Avec le Belize et le Guatemala au nord, le Salvador et le Nicaragua au sud, ce petit pays d'Amérique centrale qu'est le Honduras est une véritable petite perle pour qui cherche le dépaysement. Entre jungle tropicale peuplée d'une faune singulière et littoraux caribéens de sable blanc somptueux truffés de spots de plongée parmi les plus courus du monde, la terre des peuples lenca et maya, groupes ethniques mésoaméricains ici présents depuis l'époque précolombienne, abrite également quelques sensationnels vestiges architecturaux et archéologiques, avec les sites de Copán et des îles de Roatán en tête. Le guide touristique du Honduras propose quelques pistes pour explorer cette destination singulière qui ne cesse de séduire de nouveaux voyageurs, notamment attirés par l'écotourisme, et qui développe, lentement mais sûrement, de nouvelles infrastructures hôtelières. Entre rencontres humaines, sites naturels exceptionnels, patrimoine maya, culture du cigare et élaboration de l'un des meilleurs rhums du globe, le Honduras compte parmi ces régions du monde où l'aventure est encore permise.

Les lieux incontournables du Honduras

Quand partir au Honduras ?

Quand partir au Honduras ? Ce petit pays d'Amérique centrale enregistre le plus grand nombre d'entrées sur son territoire à l'occasion des grandes vacances d'été en Europe, c'est-à-dire en juillet et en août, mais également lors des fêtes de Noël et en janvier et février, qui sont les mois de vacances scolaires et universitaires. Il faut dire que la meilleure période pour partir au Honduras correspond à la saison sèche qui s'étend de novembre à avril. Le climat est alors très agréable, voire très chaud côté Pacifique ! La période de la Semana Santa (semaine qui précède le week-end de Pâques) est un moment de forte fréquentation touristique et, comme en janvier-février, les tarifs hôteliers augmentent. De mai à octobre, la saison des pluies n'est pas forcément à éviter non plus, les averses ne durant en général pas plus de quelques heures, mis à part peut-être de mi-septembre à fin octobre (les pluies sont alors abondantes). En définitive, à la question de quand partir au Honduras, il n'y a pas de mauvaise réponse.

Comment partir au Honduras ? Nos conseils & astuces

Peu fréquenté par les voyageurs jusqu'à il y a peu, le Honduras s'ouvre de plus en plus au tourisme. On trouvera donc quelques agences, généralement habituées à travailler en même temps avec le Nicaragua et le Salvador (et l'Amérique centrale dans son ensemble), proposant des séjours organisés incluant à la fois vol, logement et accès aux principaux points d'intérêt touristique.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Pour se rendre au Honduras par ses propres moyens, il suffit de se munir d'un billet d'avion (d'environ 700 à 900 € l'aller-retour depuis l'Europe) et de prévoir un peu à l'avance le circuit que vous désirez suivre, de façon à réserver les logements et tickets d'entrée pour les attractions touristiques souhaitées. Côté sécurité, le Honduras n'a pas bonne réputation et pourtant est de plus en plus sûr. Évitez de circuler à pied seul la nuit dans la capitale et tout ira bien.

Si vous disposez de peu de temps, les vols intérieurs ne sont pas très chers, les routes San Pedro Sula/Tegucigalpa ou Tegucigalpa/La Ceiba étant assez populaires. L'avion est aussi un excellent moyen pour rejoindre les îles de la Baie ou La Moskitia. On pourra aussi emprunter le bus, à préférer à l'automobile de location, et dans les villes, le taxi constitue un moyen de locomotion peu cher et sûr. Les cyclistes pourront également se faire plaisir sur les routes peu fréquentées du Honduras.

Organiser son voyage au Honduras

Les circuits touristiques au Honduras

Pour une belle introduction au Honduras

Cette courte durée est suffisante pour vivre les principales expériences que propose le Honduras. Retourner dans le passé en se promenant dans l'un des sites mayas les plus connus du monde, nager dans...

Envie d'un voyage sur mesure ?

Nous vous mettons en relation
avec l'agence locale
spécialiste de votre destination !

