Guide de l'Équateur : L’Équateur en 20 mots-clés

Faire – Ne pas faire

Faire

Se montrer courtois, tout comme les Equatoriens, et saluer les personnes présentes en entrant dans un lieu. Vous nouerez ainsi facilement contact avec une population qui sera ravie de vous conseiller.

Prendre garde à ses affaires ! Sur les marchés et dans les bus (de nuit particulièrement), ne laissez pas vos affaires sans surveillance. Gardez toujours vos sacs sur vous. Les pickpockets sont nombreux et très rusés, sans compter que les " gringos " sont les meilleures proies.

Offrir un prix correct pour tout achat et/ou service rendu. Notre pouvoir d'achat étant très élevé, notamment dans la sierra ou en Amazonie, c'est l'occasion de se montrer généreux à peu de frais.

Respecter l'environnement, éviter de faire trop de bruit dans les réserves et parcs naturels, et ne pas jeter vos déchets par terre. Faites preuve de bon sens et de savoir-vivre, en somme.

Avoir toujours de l'argent sur soi. Il peut arriver de faire des kilomètres sans croiser un distributeur de billets (notamment aux Galapagos), faites bien attention et soyez prévoyants.

Essayer de communiquer en espagnol, ne serait-ce que quelques mots. Bien que l'anglais y soit de plus en plus répandu (surtout sur les îles Galápagos du fait de l'invasion des touristes nord-américains), il s'agit d'une forme de politesse et le meilleur moyen de montrer que vous faites l'effort. Cela rendra votre séjour bien plus simple.

Apporter des vêtements pour toutes les saisons, s'il peut faire très chaud sur la côte, humide en Amazonie, il peut faire très froid dans les Andes, Quito étant la deuxième capitale la plus haute du monde !

N'hésitez pas à demander votre chemin, les Equatoriens seront ravis de vous indiquer et de vous expliquer.

Ne pas faire

Boire l'eau du robinet. Préférez l'eau de source, on trouve facilement des bouteilles d'eau de source ou d'eau purifiée.

Photographier les gens du pays. Vous les verrez souvent refuser de se faire prendre en photo ou se cacher le visage quand vous pointerez votre objectif, par pudeur et par croyance ancestrale, mais aussi parce que des hordes de touristes n'assistent au marché que pour les "  mitrailler  " avec leurs appareils... Alors respectez leur volonté. Si vous êtes vraiment désireux de prendre une personne en photo, demandez-lui au préalable avec un grand sourire en prime ; avec un peu de chance, elle acceptera.

S'aventurer seul sur les sentiers inconnus. Prenez un guide, vous verrez certainement plus de choses et serez en sécurité. Vous verrez que certaines zones l'exigent d'ailleurs.

Cueillir des fleurs ou plantes en Amazonie et dans les Galápagos. D'une part, on risque de mauvaises surprises (insectes, sucs plus ou moins vénéneux), mais c'est surtout interdit ! N'oubliez pas que la plupart de ces espèces sont protégées (et/ou en voie de disparition).

Amazonie
Traversée du Río Napo.
Traversée du Río Napo.

L'Amazonie occupe près de la moitié du territoire équatorien (48%). Ces terres majestueuses où vivent une faune et une flore incroyables fascinent depuis toujours les plus curieux. Ouverte depuis déjà plusieurs années à une forme de tourisme contrôlé, l'Amazonie est sujette à de nombreuses contreverses. Sollicitées pour son pétrole ou encore sa forêt, les terres sont aujourd'hui en danger et de nombreuses espèces y sont considérées comme menacées également. On recommande dans le guide quelques bonnes adresses pour pouvoir y accéder dans le plus grand respect de la nature.

