Terre encore miraculeusement épargnée par le grand afflux touristique que connaît le reste de l'Espagne, elle cultive une tradition profondément maritime assortie, à l'intérieur des terres, de vieilles coutumes rurales : c'est la Bretagne des pêcheurs sans retour, l'Irlande des bocages vallonnés et humides, le folklore accompagné du son de la gaïta, une sorte de cornemuse, le biniou galicien. Les visiteurs ne résisteront pas à cette bouffée d'air sauvage, rural et pur, symbole d'une Espagne méconnue et authentique.

L'équipe de rédaction

Les lieux incontournables de Galice

Organiser son voyage en Galice

Photos de Galice

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

Découvrir Galice

Survol de la côte nord espagnole

Géographie

Située au sud-ouest de l'Europe, l'Espagne occupe la majeure partie de la péninsule Ibérique. Bordée au nord-est par la chaîne des Pyrénées et la France, à l'est et au sud-est par la mer Méditerranée, au sud-ouest, au nord-ouest et au nord par l'océan Atlantique, et à l'ouest par le Portugal, l'Espagne, à la pointe ouest de l'Europe, est déjà presque africaine : 14 km seulement séparent les deux continents du détroit de Gibraltar. A l'intersection de l'Europe et de l'Afrique, l'Espagne est donc diverse et variée, riche de ce double héritage.

Structure et relief

Dans le nord-ouest de l'Espagne, la Galice étend ses horizons sauvages et capricieux, entaillés de rías à l'embouchure des fleuves. Depuis les Pics d'Europe jusqu'à la sierra de los Ancares, à la limite avec la Galice, une chaîne de montagnes de 300 km traverse la région des Asturies. Le long de la côte atlantique, après les Asturies, une grande chaîne montagneuse traverse la Cantabrie, prolongée par les Pyrénées à l'est. Voisin de la Cantabrie, le Pays Basque est composé des trois provinces : Guipúzcoa, Biscaye (Vizcaya) et Alava. Tandis que les paysages de Guipúzcoa et de Biscaye sont formés de montagnes bordées par un littoral abrupt, couvert de plages de sable fin d'un doré pâle, la province d'Alava est une région plate, occupée dans le sud par une grande étendue de vignobles. A l'est se trouve la Navarre, accrochée aux Pyrénées. Au sud de Pampelune, capitale de la Navarre, le paysage change et l'on quitte rapidement les montagnes pour entrer dans les immenses plaines si caractéristiques du centre de l'Espagne. La population change aussi, plus proche de sa voisine du sud, la Castille, que des Basques du nord.

Climat

Considéré dans son ensemble, le climat espagnol est caractérisé par une sécheresse estivale marquée, des températures hivernales douces, des ciels généralement lumineux et un taux d'ensoleillement élevé (le soleil brille près de 2 800 heures dans l'année). Cette image très appréciée et valorisée par les offices du tourisme ne rend cependant pas compte de la réalité du pays et de la spécificité climatique du nord de l'Espagne. Le niveau des précipitations est un critère déterminant et permet de distinguer du reste du pays, l'Espagne du Nord, étendue le long de la façade atlantique, de la Galice aux Pyrénées.

Dans cette bande soumise aux influences océaniques, il tombe au moins 600 mm d'eau par an. A l'extrême nord-ouest, Saint-Jacques-de-Compostelle enregistre 1 650 mm et 176 jours de pluie par an. La Corogne connaît des moyennes de 10 °C en janvier et de 19 °C en août : c'est la plus faible amplitude thermique du pays. Dans ces régions à la végétation abondante, la couleur dominante est le vert.

Hydrographie

Seuls les fleuves et rivières qui débouchent sur l'Atlantique échappent à l'aridité et à la forte évaporation caractéristique des cours d'eau espagnols. L'Ebre, naissant aux abords des côtes atlantiques, en Cantabrie, forme un delta sur la Méditerranée, à 910 km de sa source, près de Tortosa.

Autre caractéristique espagnole : les lacs, très nombreux sur tout le territoire. On en recense près de 1 700. Beaucoup se trouvent dans les Pyrénées, où ils ont surtout une origine glaciaire, mais il existe aussi des lacs artificiels, appelés pantanos, utilisés pour produire de l'énergie électrique et pour réguler l'eau de l'irrigation.

Environnement et écologie

En Espagne, il n'est pas rare de voir des gens jeter des objets encombrants dans la rue ou de constater que des fêtards ont laissé sur le sable d'une magnifique crique bouteilles vides et emballages plastiques. Autant d'exemples qui laissent à penser que la population espagnole n'a pas encore pris conscience des enjeux écologiques.

