Guide du Congo Brazzaville : Les personnalités célèbres : Congo Brazzaville

Abd al-Malik

Né Régis Fayette-Mikano à Paris le 14 mars 1975, Abd al-Malik est le fils d'un diplomate congolais qui séjourne à Brazzaville entre 1977 et 1981 avant de revenir en France, à Strasbourg, où il poursuit ses études. S'ensuit un cursus de lettres classiques et philosophie. Leader du groupe de rap NAP, il choisit son nom de scène en référence à son propre nom de naissance. Son prénom Régis vient de " roi " en latin, or en arabe " roi " se dit malik. Il puise son inspiration dans l'islam soufi auquel il s'est converti. Parolier talentueux, le slameur est un des tenants d'un hip-hop intellectuel, débarrassé de ses clichés. Auteur de cinq albums solo, dont le dernier Scarifications a été produit par Laurent Garnier, Abd al-Malik a également écrit un essai paru en 2004, Qu'Allah bénisse la France, dans lequel il défend un islam tolérant et réfléchi. En 2008, il est décoré chevalier des Arts et des Lettres. En 2013, il se frotte à la fiction dans son roman L'Islam au secours de la République.

Grégoire

Ce Congolais qui fit la une de National Geographic n'est autre qu'un... chimpanzé. Résident depuis sa naissance en 1944 du zoo de Brazzaville, il passa plus de quarante ans isolé dans une cage. Au cours de la guerre civile de 1997, alors que les animaux du zoo étaient décimés par une population affamée, il fut sauvé par l'institut Jane Goodall qui le transporta en hélicoptère jusqu'au sanctuaire de Tchimpounga, près de Pointe-Noire. Il y vécut là de dernières années paisibles et s'éteignit en 2008, à 64 ans, comme le plus vieux chimpanzé (captif) du monde.

Alain Mabanckou

Ecrivain congolais né à Pointe-Noire en 1966. Après un premier cycle d'études en droit privé, il s'envole boursier pour la France à l'âge de 22 ans. Après avoir obtenu un DEA, il travaille dans le groupe Suez-Lyonnaise des Eaux et se consacre de plus en plus à l'écriture avec la parution en 1998 de son premier roman Bleu-Blanc-Rouge qui lui vaut le Grand Prix littéraire de l'Afrique noire. Eminemment doué, le succès ne le quitte plus : Verre cassé sera un succès critique et commercial, puis Mémoires de porc-épic voit sa consécration avec l'obtention en 2006 du très prestigieux prix Renaudot. Black Bazar en 2009, confessions aussi burlesques que pathétiques d'un sapeur congolais à Paris, confirme son statut d'écrivain à succès, et est ensuite transposé au théâtre. Ecrivain en résidence en France en 2002, il part ensuite enseigner la littérature aux Etats-Unis pendant trois ans avant d'être nommé, par l'université de Californie à Los Angeles (UCLA), professeur titulaire de littérature francophone en 2007. En 2013, paraît Lumières de Pointe-Noire, un récit autobiographique à part dans l'oeuvre du romancier.

Passi

Né en 1972, l'enfance de Passi s'est déroulée entre la ville d'origine de ses parents à Dolisie et Brazzaville. Sixième d'une famille de sept enfants, Passi arrive en France à l'âge de 7 ans, en 1979, à Sarcelles. Il passe le bac, entame des études d'agronomie, mais le basket et le rap sont son chemin de vie. Révélé au sein du Ministère A.M.E.R. au côté de Stomy Bugsy, Passi a ensuite entamé une carrière solo très vite couronnée de succès avec son album Les Tentations qui devient disque d'or en trois semaines. C'est en 2004 avec Odyssée que Passi finit sa " trilogie " (comprenant Les Tentations, Génèse et Odyssée). En 2005, il sort Paris on fire sur les émeutes d'octobre 2005. En 2007 paraît un nouvel album solo intitulé Evolution. Entre temps, Passi est devenu un modèle au Congo, leader du collectif Bisso na bisso depuis sa création en 1998. Reçu comme un chef d'Etat, il évite intelligemment une trop évidente instrumentalisation, touché par la réalité d'un pays qui a beaucoup souffert, il donne les fonds pour la construction d'un terrain de basket et d'un studio d'enregistrement à Brazzaville. Silencieux depuis 2007, il revient en 2013 avec Ère d'Afrique, un opus tourné vers le continent.

Sony Labou Tansi

De son vrai nom Marcel Sony, le jeune écrivain né en 1947 choisit son pseudonyme en hommage à l'auteur congolais Tchicaya U Tam'si. Il se fait connaître dès son premier roman La Vie et demi, qu'il place dans un pays imaginaire, la Katamalanasie, pour sa satyre féroce des dictatures africaines construites sur la terreur et le culte de la personnalité. Ce thème ne quittera pas ses écrits, romans, poèmes comme pièces de théâtre. Des rumeurs persistantes soutiennent que des " nègres " appliquaient un lifting aux oeuvres de l'écrivain afin qu'elles satisfassent aux goûts des lecteurs occidentaux. Dénonciateur de la Françafrique, il se rapproche de la politique et est élu en 1992 député de Makélékélé, au sein du parti de Bernard Kolélas. Emporté par le sida en 1995, à 47 ans, il a donné son nom à un prix littéraire décerné chaque année à une pièce de théâtre francophone.

