La Corée du Nord est certainement le pays le plus fermé du monde et le dernier des bastions du totalitarisme communiste. Cette relique anachronique de la guerre froide survit désormais difficilement, quasi délaissée par ses anciens alliés chinois et russes. Son idéologie dominante, le juche, ou autosuffisance, façonnée par le leader mythique Kim Il-sung décédé en 1994, semble plutôt un échec, au vu de l'état désastreux de l'économie. De récentes catastrophes naturelles en série (inondations, choléra...) ont plongé le pays dans une misère et une famine sans précédent. Les nombreuses aides internationales, venues principalement de Chine, et même du Sud, se sont montrées insuffisantes, et les défections se sont accélérées. On a assisté à de nombreux mouvements de population, beaucoup essayant de fuir vers la Chine, et les premiers boat-people nord-coréens ont fait leur apparition en Corée du Sud il y a peu. Le régime reste cependant en place, et Kim Jong-il, le fils et héritier désigné du Grand Leader, occupa le poste suprême pendant près de deux décennies. Sa mort en décembre 2011 a une nouvelle fois justifié un espoir de changement, mais l'intronisation au pouvoir de son fils cadet, Kim Jong-un, troisième dirigeant d'un régime dont le pouvoir est fortement associé au clan Kim, a confirmé le caractère statique du régime, en dépit de quelques timides réformes soutenues par Jang Song-taek, oncle du jeune Kim et véritable régent (exécuté en 2013). En Corée du Nord, les années passent et le clan Kim reste solidement installé au pouvoir... le tout sur fond de menace nucléaire, avec six essais à ce jour, le dernier en septembre 2017.

Quelques négociations bilatérales, les premières depuis 1994, ont vu le jour depuis l'arrivée au pouvoir des démocrates en Corée du Sud en 1998. Kim Dae-jung était très engagé dans le processus de réunification avec sa sunshine policy. On a ainsi pu assister à deux sommets intercoréens en 2000 et 2007 durant lesquels le président sud-coréen et son successeur Roh Moo-hyun rendirent visite à leur homologue du Nord à Pyongyang, deux visites historiques. Suite à l'épisode réussi des JO d'hiver organisés en Corée du Sud en février 2018, un véritable processus de rapprochement entre les deux Corées s'est amorcé. En avril 2018, un sommet historique entre les deux pays a abouti à une déclaration commune s'engageant à une dénucléarisation complète de la péninsule et à la fin de toute activité hostile. Kim Jong-un devrait aussi accueillir à Pyongyang son homologue du Sud et rencontrer le président américain au cours de l'automne 2018.

Tous les pays européens, sauf la France, ont reconnu diplomatiquement la Corée du Nord suite aux premiers efforts de dialogue. On peut dès lors se poser la question essentielle : doit-on voyager en Corée du Nord ? Dans les conditions actuelles, l'argent du tourisme ne profite...

Les lieux incontournables de Corée du Nord

Photos de Corée du Nord

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

Ailleurs sur le web
xiti
Avis