Plus inquiétant encore, certaines entreprises continuent de polluer en toute impunité. Cependant il serait injuste de condamner l'ensemble de la population en raison de l'incivilité de certains. En effet, la catastrophe du Prestige, en novembre 2002, entre autres, a éduqué bon nombre de consciences en un temps record. Pour preuve, les habitants des côtes cantabriques et galiciennes, lourdement touchées par la marée noire, redoublent de soins : plus un seul papier, plus une seule bouteille plastique ne vient souiller la plage... Autre site touché, le parc national des Iles atlantiques fait l'objet d'une attention particulière de la part des unités de conservation de la région, mais aussi du ministère de l'Environnement, un ministère longtemps jugé secondaire et qui s'est révélé primordial après les deux marées noires successives.

Parcs nationaux

L'Espagne est l'un des pays les plus riches de l'Europe écologique. Pour préserver son patrimoine naturel, constitué aussi bien de forêts et de montagnes que de désert et de marais, il a fallu organiser des unités de conservation, actuellement distribuées entre parcs nationaux (les plus grands) et parcs naturels (les plus nombreux). Les premières initiatives écologiques remontent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avec le parc de Covadonga (Asturies). Un parc national doit occuper une surface suffisamment vaste pour nécessiter une gestion au niveau national. Il doit, en outre, présenter un grand intérêt biologique pour justifier de sa préservation. L'Espagne abrite sept parcs péninsulaires et cinq parcs insulaires. La région de la côte nord espagnole abrite le plus ancien parc national du pays, datant de 1918, qui a englobé Covadonga. Au coeur de la chaîne des Picos de Europa, c'est l'un des plus fréquentés. Essentiellement montagneux (certains pics dépassent 2 400 m), ce parc couvre également, sur près de 17 000 hectares, quelques vallées et les lacs El Enoi et La Ercina, d'où il tire sa grande richesse biologique. Chamois, chats sauvages, aigles et, selon la période, ours bruns peuplent ce domaine, appelé également le parc national des Pics d'Europe.

Les autres espaces protégés

Outre les parcs nationaux, l'Espagne compte 109 sites naturels protégés, gérés par les régions, alors qu'en 1976 elle n'en comptait qu'un seul. La fin du franquisme a marqué le début d'un vaste programme de protection du patrimoine naturel.

Le régime espagnol se distingue du système français par la diversité des termes employés. Les appellations, très précises, brouillent les pistes ; aussi on ne dénombre pas moins de sept catégories d'espaces protégés depuis la loi sur l'environnement de 1989 : monuments naturels, parcs régionaux, parcs naturels, réserves naturelles, réserves naturelles concertées, parcs périurbains, sites naturels.

La Galice abrite quatre espaces protégés, dont le plus caractéristique du relief montagneux propre à la région est celui du Monte de Alhoya. De petite taille (434 hectares), il se distingue surtout par son intérêt archéologique.

Dans les Asturies, la réserve nationale de Somiedo est recouverte de bois qui s'étendent sur quatre vallées (Saliencia, Lago, Somiedo et Pigüeña). Ecosystème typique de la cordillère Cantabrique, c'est le dernier refuge des ours de la péninsule Ibérique.

La Cantabrie compte cinq parcs naturels et une réserve naturelle. Le plus singulier est celui de Saja-Besaya, où le fleuve Saja prend sa source.

Le Pays Basque comprend à lui seul neuf parcs naturels, cinq biotopes protégés. La plus intéressante réserve de la biosphère est celle d'Urdaibai, qui combine municipalités et espaces sauvages.

Faune et flore

La flore et la faune du nord de l'Espagne, région verte et arrosée, varient selon les écosystèmes locaux. De nombreuses espèces endémiques sont protégées. Poissons et crustacés abondent sur toute la côte, comme le cormoran, le goéland et la mouette.

Le domaine alpin, quant à lui, est le repaire de l'aigle royal, de l'isard cantabrique, des vautours, du grand tétras, de l'ours brun, du loup et des cervidés, espèces préservées par la loi. La loutre, le martin-pêcheur, le saumon et la truite peuplent les rivières.

Au nord, le chêne atlantique, auquel succède le hêtre en altitude, constitue, avec la lande à genêts, la végétation de base de l'Espagne septentrionale. On trouve également le pin et l'eucalyptus sur la côte.

Avis