Banane

La banane est LE fruit incontournable en Equateur, et l'un des éléments de base du régime alimentaire de la population locale. Le pays en produit près de 7 millions de tonnes par an, ce qui représente environ 18 % de l'ensemble de ses exportations. Bananes desserts (sucrées) ou bananes à cuire comme la plantain, chifles (chips de bananes), patacones (rondelles de bananes frites), bolón de verde (" boule " à base de banane plaintain verte et fourrée avec du fromage frais et de la viande), bananes frites... Ici, le bolón de verde est servi avec une tasse de café ; les chifles, en entrée ou souvent avec un ceviche ; les patacones, en accompagnement d'un déjeuner ou almuerzo (avec un morceau de viande ou de poisson, du riz et de la salade).

Buen Vivir

Depuis 2008, l'Economie Sociale et Solidaire est inscrite dans la Constitution. En termes de chiffres, il faut savoir que plus de 50% des salariés du pays sont issus de cette économie, ce qui correspond à 30% du PIB. On peut traduire cette expression par " vie bonne " ou " bien vivre " ; le Buen vivir est un principe central de la vision du monde des peuples originaires de la région andine et amazonienne, pour un développement centré sur le bien-être et le respect du milieu naturel. Cette véritable philosophie et vision de la vie, vise en fait le vivre ensemble dans la diversité, en harmonie avec la mère nature.

Camionnette

La camionnette est le moyen de locomotion préféré des Equatoriens. La grande majorité des fermiers ont leur camionnette personnelle. Il n'existe pas de voyage en Equateur sans un trajet à l'arrière de ces picks-up. En échange de quelques pièces, on monte à l'arrière. C'est d'ailleurs parfois le seul et unique moyen de transport pour se rendre d'un village à un autre ou là où les bus ne vont pas. Elles vous emmèneront partout !

Chocolat

On parle souvent de l'Equateur comme le pays meilleur producteur de cacao. En effet, depuis plusieurs années ce dernier reçoit les plus grands prix au monde et les médias n'ont de cesse de relayer son nom. En 2014, le magazine américain Forbes nommait le chocolat Kallari, deuxième meilleur dans le monde ! On reconnaît ce chocolat grâce à ses notes florales. Si c'est la communauté indigène de Santa Rita, dans l'Amazonie équatorienne, qui cultive le cacao depuis des siècles, les fèves, elles, proviennent de la province de Napo (région sud-Est de l'Amazonie équatorienne). Le cacao est le sixième produit d'exportation hors pétrole du pays après les bananes, les crevettes, le poisson en conserve, les fleurs et des produits miniers. Une dégustation de chocolat relève d'une expérience immanquable et unique d'un voyage en Equateur.

Danse

Si vous voulez avoir du succès auprès du peuple équatorien, il est bon de savoir danser ; non pas le rock'n'roll, que nul ne connaît en Equateur, mais plutôt la salsa, le merengue, la cumbia et les vallenatos colombiens. Ici, c'est bien simple, tout le monde danse ! L'Equateur vit en musique, et n'importe quelle fête (religieuse, de famille, anniversaire, naissance), ou événement populaire (fête du village, réunion, etc.) est prétexte à se déhancher jusqu'au petit matin. Du jeudi au samedi, les discothèques et les bars dansants ne désemplissent pas. On danse exclusivement en couple car il est mal vu pour une femme d'aller danser seule sur la piste. Mais de toutes façons mesdemoiselles, n'ayez aucun souci à vous faire, vous ne resterez pas longtemps sans cavalier...

Diversité

L'Equateur est le plus petit pays andin mais offre une telle diversité de paysages qu'il ne laisse personne indifférent. De l'Amazonie à la côte pacifique en passant par les Andes et les Galápagos, les paysages sont riches et variés, les cultures sont différentes tout comme les hommes. C'est pour ça qu'on aime l'Equateur. Entre plage de sable blanc et montagne, le pays présente une richesse incontestable et un véritable condensé de ce que peut offrir l'Amérique du Sud en général. Vous vous en rendez compte assez rapidement, les Equatoriens sont d'ailleurs fiers de leur terre et de la richesse de leur patrimoine naturel.

