Le guide touristique BERLIN du Petit Futé

Willkommen in Berlin !

Créative, hétérogène, vivante, Berlin est une ville en mutation permanente. D'un côté, l'euphorie d'une économie de marché active (malgré la crise), de l'autre, des communautés de vie qui s'improvisent autour des grands idéaux libertaires et qui oscillent entre revendications, créations et plaisirs éphémères. Capitale d'une Allemagne réunifiée, la ville donne une impression d'inachevé avec son immense diversité architecturale et son urbanisme désordonné. C'est une métropole moderne et multiculturelle, qui est résolument tournée vers le futur ; ce qui ne l'empêche pas de préserver avec ardeur son histoire. Depuis l'île des Musées qui recèle quelques-uns des plus impressionnants trésors de l'Antiquité en passant par les palais baroques de Charlottenburg et Sanssouci jusqu'aux lieux de mémoire du XXe siècle, vous verrez toute la beauté, l'extravagance et la cruauté du passé. Un passé lourd, marqué par deux conflits mondiaux, l'horreur des camps, la partition de la ville, et une lente et laborieuse réunification. Berlin se visite aussi à travers ses cafés, ses monuments, ses grandes avenues commerçantes et sa vie nocturne. N'oubliez pas, Berlin se vit de jour, grâce à ses prodigieux patrimoines culturel et historique, mais aussi de nuit, dans ses bars qui ne ferment jamais, ses clubs improbables et ses cabarets déjantés. Pour mieux vous faire découvrir la ville sous tous ces aspects, la liste non exhaustive des établissements sélectionnés dans ce guide comporte les lieux-dits incontournables et beaucoup qui ne sont connus que des " initiés ". A vous, ensuite, de faire de votre séjour une expérience berlinoise, en vous laissant porter au gré des rencontres, des soirées endiablées et des multiples surprises de la ville...

L'équipe de rédaction

Galerie photo BERLIN

Idées de séjour BERLIN

Voici quelques idées de promenades à pied qui permettent, en un temps record, de se faire une idée générale de Berlin. Les distances sont grandes à Berlin ; si vous n'avez pas envie de marcher, n'hésitez pas à prendre le bus 100, à deux étages, qui, pour le prix d'un simple trajet, vous offrira un aperçu des principaux sites historiques de Berlin (attention, il s'agit d'un bus classique ; munissez-vous d'un guide pour repérer les monuments). Les croisières en bateau permettent également de parcourir en quatre heures quelques canaux et la Spree. Les départs de ces croisières se font aux ponts Jannovitzbrücke et Schlossbrücke. Elles ne fonctionnent pas pendant l'hiver.

Séjour courtHaut de page
Vendredi soir : Alexanderplatz 
et KreuzbergHaut de page

Alexanderplatz ou l'Alex : place historique de Berlin et ancien centre-ville de Berlin-Est, à l'architecture typique de la RDA. A voir : le Marx-Engels-Forum, le Rotes Rathaus (l'hôtel de ville en brique rouge qui porte aussi son nom pour les opinions politiques de ses anciens conseillers municipaux) et sa fontaine néobaroque de Neptune, mais surtout la Fernsehturm (la tour de télévision) haute de 365 m. Il est possible d'y monter et d'admirer la ville dans une sphère mobile effectuant un tour complet en une heure ; il est d'ailleurs conseillé pour s'éviter de longues minutes de queue de réserver son billet VIP sur le site Internet www.tv-turm.de.

Kreuzberg : c'est l'un des quartiers les plus connus de Berlin. On y va pour son côté alternatif, sa multitude de clubs et bars autour d'Oranienstrasse, de Bergmanstrasse et de Kottbuser Tor. Admirez les graffitis et autres exemples de street art qui habillent les rues.

Samedi : Potsdamer Platz, 
sur les traces du mur de Berlin 
et Prenzlauer BergHaut de page

Potsdamer Platz et le Kuturforum : pourquoi ne pas commencer la journée par un musée avant que les files d'attente ne se forment ? Au Kulturforum, derrière la Potsdamerplatz, vous aurez le choix entre le Kupferstichkabinett, qui abrite une impressionnante collection d'art graphique (gravures et dessins de Rembrandt, Dürer, Botticelli, Toulours-Lautrec, Andy Warhol...) ou la Gemäldegalerie, une galerie de peintures rassemblant des pièces exceptionnelles du XIIIe au XVIIIe siècle. Après la visite, flânez dans le quartier ultramoderne de Potsdamer Platz, dont l'un des architectes fut le célèbre Renzo Piano. Jetez un oeil à la salle de concerts de la Philarmonie, à l'architecture spécialement étudiée pour une acoustique parfaite. Vous pouvez vous restaurer dans l'enceinte du Sony Center au Lindenbraü, une brasserie bavaroise aux prix raisonnables, ou dans l'un des fast-foods du centre commercial Postdamer Platz Arkaden.

Sud de Mitte et le Mur : l'après-midi vous mettra sur les traces du Mur de Berlin. Trois pans sont d'ailleurs placés sur la Potsdamer Platz, accompagnés d'écriteaux explicatifs sur l'histoire du Mur et son tracé. Pour approfondir le sujet, rendez-vous à l'emplacement du Checkpoint Charlie, où une exposition extérieure est installée, excellemment bien documentée. Juste à côté se trouve le passionnant Museum am Checkpoint Charlie, qui vaut vraiment le détour pour comprendre l'histoire extraordinaire de la séparation de Berlin. Vous pouvez, depuis la Potsdamer Platz, le rejoindre à pied en descendant la Leipzigerstraße puis en prenant la Friedrichstraße sur votre droite. Le musée se trouve juste derrière le Checkpoint Charlie.

