Viña del Mar (330 000 habitants d'après le recensement de 2012) n'a pas connu une urbanisation très planifiée comme la plupart des villes chiliennes. Il existait deux haciendas sous la colonie : celle de las Siete Hermanas (les Sept Soeurs), comprenant sept collines, et l'hacienda de la Viña de la Mar. En 1835, un riche commerçant portugais, Francisco Alvarez, acheta cette dernière, puis l'autre en 1840, et devint propriétaire de toute la vallée de Viña.

Rapidement, l'endroit devint un lieu de villégiature de fin de semaine, et de riches Porteños, dont beaucoup d'étrangers, y achetèrent des terrains sur lesquels ils construisirent en bordure de la nouvelle voie ferrée. Parallèlement, la femme d'Alvarez, grande passionnée de plantes, commença à créer un jardin qui allait devenir la Quinta Vergara.

En 1870 apparut le Grand Hotel qui profita du nouvel engouement portègne pour les séjours estivaux à Viña, un engouement favorisé par le chemin de fer. Ainsi, très tôt, Viña acquit une réputation de grande station balnéaire à la mode. En 1870, l'apparition d'une raffinerie de sucre contribua à peupler le site qui, peu à peu, commença à devenir une ville dans les vingt dernières années du XIXe siècle. La municipalité de Viña fut d'ailleurs créée en 1879. Sur les collines de Chorillos et Miraflores commencèrent à pousser de nombreux cottages en bois, à l'anglaise, résidences d'été des nantis, qui imprégnèrent d'un certain romantisme la cité naissante. En 1892, on commença à tracer ce qui deviendra le quartier de Vergara. En son centre s'ouvrit la rue principale, que le colonel Vergara lui-même baptisa La Libertad et qui donna enfin un noyau urbain à cette ville encore anarchique. Toutefois, les secousses n'épargnèrent pas Viña, qui fut frappée de plein fouet par le tremblement de terre du 16 août 1906. Les travaux de reconstruction entrepris ainsi que l'installation de familles venues de Valparaíso donnèrent à la ville sa configuration architecturale et urbaine actuelle. De cette époque (entre 1906 et 1910) date le palais Vergara, un immense édifice de 3 000 m² dans le style vénitien.

Un autre facteur important du caractère de la ville fut, à l'époque, l'installation d'étrangers : des Anglais, principalement à Chorillos et Miraflores, des Allemands, sur le cerro Castillo, des Français et des Italiens. Chacun apportait les coutumes de son pays, ce qui se traduisit par une grande variété de styles européens.

Mais ce sont les années 1930 qui allaient être les plus riches pour le développement de Viña puisqu'une aide du gouvernement permit la construction du casino municipal, du théâtre municipal et du palais présidentiel.

Depuis, la cité s'est fortement développée devenant sans doute, avec Mar del Plata en Argentine et Punta del Este en Uruguay, l'une des stations balnéaires les plus réputées du sud de l'Amérique du Sud. On comprendra dès lors que pour un voyageur étranger, elle ne représente qu'une énième étape du vacancier ordinaire ; à moins d'être particulièrement fatigué, de rechercher une ambiance confortable et la foule des grands soirs (en été surtout), Viña n'a pas grand-chose à nous offrir. Mais y passer repose les yeux et l'ouïe après un séjour dans le chaotique port voisin.

À voir / À faire à VIÑA DEL MAR

Organiser son voyage à VIÑA DEL MAR

Photos de VIÑA DEL MAR

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

CHILI - ÎLE DE PÂQUES

Guide CHILI - ÎLE DE PÂQUES

CHILI - ÎLE DE PÂQUES 2018/2019

13.95 €
2018-01-03
600 pages
Ailleurs sur le web
Avis