La Suisse est un pays aux mille facettes. Du nord au sud, montagnes, lacs et rivières forment des paysages variés d'une beauté naturelle incomparable. Cet éclectisme se retrouve aussi dans la culture du pays. Au total, quatre langues sont officielles en Suisse : l'allemand, l'italien, le romanche et le français. Si, en tant que francophone, vous n'aurez aucun mal à communiquer en Suisse romande, sachez toutefois que certains termes et expressions typiquement suisses pourraient vous déstabiliser ! Nous en avons sélectionné quinze. 

 

Consultez aussi notre article sur les expressions québécoises et les expressions belges.

©

Le natel

Si un Suisse vous dit qu'il a perdu son natel, il se peut que vous ayez un peu de mal à comprendre ! Ne cherchez plus, il ne retrouve plus son téléphone portable ! Natel est en fait la contraction de Nationales Autotelefonnetz, un réseau de téléphonie mobile initialement créé pour les véhicules. Vous pourrez aussi entendre ce terme dans la principauté du Liechtenstein. Grâce à cet article, vous n'aurez aucun doute lorsque l'on vous demandera votre numéro de natel en Suisse ! 

©

Ça joue ? 

Voilà l'une des expressions favorites des Suisses ! Polysémique, elle est utilisée si bien dans le sens de « ça va ? » que de « ça marche ! » ou bien « ça ne te dérange pas ? » voire « ça se goupille parfaitement bien ! ». C'est donc une expression bien utile que vous entendrez dans toute la Suisse romande. Il vous suffira de comprendre le sens selon le discours de votre interlocuteur ! Et vous verrez, vous l'adopterez vous aussi bien vite. Ça joue ? 

©

Le cheni

« Va ranger ton cheni ! » « Cette chambre est en cheni ! » Si vous êtes francs-comtois, vous comprendrez tout de suite de quoi parle votre ami Suisse. Sinon, cela s'avère plus compliqué. Le cheni est, si bien en Suisse qu'en Franche-Comté, le « bazar », le « désordre ». À savoir aussi : en règle générale, le cheni a le sens de « poussière », « saleté », on parlera par exemple de « pelle à cheni » pour ramasser les balayures. 

©

Être sur le balan

Anciennement, le balan était la balançoire. Être sur le balan, en Suisse, signifie donc « hésiter », « être dans une position instable », « douter ». Si vous êtes indécis entre une raclette ou un rösti pour le dîner, c'est donc l'expression idéale ! 

©

Faire le bobet

En Suisse, si quelqu'un vous reproche de faire le bobet ou la bobette, sachez qu'il vous pense niais, idiot, benêt ! Ce terme a franchi les frontières helvètes puisque vous pourrez aussi l'entendre en Savoie. Attention toutefois, si vous vous rendez au Québec, sachez que le sens de "bobette" est tout autre : il s'agit de la petite culotte ou du slip ! 

©

Faire la pote 

Si un Suisse vous « fait la pote », ne pensez pas qu'il veut être votre ami. Au contraire, vous l'avez probablement déçu et il est en train de bouder ! Cette expression qui s'emploie aussi en Lorraine signifie, en effet, « faire la tête ». La pote désignerait une grosse lèvre pendante, cela traduit donc à merveille le visage ou plutôt la grimace de celui qui a décidé de bouder ! Un Suisse pourra aussi vous dire qu'il est « grinche » soit « grincheux », de « mauvaise humeur ».  

©

Faire un clopet

Juste après le déjeuner, votre ami suisse vous annonce qu'il va faire un clopet. Non, il ne s'agit pas d'un sport typiquement suisse, c'est plutôt une activité internationale ! En effet, faire un clopet signifie faire la sieste et c'est particulièrement recommandé après avoir dégusté les spécialités suisses ! 

©

Se réduire

Durant une soirée, en Suisse, vous entendrez peut-être vos invités vous dire qu'ils vont se réduire. Mais que peuvent-ils bien vouloir faire ? Ils vont tout simplement rentrer chez eux, aller se coucher ! Utilisé de façon transitive, le verbe "réduire" a aussi, en Suisse, le sens de ranger, mettre de l'ordre, faire le ménage. Ainsi, on dira : "j'ai réduit ma chambre car elle était en cheni !" Vous suivez ? Un peu de concentration, il n'est pas encore l'heure de se réduire ! 

©

Coûter le lard du chat 

Si en France on évoque souvent les yeux de la tête, voire le bras, pour imager une dépense excessive, en Suisse on parle du lard du chat. Mais d'où vient cette expression ? Il semblerait qu'elle remonte à l'époque où les chats domestiques étaient principalement utilisés pour chasser les souris et n'étaient donc pas nourris par leurs maîtres. Il était donc très rare de voir un chat gras et cette singularité lui accordait une grande valeur. 

©

La panosse

Si un Suisse vous dit qu'il vient de passer la panosse, sa maison est probablement propre comme un sou neuf ! La panosse, en Suisse, est la serpillière (même si ce terme est aussi fréquemment utilisé). Il n'y a pas qu'en Suisse que le terme "serpillière" a un synonyme. On utilisera ainsi le mot "wassingue" dans le nord de la France (vous pouvez consulter notre article concernant les expressions typiques du nord) ou bien "toile" en Normandie. 

©

Un cornet 

Si lors de votre passage en caisse en Suisse romande on vous propose un cornet, ce n'est pas une glace que l'on vous donnera mais bel et bien un sac plastique pour transporter vos courses ! L'appellation du sac est différente selon l'aire francophone où vous vous trouvez. Ainsi, dans le sud-ouest de la France, on le nommera "poche" et en Belgique "sachet", par exemple. 

©

Adieu 

Vous venez de rencontrer votre ami suisse et celui-ci emploie le terme "adieu !" pour vous saluer. Ne partez pas tout de suite, en Suisse, spécifiquement à Genève, "adieu" peut être utilisé pour dire bonjour mais aussi au revoir ! Et si vous remerciez un Suisse, il ne vous répondra pas "de rien" mais plutôt "service !" Bien sûr tout ceci n'est valable qu'en Suisse romande... Pour les autres cantons, il vous faudra saluer vos amis en italien ou en allemand !

©

Les vacances de patates

Et si nous adoptions cette expression en France, qu'en pensez-vous ? Les vacances de patates sont, dans les cantons suisses de Genève, Vaud, Fribourg et du Valais, les vacances d'octobre ! L'expression remonte à l'époque où les enfants aidaient les parents à ramasser les pommes de terre dans les champs durant leurs vacances d'automne. Aujourd'hui on récolte les pommes de terre un peu plus tôt dans l'année mais l'expression est bel et bien restée. 

©

Être chargé pour Soleure / Être sur Soleure

Difficile de comprendre cette expression si l'on ne connaît pas l'histoire suisse ! Si votre ami vous dit qu'il est sur Soleure et qu'il va se réduire, comprenez qu'il a un peu trop bu et qu'il va se coucher ! Soleure est une ville suisse où arrivaient les bateaux chargés de vin. Durant le trajet, il n'était pas rare que les bateliers goûtent l'alcool qu'ils transportaient et arrivent ainsi à Soleure en état d'ébriété !

©

Le glinglin

Rien à voir avec la Saint Glinglin ! En Suisse, mais aussi en Savoie et en Franche-Comté de manière un peu moins fréquente, les enfants utilisent le terme "glinglin" pour désigner l'auriculaire, le fameux petit doigt comme il est aussi nommé.  

©