Dix ans après, la Mauritanie accueille à nouveau à bras ouverts les touristes avides d'immensités sahariennes et d'héritages millénaires. Les autorités ont fait le nécessaire pour sécuriser le pays et les diplomaties occidentales ne déconseillent plus de s'y rendre, hormis dans quelques zones frontalières éloignées des centres touristiques. C'est donc avec joie que les guides, chameliers, cuisiniers, hôteliers, restaurateurs et leurs familles accueillent aujourd'hui ceux qui trépignaient d'impatience de revoir le Sahara authentique. Située entre le Sénégal et le Sahara occidental revendiqué par le Maroc, la Mauritanie est un trait d'union entre le Maghreb et l'Afrique noire. Ce melting-pot a donné lieu à une exceptionnelle diversité, notamment sur les plans humain et culturel, et qui n'empêche pas le pays de revendiquer sa propre identité. La Mauritanie dispose d'autres atouts dans son jeu. Ses panoramas d'abord, allant des majestueuses dunes de l'erg Ouarâne aux centaines de kilomètres de plages désertes sur sa façade atlantique, en passant par les imposants massifs tabulaires des régions de l'Adrar et du Tagant. La reconnaissance de son riche passé culturel, ensuite, que les villes de Chinguetti, Ouadâne, Oualâta et Tichit ont obtenue par leur inscription au patrimoine mondial de l'Unesco. Le parc national du banc d'Arguin, également inscrit au patrimoine mondial, et le parc national du Diawling, au potentiel prometteur, comptent parmi les incontournables. Un grand nombre de sites préhistoriques truffés de peintures rupestres et de vestiges archéologiques sont encore inconnus ou méconnus. Enfin, la Mauritanie n'a jamais connu de véritable tourisme de masse, avec ses inévitables excès. Le meilleur pour la fin : la gentillesse, l'hospitalité, la convivialité et pour tout dire l'humanisme des Mauritaniens constituent à nos yeux leur carte maîtresse, l'as de coeur. A bientôt au pays des sages, Inch'Allah !

 

Remerciements : à l'équipe de rédaction précédente, à Sylvain Philip, de Détours Mauritanie et fidèle disciple de Théodore Monod, au guide Sid Ahmed Elmah, et à tous les Mauritaniens qui ont participé avec enthousiasme à cette nouvelle édition.

Les lieux incontournables de Mauritanie

Comment partir en Mauritanie ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage en Mauritanie

Les circuits touristiques en Mauritanie

Le grand tour du Nord

Un grand tour sur les routes pour découvrir la Mauritanie. Ce circuit peut être fait en une, ou deux semaines si vous souhaitez prendre votre temps et rester plus de temps dans chaque localité.Attenti...

Envie d'un voyage sur mesure ?

Nous vous mettons en relation
avec l'agence locale
spécialiste de votre destination !

Le grand tour du Sud

Chaque voyageur, selon ses propres centres d'intérêt, consacrera à la visite des étapes le temps qu'il jugera utile. De plus, sur certains tronçons de la route de l'Espoir, les travaux de réfection de...

Photos de Mauritanie

Découvrir la Mauritanie

Les plus de la Mauritanie

Une destination authentique

La fréquentation touristique n'a jamais été suffisamment forte pour fausser les rencontres avec la population. En Mauritanie, une invitation à boire le thé, à manger, voire à dormir n'est pas motivée par une quelconque volonté de vendre quelque chose par la suite, comme on le voit, hélas, trop fréquemment dans certains pays. Cette rencontre est voulue par les Mauritaniens, tout simplement, pour le plaisir de discuter avec des personnes d'une autre culture, dans le but d'avoir un échange culturel. Cette pratique est tout à fait compréhensible venant d'un peuple qui, il n'y a pas si longtemps, était nomade et donc ouvert aux rencontres. Impossible toutefois, dans les circonstances actuelles, de souhaiter que les choses restent telles qu'elles sont...

