Guide de MARRAKECH : Les personnalités célèbres : Maroc

Marrakech est une ville qui connaît un grand essor culturel. Déjà à l'époque des sultans almohades, les intellectuels et les savants accouraient vers la Ville rouge... Les Saadiens, avec plusieurs générations de peintres et de sculpteurs inspirés, ont développé l'artisanat marrakchi. Aujourd'hui, en dehors de l'artisanat, ou du tourisme - qui a permis à de nombreuses célébrités d'élire domicile dans la plaine du Haouz -, la peinture et la photographie se sont imposées comme les arts contemporains les plus solidement ancrés à Marrakech. D'ailleurs, de nombreuses galeries d'art existent à Marrakech et à Essaouira, n'hésitez pas à les visiter.

Loubna Abidar

Cette jeune comédienne née en 1985 s'est fait repérer dans l'un des films remarqués de Nabil Ayouch, Much Loved, en 2015. Ce long métrage sorti sur grand écran et sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes a fait polémique au Maroc. L'histoire raconte la vie de jeunes prostituées à Marrakech. Des dialogues crus et des scènes tournées en plan-séquence appuyent une esthétique réaliste pour dénoncer le tourisme sexuel au Maroc. Le film a été interdit de diffusion dans le pays, un procès a même été ouvert contre le réalisateur et la comédienne par l'association marocaine de défense du citoyen les accusant " de porter atteinte à la dignité des Marocains ". Nominée dans la catégorie meilleure actrice à Cannes, Loubna Abidar a été victime quelques mois plus tard d'une violente agression à Casablanca, à la suite de quoi elle s'est réfugiée en France durant quelque temps. Aujourd'hui elle continue sa carrière de comédienne et est apparue à l'écran dans À genoux les gars (2018) et Une fille facile (2019). Elle a également coécrit, en 2016, La Dangereuse, avec Marion Van Renterghem, aux éditions Stock.

Ben Allal

Il fut le premier artiste marocain à se lancer dans la peinture naïve. Il développe son art à partir des années 1950 sous l'influence du peintre Jacques Azéma. Il marque le paysage artistique marocain grâce à ses " arrêts sur image " sur la vie quotidienne du Marrakech populaire. Il meurt dans la Ville rouge en 1995.

Youssef bel-Abbes

Homme politique et industriel originaire de Marrakech, il fut pendant plus de 20 ans l'ambassadeur du Maroc en France. Il a également dirigé la SAMIR, première raffinerie du royaume. C'est le symbole de la réussite marrakchie.

A. Benchaabane

Photographe de renom, il a introduit l'art photographique et les arts plastiques à l'université de Marrakech, où il est également enseignant et chercheur en écologie végétale. Il a ouvert le musée de l'Art de vivre à Marrakech en 2010, récemment transformé en musée du Parfum (car Benchaabane est aussi un nez), et le musée de la Palmeraie en 2011. Il a aussi été l'initiateur de la Biennale d'art contemporain de Marrakech.

Mohammed Boucetta

Homme politique, né à Marrakech, il fut l'une des grandes figures de l'indépendance (secrétaire général de l'Istiqlal, plusieurs fois ministre des Affaires étrangères).

Omar Bouragba

Né en 1945 à Marrakech, ce peintre mondialement connu quitte un temps la Ville rouge pour revenir s'y installer en 1971. Autodidacte passionné de littérature, de poésie et de philosophie, il est un ardent militant de la promotion de l'art à travers le Maroc.

Malika el-Assimi

Née en 1946 à Marrakech, cette poétesse est la nièce du grand poète Abdelkader Hassan el Assimi. Créatrice du magazine Al-Ikhtiar (L'Option) dans les années 1970, cette universitaire est une active militante de l'Istiqlal, le Parti nationaliste. Auteure d'essais portant sur la culture populaire, elle est un grand nom de l'intelligentsia citoyenne. Elle a notamment consacré quelques écrits à la place Jemaâ el-Fna et aux anciennes universités de Marrakech.

Nass el Ghiwane

Ce groupe de musique moderne (années 1970) s'est imposé comme l'un des grands groupes de musique protestataire au Maroc, en associant textes engagés sur le malaise de la jeunesse de l'époque et instruments traditionnels.

