S'il est des endroits qui donnent l'impression d'être figés, comme hors du temps, c'est bien cette vallée du Zat qui a pu conserver son authenticité jusqu'à aujourd'hui, se tenant à l'écart des grands circuits. Ici, la vie se déroule de manière simple et authentique, préservée, et on ressent encore cette légendaire hospitalité qui va du sourire spontané des enfants en passant par une invitation cordiale à boire un thé à la menthe dans une échoppe. A seulement une petite heure de route de Marrakech, on se retrouve plongé en pleine nature, à la campagne, submergé par cette vague de verdure inattendue qui recouvre le fond de l'oued. C'est là qu'on croisera, tantôt le paysan sur son âne au retour du grand souk hebdomadaire, tantôt un groupe de femmes frottant joyeusement le linge dans la rivière pendant que les enfants barbotent. Les paysages pour rejoindre Tighdouine sont à couper le souffle, au fur et à mesure que l'on grimpe sur les doux versants des contreforts de l'Atlas. De chaque côté, accolés aux flancs de la vallée, des douars séculaires en pisé rouge se détachent de la roche aux teintes grises ou vert pâle et s'étirent sur les berges. Le panorama sur les noyers et les genévriers thurifères est omniprésent et l'admiration permanente. L'on vient ici pour se régénérer, dans un calme quasi absolu, loin (mais pas tant que ça) de la frénésie de Marrakech, rencontrer des villageois non encore blasés par l'invasion en masse des touristes comme c'est le cas dans la vallée voisine de l'Ourika. L'on vient pour faire de la randonnée, à pied ou sur un mulet qu'on louera pour quelques piécettes. On peut même prévoir un séjour de plusieurs jours pour s'imprégner de la vie berbère en dormant chez l'habitant, et rejoindre différents villages, visiter une coopérative de femmes qui confectionnent de la broderie ou bien le village des potiers de Talatast.

Pour accéder à la vallée, prendre la route direction Ouarzazate jusqu'au bourg de Aït Ourir, qui aborde l'oued Zat et marque la fin de la plaine du Haouz. Si c'est un mardi, vous profiterez de l'ambiance du souk hebdomadaire Tlat n'lmi n Zat qui reçoit très peu de touristes. De la route, vous aurez une belle vue sur les hautes murailles crénelées de la kasbah. En arrivant à Aït Ourir, deux possibilités s'offrent à vous à l'entrée du village : à gauche, c'est direction le centre-ville et tout droit, c'est une rocade qui franchit une première fois le Zat pour vous conduire ensuite dans la vallée. Km 36 : laissez la belle route qui file tout droit à Ouarzazate pour emprunter la petite route goudronnée sur la droite, direction Tighdouine. Elle serpente au milieu des plantations d'oliviers et de verveine, de tomates ou d'oignons. Au printemps, les taches des lauriers roses en fleur confèrent à l'endroit une beauté supplémentaire et contrastent avec les massifs verdâtres des peupliers. Km 52 : Tighdouine, dernier bourg avant l'entrée véritable dans la vallée. A une demi-heure à pied, vous accéderez à la source de Sidi El Wafi, découverte en 1990, dont l'eau minérale pétillante délicieuse guérirait les problèmes d'estomac. Ces sources (7 au total) constituent une escapade prisée des familles marocaines qui y passent la journée et déjeunent dans les petites gargotes conviviales à proximité. Faites comme eux et prévoyez des bouteilles vides afin de les remplir de cette eau magnifique aux vertus curatives. Le cas échéant, sachez qu'on en vend sur place. Et pour parfaire l'expérience, on se laisse tenter par un thé hautement aromatisé à base de plantes, pas moins de vingt-cinq, dixit l'herboriste.

La région, si abondante en couleurs, ne manque pas d'atouts et d'autres pistes permettent de découvrir une vallée différente, moins encaissée mais tout aussi attractive. Le village d'Ouinimzen par exemple qui apparaît superbe accroché à son versant de montagne et où le temps semble s'être arrêté. Celui de Tizirt avec ses maisons agrippées à la pente, et entouré de noyers. Enfin le village d'Ansa à 2 000 m d'altitude qui marque la fin d'un itinéraire potentiel de balade. Les plus courageux monteront jusqu'au col de Tanofti à 2 300 m par un sentier muletier. La vue sur le plateau permotriasique du Yaggour est spectaculaire et récompense vos efforts. Ces hauts pâturages sont parcourus depuis des millénaires par les pasteurs qui remontent vers les terres fertiles et sont parsemés d'azibs (bergeries) qui reçoivent en été un nombre impressionnant de caprins. C'est là que l'on peut découvrir des images rupestres gravées sur des dalles gréseuses, dont la richesse patrimoniale est incontestable. Sur une vingtaine de sites recensés, on peut admirer figures géométriques, roues solaires, haches, animaux et boeufs domestiques sans oublier des humanoïdes représentés armés, témoignage d'une occupation attestée depuis la fin du néolithique.

A nous, visiteurs de passage, de tout faire pour que ces villages et ces vallées conservent leur âme. En respectant quelques règles élémentaires, comme celle de s'habiller décemment ou de ne pas photographier une personne sans son accord, vous contribuerez au développement des lieux sans nuire au fragile équilibre de la vie sociale et des communautés berbères.

Adresses Futées de la VALLÉE DU ZAT

Rechercher par catégorie :

Organiser son voyage à la VALLÉE DU ZAT

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
Hébergements & séjours
  • Tourisme responsable
  • Trouver un hôtel
  • Location de vacances
  • Location Airbnb
  • Trouvez votre camping
  • Voyage sur mesure
Services / Sur place
  • Assurance Voyage
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Activités & visites

Photos de la VALLÉE DU ZAT

GRAND SUD MAROCAIN

Guide GRAND SUD MAROCAIN

GRAND SUD MAROCAIN 2020/2021

4.95 €
2020-09-02
144 pages
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'exception pour 2 personnes en Corse !

Un séjour de 4 nuits et 5 jours pour 2 personnes en Corse avec l'Agence du Tourisme de la Corse.