Guide de BARCELONE : Barcelone en 30 mots-clés

Faire / Ne pas faire

Comme dans n'importe quelle ville étrangère, il existe certains codes comportementaux qu'il est conseillé de respecter, même si vous ne serez jamais confronté à un véritable choc culturel, les cultures catalanes et françaises étant relativement proches. Cela dit, gardez bien en tête ces petits conseils qui pourront s'avérer utiles.

Apprenez le mot Adéu. Un petit mot qui vous permettra de vous faire de nombreux amis catalans ! Adéu signifie " au revoir " en catalan, et c'est le meilleur moyen d'obtenir un sourire lorsque vous quittez un restaurant ou une boutique. C'est surtout un signe de respect envers l'identité locale que les Catalans apprécient particulièrement.

Évitez les débats sur la question identitaire ou sur l'indépendance de la Catalogne. La question territoriale est particulièrement importante pour les Catalans, et il est souvent difficile pour les Français de comprendre ses enjeux. Évitez de vous lancer dans un débat sur l'utilité du catalan ou sur la question de l'indépendance : vous risquez d'entrer dans une polémique sans fin.

Demandez aux gens s'ils parlent français ou anglais... avant de vous lancer dans un monologue sans fin. Les Catalans n'étant pas plus doués que les Français pour les langues étrangères, ils apprécient donc qu'on leur pose la question avant de parler anglais ou français comme si c'était une évidence.

Ne vous vexez pas si on vous répond en anglais. C'est un autre cas de figure très probable : vous essayez d'utiliser vos connaissances élémentaires d'espagnol, et on vous répond en anglais ! Ne prenez pas la mouche, ce n'est pas une insulte à vos capacités linguistiques. Certains Espagnols profitent simplement de l'occasion de parler à un touriste pour pratiquer leur anglais.

Les tapas se partagent ! Même si vous êtes en couple et que chacun a commandé sa ration de tapas, le serveur placera les deux assiettes au centre de la table. Et pour cause : les tapas, cela se partage ! Alors pas question de déguster votre assiette de patatas bravas en solo, avec couteau et fourchette : les tapas se placent au centre de la table, et se mangent avec une petite fourchette ou un cure-dents.

Jamais sans mon sac. Barcelone est le paradis des voleurs à la sauvette, et ils sont bien plus malins et organisés qu'on ne peut le croire. Un bon réflexe à prendre : si vous êtes dans un café, un bar ou un cybercafé, ne laissez jamais votre sac au sol ou sur la chaise voisine, gardez-le sur vos genoux ! Ce n'est pas très pratique, mais ça vous évitera une mauvaise surprise.

Fini le tabac ! Difficile à croire, mais les Espagnols se sont pliés en janvier 2011 à l'interdiction de fumer dans les lieux publics. Après une période de transition durant laquelle il était permis de fumer dans certains établissements, en fonction de certains critères, désormais c'est tout simplement interdit dans tous les bars, restaurants et boîtes du pays.

Adéu

C'est le mot " au revoir " en catalan. A utiliser sans modération, car les Catalans adorent que l'on s'essaie un peu à leur langue. Vous le verrez, même les gens qui ne parlent pas le catalan l'utilisent dans les commerces, les boutiques ou les restaurants, c'est dire si ce petit mot est important !

Barça

Plus qu'un club, le Barça est un véritable symbole du catalanisme, et plus de 140 000 socios (membres) portent les couleurs bleu et grenat avec beaucoup de fierté. Les matchs de football se déroulent dans le stade mythique du Camp Nou, construit en 1957 par les architectes Barbon, Mitjans et Soteras. C'est le plus grand stade d'Europe, avec une capacité de près de 100 000 spectateurs. Son musée, où l'on vénère les trophées, photos et autres souvenirs, est le plus visité de la ville.

Caixa (La)

Lors de votre visite à Barcelone, vous ne pourrez y échapper : la banque La Caixa dispose d'une agence à chaque coin de rue. Dessiné par Miró, son logo, représentant une étoile bleue à cinq branches, rayonne sur toute la Catalogne. Très active en tant que mécène culturel, La Caixa dispose de sa propre fondation, Caixa Forum, où elle organise de nombreuses expositions temporaires, et gère le musée des sciences Cosmo Caixa.