Maître Gims le chouchou de Marrakech

Pour le rappeur congolais Gandhi Djuna plus connu sous Maître Gims, " Marrakech est un modèle pour l'Afrique ". Tant et si bien qu'il a résolu de s'y faire construire une villa cossue appelée Dar Demdem, du nom de son épouse, qu'il dévoile fièrement en ligne à ses fans. Mais cette personnalité du show-business devenue une célébrité locale ne s'arrête pas là : l'interprète de Bella s'engage généreusement dans la promotion du sport pour les jeunes et s'allie avec un groupe marocain pour le développement de l'urbanisme. Il offre aussi chaque année un concert gratuit très attendu sur la Place Jemaâ el-Fna qui connaît alors un afflux massif de centaines de personnes. Sans oublier le buzz qu'il crée sur les réseaux sociaux lorsqu'il pose avec le Roi. C'est désormais officiel : la ville l'a bel et bien adopté !

Hassan el Joundi

Homme de spectacle, il a longtemps été à la tête de la délégation des affaires culturelles tout en continuant ses activités d'acteur et d'écrivain. Il a tourné entre autres avec Anthony Quinn dans Arrissala (Le Message). Né en 1939 dans la Ville rouge, il débute à Rabat en tant que metteur en scène de théâtre. Il est inspiré par la population marocaine et les poètes marrakchis. En 1998, sa pièce, intitulée Poète rouge, est jouée au Palais des Congrès de Marrakech. En juillet 2008, un hommage, qui consacrait une carrière bien remplie, lui a été rendu. Il décède le 25 février 2017 à Marrakech.

Abdel Hay el-Mellakh

Né à Marrakech en 1947, Mellakh est l'une des grandes figures marocaines de la peinture abstraite. En 1973, avec le collectif d'artistes " Situation 73 ", il a participé à une exposition manifeste installée sur la place Jemaâ el-Fna en réaction à la rareté des galeries d'art dans la Ville rouge et à la difficulté pour les artistes peintres d'exposer leurs oeuvres. En parallèle de son exposition nommée Jardins de lumière, il occupe la fonction de secrétaire général de l'Association marocaine des arts plastiques. En collaboration avec d'autres peintres, il a également créé en 1997 le Syndicat des plasticiens marocains. Une fondation lui est désormais dédiée, née de sa rencontre avec l'équipe du musée de Mouassine, sa maison d'enfance.

Lalla Essaydi

Artiste photographe et plasticienne, née en 1956 à Marrakech. Elle grandit au Maroc et en Arabie saoudite, et vit aujourd'hui entre New York, Boston et Marrakech. Diplômée de la School of the Museum of Fine Arts à Boston, c'est l'une des artistes marocaines les mieux cotées dans l'art contemporain. On trouve ses tableaux au Louvre à Paris, ou encore au British Museum de Londres. Son travail d'artiste s'intéresse particulièrement à la figure de la femme orientale, et déconstruit les stéréotypes féminins représentés au sein de la peinture orientaliste. Une artiste à découvrir.

Nadia Farès

L'actrice Nadia Farès est née le 20 décembre 1973 à Marrakech. Très vite, sa famille s'installe définitivement à Nice. On la connaît pour ses rôles dans les films Les Amies de ma femme, Elles n'oublient jamais et surtout Les Rivières pourpres ou L'ex-femme de ma vie.

Abdel Ghani Ouida

Calligraphe et artiste peintre, Abdel Ghani Ouida préside l'association Atelier de Marrakech (atelier de peinture, sculpture et photographie) créée en 1994. Responsable des galeries d'art au sein de la délégation culturelle, il lutte pour la création d'un syndicat national en faveur des artistes.