Galápagos
À quelques mètres sous l'eau, il n'est pas rare de croiser le chemin d'imposants requins.
À quelques mètres sous l'eau, il n'est pas rare de croiser le chemin d'imposants requins.

Situé à moins de 1 000 km à l'ouest des côtes équatoriennes, l'archipel des Galápagos (composé de 19 îles et d'une trentaine d'îlots) fait beaucoup parler de lui de par sa flore et sa faune incroyables. De par son climat et sa situation géographique, l'archipel abrite près de 60 espèces d'oiseaux dont 28 sont endémiques ! Les Galápagos sont le foyer de nombreux iguanes, d'otaries, de requins (marteaux mais aussi les requins d'Equateur), de nombreuse tortues. Le parc national Galápagos est relativement bien protégé, grâce au réglement instauré par le parc national et mis en oeuvre par la Société Darwin et les guides biologistes. C'est certain, un séjour aux Galápagos est coûteux mais ô combien unique et inoubliable pour ceux qui s'y rendent.

Indigène

Alors que ce terme peut avoir une connotation péjorative aux yeux des Européens, en Equateur, on parle communément des indigènes - et non des indiens - pour faire référence aux peuples ancestraux. Le pays compte seize nationalités indigènes distinctes. Chacune d'entre elles - dont les plus connues sont les Quechuas (de l'Oriente et de la Sierra), les Shuar, les Záparo, les Siona, les Secoya, les Huaorani, les Cofán, les Awa, les Negro-afroéquatorianos, les Colorados (ou Tsáchila) - possède sa propre langue et ses propres traditions et coutumes. A seulement deux heures de route de Quito, se trouve la ville d'Otavalo, célèbre pour son marché artisanal coloré qui fait le bonheur des touristes. Le savoir-faire des Otavaleños (peuple quechua) est réputé et reconnu au-delà des frontières du pays puisqu'ils vendent leurs objets (sacs, sculptures, bijoux, tableaux...) et leurs vêtements dans le monde entier.

Latitude 0°

Vous voici au milieu du monde ! L'Equateur est cette ligne imaginaire marquant la séparation entre l'hémisphère nord et l'hémisphère sud. Si l'Equateur traverse principalement les océans, il traverse l'Equateur à plusieurs endroits. Du volcan Cayambe (point le plus haut), à l'île d'Isabella aux Galápagos, il traverse ausssi le coeur de la région Amazonienne à Cuyabeno. Et comme dans les différents endroits du monde traversés par cette ligne imaginaire, l'Equateur a érigé un monument en son honneur à 20 km au nord de Quito, où l'on a estimé son passage. Ce monument est appelé " Mitad del Mundo " et attire nombre de touristes du monde entier venus prendre la photo symbole d'un séjour en Equateur.

Lions de mer et Otaries
Otarie rêvant aux riches fonds marins des Galápagos.
Otarie rêvant aux riches fonds marins des Galápagos.

Il y en a partout aux Galápagos. Ces deux espèces qui se distinguent par leur pelage, viennent soit du nord (lion de mer), soit du sud (otarie), et sont toutes les deux endémiques. Ils peuvent plonger jusqu'à 70 mètres et sont très peu peureux. Vous aurez le plaisir de nager avec eux.

Marché

Un voyage en Equateur se doit d'être agrémenté par une visite au marché. Il y en a partout, tous les jours de la semaine, à chaque jour un endroit différent et principalement dans les villes et villages situés le long des Andes. Du plus célèbre des marchés d'Amérique du Sud à Otavalo, au grand marché à bestiaux du jeudi matin à Saquisili, il y a de quoi faire. Les petits artisans, producteurs et agriculteurs s'installent sur les places et animent pour le plus grand plaisir des locaux qui y ont un rendez-vous hebdomadaire, mais aussi des touristes. Quel spectacle ! On aime y déambuler, admirer ce brouhaha, s'arrêter pour déguster une spécialité pendant ces matinées colorées à l'ambiance unique.