Friedrichshain et le Mur : pour avoir une autre vision du Mur, rendez-vous à Warschauer Str. (U1) et longez la célébrissime East Side Gallery sur la Mühlenstraße. A la Réunification, le gouvernement allemand invita des artistes du monde entier à exprimer leur idée de la paix et de la liberté sur ce tronçon d'un kilomètre.

Prenzlauer Berg et le Mur : enfin, rendez-vous au mémorial du Mur, Bernauer Straße (U8), où un tronçon est conservé, avec la configuration de l'époque. Terminez votre journée en flânant dans Prenzlauer Berg. Où dîner ? En été, vous pouvez vous installer dans le Mauerpark ou dans un Biergarten (le Prater par exemple) ; en hiver, réfugiez-vous dans les nombreux restaurants et bars autour de la Kastanienallee. La vie nocturne du quartier regorge de possibilités, à vous de choisir selon vos goûts : bar, cinéma, concert, complexe culturel... (pour une nuit plus agitée, descendez à Kreuzberg, Neukölln ou Friedrichshain).

Dimanche : Tiergarten, Mitte et 
l'île aux MuséesHaut de page

Tiergarten : la dernière journée commence avec une visite de la Siegessäule (colonne de la Victoire), symbole des nombreux triomphes de l'Empire prussien, qui se situe en plein milieu de Tiergarten. Pour une vue de Berlin admirable, n'hésitez pas à gravir les 285 marches. Là-haut, sous la présence bienveillante du célèbre ange doré de la victoire, on peut apercevoir, entre autres, le château de Bellevue, résidence officielle du président de la République, ainsi que les bâtiments de la Chancellerie. Pour le même type de panorama, vous pouvez aussi accéder gratuitement à la superbe coupole du Reichstag (en réservant au préalable via le site Internet www.bundestag.de).

Mitte : admirez ensuite la porte de Brandebourg (Brandenburger Tor) et la Pariser Platz, avant d'accéder au boulevard Unter den Linden, avenue mythique de la ville où se promenaient les élégantes du début du XXe siècle. En continuant, on arrive sur la Bebelplatz, où se trouve le mémorial de l'Autodafé, une plaque de verre rappelant l'endroit où les nazis brûlèrent les livres d'auteurs juifs ou considérés comme dépravés. De part et d'autre de la place, on peut admirer la Bibliothèque nationale, l'université Humboldt où Karl Marx étudia, l'ancienne bibliothèque, le Staatsoper (Opéra), la cathédrale Sainte-Edwige, le Konprinzenpalais (le palais du prince héritier où fut signée l'unification de l'Allemagne le 31 août 1990) et enfin la Neue Wache (la Nouvelle Garde), dans laquelle se trouvent le mémorial aux victimes du fascisme et du militarisme et le musée de l'Histoire allemande.

L'île aux Musées : après avoir franchi la Spree, vous atteignez l'île aux Musées, classée patrimoine de l'UNESCO, abritant des musées majeurs et le Berliner Dom (la cathédrale). Après cette longue marche, rendez-vous sur le Gendarmenmarkt pour boire un verre. Là se trouvent les deux cathédrales jumelles - le Französischer Dom et le Deutscher Dom - face à face, ainsi que la Konzerthaus, une belle salle de concert classique.

Séjour longHaut de page

Au cours de ce séjour, vous pouvez consacrer une journée, ou plus, à chacune des facettes de Berlin. N'hésitez pas à adapter ces journées à vos envies, en les prolongeant ou en rajoutant une journée shopping.

Berlin classiqueHaut de page

Les monuments de l'île des Musées, d'Unter den Linden, du Gendarmenmarkt mais aussi le château entièrement rénové de Charlottenburg et ses alentours rappellent les splendeurs de l'époque prussienne. Pour cela, débutez votre journée en visitant le complexe de Charlottenburg, son château, mais surtout le parc qui recèle des bâtiments tout aussi charmants. Les alentours du site regorgent de maisons bourgeoises imposantes. Ensuite, traversez le Tiergarten et baladez-vous le long d'Unter den Linden jusqu'à l'île des Musées. Le musée de l'Histoire allemande (Deutsches Historiches Museum) permet aussi de se rafraîchir la mémoire sur l'histoire du pays. Terminez votre journée en dînant sur le Gendarmenmarkt, une des plus belles places de Berlin.

Berlin architecturalHaut de page

Les fans d'architecture seront comblés à Berlin, que ce soit par le quartier des ambassades à la sortie du Tiergarten, les alentours de la Potsdamer Platz et de la Friedrichstraße, ou par la gare centrale, la Hauptbahnhof, inaugurée en 2006. Vous pouvez grimper sur la plate-forme panoramique du bâtiment Kolhoff à Potsdamer Platz pour la vue extraordinaire (entrée payante : www.panoramapunkt.de). Il peut aussi s'agir d'admirer les rénovations des casernes d'ouvriers (Mietskaserne) de Prenzlauer Berg, ou de visiter les archives du mouvement du Bauhaus (dans la Klingelhöferstrasse). L'idéal pour découvrir l'architecture est non seulement d'être très attentif tout au long de votre séjour, mais aussi de faire une promenade sur ce thème, que ce soit une visite guidée ou les balades que nous proposons dans ce guide.