Giacomo de Pass

Né en 1938 à Marrakech, cet artiste inclassable d'origine italienne fait ses premières armes aux Beaux-Arts de Casablanca, puis poursuit sa formation en Europe en tant qu'auditeur libre. Il étudie différentes techniques, sculptures, peintures, dessins et développe un style bien à lui. Très vite reconnu par ses pairs il consacre sa vie entière à la pratique de son art qui soulève des questions existentielles en proie avec ses souvenirs d'enfance, ses angoisses de jeune adulte, l'essence de la vie... Ses oeuvres rencontrent très vite le succès et la reconnaissance. Il expose dans le monde entier. " Les deux grands ennemis de l'artiste sont l'attrait du beau et l'asservissement aux mouvements culturels à la mode. Être profondément soi-même est la seule arme qui ouvre la voie au renouvellement, à la liberté et peut-être aussi à l'effondrement de ce mur derrière lequel se cachent bien des réponses à toute mon ignorance, mes espoirs et mes inquiétudes. "

Sapho

Cette artiste franco-marocaine est née à Marrakech en 1950. Chanteuse polyglotte, elle sort en 1996 un album consacré à la musique arabo-andalouse et réadapte les chants traditionnels arabes sur fond techno dans l'album suivant. Passionnée de littérature, elle a écrit plusieurs romans et donne fréquemment des lectures de poésie.

Daoud Aoulad-Syad

Né en 1953 dan la Ville rouge, ce photographe a fait ses études à Paris. Ses clichés du Grand Sud marocain ont fait le tour du monde. En 1989, il ajoute une corde à son arc en se lançant dans le cinéma. Il réalise ainsi en 1991 un documentaire intitulé Mémoire ocre, signe son premier long-métrage, Le cheval de vent, en 2001, suivi d'un second, Tarfaya, sorti en 2004. En 2010, il nous revient avec son long métrage La Mosquée. Les voix du désert, moyen métrage est son dernier projet en cours, il met en scène trois personnages à la recherche d'un de leurs proches, qui dans leur parcours finiront par se rencontrer...

Hamid Triki

Spécialiste de l'histoire du Maroc médiéval, il est l'auteur d'un superbe album consacré à la medersa Ben Youssef (celle de Marrakech), ainsi que d'une passionnante histoire de la mosquée almohade de Tin-Mal.

Mohamed Zkhiri

Propriétaire du restaurant Dar Yacout, adresse légendaire qui a vu défiler vedettes de cinéma et chefs d'Etat. Il fut le consul honoraire de Grande-Bretagne à Marrakech entre 1994 et 2011. Il s'est lancé dans l'agriculture biologique et a créé un magazine électronique en anglais destiné à faire découvrir son pays natal. Il s'est éteint en août 2017.

Enfants d'adoption

La liste est loin d'être exhaustive ! Ces personnalités ont néanmoins chacune marqué la Ville rouge de leur empreinte.

Charles Boccara. Architecte d'origine tunisienne, installé depuis 1971 à Marrakech, il a conçu les plans de l'opéra, des hôtels Tichka et Les deux tours, des villas Amelkis et de l'hôpital militaire. Son frère Henri est devenu médecin écrivain.

Bert Flint. Incontestablement le plus grand collectionneur de tapis marocains qui ait parcouru les vallées de l'Atlas. Le célébrissime Néerlandais s'installa très tôt à Marrakech, dans la maison Tsikiwin, aujourd'hui transformée en musée consacré aux collections de cet ethnographe passionné.

Juan Goytisolo. Décédé en 2017, l'écrivain espagnol habitait à Marrakech depuis 1997. Passionné par la Ville rouge, il a créé une association visant à défendre la place Jemaâ el-Fna et a largement participé au fait qu'elle soit reconnue, en 2001, comme un chef d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité par l'Unesco.

Yves Saint-Laurent. Propriétaire avec Pierre Bergé du jardin Majorelle au sein duquel ses cendres reposent depuis 2008. Il possédait une autre villa dans la Palmeraie. Depuis octobre 2017, à deux pas du jardin, un musée lui est dédié.

Quentin Wilbaux. Cet architecte belge a activement contribué à la renaissance de la médina et a d'ailleurs publié une thèse qui lui est consacrée. Il travaille avec passion à la restauration de nombreux riads en respectant, avec talent, leur architecture originelle et leur décor traditionnel.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de MARRAKECH

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine au coeur du Golfe de Saint-Tropez !

Un séjour de 7 nuits pour 2 personnes au coeur du Golfe de Saint-Tropez avec l'hôtel *** Les Jardins de Sainte-Maxime .