Depuis l'assassinat de 4 ressortissants français à Aleg fin 2007, les chiffres relatifs à la fréquentation ont périclité, entraînant la mise en péril de tout le secteur touristique et des milliers de personnes qui en vivent. Combien de Mauritaniens ont quitté leur village natal depuis l'indépendance, fuyant les sécheresses à répétition et la misère pour venir grossir les villes à la recherche d'un emploi ? Et combien d'entre eux ont finalement pu rentrer chez eux sous l'impulsion du développement touristique en 1997, retrouvant leurs racines et un revenu décent pour devenir aubergistes, guides, chameliers, cuisiniers ? Après cette parenthèse de dix ans, gageons que la réouverture du pays soit durable. C'est l'occasion pour le visiteur d'aller à la rencontre des Mauritaniens, d'apprécier leur accueil, d'écouter leurs captivantes histoires.

Une immense richesse culturelle

Le classement au patrimoine mondial de l'humanité des quatre villes de Chinguetti, Oualâta, Ouadâne et Tichit démontre l'étendue de la richesse culturelle de la Mauritanie. Ces villes rayonnaient sur l'ensemble du monde musulman par l'extraordinaire diversité des matières qui y étaient enseignées. Considérées comme des étapes incontournables à l'époque du commerce transsaharien entre le nord et le sud du pays, elles servaient même de point de départ, notamment Chinguetti, pour se rendre au pèlerinage de La Mecque. Actuellement, les manuscrits de certaines bibliothèques recèlent des trésors et sont régulièrement consultés par des scientifiques du monde entier. Malheureusement, si les habitants de ces villes ont toujours su remarquablement préserver leurs manuscrits des outrages du temps, notamment grâce au climat chaud et sec de la région, il est à noter que si beaucoup de promesses ont été données en vue de réaliser un archivage moderne de ces trésors, peu d'actes sont venus les concrétiser.

Un littoral préservé

Le parc national du banc d'Arguin, lui aussi classé au patrimoine mondial de l'humanité, occupe environ 180 km du littoral pour une surface totale, parties maritime et terrestre confondues, d'environ 12 000 km². Longtemps oublié, le parc national du Diawling présente également une faune et une flore des plus riches. Leur protection est essentielle pour que perdure le fragile équilibre mis en place, permettant ainsi que de nombreux oiseaux et poissons se reproduisent dans ces étonnants écosystèmes. Le reste du littoral, entre Nouamghar et Saint-Louis du Sénégal, est une immense plage de sable de plusieurs centaines de kilomètres, vierge de toute infrastructure. Si la tentation est forte de s'y prélasser pour faire bronzette, il est fortement recommandé d'être extrêmement prudent avant de s'y baigner. A quelques dizaines de mètres du rivage, une " barre " risque fort de jouer de très vilains tours si on la franchit, même en étant excellent nageur. Il vaut donc mieux rester à proximité du rivage. En revanche, pour la baignade, la baie de Nouadhibou est un endroit exceptionnel, pour peu qu'on évite le cimetière des bateaux. Au bout de la presqu'île du cap Blanc, là où la plage cède la place aux falaises, la baignade est également possible en direction de Nouadhibou et vous aurez peut-être la " chance " de nager en compagnie d'un phoque moine de 300 kg !

Un désert d'exception

Les paysages rencontrés rassemblent à peu près toutes les facettes du désert, les grands massifs dunaires, bien sûr, mais aussi les regs caillouteux et les plateaux tabulaires de l'Adrar. Ici, vous pourrez contempler la vie des habitants du désert pratiquement à l'état brut, avec ses habitants voilés de chèches bleus ou noirs, ses marchés, le chant des muezzins et partout le sable et la poussière. Les chèches sont en vente un peu partout, ils seront très utiles pour se protéger, notamment si le vent souffle dans le désert. Que serait un désert sans oasis ? En Mauritanie, elles sont assez nombreuses à l'est et au nord du pays. A l'origine, l'oasis est une formation végétale spontanée, blottie au creux d'un oued. De nombreuses oasis suivent ainsi les anciens cours d'eau. Leur mince ligne de végétation verdoyante offre un contraste saisissant avec l'espace nu qui semble s'étendre à l'infini.

Ailleurs sur le web
Avis