Berlin des années hitlériennes
 et de la Seconde Guerre mondialeHaut de page

Les monuments évoquant cette période sont très nombreux à Berlin. Le mémorial de l'Holocauste, près de la Potsdamer Platz, sera votre point de départ. Derrière la Potsdamer Platz, le très complet mémorial de la résistance allemande (Gedenkstätte Deutscher Widerstand) sur la Stauffenbergstraße, nos 13-14 (à côté du Kulturforum) nous montre une autre facette de la guerre. En descendant la Stresemannstraße depuis la Potsdamer Platz, allez voir l'exposition " Topographie des Terrors " sur la répression en Allemagne, installée le long des vestiges de l'ancien bâtiment annexe de la Gestapo. En face de l'exposition se dresse l'actuel ministère des Finances, ministère de l'Aviation à l'époque du IIIe Reich. Enfin, trois heures ne seront pas de trop pour découvrir les riches documents du Musée juif (Jüdisches Museum) qui retracent la persécution des juifs depuis le Moyen Age. Une balade dans l'ancien quartier juif de Scheunenviertel (S-Bahn Hackescher Markt) vous fera croiser des plaques commémoratives plus discrètes mais tout aussi poignantes. Notez au sol la présence de petits pavés dorés cimentés devant des immeubles : ils mentionnent les noms des juifs déportés et assassinés qui habitaient autrefois ces lieux.

Berlin côté natureHaut de page

L'idéal pour découvrir les parcs de Berlin est de louer un vélo. Pour visiter les parcs et les lacs plus à l'extérieur de la ville, il est possible de prendre son vélo dans le S-Bahn (avec le ticket adéquat). Débutez par une balade dans le Tiergarten, qui vous fera croiser la maison des Cultures du monde, abritant diverses manifestations culturelles et surnommée " l'Huître enceinte " à cause de sa forme caractéristique. Vous croiserez aussi la résidence du président de la République, le château de Bellevue, puis la colonne de la Victoire (Siegessäule), rendue célèbre par le film Les Ailes du désir de Wim Wenders. Dirigez-vous vers le célèbre zoo berlinois, qui compte quelque 14 000 animaux et a donné son nom à l'ensemble du Park et à la gare Zoologischer Garten, popularisée par le roman Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée (Wir Kinder vom Bahnhof Zoo). Si vous préférez les plantes, le jardin botanique se situe à la station de S-Bahn Botanischer Garten. En été, allez plutôt vous baigner dans les quelque 45 lacs de la ville et terminez la soirée par un barbecue.

Le Mur de BerlinHaut de page

Partez sur les traces d'un mur qui a marqué l'histoire de Berlin. Il en subsiste encore quelques vestiges - matériels ou comportementaux - plus de vingt ans après sa destruction. Pour se remémorer l'histoire du Mur de Berlin et de la guerre froide, le musée du Mur à Checkpoint Charlie (U6 Kochstraße) est un incontournable. Les panneaux explicatifs sont également en français. Le mémorial Gedenkstätte Berliner Mauer (U8 Bernauerstraße) fait quant à lui face à un morceau de Mur classé par les Monuments historiques. Dans un souci pédagogique, il a été restauré à l'identique, doublé du mur "de protection" bâti du côté est-allemand et frappe ainsi l'imagination par son allure austère. Pensez à contourner le Mur pour voir la configuration initiale : entre les deux murs se trouvait la "zone de mort" (Todestreife) patrouillée par les VoPos et leurs chiens impitoyables, quand elle n'était pas tout simplement minée. A visiter aussi, la chapelle de la Réconciliation, juste à côté du mémorial. Enfin, l'East Side Gallery (U1 Warschauer Str. ou S-Bahn Ostbahnhof) est un témoignage encore différent sur le Mur, rappelant qu'après sa chute, artistes de l'Est et de l'Ouest s'exprimèrent de concert sur ce tronçon de plus d'un kilomètre.

L'OstalgieHaut de page

Partez à la recherche des traces de la RDA. Débutez par deux musées à ciel ouvert du régime de l'Allemagne de l'Est. Tout d'abord, la (longue) Karl Marx Allee (SBahn Schillingsstr.), avenue gigantesque symbolique de Berlin-Est. Le régime y faisait défiler son armée chaque année. Un petit musée lui est consacré dans l'enceinte du Café Sybille, au 24 de l'avenue (entrée gratuite). Puis allez vous promener du côté du mémorial soviétique, esplanade impressionnante au sein du parc de Treptow (Sowjetisches Ehrenmal, SBahn Treptower Park). L'après-midi, faites un tour au musée de la Vie quotidienne de la RDA (DDR Museum), au bout de l'Alexanderplatz, au niveau du pont de Karl-Liebknecht, puis rendez-vous dans la boutique du célèbre Ampelmann qui se trouve dans les Hackescher Höfe (S-Bahn Hackescher Markt). Plus éloigné du centre mais encore accessible en transport en commun, le Gedenkstätte Hohenschönhausen (tram 6 ou 7 jusque Genslerstr.) propose la visite des prisons de la Stasi par d'anciens détenus. Le soir, prenez un verre au bar Die Tagung, un authentique bar de l'ère communiste (Wülichstr. 29, Ubahn Warschauer Str.).

Une journée à Potsdam, 
le Versailles berlinoisHaut de page

On s'y rend avec le S7 - arrêt Potsdam Hauptbahnhof. Déambulez longuement dans le parc de Sanssouci. Vous y trouverez naturellement son ravissant château, mais aussi d'autres bâtiments moins connus et tout aussi attrayants, comme l'Orangerie et la Maison chinoise. Vous apercevrez même les édifices de l'université de Potsdam derrière le Nouveau Palais (Am Neuen Palais). Déjeunez dans un des nombreux cafés du charmant quartier hollandais et faites le plein de souvenirs dans les nombreuses boutiques d'artisans. A voir pour l'après-midi, le Filmmuseum, dans la Breite Strasse en plein centre-ville, qui retrace l'histoire des studios de Babelsberg, où furent tournés, entre autres, les grands films expressionnistes allemands. Les studios, à proximité, ne se visitent pas ; un parc d'attractions dédié au cinéma peut cependant amuser les enfants.