Jean-Léonard Touadi

Journaliste, docteur puis enseignant en philosophie et en sciences politiques, catholique convaincu, Jean-Léonard Touadi est homme politique italien né en 1959 au Congo-Brazzaville. Membre du parti l'Italie des Valeurs, il fut élu député en avril 2008, devenant l'un des premiers parlementaires italien de couleur, luttant contre le racisme en Italie allant jusqu'à poser nu dans une campagne choc. Battu aux élections suivantes par un autre Italien d'origine congolaise, mais " d'en face ", il enseigne à l'Université de Rome et se positionne toujours pour la défense de l'immigration.

Jo-Wilfried Tsonga

Né au Mans d'un père congolais et d'une mère française, le cas Tsonga agite la blogosphère congolaise : doit-on le considérer comme français ou comme congolais ? La tentation est grande de voir en lui un frère tant son parcours sportif au cours de ces deux dernières années a été exceptionnel. C'est à l'Open d'Australie en 2008 que Tsonga explose en éliminant Andy Murray, Richard Gasquet, Mikhaïl Youzhny, corrigeant Rafael Nadal en demi-finale pour finalement s'incliner en finale contre Novak Djokovic en quatre sets. La presse mondiale est sous le charme de son charisme et du physique qui rappelle un certain Muhammad Ali. Devenu star du tennis, au capital de sympathie aussi foudroyant que ses services, il remporte le Masters de Paris-Bercy, rentre dans le Top Ten et atteint son meilleur classement, 5e mondial en février 2012. Son service, l'un des plus puissants du circuit, et son jeu très offensif et spectaculaire en font l'un des chouchous du public.

Abbé Fulbert Youlou

Né en 1917 dans le Pool, il est ordonné prêtre à 29 ans et cherche tout de suite des responsabilités politiques à Brazzaville. Pris en flagrant délit d'adultère, il est envoyé par la hiérarchie ecclésiastique dans la brousse à Mindouli. Il devient vite chez les Laris une figure de la résistance africaine aux colons, et pour certains de ces fidèles même la réincarnation de " Jésus-Matsoua ". Candidat malheureux à la députation, il fonde en 1956 l'Union démocratique de défense des intérêts africains (UDDIA), parti anticommuniste d'obédience chrétienne-libérale, soutenu par les colons. Ses partisans n'hésitent pas à utiliser la violence dans la lutte contre les autres partis. Il profite en 1958 d'un véritable coup d'Etat institutionnel pour se faire nommé Premier ministre et transférer le siège de l'Assemblée territoriale de Pointe-Noire à Brazzaville, qui lui est moins hostile. Il devient président de la République à l'indépendance en 1960, élimine l'opposition parlementaire, limite les libertés individuelles et développe un culte de la personnalité autour de sa personne. Alors qu'une motion de censure est déposée contre lui à l'assemblée, le président sort un revolver de sa soutane et force ainsi les députés rebelles à retirer leur motion. Les progrès économiques ne masquent pas la corruption qui gangrène le nouvel Etat. Alors qu'il tente d'imposer le parti unique, il doit finalement démissionner le 15 août 1963 à l'issue de manifestations connues sous le nom des " Trois Glorieuses ". Le prêtre défroqué devenu polygame s'exile alors en France puis dans l'Espagne de Franco, où il décède en 1972.

Zao

Son titre Ancien Combattant fit un tabac en 1984. Natif de Goma Tsé Tsé, dans les environs de Brazzaville, Casimir Zoba tourne dans les années 1970 comme percussionniste dans un ensemble représentant le Congo aux quatre coins du monde communiste, et enseigne à l'école primaire en parallèle. Au début des années 1980, il entame sa carrière solo. Son son particulier, qui se démarque du soukouss omniprésent dans les deux Congo, et surtout l'humour féroce de sa plume le font vite remarquer. Prix Découverte RFI en 1983, il est signé par Barclay l'année suivante. Si aucun sujet n'est tabou pour lui, c'est qu'il manie la provocation comme un art : dans Corbillard, c'est un macchabée qui demande à son corbillard de ne pas l'emmener au cimetière ; Ancien Combattant raconte avec une fausse naïveté les horreurs de la guerre ; dans Moustique, c'est autant les diptères que les dirigeants corrompus qui sucent le sang du peuple africain. Populaire tant en Afrique qu'en France, le chanteur vit la guerre comme une tragédie, à l'image du pays : il se réfugie en forêt où il perd son enfant. Toujours aussi populaire, il continue à enchaîner albums et tournées et à s'occuper de son studio de Bacongo, mais ne manque jamais une occasion de se reposer dans son auberge dans le village de Linzolo. Et à toute occasion ne se départit jamais de son légendaire sourire.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées du Congo Brazzaville

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end pour 2 à Caen !

1 week-end découverte de Caen pour 2 personnes avec l'OT Caen la mer .