Castells

Les concours de castells (tours humaines) sont une tradition très vivante en Catalogne. A l'occasion de la Festa Major de nombreuses villes, des groupes, très sérieusement entraînés, construisent des tours humaines qui peuvent atteindre jusqu'à 15 m de hauteur. Le jeune enfant qui a le privilège de se retrouver perché au sommet est appelé anxaneta. Lors de la Mercè, la Festa Major de Barcelone qui a lieu le 24 septembre, de nombreux groupes se produisent sur la Plaça Sant Jaume. Depuis 2010, les Castells sont inscrits au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.

Catalan

Le catalan est une langue dérivée du latin, tout comme le français, l'espagnol (appelé castillan en Catalogne), l'italien et le portugais. Le catalan est parlé en Catalogne du côté espagnol comme du côté français, dans la communauté de Valence, aux îles Baléares, en Andorre, dans une petite partie de l'Aragon et dans une ville de la Sardaigne (Alguer). Au total, plus de 10 millions de personnes le parlent. Les Catalans sont très attachés à leur langue, et elle est devenue la langue co-officielle de la Catalogne après de longues batailles pacifistes mais tenaces. Sous la dictature de Franco, il était interdit de parler catalan : ceci explique l'acharnement des Catalans à lutter pour le droit de s'exprimer dans leur langue. Dans l'école publique, les cours sont donnés en catalan.

Cava

C'est le mousseux le plus réputé d'Espagne. Il se compose de macabeo (localement appelé viura) pour son arôme fruité, de xarel-lo pour sa couleur, sa structure, sa teneur en alcool et son acidité, de parellada, pour son élégance. Il peut également contenir du chardonnay. Pour les rosés, les cépages utilisés sont le grenache noir et le monestrell. La commune de Sant Sadurní d'Anoia, capitale du cava, produit plus de 70 % du cava espagnol. Les marques les plus célèbres sont Codorniu et Freixenet.

Chupa Chups

La fameuse sucette a été inventée en Catalogne en 1958 par Enric Bernat. Il hérite d'une usine de confiserie et rebaptise l'un des produits Chups. Puis, suite au succès du slogan Chupa Chups (" Sucez Chups "), il change le nom. Plus tard, c'est Salvador Dalí qui dessine le logo. La suite, c'est l'exportation de la petite merveille à l'étranger, jusqu'au rachat de l'entreprise en 2006 par un groupe industriel italien.

Correfoc

En catalan, correfoc signifie " feu qui court ". Pour mettre fin à chaque fête, il y a un feu d'artifice et un correfoc, dont le plus important et le plus spectaculaire est celui qui clôture la fête de la Mercè. Un correfoc est l'association d'éléments pyrotechniques avec des diables et un défilé de dragons qui crachent du feu, chacun appartenant à un quartier différent. Les correfocs ont été interdits sous le régime de Franco car ils étaient considérés comme païens. Pour assister et participer à un correfoc, il convient de prendre quelques précautions. Il faut se couvrir les cheveux avec un chapeau ou un foulard, se protéger le cou et la nuque, s'habiller avec des vêtements en coton (ce n'est pas le jour pour les habits de gala !) et porter des chaussures couvrantes. Les correfocs de petites villes et villages sont certes plus petits mais également plus authentiques. La tradition du correfoc n'existe pas seulement en Catalogne : vous pourrez en voir au Pays basque et en Estrémadure, mais il est peu répandu dans le Sud.

Crema catalana

Il est difficile d'imaginer un dessert plus simple que cette crème renversée aux oeufs et au caramel - simple et pourtant tellement exquise ! Cette version ibérique de notre crème brûlée a réussi le mariage subtil de la cannelle et du zeste de citron. A déguster dans un authentique ramequin de terre cuite, accompagné d'un verre de cava.

Dalí

Le surréaliste est né et mort en Catalogne, à Figueras. La région du Haut-Empordà, entre Figueras et Cadaqués, joue un rôle important dans son oeuvre " cosmique ". Vous pouvez visiter ses maisons-musées à Figueras, Portlligat et Púbol.