Berlin et la diversitéHaut de page

Difficile de prétendre découvrir la diversité de Berlin en une journée, vous la ressentirez plutôt au fil de votre séjour. Toutefois, il peut s'agir de découvrir des lieux alternatifs, comme le complexe culturel du RAW-Gelände (Revaler str., U- ou S-Bahn Warschauer Str.), qui, dans d'anciens bâtiments de la compagnie de transports ferroviaires berlinoise, propose différents bars, salles de concert, cours de sport et boîtes de nuit. Découvrez aussi le concept des Weinerei, dont il ne reste aujourd'hui plus que la plus célèbre d'entre elles, au croisement de la Veteranstr. et de la Fehrberlinerstr. (U8 Rosenthalerplatz) : pour un euro, on reçoit un verre de vin et l'on se sert à boire à volonté. Vous devez, avant de partir, déposer dans un vase la somme pour laquelle vous pensez avoir bu. Allez aussi faire un tour au marché turc du Landwehrkanal (U-Bahn Kottbusser Tor) le mardi ou le vendredi en fin d'après-midi. La variété des produits présentés et des langues parlées illustre bien la mixité culturelle de Berlin. Achetez un snack sur l'un des stands africains ou turcs et asseyez-vous au bord de l'eau pour écouter les musiciens de rue.

Séjours thématiquesHaut de page
A la découverte de l'architectureHaut de page

Jour 1 : l'héritage prussien. Débuter cette découverte de l'architecture prussienne à la station de U-Bahn Stadtmitte. Vous êtes alors à deux pas de Gendarmenmarkt, considéré par beaucoup comme la plus jolie place historique de Berlin. Ici se dressent les deux cathédrales symétriques, le Deutscher et Französische Dom. Entre elles, la salle de concert, la superbe Konzerthaus, oeuvre du grand architecte Karl Friedrich Schinkel. Rejoignez l'ancien Forum Friedericianum, une vaste place pavée qui donne sur Unter den Linden. Sous la régence de Friedrich II, on prévoyait un imposant ensemble de bâtiments autour de l'actuelle Bebelplatz. C'est le maître constructeur Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff qui exécuta les travaux dont l'édification d'un palais, le palais Prinz Heinrich, d'un opéra, le Staatsoper, et de la bibliothèque de l'Académie. En face se trouve la Neue Wache, un autre chef-d'oeuvre classique du grand Friedrich Karl Schinkel. Cet ancien poste de garde du dépôt de munitions est aujourd'hui un " mémorial dédié aux victimes de la guerre et de la tyrannie ". L'imposant bâtiment voisin est l'Arsenal ou Zeughaus, qui abrite le Musée de l'Histoire allemande. Traversez ensuite la Spree par le Schlossbrücke, un des ponts les plus étonnants de Berlin, notamment par le travail réalisé pour les bas-reliefs. Vous rejoignez alors l'île des Musées, siège des plus grands musées de la capitale : l'Altes Museum, l'Alte Nationale Galerie, le Pergammon Museum, le Bode Museum et le Neues Museum qui abrite le célébrissime buste de Néfertiti, dans une création architecturale exceptionnelle de l'architecte anglais David Chipperfield. Si l'après-midi n'est pas trop avancé, allez visiter l'un de ces musées. Le soir, admirez la Brandenburger Tor illuminée ou le Berliner Dom, la majestueuse cathédrale de Berlin qui se dresse sur le Lustgarten (littéralement le jardin d'agrément) aux côtés de l'Altes Museum.

Jour 2 : le Gründerzeit du tournant du XXe siècle. Débutez cette journée à la station de S-Bahn de Hackescher Markt pour découvrir les bâtiments du quartier qui rappellent le tournant du siècle et l'urbanisation accélérée de Berlin. Le tissu urbain s'est alors densifié, privilégiant un habitat mixte où les cours abritaient ateliers, usines, habitations et lieux de divertissement. S'il y a autant de cours intérieures à Berlin (Hinterhöfe), cela s'explique par le fait que l'impôt était calculé sur la surface de la façade donnant sur la rue. Dans la Rosenthalerstrasse, jetez un oeil sur l'ancien Grand Magasin Wertheim construit en 1903 par Messel. En descendant la rue vers la station de S-Bahn Hackescher Markt, vous pouvez pénétrer dans les admirables Hackescher Höfe. Dans la première cour, Kurt Berndt et August Endell s'associèrent pour réaliser en 1906 un bâtiment qui s'organise autour d'une cour principale où sont installés différents commerces. Sa façade pavée de mosaïques Jugendstil est un bel exemple d'Art nouveau à l'allemande. Le long de la Oranienburgerstrasse, admirez un autre exemple d'Hinterhof, le Kunsthof au numéro 27, puis au numéro 32, une ancienne usine de margarine, les Heckmannhöfe. Continuez jusqu'à la Rosa-Luxemburg-Platz et le cinéma Babylon. Conçu durant la période des grandes réformes sur l'habitat (1928-1930), cet ensemble de bâtiments s'inscrit parfaitement dans le style des années 1920 en Allemagne, avec notamment la prédominance de lignes verticales et les façades arrondies aux angles. Pour clore cette journée, promenez-vous dans les Mietskaserne de Prenzlauer Berg, notamment le long de la Rykestraße, de la Oderbergerstraße, etc.