Nature

Amis de mère nature, voici une destination pour vous. En effet, ce petit pays par la taille présente une très grande biodiversité. En quelques jours, vous pourrez grimper les plus hauts volcans du monde, nager avec des dauphins, approcher (sans toucher !) de nombreuses espèces endémiques aux Galápagos, véritable laboratoire naturel, admirer les baleines à l'Isla de la Plata, côtoyer plusieurs espèces de singes en Amazonie, séjourner dans un des écolodges des réserves et vivre ne serait-ce que quelques jours coupé du reste du monde. Concernant l'avifaune, le pays n'est pas en reste. Selon les dernières tendances, 15 % des oiseaux du monde séjournent ou transitent sur un territoire grand comme la moitié de la France. De quoi rendre fou de joie n'importe quel ornithophile ! Bref, l'Equateur vous surprendra par la richesse de son patrimoine naturel réparti sur l'ensemble du territoire.

Panamá

Exporté depuis 150 ans, le chapeau Panamá a fait le tour du monde sous cette appellation. Il est pourtant bel et bien équatorien. Pendant la construction du canal de Panamá, des ouvriers du monde entier acquièrent les chapeaux de paille équatoriens pour se protéger du soleil. Le Panamá est baptisé ainsi malgré son origine équatorienne. En 1906, Théodore Roosevelt porte ce chapeau lors de sa visite aux chantiers du canal et contribue à populariser le " Panamá Hat " (chapeau Panamá), traditionnellement appelé " sombrero de paja toquilla " (chapeau de paille). Ce chapeau est confectionné, selon une méthode de tissage particulière avec les fibres d'un palmier caractéristique de la côte, à Cuenca ou à Montechristi. Depuis décembre 2012, il est inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO.

Pétrole

Découvert en Amazonie en 1970, il a révolutionné l'économie du pays, transformant l'Equateur en second pays exportateur d'Amérique latine derrière le Venezuela. De nombreuses compagnies étrangères, notamment américaines sont présentes dans le pays pour l'extraction comme pour la commercialisation, et l'on peut observer notamment dans l'Oriente, les pipelines le long des routes, ou passant même dans les villages. Les réserves commencent toutefois à s'épuiser. Depuis 2013, l'Equateur fait partie des plus grands exportateurs de pétrole envers la Chine. Il exporte 80% de sa production au pays du soleil levant. Les réserves de pétrole se trouvant essentiellement en Oriente, sous la forêt amazonienne et particulièrement à Yasuni dans la zone sud du pays. Aujourd'hui le pays fait face à un réel dilemme : la protection de ce riche patrimoine (biodiversité et population) ou l'accès à l'or noir pour effacer sa dette ?

Plages

Les plages équatoriennes sont longues, de sable gris, souvent peu propices à la baignade en raison de forts courants marins et de gros rouleaux, bref on est loin des plages de rêve du Pacifique. Les stations les plus prisées sont Montañita (spot de surf incontournable !), Puerto Lopez, Canoa, Mompiche, Súa et Atacames. Les plus belles plages de sable blanc se trouvent dans le parc national Machalilla, près de Puerto López (plage de Los Frailes, Tortuguita et Playita). Les Equatoriens s'y rendent pendant leurs vacances. Quant aux plages des Galápagos, c'est simple, ce sont les plus belles !

Quinoa

Cultivée depuis plus de 5 000 ans, c'est la plante sacrée des Incas, qui la surnommaient " chisiya mama " ou " mère de tous les grains " en quechua. Cette céréale très digeste possède un grand pouvoir nutritif : sans gluten, pauvre en lipides, riche en fer et en protéines. Au moment de la conquête, les Espagnols, soucieux d'imposer leur culture, la remplacèrent par le blé et l'orge. Amère, il faut bien la laver avant d'en faire une soupe roborative. Aujourd'hui, elle est aussi consommée sous forme de céréale au petit déjeuner. On trouve cette plante dans la Sierra, notamment dans les parcs et réserves écologiques ; en Europe, on la trouve dans les rayons diététiques des supermarchés.

