le béotien dans le flot incessant de ses longues artères embouteillées, qui relient entre eux les principaux secteurs de la ville, et de ses petites ruelles labyrinthiques, myriades de tentacules urbains menant toujours plus loin au coeur insoupçonné et reculé de la cité. La circulation y est dense, l'orientation incertaine. La mégapole se dérobe à la perception sous un syncrétisme architectural et social aussi déroutant que fascinant : tour à tour verticalement agressive et moderne au Plateau, alanguie et secrète dans les vallons cocodyens, industrialisée et polluée en bord de lagune ; tour à tour branchée, chic et choc dans les méandres de sa Zone 4, chaotique et exubérante dans ses quartiers lointains et populaires, là où la vie à la villageoise reprend ses droits... Abidjan est schizophrène. Sous la conduite du " Vieux père de la nation ", Félix Houphouët-Boigny, la ville a connu un destin fabuleux, un développement fulgurant auquel rien ne la prédestinait. Jusqu'à la fin des années 1980, à l'instar du pays tout entier, elle constituait encore...

À voir / À faire à ABIDJAN

Photos d'ABIDJAN

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

CÔTE D'IVOIRE

Guide CÔTE D'IVOIRE

CÔTE D'IVOIRE 2018/2019

19.95 €
2018-04-25
552 pages

Reportages & actualités d'ABIDJAN

Ailleurs sur le web
Avis