Jour 3 : l'après-guerre à l'Ouest. Dans le quartier du Zoologischer Garten, on admirera l'ancien centre commercial en face de la gare, le Zoobogen (autrefois Zentrum am Zoo), classé Monument historique. En 1956-1957, le projet était de construire un grand centre de mode féminine, grâce aux financements conséquents du plan Marshall. A proximité, le cinéma Zoo Palast fut quant à lui construit en 1957 sur le terrain qui accueillait le cinéma UFA-Palast. Toujours sur le chemin vous menant à la Breitscheidplatz, juste avant l'église, admirez la Bikini-Haus, construite également entre 1956 et 1957, d'après les plans de Paul Schwebes et Hans Schoszberger. A l'origine, les architectes n'avaient pas prévu d'y ajouter un troisième étage ; le bâtiment était divisé en son centre par un étage fait de colonnes. C'est la raison pour laquelle les Berlinois l'appelèrent... le Bikini ! En 1978, l'étage manquant fut ajouté afin d'y accueillir un nouvel espace destiné à des expositions d'oeuvres d'art. En 2014, la Bikini-Haus a rouvert ses portes après une rénovation majeure et abrite aujourd'hui un important complexe commercial : bars, restaurants, boutiques branchées exaltant "l'exception berlinoise" et un hôtel de luxe, le 25hours Bikini Berlin. Sur la place, vous découvrez maintenant la fameuse église du Souvenir, la Gedächtniskirche. La construction en 1961 de cet édifice moderne, intégrant les ruines du mémorial du Kaiser Wilhelm, fit grand bruit. Une exposition est installée à l'intérieur des ruines. L'Europa-Center en face fut construit entre 1963 et 1965 d'après les plans d'Helmut Hentrich et Hubert Petschnigg. L'esthétique de ce monumental centre commercial est très discutable aujourd'hui, mais il brillait à l'époque par l'audace de son modernisme. L'après-midi, sautez dans le bus 200 pour rejoindre le Kulturforum. Descendez à l'arrêt Philarmonie pour admirer cette salle de concerts à l'architecture originale et à l'acoustique exceptionnelle (visite guidée tous les jours à 13h30, sauf en juillet et en août). Le Kulturforum a été entièrement réalisé durant les années 1950 et abrite aujourd'hui de nombreux musées comme la Neue National Galerie qui accueille des expositions temporaires renommées et le Kunstgewerbemuseum, le musée d'Arts décoratifs.

Jour 4 : l'après-guerre à l'Est. Cette journée vous mènera sur les traces d'une architecture imposante et parfois glaciale dont le meilleur exemple est la Stalinallee, aujourd'hui renommée en Karl Marx Allee. Débutez la balade à la station Frankfurter Tor avec les deux minarets qui prennent exemple sur les cathédrales du Gendarmenmarkt. Parcourez ensuite les quelques kilomètres de l'avenue. Cette réalisation pharaonique est incontestablement le plus important témoignage de l'urbanisme tel qu'il était envisagé en RDA. Cet immense boulevard fut désigné comme la première avenue socialiste, car il devait inviter les membres de toutes les classes à vivre ensemble, en parfaite harmonie. Soyez attentif à deux bâtiments dont l'architecture horizontale faite de béton et de verre ne manque étrangement pas de charme : le cinéma Kino International, au niveau de la station de Schlillingstraße, ainsi que le Café Moskau, en face. Le légendaire café Sybille vous offrira une halte réconfortante dans cette longue marche ; il abrite une petite exposition sur l'histoire de l'avenue. Enfin, jetez un oeil à travers les vitrines de l'ancienne Karl-Marx-Buchhandlung, librairie mythique aujourd'hui fermée, qui accueille cependant un salon littéraire depuis 2015 (ouverte les soirs d'événements uniquement, www.karlmarx-buchhandlung.com). Une fois arrivé à l'Alexanderplatz, observez l'oeuvre de Hermann Henselmann, la Haus des Lehrers, une imposante tour de béton agrémentée d'une frise de près de 125 m de longueur, réalisée par Walter Womacka. Celle-ci représente les différentes sciences et techniques valorisées par le régime communiste. La fameuse Fernsehturm fut, quant à elle, construite entre 1965 et 1969 par les architectes Dieter Fritz, Günter Franck et Werner Ahrand. Terminez la balade dans le Nikolaiviertel, une reconstruction légèrement kitsch du coeur historique médiéval de la ville par le gouvernement est-allemand à l'occasion du 750e anniversaire de la ville. Il n'est aujourd'hui plus possible d'admirer le Palast der Republik, entièrement détruit, autrefois un bel exemple d'architecture communiste d'après-guerre. Le Palast der Republik s'élevait sur le site de l'ancien château de la ville de Berlin, qui fut détruit en partie par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, puis rasé en 1950 par les autorités communistes. Symbole d'une époque qui souhaite effacer les traces d'un lourd passé communiste, la reconstruction controversée du Berliner Stadtschloss a commencé en juin 2013.

Jour 5 : le Berlin moderne. Vous consacrerez la matinée à la Potsdamer Platz et ses gratte-ciel. Les bâtiments du Sony Center sont particulièrement intéressants. Le toit de toile du centre représente le volcan du Fujiyama, clin d'oeil aux origines de Sony. Ils abritent notamment le Musée du Cinéma allemand, l'école de cinéma DFFB, ainsi que quelques multiplexes. Vous pouvez ensuite poursuivre votre route en direction du nord du Tiergarten, pour y admirer les nombreuses ambassades de la Hiroshima Straße et des rues environnantes, ou choisir de longer l'Ebertstraße jusqu'au Reichstag. Arrêtez-vous quelques instants à l'étrange et émouvant mémorial aux juifs assassinés d'Europe, un impressionnant labyrinthe de stèles commémoratives. Une fois arrivé au Reichstag, déambulez le long de la Spree pour admirer les nouveaux bâtiments gouvernementaux et la somptueuse gare centrale (Hauptbahnhof), tous fruits de la vague architecturale moderne des années 1990-2000.