Fideuà

Dérivé catalan de la fameuse paella : le riz est remplacé par de petites nouilles, généralement servies avec de l'aïoli.

Gaudí

Barcelone sans Gaudí, ce serait comme Paris sans Gustave Eiffel. Antoni Gaudí est un architecte, né le 25 juin 1852 à Riudoms (à côté de Reus). Issu d'une famille modeste, toute son enfance est marquée par des problèmes de santé d'ordre rhumatismal, douleurs qui le poursuivront toute sa vie. Il s'installe à Barcelone à l'âge de 17 ans pour étudier l'architecture. Il n'est pas un excellent élève, pourtant, il réussit à créer son propre style et à montrer à tous ses pairs qu'il est un architecte " hors pair ". Comme tous les génies, il a une longueur d'avance sur les autres, si bien que son oeuvre n'est pas toujours comprise. La preuve en est qu'il ne reçoit qu'un seul prix honorifique durant sa vie : le prix de l'Hôtel de ville de Barcelone en 1900 pour la réalisation de la Casa Calvet. La personnalité de l'architecte est singulière : très attiré par la haute société, il fait partie du mouvement nationaliste catalan. Il refuse toujours de parler espagnol et se fait même arrêter par la police parce qu'il parle le catalan. Il rejette l'Eglise au début de sa vie, mais devient un homme pieux quelques années plus tard et entreprend une recherche incessante de spiritualité, adoptant un mode de vie spartiate, sans aucun luxe. C'est à cette époque qu'il entame le chantier de la cathédrale de la Sagrada Família. Concernant son style, l'architecture arabe inspire ses premières oeuvres, mais il puise surtout son inspiration dans la nature, et ne travaille pas sur un plan bien établi mais au fur et à mesure que le projet monte. La ville regorge d'oeuvres de ce génie qui, heurté par un tramway en juin de l'année 1926 - les taxis refusent de le transporter à l'hôpital car ils le prennent pour un mendiant -, meurt cinq jours plus tard, à l'hôpital de Santa Creu dans le Raval. Barcelone perd alors son plus grand architecte. Vous jugerez par vous-même du talent démesuré reflété par son oeuvre hallucinante mais majeure, omniprésente dans la ville. Parmi ses oeuvres incontournables : la Sagrada Família, la Pedrera, la Casa Batlló, le parc Güell et le Palau Güell.

Gegants

Nés au XVe siècle, ces " géants " en carton-pâte sont les protagonistes des fêtes patronales en Catalogne. A Barcelone, ils défilent lors des fêtes de La Mercè (24 septembre) et Santa Eulàlia (12 février), mais aussi pour Carnestoltes (carnaval), Sant Roc (16 août)... toutes les occasions sont bonnes pour sortir les géants ! Chaque quartier possède sa colla gegantera, association culturelle au sein de laquelle se préparent les défilés. Vous les croiserez donc lors des fêtes de quartiers, notamment l'incontournable Festa Major de Gràcia.

Generalitat

L'organisation politique et administrative de la Catalogne est représentée par la Generalitat. Cette institution regroupe le Parlement de Catalogne, le président de la Generalitat et le gouvernement catalan composé de 12 ministères. Elu tous les quatre ans au suffrage universel, le Parlement, composé de 135 membres, élit le président, élabore et vote les lois propres à la Catalogne. Son fonctionnement et son mode de représentation sont identiques à ceux d'une démocratie parlementaire où le candidat qui offre la majorité parlementaire forme un gouvernement. A l'exception d'un embryon d'institution datant de l'époque médiévale, la Generalitat, dans sa forme moderne, a été créée en avril 1931, lors de la proclamation de la République. Avec l'arrivée de Franco en 1936, l'ensemble des institutions de la Generalitat a été contraint à l'exil. Ce n'est qu'en 1977, date de la reconnaissance des communautés autonomes par l'Etat espagnol, que la Generalitat renaît. La Catalogne jouit d'un grand pouvoir décisionnel grâce à son poids économique et démographique.

