Versicolore désert aux heures indolentes du jour, puissance bleutée de la nuit trouée par Vesper, la caravane file dans l'étuve géante, elle caracole décidément. L'Arabie des mille et un clichés serait à portée d'objectifs. Oui mais ces dunes, cette voûte, cet équipage en marche, sont-ils comme nous les attendions ou sont-ce des mirages ? Aux Emirats arabes unis, des émirs arabes se sont unis, il y a quarante ans, pour inventer un pays moderne, et leur souci premier d'alors n'est pas le pittoresque. D'abord construire la Nation : avec les fils des marins sindbadiens de la côte " indienne " de Fujaïrah, ceux-là qui s'amusent le vendredi des combats de zébus ; avec les enfants du " sommet de la tente " de Ras al-Khaïmah et ceux de Sharjah l'Orientale, les Qawassim lettrés et pieux, d'anciens pirates assagis ; avec les architectes navals d'Ajman, rois du boutre effilé ; avec le peuple des cités perdues d'Umm al-Quwaïn et leur mystérieux culte du dugong barbarouffeur ; avec Dubaï la Délurée, une sorte de " persitude " postmoderne ; et bien sûr les gens de Dhabi, autant dire les patrons du pétrole, fantastiquement riches, paradoxalement les plus raisonnables, des Suisses ou tout comme, désormais tentés par les énergies nouvelles, le design provocateur, la création muséographique.

Des villes high-tech à deux heures du " Quart Vide " - désert des déserts -, l'entre-deux-Mers d'une péninsule cuivrée, la fraîcheur des palmeraies et des sources, la fièvre architecturale, un passionnant laboratoire politique, cette folle et élégante bichromie du costume blanc de Monsieur et du noir de Madame dans l'immarcescible lumière d'un âge d'or naissant sous le soleil et les diodes, nous y sommes ! Hier " Grande barrière des perles ", " Côte des pirates ", " Etats de la Trêve ", ces Emirats jouent l'identité et l'altérité en mêlée ouverte sur un terrain de traditions religieuses non négociables, la main tendue vers l'ailleurs, la zen attitude en diète quotidienne : à vol de grand cormoran de l'Arabie saoudite, de l'Iran, de la Somalie et du Pakistan, l'audace et l'enjeu nous saisissent au pied du parasol, un cocktail à la main. Et doublant la méharée sur fond de dunes éternelles, non moins majestueuse, c'est une procession rutilante de Mustang, Murcielago, Cayenne, Phantom, Vogue, California, Virage et autre Panamera, projectiles qui tracent le contour et les ambitions de ce nouveau monde créé sur le très ancien.

L'équipe de rédaction

Remerciements : Aux compagnons du voyage, de près ou de loin, Christophe Tourenq, Mouza al-Yammahi, Patrick Antaki, Antoine Sfeir, Laurent Gillard, Antoine Gründ, Aaesha al-Shamsi, Ludovic Baudry, Catherine Menet, Marie-Christine de Warenghien, Ahmed el-Cheikh, Zaki Nusseibeh, Gasparine Garrigues, Dominique Chevallier-Wixler, Sheikha Mahra Khalid al-Qassimi, Jean-Yves Grand, Alain Azouaou, Radia Garrigues, Elisabeth Atzinger, Olivier Louis, Claire Bertolotti, Valérie Amy, Victor Cassé, Inès Zahouani, Elke Menz, Karim Mekachera, Julien Coron, Teddy Gillot, Laurent Rigaud, Sophie Rostang, Rocio Jolivet, Céline Gallina, Tristan Deloménie, Shamia Mouratsing, Peter Kollar, Jaber Ahmed, Ronan Kermoal, Karim Rusdhy, Julie Leblic, Chris Chellapermal, et à Aimé, celui qui vient.

Les lieux incontournables des Émirats arabes unis

Organiser son voyage dans les Émirats arabes unis

Les circuits touristiques dans les Émirats arabes unis

Photos des Émirats arabes unis

Découvrir les Émirats arabes unis

Les plus de la destination

Le sport en toute saison (ou presque !)