Les années hitlériennes et la guerreHaut de page

Jour 1 : les années hitlériennes. Commencez votre visite sur la Bebelplatz (proche de Unter den Linden) où se trouve le mémorial de l'Autodafé, une plaque de verre placée parmi les pavés de la place, rappelant l'endroit où, en 1933, les nazis brûlèrent des livres d'auteurs juifs ou considérés comme dépravés. Dirigez-vous ensuite vers le Reichstag, sur la place de la République (Platz der Republik), siège du Parlement qui fut partiellement incendié le 27 février 1933 par des militants d'extrême droite. Il a, depuis, été reconstruit et il est possible de visiter gratuitement sa magnifique coupole de verre. Rendez-vous ensuite à la porte de Brandenbourg, sur laquelle se trouve le célèbre quadrige de Karl Friedrich Schinkel conduit par la Victoire, initialement tournée en direction de la ville, en signe de paix. Hitler le fit déplacer vers l'extérieur pour signifier ses conquêtes. A côté de la porte de Brandenburg, sous le mémorial de l'Holocauste, se trouvait le bunker d'Hitler (où il se serait suicidé). Contrairement aux rumeurs populaires, le bunker d'Hitler fut dynamité en 1947 ; les entrées ont été bouchées à renfort de béton, on ne peut donc plus rien y voir et le site ne se visite pas. Continuez sur la rue du 17-Juin, vers la Siegessäule. Cette colonne initialement située sur la Königsplatz, en face du Reichstag - et symbolisant les différentes victoires de l'Empire prussien - fut déplacée jusqu'à sa place actuelle en 1938 par Hitler. Son but était de l'installer sur un axe très passant (entre Unter den Linden et le parc des Expositions) afin d'affirmer le triomphe de l'Allemagne. Enfin, poussez encore plus à l'ouest jusqu'à l'Olympiastadion et la Waldbühne, construits sous Hitler et reflets de l'architecture et de la démesure nazies. C'est dans ce stade qu'eurent lieu les Jeux olympiques de 1936.

Jour 2 : la guerre. La visite commence sur Unter den Linden, à la Neue Wache, oeuvre de Schinkel, aujourd'hui un mémorial pour les victimes de la guerre et de la tyrannie. Rendez-vous ensuite sur la Stresemannstraße, au n° 110 où, dans l'ancien bâtiment annexe de la Gestapo, se situe l'exposition permanente " Topographie des Terrors " portant sur la répression en Allemagne. Continuez vers Potsdamer Platz, en passant par le Stiftung Denkmal für die ermordeten Juden Europas (mémorial en l'honneur des juifs assassinés d'Europe) et allez voir le mémorial de la Résistance allemande (Gedenkstätte Deutscher Widerstand) sur la Stauffenbergstraße, nos 13-14 (à côté du Kulturforum). Là se trouvent aussi un monument en rappel de l'attentat manqué contre Hitler (dans la cour) ainsi qu'une exposition permanente sur la résistance allemande au régime nazi (au 2e étage). Enfin, on se rend à l'église du Souvenir (Kaiser-Wilhlem-Gedächtniskirche) sur la Breitscheidplatz (U-Bahn Zoologischer Garten ou Kurfürstendamm). Construite en mémoire du fondateur de l'Empire allemand, elle fut à moitié détruite par les bombardements de 1943. Elle sert maintenant de monument commémoratif contre la guerre. De là, dirigez-vous vers l'aéroport de Tegel afin de visiter le mémorial de Plötzensee. Il se trouve dans la Hüttigpfad. Il s'agit d'une ancienne prison où furent torturés et exécutés des centaines d'opposants politiques et de résistants entre 1933 et 1945. Sur place, on trouve de bonnes brochures explicatives dans plusieurs langues.

Jour 3 : la guerre (bis). Se rendre à Wannsee avec la S1. Visitez la Haus der Wannsee Konferenz, sur Grossen Wannsee 56-58 (prenez le bus n° 114 jusqu'à Haus der Konferenz, à la sortie de la S-Bahn). C'est là qu'eut lieu la conférence du 20 janvier 1942 sur la solution finale. Entrée gratuite. Prendez le S-Bahn S7 pour vous rendre à Potsdam, afin de visiter le mémorial Lindenstraße 54, qui se trouve au 54-55 de la Lindenstraße, dans le Potsdam-Museum. Autrefois une prison pour opposants politiques pendant la période nazie, on y trouve maintenant un centre de documentation sur la justice politique à Potsdam. Profitez-en pour visiter l'ancienne prison du KGB sur la Friedricht-Ebert-Straße 53, à Potsdam.

Jour 4 : la guerre (ter). Une visite au mémorial de Sachsenhausen, à Oranienburg, dans la rue des Nations, est une expérience poignante (âmes sensibles s'abstenir). Pour s'y rendre, prendre la S1 en direction de Oranienburg et marcher quelques minutes. Ce camp de concentration datant de 1936 servira de modèle pour les autres camps nazis. Il fut en activité jusqu'en 1945 ; plus de 200 000 victimes, venant des quatre coins de l'Europe, y furent déportées. Sachsenhausen devint ensuite un camp d'internement sous l'occupation soviétique.

Jour 5 : les témoignages soviétiques. Sur l'avenue du 17-Juin se trouve le mémorial en l'honneur des soldats soviétiques tombés lors de la Seconde Guerre mondiale. Prenez ensuite le S9 depuis Friedrichstraße en direction de Schönefeld et descendez à Treptower Park pour y visiter le mémorial soviétique en l'honneur des soldats de l'Armée rouge tombés en 1945 et à la gloire de Staline (Sowjetisches Ehrenmal). Rendez-vous ensuite dans le quartier de Lichtenberg pour visiter le musée de Berlin-Karlshorst (Deutsch-Russisches Museum Berlin-Karlshorst). A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le quartier général de l'Armée rouge s'installa dans cette caserne. C'est là que fut signée, le 8 mai 1945, la capitulation sans condition de l'Allemagne nazie.