Jeux olympiques

En 1992, et pour la première fois de son histoire, l'Espagne a organisé les Jeux olympiques d'été. Avec un investissement public et privé évalué à l'époque à environ 4,8 milliards d'euros, l'organisation des jeux a modifié considérablement le paysage urbain de Barcelone et de sa proche banlieue : la construction de nouveaux équipements sportifs et culturels comme le Palau Sant Jordi ou le Teatre Nacional de Catalunya, la rénovation du vieux port ou la construction du village olympique (Vila Olímpica) sur la nouvelle façade maritime sont quelques-unes des réalisations significatives. Pendant deux semaines, la XXVe olympiade a accueilli 15 000 athlètes de 160 pays ainsi que 500 000 visiteurs.

Liceu (Le)

Depuis sa construction en 1847, l'Opéra de Barcelone a connu une histoire mouvementée. Deux incendies sont venus anéantir cette remarquable scène lyrique : le premier en 1861 et le second en 1994. En 1893, l'anarchiste Santiago Salvador lança une bombe qui causa la mort de 20 personnes. A chaque fois, le Liceu a été reconstruit en un temps record, mais ces évènements lui ont donné une aura pleine de mystère.

Mercé (La)

C'est la fête de la sainte patronne de la ville dont vous trouverez la basilique près du port. Elle est célébrée au mois de septembre, pendant une semaine, autour du 24. Des spectacles sont proposés un peu partout dans la ville : de la danse, du cirque, des concours de cerfs-volants sur la plage, des défilés de grosses têtes et de dragons, un meeting aérien, des concours de tours humaines (castells), des concours de feux d'artifice de toute beauté, des concerts et un correfoc d'enfer pour terminer. Elle coïncide avec le festival BAM (Barcelona Acció Musical), qui réunit d'excellents groupes nationaux et internationaux. Si vous pouvez venir à cette époque de l'année, vous ne le regretterez pas.

Miró

Il vit ses plus jeunes années à Barcelone dans le Barri Gòtic. Comme Picasso, il suit les cours de l'Escola de Belles Arts de la Llotja. Après des débuts difficiles, il se fait remarquer lors d'une exposition en 1925. Le chef-d'oeuvre de cette période réaliste est La Masía. C'est pendant la Seconde Guerre mondiale que les thèmes définitifs de Miró émergent : les femmes, les oiseaux, les étoiles et une sorte de réseau entre tous ces niveaux du cosmos. La Fundació Joan Miró à Montjuïc possède la plus vaste collection au monde consacrée à l'artiste.

Modernismo

L'Art nouveau est un mouvement culturel ayant vu le jour en Occident à la fin du XIXe siècle et au début du XXe qui se décline sous le nom de modernisme, modern style, Liberty, etc., selon les pays. Le modernisme catalan est le plus riche et le plus populaire. De nombreux bâtiments modernistes sont inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. Les caractéristiques de ce style architectural sont la décoration florale, l'utilisation de lignes courbes, de lumière, de matériaux basiques comme la brique. Sur la route du modernisme barcelonais, vous trouverez notamment le Palau de la Música Catalana, chef-d'oeuvre inscrit au patrimoine de l'Unesco.

Picasso

Il est né à Málaga, en Andalousie, en 1881, mais sa famille s'installe à Barcelone en 1895. Il voyage en Catalogne et s'installe dans le Barri Gòtic. Il déménage en France en 1900, mais son oeuvre reste à jamais marquée par l'Espagne. Le musée Picasso expose 3 500 de ses oeuvres (en particulier des oeuvres de jeunesse et une variation sur les Ménines).

Ramblas (las)

L'un des endroits incontournables et emblématiques de la ville. Las Ramblas (en castillan), ce sont en fait sept ramblas, sept tronçons d'une même artère dont le premier part de la plaça Catalunya et le dernier descend jusqu'au port. Au départ des Ramblas, se trouve la fontaine de Canaletes. La légende raconte que si vous buvez une gorgée de son eau, vous reviendrez à Barcelone. Ensuite, viennent la Rambla dels Estudis, la Rambla de Sant Josep, la Rambla de les Flors, la Rambla dels Caputxins, la Rambla de Santa Mónica et la Rambla del Mar. Le mot rambla vient de la langue arabe et signifie " torrent " ou " lit de la rivière ". Ne confondez pas Las Ramblas/la Rambla avec la Rambla de Catalunya (artère commerçante plus " chic " que cette avenue touristique et populaire).