Neuf mois sur douze pour prendre l'air, du climat tempéré au très chaud. Puis quatre mois d'été caniculaire plus propices au jogging dans les malls climatisés ! Les Emirats que vous allez explorer possèdent près de 800 km de façade maritime, de lagunes en cuvettes salines, de plages en criques. On plonge, on golfe, on marche, on nage. Vous disposez de quelques jours ? Parcourez le désert à dos de dromadaire et approchez les oryx, filez à 240 km/h en Ferrari sur rail ou survolez les dunes orangées en montgolfière, longez d'immenses îles artificielles en bateau rapide et grimpez au sommet du monde à Burj Khalifa, observez le coucher de soleil sur la mangrove de Khor Kalba et fumez le narguilé après un soin thermal à Ras al-Khaïma, dégustez le mérou local sur une plage d'Aqah puis partez explorer le parc national du Wadi Wurayah. Et si vous assistiez à un spectacle taurin sur la corniche de Fujaïrah ?

Une fédération au rendez-vous de la modernité

Bien sûr, ne vous attendez pas à plonger dans un marché de carte postale, sentant les épices et le cuir de chameau ! Ici, les centres commerciaux ont poussé bien vite, investissant ce désert qui jamais n'eut à connaître les grands marchés et les caravansérails. Serions-nous déjà dans l'après-pétrole ? Abu Dhabi, dont les propriétaires sont les Terriens les plus riches, semble vouloir inventer chaque jour un futur plus lointain, un développement tourné vers les projets culturels et de divertissement qui permet la floraison des buildings, des campus et bientôt des musées de rang international, sans pour autant perdre de vue les fondamentaux inscrits dans un passé millénaire. Une modernité s'invente, qui sait ce qu'elle doit aux pêcheurs de perles et aux palmeraies agricoles. Dubai, de son côté, recompose chaque jour son propre portrait, de lifting routier en tours " botoxées ". Sous un soleil à grosse canine, ou dans cette brume beige qui tombe du ciel et paraît peindre le paysage à la terracotta, ici, en ces jardins près de la Creek, nous respirons cette ville à nulle autre pareille.

Des palmeraies au creux du désert

Vrais bonus de la destination, ces palmeraies qui réservent des heures douces face au désert ou aux reliefs minéraux, du côté d'Al-Aïn, de Liwa, de Hatta, de Khor Fakkan - occasion d'admirer de nombreux fortins restaurés - et ces mangroves riches d'oiseaux, comme à Umm al-Quwaïn, Ras al- Khaïmah ou Sir Bani Yas. La nature, dans la lumière en fusion, paraît absente pour ne se révéler qu'ensuite, lorsque l'oeil s'est habitué.

Le paradis du shopping

Chanel, Dior, YSL, Cartier, Vuitton... les marques les plus prestigieuses semblent avoir pris rendez-vous aux Emirats, terre d'élection des cartes Gold. La plupart des enseignes européennes possèdent une ou plusieurs boutiques, de même que les grands noms de l'informatique ou encore de la décoration ! Quelque soixante malls - ces centres commerciaux couverts - rivalisent d'ingéniosité pour attirer les clients qui s'y promènent dans des cadres étonnants et y disposent de services hors pair (nombreux bars et restaurants, garderie et espaces de jeux pour les enfants, centres culturels, parcs d'attractions, etc.). Pour la variété des marques et des enseignes, Dubaï affiche la médaille d'argent mondiale, juste derrière Londres.

La sécurité, la stabilité et un cosmopolitisme pacificateur

Les Emirats arabes unis constituent un havre de sécurité. On peut s'y balader en toute tranquillité sans surveiller son sac ou craindre pour son véhicule. La délinquance y est inexistante ou très marginale, et les vols à la tire ou dans les établissements hôteliers rarissimes. Il faudra simplement rester vigilant au volant, les conducteurs de ces énormes 4x4 ayant tendance à jouer du champignon. Sur le plan religieux, le gouvernement condamne ostensiblement l'intégrisme et accepte les différences cultuelles. Les enfants sont accueillis avec bonheur et peuvent déambuler avec leurs parents sans craindre pour leur santé. L'hygiène est très bonne, il n'y a pas ou peu d'insectes et aucun vaccin n'est requis pour le visiteur.

Reportages & actualités des Émirats arabes unis

Avis