Le mur de Berlin
 et la division de la villeHaut de page

Jour 1 : le Mur. Le circuit commence à la Bernauerstraße, entre l'Ackerstraße et la Bergstraße (U-Bahn 5 : Bernauerstraße) où un morceau de Mur est classé monument historique. Un mémorial y a été inauguré en 1998. A côté se trouve la chapelle de la Réconciliation, construite à la place de l'église de la Réconciliation qui fut détruite par les troupes frontalières en 1985. En face se trouve le centre de documentation sur le Mur (entrée gratuite). N'hésitez pas à gravir les marches de la tour d'observation de cette institution : une plate-forme surélevée permet de constater que le Mur de Berlin était en réalité constitué de deux murs : un "mur de protection" côté Est doublait le Mur de Berlin, avec, entre les deux édifices, une zone minée et patrouillée en permanence par la redoutable police frontalière. Visitez ensuite Mauerpark, sur la Eberswalder Straße, un parc très populaire où se tient le rendez-vous immanquable des dimanches berlinois, un Flohmarkt géant (marché aux puces). Aujourd'hui très vivant, c'était autrefois un no man's land qui longeait le Mur. Rendez-vous ensuite à la East Side Gallery, sur Mühlenstraße (S-/U-Bahn : Warschauer Straße ou Ostbahnhof) où se trouve plus d'un kilomètre du Mur, illustré par des artistes internationaux lors de la réunification, sur invitation du nouveau gourvernement allemand. Allez voir le mirador, sur la Schlesische Straße, tout près du Landwehrkanal (U-Bahn Schlesische Tor). Descendez ensuite jusqu'à la station de S-Bahn Marienfelde pour visiter le musée des Réfugiés allemands de Marienfelde. Pour clore cette visite, faites un tour à la cloche de la Liberté, place J-F-Kennedy (U-Bahn Rathaus Schöneberg) d'où JFK lança son célèbre " Ich bin ein Berliner ".

Jour 2 : le Mur (bis). Direction le musée du Mur, appelé Haus Am Checkpoint Charlie, sur la Friedrichstraße, au n° 44 (U-Bahn Kochstraße ou Stadmitte). Après 2 ou 3 heures dans ce musée, vous saurez tout sur le Mur depuis sa construction jusqu'à sa chute. Explications en français. Sur la Niederkirchnerstraße se trouvent également quelques mètres de Mur plus méconnus. Admirez ensuite la Potsdamer Platz, véritable emblème de l'architecture moderne à Berlin, où s'élèvent le Sony Center et la Tour Debis, une réalisation de l'architecte star Renzo Piano. Remontez vers la porte de Brandenburg (Brandenburger Tor), longtemps considérée comme le symbole de la division allemande. Un peu plus au nord, non loin du Reichstag, des couronnes de fleurs jonchent le sol en commémoration des personnes abattues en tentant de franchir le Mur (une double ligne de pavés indique l'emplacement du Mur). Terminez par une visite de l'Invalidenfriedhof (cimetière des Invalides), sur la Scharnhorstraße, perpendiculaire à la Invalidenstraße. Ce cimetière était autrefois traversé par le Mur et sa Todesstreife (zone de mort).

Jour 3 : à l'est. Débutez par la Gethsemanekirche, Stargarden Straße 77, U-Bahn Schönhauser Allee. Dans cette église commença la résistance au régime de la RDA, encouragée par le clergé protestant, qui accueillait des opposants à la dictature entre ses murs - que la police politique est-allemande n'avait pas le droit de violer. Une visite au mémorial de Hohenschönhausen, sur la Genslerstraße 66 (tram n° 6 ou 7 jusque Genslerstrasse), vaut vraiment le détour. Ancienne prison de l'époque soviétique et de la RDA qui accueillit entre 1945 et 1946 entre 10 000 et 20 000 prisonniers, dont beaucoup sont morts, en mars 1951, ce lieu devint un des quartiers généraux de la Stasi (ministère de la Sécurité nationale) où ont été torturés de nombreux suspects. Aujourd'hui, les visites (en allemand et en anglais) sont guidées par d'anciens détenus, dont le témoignage vivant est absolument poignant et porteur d'espoir. Terminez par le mémorial de Normannenstraße, le Stasimuseum. Ancien quartier général de la Stasi, ce lieu est maintenant un centre de recherche et de commémoration de la résistance allemande mais aussi un musée de la Stasi. Il expose les méthodes d'interrogation, les objets (parfois ridicules, parfois d'une ingéniosité redoutable) utilisés par les agents de la police politique et on peut même y voir le modeste bureau du chef de la Stasi, Erich Mielke.

Jour 4 : au sud, le blocus de Berlin. A côté de l'ancien aéroport de Tempelhof (sur la place U-Bahn Platz-der-Luftbrücke) se trouve un monument commémoratif rappelant le pont aérien (Luftbrücke) mis en place pendant le blocus de Berlin-Ouest (de juin 1948 à mai 1949). Cet arc est complété par son autre moitié qui se trouve dans les environs de Francfort-sur-le-Main où l'on peut l'apercevoir depuis l'autoroute. Le musée des Alliés (cinéma Outpost, Clayallee 135, U-Bahn Oskar-Helene-Heim), situé dans l'ancien cinéma de l'armée américaine, raconte quant à lui le rôle de la France, la Grande-Bretagne et des Etats-Unis pendant l'après-guerre.