Tourisme communautaire

L'Equateur est certainement l'un des pays où le tourisme dit " solidaire " est le plus développé. Dans chaque région, que ce soit dans les Andes, l'Oriente ou sur la côte, il est possible de séjourner avec les premiers natifs, dans une famille ou dans des logements sommaires construits à l'attention des touristes. Cette autre forme de tourisme permet de se familiariser avec leurs habitudes et leurs coutumes et de mieux comprendre leur quotidien, tout en sachant que les revenus générés seront directement reversés à la communauté et serviront à financer différents types de projets (construction d'école, de dispensaire, d'habitations, etc.).

Tremblements de terre

Situé sur la célèbre couronne de feu du Pacifique, l'Equateur est un pays en proie aux tremblements de terre. Dans le passé, certains ont été particulièrement ravageurs, détruisant des villes et des villages entiers. En 1981, un tremblement de terre (terremoto en espagnol) suivi d'un raz-de-marée (maremoto) a entraîné la mort de milliers de personnes sur la côte nord de l'Equateur, près de San Lorenzo et jusqu'en Colombie. De nombreuses plages bordées de cocotiers ont disparu à jamais.

Le dernier grand épisode sismique qu'a connu le pays s'est déroulé en 2016. Un séisme d'une magnitude de 7,8 s'est fait ressentir le 16 avril 2016, dans la ville de Muisne. Un séisme si puissant qu'il affecte la zone côtière et plus particulièrement les provinces de Manabí et Esmeraldas. Les villes de Portoviejo, Manta, Jama, Canoa, Montecristi, Bahía ont été particulièrement affectées. Le 10 juillet, deux nouvelles secousses d'une magnitude de 6,2 et 5,9, ont à nouveau frappé la région, fragilisant toujours plus les édifices. Jusqu'en 2017, certaines secousses pouvaient encore être ressenties par les habitants de la côte. Lorsqu'il s'agit de ces petites secousses, ce qui est le plus souvent le cas, les Equatoriens parlent de temblor. En Equateur, les tremblements de terre ont soit une origine volcanique, soit tectonique, la plaque du Pacifique s'enfonçant sous la cordillère des Andes. Par ailleurs, chaque année, pendant la saison des pluies, les éboulements (derrumbes) ou glissements de terrain (deslaves) provoquent des pertes humaines et d'importants dégâts matériels.

Volcans
Vue sur le Chimborazo, qui culmine à plus de 6 268 mètres d'altitude.
Vue sur le Chimborazo, qui culmine à plus de 6 268 mètres d'altitude.

L'Equateur compte plus d'une quarantaine de volcans répartis le long de la cordillère des Andes, la route qui relie les villes de Quito et Riobamba étant communément appelée " l'allée des volcans ". Dépassant souvent les 5 000 m, ces colosses - dont le Chimborazo est le plus haut, à 6 310 m - sculptent le paysage et offrent, par la même occasion, de superbes possibilités de trekking. Plusieurs d'entre eux comme le Reventador et le Tungurahua sont extrêmement actifs et connaissent des éruptions fréquentes pouvant être dévastatrices. Localisé dans la cordillère royale de l'Equateur, à 140 km de Quito, le Tungurahua (5 016 m d'altitude) est d'ailleurs surnommé " Gorge de feu ". En mai 2016, le volcan a connu un regain d'activité éruptive impressionnant. En août 2015, c'était le Cotopaxi qui se réveillait. Alors qu'il a connu sa dernière et plus importante éruption en 1877, dévastant ainsi plusieurs localités, il fait à nouveau parler de lui après un lourd sommeil de 138 ans.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement AirBnB
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Organiser son voyage en Équateur

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de l'Équateur

Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end de prestige pour 2 personnes au Château de la Dauphine !

Une escapade romantique en Gironde, au Château de la Dauphine .