Un tour complet du Honduras

Cette période convient mieux pour s'imprégner de toutes les facettes du Honduras : océan sauvage, héritage archéologique maya, mer paradisiaque, nature exubérante. Ce séjour débute à Tegucigalpa, la c...

Photos du Honduras

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

Découvrir Honduras

Les plus du Nicaragua, du Honduras et du Salvador

<p>Copán Ruinas.</p>

Copán Ruinas.

Une histoire très dense

La position privilégiée de l'isthme, sur la route commerciale du nord et du sud, et la fertilité des terres volcaniques ont depuis longtemps favorisé l'émergence de peuples s'adonnant à la microculture de subsistance ou au commerce régional. L'Amérique centrale est l'antique terre des Mayas (dont on retrouve les traces et vestiges au Salvador et au Honduras), l'une des plus grandes civilisations de l'humanité, des Miskitos caribéens (Honduras et Nicaragua), des Garifunas antillais (Honduras) et d'une mosaïque d'ethnies d'origine maya, mexicaine ou colombienne. Les traditions indigènes ont été plus ou moins anéanties par les conquérants espagnols, mais subsistent des vestiges et un artisanat authentique ; quant aux Espagnols, ils ont laissé un patrimoine colonial urbain de toute beauté. Plus récemment, les guerres civiles et les dictatures ont donné à ces régions un caractère à la confluence des influences nord-américaines et latines. Aujourd'hui, les trois pays sont résolumment tournés vers l'avenir, les cicatrices des guerres sont pansées et un soin particulier est donné pour faire des faiblesses passées de vrais atouts et attraits touristiques.

Une nature privilégiée

Sur les trois pays - Salvador, Honduras et Nicaragua - qui font partie de ce sous-continent reliant l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, la végétation évoque tantôt la précordillère des Andes ou les jungles de l'Amazonie, tantôt les montagnes arides du Mexique ou des États-Unis. Une chose est sûre : le spectacle de la nature est un enchantement pour le voyageur ainsi qu'une bonne occasion de se livrer à des activités favorisées par les rivières, les parcs naturels, les lacs, les montagnes et les mangroves. Le Honduras dispose peut-être du potentiel le plus important pour figurer parmi les destinations écotouristiques, tandis que le Nicaragua fascine pour ses grands espaces vierges et ses innombrables possibilités d'aventure. Le Salvador, avec ses 25 volcans, est le territoire avec le plus grand nombre de montagnes volcaniques sur un tout petit territoire. Il offre au visiteur une occasion de figurer parmi les pionniers du tourisme international !

Des plages uniques et préservées

L'isthme a le privilège de se faufiler entre deux mers : l'océan Pacifique et la mer des Caraïbes. Les surfeurs célèbrent les eaux furieuses du premier, les estivants vantent la douceur (et la chaleur !) de la seconde. Il y en a pour tous les goûts : on peut s'adonner au kayak à travers de superbes mangroves riches en avifaune, à la plongée dans des eaux cristallines ou tout simplement à la bronzette sur des plages encore vierges, pour la plupart, de toute construction humaine. Depuis une vingtaine d'années, on sait que la région dispose d'un important potentiel balnéaire : autant le découvrir avant que d'autres ne le fassent et ne modifient radicalement un paysage encore sauvage et authentique.

Une population hospitalière et attachante

Une histoire pour le moins complexe et malheureuse a forgé des visages burinés et des esprits fatalistes de ces trois pays dont les habitants ont un vrai sens de l'hospitalité ! Il ne faut toutefois pas oublier l'extrême pauvreté de ces populations qui ne leur donne pas toujours envie de rire à la vie. Et pourtant, on sourit bel et bien. Hormis dans quelques lieux bien touristiques, un étranger est partout l'objet d'une attention bienveillante, et il y aura toujours quelqu'un pour engager la conversation avec vous et s'émerveiller à la pensée que votre pays se trouve de l'autre côté des océans, là-bas, tout là-bas. Les bonnes âmes peuvent venir au chevet de cette région soumise depuis des siècles au jeu mondial du pouvoir capitaliste et de sa contrepartie : les révolutions. Les projets de développement durable ne manquent pas, les ONG abondent... Une expérience fascinante au contact de peuples avides de vivre et d'être heureux.

Ailleurs sur le web
Avis