Jour 5 : la vie sous la RDA. Débutez par deux musées à ciel ouvert du régime de l'Allemagne de l'Est. Tout d'abord, la (longue) Karl-Marx-Allee (S-Bahn Schillingsstr.), l'avenue symbolique de Berlin-Est. Le régime y faisait défiler son armée chaque année. Un petit musée lui est consacré dans l'enceinte du Café Sybille, au 24, de l'avenue (entrée gratuite). Puis allez vous promener du côté du mémorial soviétique, avec son esplanade impressionnante au sein du parc de Treptow (Sowjetisches Ehrenmal, S-Bahn Treptower Park). L'après-midi, faites un tour au musée de la Vie quotidienne de la RDA (DDR Museum) au bout de l'Alexanderplatz, au niveau du pont de Karl-Liebknecht.

Le relais des parcs et châteauxHaut de page

Jour 1 : lac et château de Tegel. Un lac des plus agréables en été, pour se baigner, faire de la barque ou du pédalo ou tout simplement flâner. En remontant vers le nord, on arrive au château de Tegel, au n° 19 de l'Adelheidallee, de style Renaissance.

Jour 2 : Charlottenburg. Le château de Charlottenburg est l'un des châteaux les plus vieux de Berlin. Il fut construit pour la reine Sophie Charlotte entre 1695 et 1699 et agrandi en 1701 pour le couronnement de Frédéric Ier. Dans le parc du château se trouvent un mausolée, un belvédère, ainsi que des jardins à la française. Le célèbre zoo est ouvert tous les jours dès 9h et jusqu'à 18h30 au plus tard. Datant de 1844, il accueille près de 13 000 animaux sur 35 hectares. On peut aussi y visiter un aquarium.

Jour 3 : du vélo dans Berlin. Entre la Puschkinallee et Am Treptower Park, Treptower Park est presque une forêt ! Un passage permet de rejoindre la presqu'île de Stralau. Un chemin aménagé pour les vélos en fait le tour. En commençant sa promenade de l'autre côté, en longeant la Spree, on peut faire un tour sur l'île de la Jeunesse (Insel der Jugend) ou dans le Plänterwald, autour du Spreepark, un ancien parc d'attractions abandonné (visites guidées en allemand uniquement, www.berliner-spreepark.de).

Jour 4 : le sud de Berlin. Le Viktoriapark est un jardin de 16 hectares en plein centre de Kreuzberg. On y trouve une magnifique cascade, autour de laquelle il est agréable de se promener, et de grandes étendues d'herbe où l'on peut s'allonger en été. A l'ouest, dans Dahlem, le Jardin botanique (Botanischer Garten) est, quant à lui, l'un des plus grands jardins botaniques du monde. Sur 42 hectares de parc et de serres, on peut y admirer plus de 20 000 sortes de plantes différentes, dont des plantes tropicales et carnivores.

Jour 5 : Wannsee et Glienicke. Pfaueninsel (l'île aux Paons) et son château (S-Bahn Wannsee puis bus A16 jusqu'au ferry) sont probablement l'une des visites bucoliques les plus charmantes de Berlin. Le petit château de bois fut construit entre 1794 et 1796 par Brendel, le charpentier royal de Potsdam. Il était autrefois entouré de vaches paissant tranquillement, remplacées ensuite, pour des raisons esthétique, par des paons. Visitez également Schloss und Park Glienicke (S-Bahn Wannsee puis bus n° 116 jusqu'à Glienicker Brücke). Reconstruit en 1826 par Schinkel pour le prince Charles de Prusse, le château de Glienicke est de style italien. L'entrée du château est dominée par la fontaine aux Lions, inspirée par la Villa Medicis de Rome. Le parc, particulièrement joli et romantique, est de Lenné.

Jour 6 : Potsdam. Parc et châteaux de Sanssouci. Le château de Sanssouci - encore appelé le Petit Versailles - était la résidence secondaire de Frédéric le Grand. Ce petit château de douze pièces seulement fut construit entre 1745 et 1747 par Knobelsdorff. Dans le parc très vaste, on peut visiter le Neues Palais, le Neue Kammern, l'Orangerie, la Chinesische Haus, la Bildergalerie, le Schloss Charlottenhof et les Römische Bäder.

Jour 7 : Potsdam. Parc et château de Babelsberg. Le château de Babelsberg, résidence secondaire du roi Guillaume Ier pendant plus de 50 ans, fut construit à partir de 1833 d'après les plans de Schinkel. Les plans du parc furent dessinés par Lenné en 1833. On y trouve aussi une tour datant de 1856, du haut de laquelle on peut observer la ville. Neuer Garten - Schloss Cecilienhof et Marmorpalais. Au nord-ouest de Potsdam, le Nouveau Jardin, construit sur la demande de Frédéric-Guillaume II en 1786, accueille le château de Cecilienhof et le palais de Marbre. C'est à Cecilienhof qu'eut lieu la conférence de Potsdam de 1945 entre les vainqueurs de la guerre.

Jour 8 : tour dans la forêt de Grünewald. La forêt et le pavillon de chasse de Grünewald. Construit au bord du lac de Grünewald, au milieu de la forêt, ce pavillon date de 1542 ; c'est le plus ancien château de Berlin. Teufelsberg - la montagne du Diable - est une montagne artificielle de 115 m de hauteur, constituée à partir des gravats d'après-guerre. On peut la descendre en VTT ou même à ski. A son sommet se trouve la fameuse station d'espionnage de la NSA, aujourd'hui lieu favori des squatteurs et des amateurs d'exploration urbaine.

Ailleurs sur le web

Toutes les bonnes adresses BERLIN

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté