18_pf_156568.jpg
SUI_MG_3168.jpg
18_pf_156569.jpg

La cité médiévale

Habitée dès le IIIe siècle, la colline de la Cité constituait une place protégée. Lausanne s’est ainsi développée en partant du haut et en descendant petit à petit sur les pans de deux autres collines. Le centre de la capitale vaudoise est ainsi bâti sur les trois collines de la Cité, du bourg et de Saint-Laurent, reliées entre elles par le Grand-Pont, le pont Bessières et le pont Chauderon. Avec ses ruelles pavées et ses maisons traditionnelles, la cité médiévale a gardé beaucoup de son charme. On y retrouve inscrits les premiers moments de l’histoire locale, notamment en visitant la cathédrale, et on y fait du lèche-vitrines, la grande majorité des magasins s’étant installés ici et l'on sillonne agréablement les rues les jours de marché. On peut lui donner comme limites géographiques la place du Tunnel, au nord, le pont Chauderon, à l’ouest, le Grand-Pont et la gare, au sud, et le parc de Mon-Repos, à l’est.

La ville moderne

On entend par ville moderne tout l'espace qui s'est construit sous la gare, à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, ainsi qu'au Flon et à Sévelin, ce qui comprend habitations et entrepôts. Autrefois recouvert de vignes, cet espace avait été simplement aménagé en parcs en certains endroits, par de riches Lausannois qui y avaient fait également construire des résidences secondaires ; de cette époque datent les parcs de Mon-Repos, de Montbenon et de Milan. Le quartier situé sous la gare prend aujourd'hui un caractère bourgeois bohème. Tandis que le Flon, dont les entrepôts ont été tout d'abord investis par des artistes et des associations, est en pleine transition vers une existence plus clinquante : enseignes huppées, restaurants branchés, magasins de luxe et banques. Galeries d'art, magasins de seconde main et clubs mythiques, tels que le MAD et le Xoxo Club, existent encore, mais il semblerait que les nouveaux quartiers « alternatifs » se dirigent vers l'ouest : Sébeillon, Malley, voire Renens.

Zoom sur le novateur quartier du Flon. Nous sommes bien loin de l'ancienne vallée naturelle où coulait la rivière du Flon ! Entièrement remblayée lors de la création des tunnels entre Ouchy et Lausanne à la fin du XIXe siècle, la vallée se transforme en grande plateforme avec de nouveaux terrains aplanis. Ils accueillent des entrepôts et l'endroit deviendra la première gare de marchandises de Lausanne au XXe siècle. Le quartier fait peau neuve et entame une nouvelle réhabilitation dès 2009 avec une promenade urbaine. C'est aujourd'hui un lieu de vie, de travail et de création. Sur 55 000 m2 on déambule sur la très belle esplanade de jour comme de nuit pour faire du shopping ou juste sortir dans pas moins de 28 restaurants et bars. Un quartier qui a su se réinventer en gardant les empreintes du passé comme la mise en valeur du cheminement du Flon.

Ouchy et les rives

Au-delà du centre-ville, on peut dire que, de manière générale, l'ouest de Lausanne a toujours été pauvre, alors que l'est, vers les vignes, a attiré davantage de richesse, ce dont témoignent ses belles constructions. Les quartiers situés entre Lausanne et Renens ont été ainsi longtemps délaissés et sont aujourd'hui réinvestis par les artistes principalement. Cette division est encore plus flagrante sur le port d'Ouchy : d'un côté ont poussé de magnifiques palaces, de l'autre, c'étaient et ce sont encore divers entrepôts. Le quartier du Flon a été complètement réhabilité pour devenir un lieu plein de vie, novateur et créatif aussi bien de jour que de nuit.
On peut diviser Lausanne en quatre grandes zones : la vieille ville qu'on appellera la cité médiévale, la ville moderne, Ouchy et les rives, enfin les hauteurs.
Petit port de pêcheurs à l'origine, plus modeste que celui de Morges, Ouchy s'est construit grâce au tourisme. Avec l'arrivée du chemin de fer et des premiers bateaux à vapeur en 1823 dont le fameux Guillaume Tell, on a aménagé des quais et construit de magnifiques palaces en direction de Montreux. Aujourd'hui, vous y flânez, à pied ou à vélo. Vous y attendez un bateau, mais vous n'y restez pas vraiment. Côté ouest, vous vous dirigez vers la piscine de Bellerive, puis les rives de Vidy pour un barbecue, ou les ruines romaines et le cimetière de Bois-de-Vaux. Côté est, vous pouvez admirer les trois magnifiques hôtels d'Angleterre, le Beau-rivage Palace et le château d'Ouchy ou découvrir le Musée olympique, la plage de Lutry et les vignobles de Lavaux.

Les hauteurs

Bien que ce quartier fasse intégralement partie de Lausanne, ici, on quitte véritablement la ville. C'est un coin où il fait bon se promener, dans le parc de l'Hermitage ou dans le bois de Sauvabelin, et même tout en haut de la tour en bois, où un panorama imprenable s'étend sur toute l'agglomération lausannoise. Sauvabelin constitue le premier espace arboré, avant les nombreux autres bois, notamment celui du Grand-Jorat, près de Chalet-à-Gobet, avant de passer dans le Gros-de-Vaud, dans les verts pâturages…
Mais ce quartier est surtout fier aujourd'hui d'accueillir un nouvel outil culturel, scientifique et touristique avec Aquatis (aquarium et vivarium), l'Hôtel Aquatis (3 étoiles supérieur), le restaurant et un centre de conférences. Un espace ambitieux desservi par le métro Vennes, au 150 de la route de Berne.