La construction des Ramblas commence au XVe siècle, mais c'est surtout à partir du XVIIIe siècle qu'elle se poursuit et leur donne leur tracé actuel. La Rambla possède une allée centrale qui permet de se promener tranquillement et une voie de circulation de chaque côté pour les déplacements motorisés. Dans sa partie piétonne, c'est un véritable théâtre à ciel ouvert. Vous y trouverez d'innombrables kiosques à journaux, des marchands d'oiseaux, de fleurs, des artistes en tout genre : peintres, caricaturistes, artisans, musiciens et danseurs, ainsi que les fameuses statues vivantes. A la hauteur de la bouche de métro Liceu, vous remarquerez, au sol, la mosaïque figurant la rose des vents dessinée par Miró.

Renaixença

Le XIXe siècle a été une période clé pour le renouveau catalan. La montée de la bourgeoisie industrielle et commerçante et l'émergence des idées romantiques vont donner naissance à la Renaixença, la Renaissance catalane. En 1833, la diffusion de Oda a la Pàtria, du poète Bonaventura Carles Aribau, marque le début de la Renaixença. Favorisé par le nouvel élan économique en Catalogne, ce mouvement culturel et politique s'appuie sur le catalanisme comme revendication d'une identité propre. A la fin du XIXe siècle, issu directement de ce mouvement, naît le modernisme, courant qui possède ses grands noms et ses oeuvres clés dans la ville de Barcelone. Le Palau de la Musica Catalana (l'une des plus éblouissantes salles de concert au monde) de Lluis Domènech i Montaner en est un des exemples emblématiques.

Rumba catalana

La rumba catalana puise ses racines dans différents berceaux culturels. Tout d'abord le flamenco, dont les premières références littéraires apparaissent au XVIIIe siècle : ses origines sont arabes, juives et castillanes avec des influences du peuple gitan, qui arrive sur la péninsule ibérique au XVe siècle en fuyant les persécutions des émigrants venus du nord de l'Inde. A tout cela, il faut ajouter la forte influence de la musique traditionnelle des indigènes et des esclaves noirs américains, rapportée par les Espagnols lors de la conquête de nouveaux territoires et qui, au retour, passeront par les Caraïbes et incorporeront d'autres éléments au flamenco, alors en constante évolution.

A Barcelone, au XIXe siècle, les soldats et les colons qui reviennent de Cuba sont des émigrants andalous. Ils s'installent principalement dans le quartier de Gràcia et les Carrer de la Cera et Hostafrancs. Ils fréquentent des salles où jouent des orchestres cubains et vont synthétiser les basses rythmiques afro-cubaines avec les intonations et l'harmonie du flamenco ; le résultat de cette " alchimie musicale " est la rumba catalana.

La rumba connaît ses heures de gloire avec des génies du genre, comme Gato Pérez (argentin) et Mario Mayito Fernandez (cubain), qui l'enrichiront considérablement. Dans les années 1980, la rumba n'est plus à la mode et devra attendre les Jeux olympiques pour retrouver sa superbe.

Sagrada Família

En 1883, en reprenant le projet néogothique de Francesc de Villar, Gaudí voulait construire une " cathédrale du XXe siècle " en prenant l'exubérance de la nature pour modèle. Cet édifice, qui est comme une seconde cathédrale pour la ville, forme une masse d'une dimension rare. Avec un plan en croix latine, elle se distingue par ses tours d'une hauteur de près de 100 m qui apportent à l'ensemble un caractère très spectaculaire. Cet édifice est un symbole fort de Barcelone. Gaudí y a consacré sa vie : il y a vécu 16 ans presque comme un reclus et son corps repose aujourd'hui dans la crypte. Elle est ouverte au culte depuis 2008, même si les travaux sont loin d'être terminés (on estime que sa construction pourrait s'achever en 2026).

Sant Jordi (saint Georges)

Patron de la Catalogne. Ce militaire romain et chrétien est martyrisé par l'empereur romain Dioclétien en l'an 303, car il refuse d'adorer l'empereur et reste fidèle au Christ. La légende veut qu'il ait délivré un village catalan (Montblanc) d'un terrible dragon : le village, pour se protéger des attaques du dragon, offrait régulièrement à l'horrible bête l'un des siens, jusqu'au jour où le tirage au sort a désigné la fille du roi. Sant Jordi accourt alors au secours de la demoiselle, l'emporte sur son cheval blanc et tue le méchant dragon cracheur de feu, dont le sang jaillit sous forme de roses... En l'an 1456, le 23 avril a été déclaré jour de la Sant Jordi et jour de fête à Barcelone. Le 23 avril étant également le jour de la mort de Cervantès, on célèbre aussi la fête du Livre. La fusion de ces deux événements donne lieu à la fête de la Rose et du Livre, célébrée tous les ans en Catalogne : les dames et les demoiselles reçoivent des roses, tandis que les messieurs se voient offrir un livre. A la fin du XIXe siècle, la Sant Jordi se convertit en symbole catalaniste. La lutte contre le dragon pour libérer la princesse devient une allégorie de la lutte de la Catalogne pour sa liberté.

Sardane

C'est la danse " folklorique " catalane. Tradition barcelonaise, chaque dimanche midi sur la place de la cathédrale, des rondes spontanées se forment, mêlant des danseurs de tous âges qui évoluent au son d'orchestres traditionnels. Chacun peut s'intégrer dans la ronde, c'est bon enfant, sans prétention et cela met de bonne humeur. D'ailleurs, elle avait été interdite par le général Franco...

Tibidabo

A 532 m d'altitude, le Tibidabo offre une vue panoramique sur Barcelone. Entourée par la forêt de Collserola, la colline propose un mélange des genres avec la présence du temple expiatoire du Sagrat Cor, la tour des télécommunications dessinée par Norman Foster et un parc d'attractions centenaire qui continue d'attirer les foules malgré son aspect quelque peu désuet. Très belle vue sur Barcelone néanmoins, soit au soleil couchant, pour un apéritif sur la terrasse du très chic hôtel La Florida avec sa piscine en longueur, soit de nuit, un verre à la main dans l'un des bars-discothèques (Mirablau).

Trencadís

Cette technique de décoration des surfaces a été très utilisée par les architectes du modernisme. Les tessons de céramique vernissée sont assemblés en mosaïques exubérantes pour décorer les surfaces extérieures des édifices, des murs, des toitures, tout comme les surfaces intérieures. De nombreux exemples de trencadís se rencontrent dans les oeuvres de Gaudí, en particulier au parc Güell.

Vanguardia (La)

Ce quotidien barcelonais fait figure de vétéran dans le jeune paysage de la presse espagnole, dont la majorité des titres a disparu des kiosques pendant la période franquiste. Né en 1881, le journal a traversé, bon an mal an, toutes les tempêtes politiques et sociales de l'Espagne depuis plus d'un siècle. Avec plus de 200 000 exemplaires vendus quotidiennement, La Vanguardia (L'Avant-Garde) conserve sa place de leader en Catalogne en diffusant ses idées catalanistes de centre. Depuis 2011, La Vanguardia joue la carte du bilinguisme et publie chaque jour deux éditions identiques quant au contenu, en castillan et en catalan.

Vermut

Depuis la fin du XIXe siècle, les Catalans consomment le vermouth à l'heure de l'apéritif, devenu par extension l'hora del vermut. Sa production se concentre principalement autour de Reus (province de Tarragone), connue comme la " capitale " espagnole du vermouth. Redevenu tendance depuis quelques années, le vermouth a d'abord séduit les Barcelonais, avant de conquérir le reste de l'Espagne. Outre les traditionnelles bodegas, de nombreuses vermuterias ont vu le jour à Barcelone, où le vermut se déguste accompagné d'anchois, d'olives, de chips, etc. Un rituel à tester de préférence le dimanche, aux alentours de midi !

Adresses Futées de BARCELONE

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
xiti
Avis